En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 8 heures 9 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 8 heures 47 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 11 heures 30 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 12 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 13 heures 31 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 16 heures 16 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 16 heures 27 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 16 heures 48 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 17 heures 27 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 17 heures 34 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 8 heures 29 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 10 heures 31 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 12 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 13 heures 25 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 16 heures 9 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 16 heures 24 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 16 heures 39 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 16 heures 52 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 17 heures 30 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 17 heures 34 min
© Vasily MAXIMOV / AFP
© Vasily MAXIMOV / AFP
Tous perdants ?

Bras de fer européen sur le budget italien : le compte à rebours avant la tempête sur les marchés est enclenché

Publié le 17 octobre 2018
Avec Eric Dor
Pourquoi la menace de sanction des marchés financiers que font peser les institutions sur l'Italie est à double très tranchant pour les Européens.
Eric Dor
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Dor est docteur en sciences économiques. Il est directeur des études économiques à l'IESEG School of Management qui a des campus à Paris et Lille. Ses travaux portent sur la macroéconomie monétaire et financière, ainsi que sur l'analyse...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pourquoi la menace de sanction des marchés financiers que font peser les institutions sur l'Italie est à double très tranchant pour les Européens.
Avec Eric Dor

Atlantico : Le gouvernement italien vient d'adresser sa proposition budgétaire aux instances européennes en confirmant un déficit de 2.4% pour l'année 2019, en violation des demandes européennes. Dans une telle configuration de statu quo politique, en prenant en compte les faibles perspectives de croissance pour l'Italie pour les prochaines années, et avec des taux d'intérêt  à 10 ans qui ont atteint 3.5% pour le pays, combien de temps reste-t-il à l'Italie avant une sanction des marchés financiers ? 

Eric Dor : L'ébauche budgétaire proposée par le gouvernement de l'Italie a confirmé ce qu'il avait déjà annoncé depuis quelques semaines, de telle manière que cet écart avec les exigences européennes avait déjà été bien pris en compte dans les taux d'intérêt exigés par les marchés. Ce qui compte maintenant pour ceux-ci, c'est qu'il y ait des perspectives de stabilité. De ce point de vue la situation est contrastée.

Certains éléments peuvent rassurer les investisseurs. La coalition gouvernementale en Italie a modéré ses prétentions, et l'écart entre le déficit de 2,4% et les 0,8% qui avaient été annoncés par le gouvernement précédent reste relativement réduit. Le déficit reste inférieur 3% du PIB. Le budget aurait pu être bien pire si les partis du gouvernement avaient voulu appliquer d'emblée l'entièreté de leur programme. Au cas où les mesures fiscales expansionnistes du gouvernement permettent effectivement de doper quelque peu la croissance, la dégradation du ratio de dette par rapport aux souhaits européens pourrait même être assez limitée. Il y a donc même moyen de convaincre les marchés du bien fondé de certaines mesures prises par le gouvernement, même si elles sont critiquées par la Commission. La remontée récente des rendements sur le marché secondaire, avec ceux à 10 ans à 3.5%, combinée avec un déficit de 2.4%, reste encore largement compatible avec une stabilisation du ratio de dette en pourcentage du PIB à son niveau de 130%. Même après la hausse des rendements, ceux-ci restent inférieurs à ceux du passé, de telle manière que des obligations émises il y a 10 ans qui arrivent à maturité sont encore remplacées par des nouvelles obligations émises à des taux inférieurs à ceux qu'elles rapportaient. Bien sûr l'exigence d'de devoir réduire le taux d'endettement vers 60% d'ici 038 exige des taux de surplus primaires prolongés trop grands pour être réalistes, mais c'est bien connu depuyis longtemps. Lorsqu'on part d'une dette aussi grande que celle l'Italie, les règles européennes du pacte de stabilité doivent nécessairement être enfreintes ou aménagées.

Ce qui pourrait par contre alarmer les marchés, c'est d'une part un conflit ouvert entre le gouvernement et la Commission Européenne, d'autre part la poursuite d'interventions intempestives émanant des partis de la coalition, qui critiquent systématiquement l'euro, laissent entendre que la situation serait meilleure avec une monnaie nationale, ou exigent une forme de financement monétaire de la part de la BCE, de manière irréaliste. C'est avant tout le retour du risque de conversion des dettes émises en euro, en une nouvelle monnaie nationale qui se déprécierait, qui pourrait causer une forte réticence des marchés à financer l'Italie. Le comportement conjoint du gouvernement et de la Commission au cours des prochaines semaines va donc être crucial. Une dégradation de la dette de l'Italie par les agences de notation pourrait également alarmer les marchés, surtout si les obligations du pays passent en catégorie spéculative, ce qui les rendrait inéligibles pour être apportées en collatéral par les banques pour obtenir du financement ordinaire de l'Eurosytème.

Si la Commission européenne a pu sembler jouer avec la menace que représentent les marchés financiers sur l'Italie pour faire fléchir le gouvernement italien, ce jeu n'est-il pas dangereux pour l'ensemble de la zone euro ? 

Certainement, la Commission Européenne doit rester prudente. En menaçant de s'en tenir à la lettre du pacte de stabilité, l'objectif est bien sûr de forcer le gouvernement italien à s'aligner sur ses exigences. Mais aller jusqu'à un conflit ouvert est très dangereux. L'Italie a une taille et une influence systémique très supérieure à celle de la Grèce. Il est donc hors de question de prendre le risque de la pousser hors de la zone euro. Le coût pour l'ensemble des pays membres serait beaucoup trop fort, et l'union monétaire elle-même pourrait être menacée. Le gouvernement italien est d'ailleurs persuadé  qu'en cas de dégradation de la situation et de montée très forte des taux d'intérêt, la BCE serait obligée d'intervenir d'une manière ou d'une autre. En réalité, l'Italie comme la Commission sont obligées d'arriver à un compromis.

Quelle serait une solution économiquement, financièrement et politiquement acceptable par l'ensemble des parties en présence ? 

Comme la soutenabilité de la dette de l'Italie dépend en grande partie de la croissance de son économie, il serait opportun que l'a Commission admette que donner priorité à la relance de l'activité sur l'ajustement budgétaire, à court terme, peut être compatible avec le pacte de stabilité. Techniquement on peut aussi jouer sur la mesure de l'écart de production, qui détermine la différence entre le déficit structurel et le déficit effectif,  pour donner des marges de manoeuvre à l'Italie. Les autorités européennes peuvent aussi tenir compte de la bonne volonté que l'Italie a montré au cours des années récentes, avec des surplus primaires bien supérieurs à ceux de la France et de la plupart des autres pays très endettés de la zone euro. Le problème de l'Italie est une croissance à la traîne et le poids des dépenses d'intérêt sur la dette publique, supérieur à celui des autres pays de la zone euro. L'expérience montre que les efforts d'austérité budgétaires sont inutiles pour assurer la solvabilité de la dette publique d'un pays lorsque la croissance est insuffisante. De son côté l'Italie doit prendre des engagements fermes sur la stabilisation de ses finances publiques à long terme, après que la croissance ait été retrouvée. Et relancer l'activité productive demande surtout des réformes structurelles, plutôt qu'une augmentation des dépenses publiques. Il est donc légitime de réfléchir en termes en croissance en même temps qu'en termes d'ajustement budgétaire. Pour éviter une nouvelle panique des marchés, tout le monde a intérêt à arriver à un compromis.

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires