En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© BERTRAND GUAY / AFP
Scandale
Démission de Pascal Pavageau à FO : pourquoi le scandale est devenu une arme politique aussi efficace
Publié le 18 octobre 2018
Suite aux révélations du Canard enchaîné d'un fichier interne compromettant, Pascal Pavageau, secrétaire général du syndicat France Ouvrière, s'est vu contraint de démissionner mercredi 17 octobre. S'il est fréquent ces derniers temps que les hommes politiques fassent l'objet de scandales, l'épidémie semble toucher également les syndicats.
Pascal Cauchy est professeur d'histoire à Sciences Po, chercheur au CHSP et conseiller éditorial auprès de plusieurs maisons d'édition françaises.Il est l'auteur de L'élection d'un notable (Vendemiaire, avril 2011). 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Cauchy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Cauchy est professeur d'histoire à Sciences Po, chercheur au CHSP et conseiller éditorial auprès de plusieurs maisons d'édition françaises.Il est l'auteur de L'élection d'un notable (Vendemiaire, avril 2011). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Suite aux révélations du Canard enchaîné d'un fichier interne compromettant, Pascal Pavageau, secrétaire général du syndicat France Ouvrière, s'est vu contraint de démissionner mercredi 17 octobre. S'il est fréquent ces derniers temps que les hommes politiques fassent l'objet de scandales, l'épidémie semble toucher également les syndicats.

Atlantico : Le scandale comme arme politique n'est pas chose nouvelle. Mais n'observe-t-on pas un effet pervers aujourd'hui dans la mesure où le scandale prévaut sur le discours politique ? Cette arme a-t-elle gagné en efficacité ? 

Pascal Cauchy : En réalité, les mécanismes sont toujours les mêmes. Révélation puis amplification par voix de presse ( autrefois les journaux, aujourd'hui le web); rebond politique, mauvaise gestion par l’empêtré de l'information, rumeurs qui s'ajoutent et enfin désaveux par l'opinion. La reprise politique d'une "affaire" est toujours caricaturale ou outrancière, c'est la nature même du scandale qui se fabrique sur le fait - souvent délictueux. C'est dans la dernière phase que se joue le combat entre le traitement politique du scandale et l'émotion qui entretien la durée du phénomène. Quand le gendre d'un président de la République est pris à trafiquer l'attribution de la légion d'honneur, le chef de l'état démissionne. Aujourd'hui la question des entourages indélicats est banale, elle ne suppose plus une rupture éclatante. De plus, la puissance de feu du scandale est proportionnelle au crédit que l'opinion a de la personne touchée.  Plus le crédit est fort, plus la compromission est inacceptable, plus la personne est vulnérable  (sauf pour quelques personnalités hors norme). Mais l'importance du scandale et son pouvoir de nuisance ne sont pas réglés sur la gravité pénal dans l'opinion. Ce n'est pas la même hiérarchie. Dans le cas du fichier FO l'affaire touche au crédit moral de l'institution, alors que les scandales financiers des syndicats, pourtant bien plus graves sur le plan pénal, n'ont jamais entamé le crédit politique de leurs dirigeants. 

Auparavant, même si quelqu'un était empêtré dans un scandale, on prenait la peine de regarder ce qu'il incarnait politiquement. Comment expliquer que ce ne soit plus le cas aujourd'hui ? Le manque d'incarnation d'idéologie politique peut-il en être une cause ?

Cela reflète une tendance de fond, celle de la crise de la représentation que notait déjà il y a vingt ans l'historien René Rémond. L'abstention, le manque de considération pour l'élu, sont des symptômes de cette crise. La scène c'est la vie politique transformée en spectacle permanent par les chaines de télévision qui contribuent à vider de son contenu la chose politique même au profit d'un théâtre de Guignol ( "les Guignols de l'info"), et des"psy" commentant le débat public ramenant la politique à l'émotion et aux individus. 

Le scandale dans ce spectacle permanent, c'est le mari qui rentre dans une pièce de Labiche, il permet de faire rebondir l'action. 

Votre remarque sur l'incarnation est importante. Mais le déficit n'est pas d'ordre idéologique, il est dans la texture même du pouvoir en France désormais volatil (élections peu légitimantes, dictature de l'émotion, réduction de l'action publique à de la communication en quelques lettres). Il faut s’interroger sur la désaffection de nos concitoyens et cette demande qu'elle exprime à savoir une "autorité" ( et non un "pouvoir") au dessus des contingences.

Sans en être le moteur, la pluralité des médias, le flux d'informations continu et les réseaux sociaux accentuent-ils  le phénomène selon-vous ? 

Oui, ne serait ce que l'immense perte de temps que cela représente (fabrication de millions de contenus pauvres et leurs consultations démultipliées par les réponses indigentes qu'elle engendre). A t on jamais mesurée le temps passé à cette vanité communicante ? La pauvreté de l'information accentue le discrédit et consacre l'échec de l'utopie de la "démocratie participative". La démocratie du dire n'est pas la démocratie du faire qui appartient aux communautés souvent locales, conscientes de leur environnement et de l'épaisseur du temps, et donc, capables de définir leur intérêt commun. Facebook (qui, aussi, met en fiches ses utilisateurs) ne définit que l'intérêt d'un milliardaire américain.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Attention danger politique pour Emmanuel Macron : voilà pourquoi l’électorat en marche est à manier avec grande précaution
05.
Cancer : Non, on ne peut pas affamer les cellules malades, mais il est possible d’optimiser son alimentation
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
07.
Une directrice de collège alerte sur "l'hypersexualité" des élèves de 6e et de 5e
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
04.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
05.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
06.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
06.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires