En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
So British!

Economie, justice, affaires étrangères : les trois axes de Cameron “pour reconstruire la Grande-Bretagne”

Publié le 10 mai 2012
Chaque année à Londres, l’ouverture officielle du Parlement britannique réunit le monarque, les membres de la Chambre des Pairs et des Communes, pour rappeler l’unité du Parlement et annoncer les réformes à venir. Résumé du sérénissime "Discours du Trône", dans lequel la Reine lit les orientations fixées par son Premier ministre.
Sophie Loussouarn est spécialiste de l’histoire politique et économique du Royaume-Uni et proche du monde politique anglo-saxon.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sophie Loussouarn
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sophie Loussouarn est spécialiste de l’histoire politique et économique du Royaume-Uni et proche du monde politique anglo-saxon.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chaque année à Londres, l’ouverture officielle du Parlement britannique réunit le monarque, les membres de la Chambre des Pairs et des Communes, pour rappeler l’unité du Parlement et annoncer les réformes à venir. Résumé du sérénissime "Discours du Trône", dans lequel la Reine lit les orientations fixées par son Premier ministre.

Chaque année à Londres, l’ouverture officielle du Parlement britannique réunit le monarque, les membres de la Chambre des Pairs (Lords) et des Communes (Commons), pour rappeler l’unité du Parlement. Elle a coutume de se tenir au début du mois de novembre et c’est la première fois, depuis le 25 mai 2010, que la Reine se rend au Parlement pour cette cérémonie. Exceptionnellement, l’an dernier, aucune ouverture officielle du Parlement n’avait eu lieu et la première session parlementaire du gouvernement de coalition a duré deux ans.

Cette année de célébration du Jubilé de Diamant de la Reine Elisabeth II, l’ouverture officielle du Parlement s’est déroulée mercredi, selon un rituel immuable. La Reine, accompagnée du Duc d’Edimbourg, a quitté le Palais de Buckingham en carrosse à 11 heures du matin pour se rendre au Palais de Westminster. Accueillie par le duc de Norfolk et le Grand Lord Chamberlain, la Reine a pénétré dans l’enceinte du Parlement par l’entrée du souverain et s’est dirigée vers la salle où elle a revêtu ses vêtements d’apparat et mis la couronne impériale.

Après avoir traversé la galerie royale (royal gallery), la Reine a pénétré dans la Chambre des Pairs et a pris place sur l’un des deux trônes aux côtés du Prince Philip, entourée de ses pages. Un officier parlementaire tout de noir vêtu (Black Rod) s’est alors rendu à la Chambre des Communes et a frappé trois fois à la porte avec sa baguette pour inviter les députés à venir assister à la lecture du "Discours du Trône" dans la Chambre haute, puisque la Reine n’a pas le droit de pénétrer dans la Chambre des Communes. En tête de la procession, le Sergent d’armes (Serjeant at Arms), le Président de la Chambre des Communes (Speaker), John Bercow, et Black Rod, sont suivis par le Premier ministre David Cameron et le chef de l’Opposition Ed Miliband, côté à côté ainsi que par les membres du gouvernement de coalition et du gouvernement de l’opposition (Shadow Cabinet). Les membres du gouvernement et les députés se tiennent debout face au Trône, tandis que les membres de la Chambre des Pairs, vêtus de pourpre et d’hermine sont assis. Le Lord Chancellor, Kenneth Clarke, porte le Discours du Trône à la Reine dans une pochette aux armoiries de la Couronne (purse).

Le Discours du Trône est un des temps fort de la vie parlementaire britannique. La Reine lit le Discours rédigé par le Premier ministre et approuvé par le gouvernement de coalition. Ce texte énonce les grands axes de réformes du gouvernement pour l’année parlementaire à venir. Le Discours d’aujourd’hui s’inscrit dans le contexte des élections locales où les conservateurs et les libéraux démocrates ont perdu de nombreux sièges dans les conseils municipaux.

La politique économique, la justice et l’ordre et les affaires internationales sont les trois grands axes de ce discours qui annonce les 19 lois que le Parlement aura à adopter au cours de la session parlementaire.

L’économie est au cœur du travail du gouvernement. La réduction des déficits et la relance de la croissance sont les deux grandes priorités. L’objectif de cette session parlementaire est de rétablir l’équilibre économique, de créer des emplois et d’améliorer la compétitivité de l’économie britannique. Le gouvernement veut lutter contre la bureaucratie et limiter les contrôles de l’État sur les entreprises, afin d’encourager le nombre d’embauche dans le secteur privé. La Reine annonce la création d’une banque verte, la création d’une agence de contrôle des supermarchés. Une loi réformera le marché de l’électricité et de l’eau, afin d’en réduire les prix. Parmi les mesures économiques, le gouvernement souhaite moderniser le système des retraites et améliorer la vie des enfants et des familles. Un texte de loi sera consacré aux enfants handicapés et améliorera l’accès des enfants défavorisés à l’éducation. Le gouvernement encouragera la flexibilité du marché du travail et l’équilibre entre la vie professionnelle et familiale.

 

En matière de justice et d’ordre public, le gouvernement poursuivra la réforme de la succession au Trône, et présentera un texte de réforme de la Chambre des Pairs, malgré l’hostilité des pairs conservateurs, mais la réforme de la Chambre haute n’est pas une priorité. La réduction et la prévention des crimes sera un des objectifs majeurs de cette législature. Une agence nationale de lutte contre la criminalité sera créée afin de cibler les réseaux de drogue et de lutter contre la prostitution des mineurs. Les caméras de télévision pourront pénétrer dans les cours de justice. La liberté d’expression sera protégée. Les services de sécurité seront surveillés. L’accès aux données personnelles sera facilité afin de lutter contre le terrorisme.

En matière de politique étrangère, un texte de loi préparera l’entrée de la Croatie dans l’Union européenne. Le gouvernement légiférera sur l’Afghanistan et le Pakistan et soutiendra le passage à la démocratie des pays en transition. Le gouvernement souhaite construire un partenariat avec les pays émergents. Enfin, la Reine a réaffirmé sa participation à de nombreuses cérémonies pour fêter ses soixante années sur le Trône. La souveraine a également exprimé sa joie de prendre part aux jeux olympiques qui se dérouleront à Londres.

Le Discours du Trône souligne le rôle de la Reine dans le processus législatif, puisqu’un projet de loi ne peut être entériné sans l’approbation du souverain (Royal Assent). En sept minutes, la Reine a lu le programme législatif de son Premier ministre. Elle  a quitté la Chambre des Pairs pour regagner le Palais de Buckingham en carrosse, tandis que les députés ont traversé le couloir qui sépare la chambre haute de la chambre basse.

Ce Discours du Trône est sans surprise. Il est plus court que d’habitude. Il présente les priorités du gouvernement de coalition à mi-mandat, alors que de grandes réformes en matière de santé, d’éducation et de protection sociale ont déjà été adoptées pendant les deux premières années de mandature. Ce Discours parviendra-t-il à réconcilier les Britanniques avec les mesures du gouvernement conservateur et libéral démocrate après la cruelle défaite électorale du 3 mai 2012 ? Ce Discours aura-t-il répondu aux préoccupations des Britanniques frappés de plein fouet par la récession, parviendra-t-il à redonner espoir aux populations les plus vulnérables et à améliorer la vie quotidienne des ménages les plus en difficultés ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

Quand Isabelle (Saporta) trompe Yannick (Jadot) avec Gaspard (Gantzer) et que le vrai cocu s'appelle David (Belliard)

04.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

05.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

06.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

07.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

04.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires