En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

03.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

04.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

05.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

06.

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

07.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 3 heures 57 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 4 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 7 heures 34 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 7 heures 46 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 8 heures 46 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 9 heures 53 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 11 heures 13 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 11 heures 35 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 11 heures 38 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 11 heures 38 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 4 heures 29 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 5 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 7 heures 38 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 8 heures 15 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 9 heures 28 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 10 heures 43 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 11 heures 20 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 11 heures 36 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 11 heures 38 min
décryptage > Atlantico business
Mauvais arguments

La 5G se déploie mais beaucoup d’édiles locaux la refusent au prix de l’isolement qu’ils reprocheront ensuite à l’Etat

il y a 11 heures 38 min
© ERIC FEFERBERG / AFP
© ERIC FEFERBERG / AFP
Pétage de plombs

Mais au fait que serait la France insoumise sans Jean-Luc Mélenchon (ou les mille et une contradictions d’un mouvement qui est loin de correspondre à ce qu’il revendique) ?

Publié le 20 octobre 2018
Jean-Luc Mélenchon se trouve dans une spirale médiatique particulièrement défavorable pour son image. Alors qu'il incarne l'image de la France Insoumise, et plus encore du parti de Gauche, il n'est pas certain que le groupe survivrait à sa mise en échec.
Sylvain Boulouque
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sylvain Boulouque est historien, spécialiste du communisme, de l'anarchisme, du syndicalisme et de l'extrême gauche. Il est l'auteur de Mensonges en gilet jaune : Quand les réseaux sociaux et les bobards d'État font l'histoire (Serge Safran éditeur) ou...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Luc Mélenchon se trouve dans une spirale médiatique particulièrement défavorable pour son image. Alors qu'il incarne l'image de la France Insoumise, et plus encore du parti de Gauche, il n'est pas certain que le groupe survivrait à sa mise en échec.

Atlantico : Alors que Jean-Luc Mélenchon se trouve pris dans une spirale médiatique particulièrement défavorable pour son image, comment imaginer ce que serait le fonctionnement de la France Insoumise sans son "chef" charismatique, d'un point de vue démocratique ? Le mouvement pourrait-il continuer à exister sans lui ?

Sylvain Boulouque : D'abord, je ne suis pas sûr que la séquence le desserve tant que ça, dans la mesure où elle peut très bien resserrer les troupes, coaguler les mécontentements en considérant que le système s'en prend à ceux qui sont contre le système. Il peut donc y avoir un effet inverse à celui que présente les médias de manière générale. Ce n'est pas parce que beaucoup de gens ont été choqués que les électeurs le sont forcément. Il peut même y avoir un effet de décrochage momentané puis de remontée – c'était un peu la stratégie de ce que faisait le père Le Pen dans un autre genre il y a quelques années. Ce n'est donc pas forcément négatif pour Mélenchon.

Ensuite, Mélenchon incarne l'image de la France Insoumise, et plus encore du parti de Gauche, il n'est donc pas sûr du tout que le groupe arrive à survivre à sa mise en échec. La France Insoumise s'est coagulée grâce à sa campagne, à sa capacité d'intervention médiatique, grâce à son charisme et sa personnalité. Mélenchon a construit le mouvement autour de lui. Autant en 2012, s'il avait pensé à se faire remplacer, il y avait son bras droit, Alexis Corbière, qui était un peu son successeur désigné ; autant aujourd'hui, on ne voit pas de têtes qui émergent réellement, ni de personnes qui seraient à même de le remplacer. Pour l'instant, personne ne s'impose naturellement.

Affaires financières, mépris des institutions, perte de contrôle…  Si le parti se vante d'être un modèle de démocratie et de ne pas avoir de hiérarchie, la réalité semble-être toute autre. Que masque donc la figure de Mélenchon ?

La France Insoumise est un parti de type, entre guillemets, léniniste, ou post-léniniste, un parti qui fonctionne encore sur le principe du centralisme démocratique avec l'unité de la direction et le fait que le chef, ou les chefs, décident à peu près de la totalité de l'action politique. Voilà pour l'organisation interne. En ce qui concerne le rapport à l'institution, on est aussi dans une stratégie très léniniste, c'est-à-dire que le discours met en avant le respect des institutions, mais comme la France Insoumise est quand même en partie un parti révolutionnaire, peut-être pas au sens léniniste cette fois, mais un parti qui veut transformer de fond en comble la société, il y a donc cette dimension d'instrumentalisation des institutions jusqu'au moment où il sera possible de les renverser. Enfin, les affaires, c'est un peu la même chose, s'il y a eu contournement des règles, c'est parce qu'il y avait peut-être un besoin matériel immédiat mais c'est aussi que les institutions sont très secondaires par rapport à l'utilisation réelle que veut faire ce parti de la politique. Mais, en ce qui concerne ce dernier point, ce n'est pas forcément propre à la FI. Le contournement des institutions, on le retrouve à peu près chez tous les partis de la gauche et la droite, de l'extrême droite à l'extrême gauche. Détourner les fonds publics n'est pas spécifique à l'un ou à l'autre.

Dans le cas d'un Jean-Luc Mélenchon déconsidéré comme a pu l'être partiellement Marine Le Pen, qui serait la Marion Maréchal de la France Insoumise ?

C'est très difficile à comparer car les Le Pen, c'est un label. La France Insoumise, c'est d'abord une personnification et une identification à Mélenchon, et c'est tout de même un mouvement fédéré derrière lui. Il n'est pas du tout sûr que des gens aussi antinomiques que Corbière et Autain arrivent à poursuivre ensemble dans un mouvement sans Mélenchon. Je vois mal Ruffin obéir à un Corbière, ou ce genre de choses. Il n'y a donc pas du tout la même culture, et pas du tout le même rapport à la filiation.

Durant la dernière campagne présidentielle, le succès de Jean-Luc Mélenchon s’auto-alimentait car son poids électoral rendait plus efficace de voter pour lui que pour Benoît Hamon ou les Verts. En revanche, si le leader de FI et son parti paraissent voués à l’échec, la donne pourrait changer. L’électorat venu du PS peut-il longtemps tolérer les écarts du mouvement et de son chef ?

Pour le coup, la réponse ne vient pas uniquement de Mélenchon. On peut penser que l'électorat socialiste pourrait se détacher de Mélenchon s'il ne représente plus un potentiel gagnant. Reste à savoir si ce serait dans une autre formation de gauche ou bien dans l'abstention, car ce n'est pas du tout sûr qu'ils continuent à aller voter.

Pour aller encore plus loin dans les hypothèses, existe-t-il une autre personnalité qui serait susceptible d'émerger à gauche et de faire la synthèse de tous les courants de la gauche ? Pour l'instant, je ne veux pas dire, mais l'encéphalogramme est un peu plat. Et je suis bien incapable de vous dire cela va changer ou non.

La situation actuelle a-t-elle de quoi alarmer selon vous ?

Systématiquement dans ces cas-là, on est dans le syndrome de forteresse assiégée. C'est ce qu'a bien fait le parti communiste des années 1930 aux années 1950 : si on nous attaque, c'est qu'on a raison, alors on va accuser à notre tour. L'avocat communiste Marcel Willard avait une formule à l'époque, il écrivait " la défense accuse ". Donc si on est attaqué, c'est que les institutions nous attaquent. C'est un renversement systématique de la chose, qui permet de se dire victime.  Dans l'état actuel il n'y a donc pas de risque d'explosion de la FI. C'est plutôt : on va regrouper les troupes et on va défendre le château. Après, si les affaires se prolongent un peu. S'il y a de véritables pièces, des enregistrements, etc., là ça peut changer la donne. Mais si on en reste là, à mon avis, ça ne posera pas de problème majeur à la FI. Sur le plan militant, ça va même les renforcer. Et s'il y a un effet repoussoir pour certains électeurs, je ne suis pas sûr qu'il dure très longtemps parce que l'actualité tourne très vite.

Qu'il s'agisse des européennes ou des présidentielles, dans le cadre d'une circonscription nationale la France Insoumise parvient à capter des voix. Mais à quoi doit-on s'attendre pour les élections locales en 2020 ? 

Pour l'instant, contrairement au Parti Communiste qui avait une véritable base électorale, la FI n'en a pas. Les Communistes étaient un archipel qui par la suite s'est constitué en terre importante, et qui continue aujourd'hui d'avoir un appareil municipal encore relativement important. La France insoumise au niveau local ne représente rien. A partir de là, c'est la réalité de cet appareil politique : il doit réussir à se construire pour avoir un rôle important, et s'il n'y arrive pas, ce qui a été le cas jusqu'à maintenant, alors il n'y aura que des militants, quelques conseillers municipaux, et ça s'arrêtera là. Pour l'instant, il n'y a pas de structuration de l'appareil politique au sens des vieilles structurations républicaines de la chose.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires