En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© Etienne LAURENT / EPA POOL / AFP
Etat providence
Retour aux années 30 : derrière la tactique électorale, ce redoutable angle mort politique dans lequel s'enferme Emmanuel Macron
Publié le 07 novembre 2018
Lors de son intervention de ce 6 novembre, Emmanuel Macron a une nouvelle fois fait référence au "retour des années 30" tout en dénonçant la percée nationaliste actuelle, mais en négligeant la question de l'incapacité de l'Europe et de l'Etat providence à jouer leur rôle de stabilisateur de nos sociétés.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lors de son intervention de ce 6 novembre, Emmanuel Macron a une nouvelle fois fait référence au "retour des années 30" tout en dénonçant la percée nationaliste actuelle, mais en négligeant la question de l'incapacité de l'Europe et de l'Etat providence à jouer leur rôle de stabilisateur de nos sociétés.

Atlantico : Lors de son interview donnée à Europe 1 ce 6 novembre, Emmanuel Macron a déclaré "Je suis frappé par deux choses qui ressemblent vraiment aux années 30" : "L'Europe a été bousculée par une crise économique et financière profonde, regardons ce qu'il s'est passé en Grèce, au Portugal, en Espagne et en Italie. Ils ont été plongés dans une crise dont ils se remettent à peine aujourd'hui. Et dans ces pays, nous assistons à une montée des nationalismes.". Si l'État Providence et l'Europe ont été conçus afin d'empêcher un tel "retour des années 30", Emmanuel Macron ne devrait-il pas se questionner sur leurs rôles respectifs dans les circonstances actuelles ? 

Nicolas Goetzmann : La crise de l'État providence est décrite en France depuis 1981, avec la publication de l'ouvrage - du même nom - de Pierre Rosanvallon. La date de 1981 est intéressante car elle correspond plus ou moins au changement de régime économique occidental, avec la naissance de ce qui est aujourd'hui appelé le "néolibéralisme". On peut donc faire le lien entre naissance du néolibéralisme et la dénonciation d'une crise de l'État Providence.

Cette dénonciation ne s'est pas pourtant pas traduite par une baisse des dépenses publiques de protection sociale depuis les années 80 en France, mais par leur hausse par rapport au PIB, ce qui n'a pas empêché le "retour du nationalisme" évoqué par Emmanuel Macron. Ce paradoxe n'est pas surprenant, parce que l'hypertrophie de l'État providence post-années 70 n'est que la conséquence de la montée du chômage initiée dans ces mêmes années 70, et qui s'est accélérée par la suite, et qui ne trouve pas sa cause dans la progression des dépenses publiques.

C'est ici qu'intervient l'Europe. La fin des années 70 et le début des années 80 ont été marquées par la pose des premières pierres (serpent monétaire etc..) qui ont construit la monnaie unique et ont introduit en Europe une doctrine de désinflation – de volonté de posséder une monnaie forte (trop forte pour nombre de pays) – pour les pays aspirants à partager l'euro. Le résultat de ces politiques a été la dégradation de l'emploi et la hausse du chômage sur une période longue, même si certaines périodes (98-2008) ont donné de meilleurs résultats. Au cours de cette période, de nombreux pays européens, et en premier lieu la France, ont connu un développement économique inférieur à leur potentiel, conséquence directe de cette conception restrictive de la monnaie unique. 

Il y a donc bien une crise coordonnée entre Europe et État providence, mais sans doute pas dans le sens évoqué par Emmanuel Macron. Le cadre macroéconomique européen produit structurellement un chômage plus élevé qui a logiquement pour effet de faire gonfler les États providence du continent, principalement en France, il faut le reconnaître. La réaction la plus fréquente à ce phénomène a été de penser que c'est l'inflation de la protection sociale qui est la cause de ce chômage élevé, alors que la réalité démontre l'inverse. Une politique macroéconomique plus favorable, qui prendrait en compte le plein emploi comme objectif prioritaire, conduirait à une baisse du chômage et des besoins de protection, et logiquement à une réduction des dépenses publiques allouées à cette fonction. 

On peut assez facilement se convaincre que les dirigeants européens se sont pris les pieds dans les tapis de leurs outils "anti-retour des années 30". Le cadre économique européen est une machine désinflationniste dans un monde sans inflation. Et il est alors difficile de ne pas faire le parallèle avec le comportement monétaire de la France dans les années 30, lorsque le pays tenait le rôle de lessiveuse déflationniste mondiale. On peut dire que ce rôle destructeur est aujourd'hui confié à la BCE. L'État providence ne peut être une machine à écoper les dégâts causés par cette politique européenne, et la hausse des impôts produite par son extension sape considérablement sa légitimité politique alors que la cause du problème est à chercher dans la gestion macroéconomique européenne. C'est cet imbroglio qui est à l'origine des troubles politiques européens. 

Au cours de cette même intervention, Emmanuel Macron évoque l'idée d'une « Europe ultra-libérale qui ne permet plus aux classes moyennes de bien vivre ». N'est-ce pas ici un début de questionnement sur ces questions ? 

A moins de considérer la phrase d'Emmanuel Macron comme de la pure communication, il faudrait déjà déterminer ce que peut vouloir dire "néolibéral" pour Emmanuel Macron, parce la politique qu'il souhaite mettre en place n'est pas totalement étrangère à cette notion.  Mais on peut admettre une prise de conscience.

Cette question doit être prise en compte en termes plus vastes dans l'espace, parce qu'il est utile de regarder ce que font les États-Unis ou le Royaume Uni. Ces deux pays, sous l'impulsion de Reagan et Thatcher, ont détricoté leurs États providence depuis les années 80 – et ils n'étaient pas forcément les plus développés- mais tout en menant une politique macroéconomique plus favorable, d'un point de vue monétaire, que les européens.

Du point de vue du "retour du nationalisme" on voit que cela n'a pas été plus efficace suite à la crise de 2008, puisque le Brexit et l'élection de Donald Trump sont venus sanctionner cette situation. L'absence de filets de protection a produit une sanction politique immédiate à la montée du chômage et à la précarisation des sociétés alors que cette même sanction intervient plus lentement dans les pays européens, en dehors des cas les plus extrêmes en termes de destruction économique, comme la Grèce et l'Italie.

L'enseignement à tirer de cet ensemble occidental est que deux conditions sont nécessaires pour parvenir à une stabilisation économique et politique "anti-retour des années 30". La première est une politique économique dont l'objectif prioritaire doit être le plein emploi, ce qui est le cas aux Etats-Unis et au Royaume Uni en cette année 2018, et la seconde est un État providence digne de ce nom. Tout en rappelant que la mise en place d'une politique de plein emploi a pour effet de contenir une évolution disproportionnée de l'État providence en termes de dépenses publiques.

Le Royaume Uni et les États-Unis pourront traiter leur problème d'inégalités avec la mise en place d'une protection sociale de plus grande ampleur, alors que l'Europe peut sauver sa situation en modifiant son orientation macroéconomique - en inscrivant le plein emploi comme sa priorité absolue (ce qui peut être fait en l'inscrivant comme objectif prioritaire de la BCE, au même titre que la maîtrise des prix.)- et tout en conservant ses États providence.

Malheureusement, ce n'est pas le chemin que prennent les deux continents. Donald Trump fait ce qu'il faut concernant le plein emploi, avec des résultats importants, mais ne fait rien concernant les aides sociales dans un pays ou l'intensité de la pauvreté, et le décrochage d'une partie de la population sont importants. Cela est encore la même chose au Royaume Uni même si les discours de Theresa May semblent s'orienter dans la bonne direction (mais les résultats ne sont que purement hypothétiques) pour le moment. Au moins, le monde anglo-saxon repose sur une jambe du dispositif - le plein emploi. Du côté européen, la question d'une politique de plein emploi n'est jamais abordée, alors que le détricotage de l'État providence fait partie intégrante de l'agenda politique de nombreux dirigeants, dont Emmanuel Macron. C'est pourtant cette protection sociale qui a sans doute favorisé son élection puisque les effets de la crise ont été moins violents en France qu'ils n'ont plus l'être ailleurs.

Quelles sont les leçons à tirer des années 30 concernant le contexte actuel ? 

Le parallèle le plus désagréable à faire est que l'Europe a été plus lente à comprendre les causes économiques de la Grande dépression, alors que le Royaume Uni et les États Unis ont réagi efficacement – avec quelques impairs- en 1931 et en 1933. En France, il a fallu attendre 1936 pour réagir, mais il était déjà trop tard sur le plan continental. Et l'Europe de 2018 est encore plus lente à comprendre les causes économiques du marasme et de la montée du nationalisme que celle des années 30.

Le fait est que les européens ont été incapables, pour le moment, de diagnostiquer correctement la crise de 2008, ou d'apprendre des erreurs commises concernant les politiques d'austérité. Parce que ce qu'a fait l'Europe des années 2010 est de la même veine que ce qui a été entrepris en France ou en Allemagne au début des années 30, avec une politique économique qui n'était analysée que sous l'angle de la morale, tout en excluant toute analyse économique réelle. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Charlotte Casiraghi &Gad Elmaleh n’ont pas la même (idée de l’)éducation, Meghan Markle &son père non plus; Laeticia H. se dé-esseule avec un Top chef, Karine Ferri &Yoann Gourcuff se marient en vivant chacun seul; Jennifer Aniston : ses 50 ans avec Brad
02.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
03.
Comment on a tué les centre-villes de ces villes moyennes où une majorité de Français voudraient pourtant vivre
04.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
05.
Maltraitance dans les Ehpad : pourquoi des formations des personnels soignants peuvent faire une grande différence pour les personnes âgées
06.
Fake news indétectables : GPT2, le programme développé par l’équipe d’intelligence artificielle d’Elon Musk auquel ses concepteurs préfèrent renoncer tant il leur fait peur
07.
14 tonnes d’aide humanitaire française pour le Venezuela confisquées à Caracas par la Garde nationale
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
03.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
04.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
05.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
06.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
03.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise
06.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires