En direct
Best of
Best of du 22 au 28 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Selon Aurélien Taché, Caroline Fourest a gravement fauté en qualifiant les étudiants de "bande de petits cons". Il n'a pas tort : elle aurait dû dire "bande de sales cons"

02.

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant perdant d’Emmanuel Macron

03.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

04.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

La Chine ouvre des camps spéciaux pour le coronavirus: des personnes en train de se balader dans les rues de l'Hubei sont enfermées pour être "rééduquées"

07.

Parisiens, c’est officiel, Hidalgo vous donne 5 ans d’âge mental !

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Social
Violence
Incendies déclenchés à Paris lors d'affrontement entre manifestants et force de l'ordre
il y a 10 heures 8 min
pépites > International
Coronavirus
La Chine ouvre des camps spéciaux pour le coronavirus: des personnes en train de se balader dans les rues de l'Hubei sont enfermées pour être "rééduquées"
il y a 11 heures 43 min
light > Société
Violences sexuelles
Samantha Geimer hausse le ton contre un nouvel emballement médiatique autour de l' "affaire Polanski"
il y a 14 heures 53 min
décryptage > Politique
Municipales

Parisiens, c’est officiel, Hidalgo vous donne 5 ans d’âge mental !

il y a 16 heures 28 min
décryptage > Economie
Mauvais pari ?

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant perdant d’Emmanuel Macron

il y a 16 heures 52 min
décryptage > Santé
Directives et recommandations sanitaires

Mesures contre la propagation du Coronavirus : derrières les déclarations publiques, la pagaille sur le terrain ?

il y a 17 heures 41 min
décryptage > Société
Pandémie

Coronavirus : quand la nature se remet à nous faire peur

il y a 19 heures 9 min
pépites > Environnement
Justice
La société Lubrizol a été mise en examen pour "atteinte grave" à la santé et à l’environnement suite à l'incendie de son site de Rouen
il y a 1 jour 4 heures
light > Culture
Grande famille du cinéma français ?
45e cérémonie des César : Brigitte Bardot publie un message de soutien à Roman Polanski qui "sauve le cinéma de sa médiocrité"
il y a 1 jour 5 heures
light > Economie
Nominations
Nicolas Sarkozy et Guillaume Pepy vont entrer au conseil de surveillance de Lagardère
il y a 1 jour 7 heures
pépites > Consommation
Consommation
Les steaks hachés bio de supermarché épinglés par 60 millions de consommateurs
il y a 10 heures 54 min
pépite vidéo > International
Immigration
Après la mort de 33 de ses soldats en Syrie, la Turquie décide de ne plus bloquer les migrants à sa frontière
il y a 13 heures 10 min
décryptage > International
Tribune

L’espace maritime marocain et la question du Sahara Occidental

il y a 16 heures 8 min
décryptage > Politique
L'infini et la bêtise

Selon Aurélien Taché, Caroline Fourest a gravement fauté en qualifiant les étudiants de "bande de petits cons". Il n'a pas tort : elle aurait dû dire "bande de sales cons"

il y a 16 heures 36 min
rendez-vous > Terrorisme
Géopolitico-scanner
Comment poser la question du séparatisme islamiste en France ?
il y a 17 heures 3 min
décryptage > Politique
Dérision et ricanements à tous les étages

Ce gisement de voix sur lequel pourraient miser les candidats osant résister à l’intimidation par “l’humour” médiatique

il y a 18 heures 7 min
décryptage > Santé
Crise de l'hôpital français

“Il faut sauver l’hôpital” : mais comment expliquer la pénurie dénoncée par les soignants au regard du montant des dépenses publiques ?

il y a 19 heures 35 min
pépites > Justice
Centre hospitalier de Mont-de-Marsan
Claude Sinké, l’auteur présumé des coups de feu à la mosquée de Bayonne, est mort
il y a 1 jour 5 heures
pépites > Santé
Nouveau bilan
38 cas de coronavirus ont été identifiés en France dont 12 liés au patient infecté dans l’Oise
il y a 1 jour 6 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Russie et la France, de Pierre Le Grand à Lénine" de Hélène Carrère d’Encausse, de l’Académie française : une mine d’informations sur le passé… avec une trop brève réflexion sur l’avenir !

il y a 1 jour 10 heures
© Francois Mori / POOL / AFP
© Francois Mori / POOL / AFP
Contradiction

Budget : et pendant que Rome rejette les demandes de la Commission européenne, la France lache 500 millions d'euros d'aides supplémentaires

Publié le 15 novembre 2018
Au niveau européen, la notion de bonne gestion du budget est une notion à dimension fort variable. Les cancres français et italiens se tirent la bourre : mais qui prend le plus de risques entre les deux ?
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au niveau européen, la notion de bonne gestion du budget est une notion à dimension fort variable. Les cancres français et italiens se tirent la bourre : mais qui prend le plus de risques entre les deux ?

Atlantico : Le gouvernement italien a pu confirmer son budget 2019, en opposition au rejet émanant de la Commission européenne. Comment anticiper la suite des événements pour le pays ? Quels sont les risques financiers pris par Rome ?

Michel Ruimy : Rappelons rapidement les faits. Le contentieux entre l’Italie et la Commission européenne ressemble à une bagarre de chiffres. La coalition italienne, tournant le dos à l'austérité, a proposé un budget dans le but de relancer une croissance exsangue. La croissance retrouvée devrait permettre de réduire le déficit public et la dette. Rome prévoit ainsi une croissance de 1,5% de son Produit intérieur brut l’an prochain et un déficit budgétaire de 2,4% en 2019 et de 2,1% en 2020. Pour Bruxelles, la croissance devrait être de 1,2%, ce qui entraînera un dérapage du déficit à 2,9% du PIB en 2019 et à 3,1% en 2020. Plus sceptique encore, le Fonds monétaire international évoque une croissance à 1% et un déficit budgétaire à 2,7% du PIB en 2019 et 2,8-2,9% en 2020. 

Et puis, ces derniers jours, le président du Conseil Giuseppe Conte a affirmé que les prévisions de la Commission européenne sous-évaluaient l’impact positif du budget et des réformes tandis que le ministre italien de l’Economie, Giovanni Tria, a accusé Bruxelles de « défaillance technique » dans ses calculs… tout en demandant de la flexibilité pour des causes exceptionnelles (intempéries qui ont touché le pays fin octobre-début novembre, effondrement cet été du pont Morandi à Gênes).

En refusant de bouger sur ces principes, l’Italie risque gros. En effet, la procédure pour déficit excessif, la première dans l’histoire de l’Union européenne, peut aboutir à des sanctions financières correspondant à 0,2% de son PIB soit environ 3,4 milliards d’euros.

La prochaine étape sera le 21 novembre, date de la publication d’une mise à jour du rapport sur la dette par la Commission. D’ici fin janvier, l’Italie sera vraisemblablement en procédure de déficit excessif mais le délai prévu pour préparer des plans de correction (environ trois à six mois) permettra à l’Italie d’atteindre les élections européennes sans obstacle. Puis, rien ne se passera avant que la nouvelle Commission soit en place c’est à dire à l'automne 2019. Ainsi, faute d’action rapide au niveau européen, ce seront, encore une fois, les marchés financiers qui seront les vrais gardiens de la discipline budgétaire. D’ici là, l’Italie, habitué aux changements de coalition, aura aussi peut-être changé…

Ne peut-on pas voir ici un paradoxe avec la situation du budget français, le jour même où Edouard Philippe annonce des mesures pour contrer le mouvement des gilets jaunes ? 

Il faut savoir que le plafond des 3% de déficit budgétaire est une clause minimale. C’est pourquoi, la situation française peut sembler paradoxale dans la mesure où notre pays, qui présente un taux de déficit plus important (2,8% contre 2,4% pour l’Italie), n’est pas concerné par une telle procédure. L’Italie est jugée, en réalité, à l’aune d’autres clauses, qui demandent de réduire le déficit structurel et la dette tous les ans. La position de la Commission européenne s’explique ainsi par plusieurs raisons.

Tout d’abord, le déficit italien est parti pour durer. Le budget 2019 de la France frôle les 3% de déficit mais cette situation est jugée exceptionnelle par le gouvernement français du fait notamment de la refonte du CICE, transformé en baisses de charges, qui leste les finances publiques de 26 milliards d’euros. Dès 2020, Bercy table sur un déficit de 1,9% du PIB. L’Italie est, elle, dans une situation contraire. L’ancien exécutif italien promettait un déficit budgétaire de 0,8% mais la nouvelle équipe a créé de nouvelles dépenses structurelles. Le nouveau « budget du peuple » entérine la fin de l’austérité et doit ramener, selon la coalition au pouvoir, le déficit à 2,1% du PIB en 2020, puis à 1,8% en 2021. Une perspective jugée peu crédible par les économistes.

Ensuite, le stock de dette. C’est la différence essentielle entre la France et l’Italie. Si les niveaux de dette sont élevés dans les deux cas, celui de la France reste plus raisonnable et a une capacité à rembourser sa dette bien plus grande. C’est pourquoi, les deux pays ne sont pas du tout dans la même situation. Notre voisin est endetté à hauteur de 132% de son PIB (2 300 milliards d’euros), deuxième ratio le plus élevé de la zone euro après la Grèce, très loin des 60% du PIB prônés par l’Union européenne et bien plus que la France, pourtant mauvaise élève avec près de 100% du PIB en 2019. En outre, le taux d’intérêt des obligations à 10 ans de la France avoisine les 0,7% contre environ 3,5% pour l’Italie. Ceci signifie que l’Italie emprunte beaucoup plus cher que la France et donc, que ses marges de manœuvre sont limitées. 

Mais, l’apparente sévérité de la Commission européenne envers l’Italie s’explique aussi par des raisons politiques. L’Italie donne l’impression de revenir sur ses engagements passés en matière de réformes structurelles. C’est cela qui pose problème. Le gouvernement italien « surfe » sur le sentiment « anti-euro » pour se justifier de n’avoir pas respecté ses engagements et cite l’Espagne, qui, elle aussi, a présenté un budget expansionniste, avec des mesures sociales. Or, notre voisin ibérique l’a fait de manière plus cohérente et sans cette dramaturgie, orchestrée à des fins électorales. De surcroît, la Commission a mis en garde Madrid contre un risque de déficit excessif et a également tancé la France pour son manque de rigueur budgétaire.

Quelles peuvent être les conséquences de ces oppositions au niveau européen ?

Aujourd’hui, la situation reste circonscrite à l’Italie. Il n’y a pas d’inquiétude, pour l’instant, sur l’intégrité de la zone euro dans sa globalité d’autant plus que Giuseppe Conte, le Premier ministre italien, a écarté la perspective d’une sortie de l’Italie de l’Union européenne.

Dans les années post-crise financière, la Commission européenne s’est toujours refusé à appliquer les sanctions financières à la suite des nombreux écarts des États membres. Au pire, la Commission Barroso avait réclamé à Michel Sapin, le ministre des Finances français, un effort supplémentaire de 4 milliards d’euros. La Commission Juncker, elle, avait donné du temps au temps… Sera-t-elle pareillement disposée à l’égard d'un gouvernement italien qui ne dispose pas de relais politique, ni à la Commission européenne, ni au Conseil européen ? En effet, les alliés potentiels de Matteo Salvini, à savoir la Hongrie ou la Pologne, ne font pas partie de la zone euro et ne siègent donc pas dans l’Eurogroupe. 

Mais, plus que les pressions politiques, c’est le « spread » (écart entre les taux d’intérêt d’emprunt italien et allemand à dix ans) qui pourrait conduire le gouvernement italien à revoir sa position. Si cet écart progresse, des investisseurs pourraient commencer à échafauder des scénarii négatifs sur la pérennité de la zone euro. Par ricochet, il pourrait y avoir une forme de contagion vers d’autres pays de l’Union européenne. Par exemple, des créanciers pourraient faire payer plus cher leurs prêts au Portugal ou à l’Espagne, alourdissant ainsi leur dette. Pour autant, on ne peut pas redouter un « scénario à la grecque » car l’Italie n’est pas dans la même situation macroéconomique que la Grèce, qui souffrait d’un besoin important de financements extérieurs. L’Italie, au contraire, affiche un excédent courant. Néanmoins, 40 % de sa dette est détenue par des investisseurs internationaux et ceux-ci pourraient s’inquiéter.

En fait, la question essentielle pour l’Union européenne est de trouver comment mettre la pression sur l’Italie sans apparaître comme le grand méchant auprès de la population italienne. En laissant les marchés financiers mettre fin à la « récréation », l’Union européenne semble avoir choisi la meilleure option politique : ne pas apparaître comme le Père Fouettard et laisser les « puissances financières » ramener l’Italie dépensière à la réalité.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Selon Aurélien Taché, Caroline Fourest a gravement fauté en qualifiant les étudiants de "bande de petits cons". Il n'a pas tort : elle aurait dû dire "bande de sales cons"

02.

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant perdant d’Emmanuel Macron

03.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

04.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

La Chine ouvre des camps spéciaux pour le coronavirus: des personnes en train de se balader dans les rues de l'Hubei sont enfermées pour être "rééduquées"

07.

Parisiens, c’est officiel, Hidalgo vous donne 5 ans d’âge mental !

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
J'accuse
- 15/11/2018 - 17:46
Risible
Pour ne pas susciter de rejet encore plus grand, la Commission espère que les sanctions viendront des marchés et pas d'elle: donc, à quoi sert-il de prévoir des sanctions et d'en menacer les pays si ce sont les marchés qui dictent leurs lois, indépendamment de ce que peut dire et faire la Commission ?
Et que fera-t-elle si les marchés ne sanctionnent pas, ou beaucoup moins ? Sera-t-elle crédible en exigeant ce que les marchés n'exigent pas ?
En agissant ainsi, la Commission avoue à la fois son impuissance, sa lâcheté et son inutilité.
Qui en est vraiment étonné ?
ourston
- 15/11/2018 - 15:43
La compétitivité italienne
Il faut rappeler que l'Italie, contrairement à la France, a un commerce extérieur excédentaire. Ce qui est un atout considérable lorsque on veut réduire la dette publique , et le chômage.
Gpo
- 15/11/2018 - 09:40
Danger pour notre pays
car ceux qui ont élu le mignon (24%) et ceux qui ne sont rien se rendent compte que celui qui est censé représenter la France est une marionnette utilisée par les labos banques, financiers mondialistes..
Il faut réagir ..vite..