En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

04.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

05.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

06.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

07.

Mais quand va-t-on s’apercevoir que le débat entre la santé et l’économie est un faux débat ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 9 heures 4 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 10 heures 4 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 14 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 16 heures 12 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 17 heures 35 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 18 heures 42 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 19 heures 8 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 19 heures 48 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 20 heures 19 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 20 heures 56 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 9 heures 17 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 13 heures 19 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 15 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 16 heures 34 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 18 heures 31 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 18 heures 56 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 19 heures 28 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 19 heures 58 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 20 heures 36 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 21 heures 5 min
© FRANCOIS LO PRESTI / AFP
© FRANCOIS LO PRESTI / AFP
Atlantico Business

Un mystère français : les entreprises investissent plus que dans les pays voisins mais ne créent ni usine, ni emplois industriels. Que se passe-t-il donc ?

Publié le 01 novembre 2018
Il y a un mystère français, le taux d’investissement des entreprises est plus important que chez nos voisins, mais cet investissement ne donne pas de résultat satisfaisant en terme d’activité et d’emplois
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il y a un mystère français, le taux d’investissement des entreprises est plus important que chez nos voisins, mais cet investissement ne donne pas de résultat satisfaisant en terme d’activité et d’emplois

Ascoval ou la chronique d’une désindustrialisation de la France inéluctable. Macron ne fera pas de miracle pour sauver l’une de dernières aciéries de l'Hexagone. Les 280 salariés devraient être fixés sur leur sort dans une semaine, à l'issue du délai accordé par la justice à la demande des différents repreneurs, qui attendent surtout les aides de l'Etat qui, lui, n'en a pas les moyens. 

Cette affaire, comme d’autres affaires d'entreprises industrielles en difficulté, interroge avec violence l'évolution du système français. Et c'est a priori incompréhensible. 
Les entreprises françaises ont, depuis plus de dix ans, un niveau d’investissement beaucoup plus élevé que la plupart des pays européens, mais ces investissements ne produisent aucun des bénéfices attendus. La France ferme ses usines les unes après les autres et ne crée pas d’emplois industriels. D’où la désertification de régions entières et un taux de chômage anormalement élevé qui ne baisse pas. 
La Fabrique de l’Industrie, un think tank spécialisé dans l’observation des structures industrielles, vient de décrypter, en collaboration avec France Stratégie, ce paradoxe qui plombe le climat économique et hypothèque les capacités à restaurer de la croissance globale, et qui paralyse le gouvernement dans son ambition de développer une politique industrielle. 
 
Au terme de cette étude, l’explication paraît très simple : 
 
1er point, les entreprises industrielles françaises investissent beaucoup plus que leurs concurrentes étrangères dans les actifs immatériels, les logiciels, les bases de données, la recherche et développement. Le poids de ces investissements immatériels contribue à expliquer que le total de tous les investissements dans l'industrie soit plus élevé en France qu’en Allemagne, en Italie, en Espagne et dans la plupart des pays européens. La seule exception est la Suède qui investit plus que nous. Le secteur industriel français mobilise entre 25 et 28 % de sa valeur ajoutée en investissement alors que l‘Allemagne n'en consacre que 19%, le Royaume-Uni, 17%. Pour un nombre d'usines relativement supérieur et des emplois industriels plus nombreux. 
 
2e point, le surinvestissement en actifs immatériels de l'industrie française ne signifie pas que nous soyons plus digitalisés. Le taux de robotisation, par exemple, mesure ce manque de modernité. L’industrie allemande est 2 à 3 fois plus robotisée que l’industrie française. Mais ça s‘explique aussi par le poids dominant de l'industrie automobile et électrique en Allemagne. 
 
3e point, le niveau d’investissement plus élevé dans l’immatériel peut aussi refléter d’une part, l'effet du crédit impôt recherche qui booste en France la R&D, et par conséquent le choix de concevoir des produits et des process en France, mais d’autre part, le choix de faire fabriquer de préférence dans d’autres pays, à cause cette fois des coûts de fabrication.
C’est particulièrement vrai dans l'automobile française où Renault, par exemple, a beaucoup investi dans un Technocentre gigantesque et sophistiqué qui travaille pour tout le groupe, mais où l'on retrouve essentiellement des ingénieurs. La majorité des fabrications étant réalisée ensuite dans d’autres pays. Ça n’est pas tout à fait le cas chez PSA Groupe, mais c’est la tendance. 
Pour caricaturer le modèle français, nous avons beaucoup d’intelligence et d’incitations fiscales pour inventer des nouvelles molécules, mais dès qu’elles sont au point, on les envoie à l'étranger les développer et les produire. 
Un peu comme les pur-sang qui naissent en Basse-Normandie et qui partent à l'élevage en Irlande. 
L'Allemagne n’a pas ce paradoxe. L’industrie conçoit et fabrique en Allemagne.
 
4e point, cet effort d’investissements important dans les actifs immatériels correspond aux incitations et aux politiques publiques en faveur de la transition digitale et la connectivité de l’industrie, mais les chercheurs de la Fabrique de l'Industrie reconnaissent que les gains sur la compétitivité sont très difficiles à détecter. D’où les délocalisations et le chômage. 
Beaucoup d’explications à ce déficit de résultats : 
- Les bénéfices en compétitivité de ces investissements immatériels demandent du temps pour produire des effets. Comme toutes les réformes structurelles. Il faudrait donc attendre et prendre son mal en patience. 
- Une autre explication met en cause les instruments de mesure. Nous attendons des résultats en compétitivité, en parts de marché, en création d’emplois, mais si les entreprises conçoivent en France et font fabriquer ailleurs, il faudrait mesurer l'effet en prenant la performance financière globale de l'entreprise française sur son marché international. Cette stratégie a forcément un impact sur ces entreprises et leurs résultats sont très bons. 
Le problème, c’est que ces résultats ne profitent pas directement au tissu industriel franco-français.  
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires