En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

03.

Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".

04.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

07.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

04.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

05.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

06.

Pas de pub pour Zemmour : ce piège dans lequel vient de s’enfermer Nutella

ça vient d'être publié
décryptage > Religion
L'art de la punchline

Un 14 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 34 min 20 sec
décryptage > Société
Inutile

Scolarité obligatoire à trois ans : une réforme inutile et coûteuse

il y a 1 heure 3 min
décryptage > International
Game over

Kurdes : et comme dans Le Train sifflera trois fois, le shérif fatigué jeta son étoile...

il y a 1 heure 20 min
décryptage > Environnement
Clash

Vers un clash entre mesures environnementales et libertés individuelles

il y a 1 heure 52 min
décryptage > Santé
Remue-ménage constant

Comment le monde est devenu de plus en plus bruyant sans que notre corps ne sache s’y adapter

il y a 2 heures 14 min
décryptage > Religion
Quelques précisions...

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

il y a 2 heures 41 min
light > Culture
Big win
Queen s'oppose à l'utilisation de ses tubes par Donald Trump et le camp Républicain
il y a 18 heures 58 min
pépites > International
Ever changing
Offensive turque en Syrie : Donald Trump pourrait imposer de "grosses sanctions" à Ankara
il y a 19 heures 59 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Mère voilée : pour Brigitte Macron "on ne parle pas politique" à l'école
il y a 21 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"De Gaulle, 1969, l'autre révolution" d'Arnaud Teyssier : la fin de la saga du gaullisme, par l'un de ses meilleurs spécialistes

il y a 23 heures 10 min
décryptage > Terrorisme
Dysfonctionnement

Attaque à la Préfecture de police : critiquer les dérives de l'islam est une question de responsabilité pour les musulmans de France

il y a 56 min
décryptage > Culture
Asia Now

La scène artistique asiatique en plein boom s’expose à Paris

il y a 1 heure 9 min
décryptage > Economie
Étouffement

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

il y a 1 heure 21 min
décryptage > Economie
A rebours

Le nombre de catastrophes naturelles meurtrières n’a cessé de diminuer (et leur impact sur l’économie mondiale avec)

il y a 2 heures 4 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Disney, Apple, Warner et Amazon partent à l’assaut de Netflix

il y a 2 heures 38 min
décryptage > Economie
Consensus

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

il y a 3 heures 29 min
light > Culture
Très critique
Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".
il y a 19 heures 18 min
pépites > Religion
Coup de gueule
66% des Français se disent favorables à l'interdiction du voile durant des sorties scolaires
il y a 20 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vie et mort d'un chien" de et mise en scène par Jean Bechetoille : Etre ou ne pas être... c'est encore la question à Elseneur

il y a 23 heures 53 sec
pépites > Europe
Last chance
Brexit : d'après le vice-premier ministre Irlandais, un accord est envisageable cette semaine
il y a 23 heures 22 min
© Flickr
© Flickr
Perdant-perdant

PLF 2019 : pourquoi la perte de pouvoir d'achat des ménages modestes et des retraités aisés ne sera pas compensée par la relance du marché de l’emploi espérée par le gouvernement

Publié le 17 octobre 2018
Une étude portant sur les budgets 2018 et 2019 montre que la politique du gouvernement aura un impact négatif sur le pouvoir d'achat des 20% des Français les plus modestes.
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une étude portant sur les budgets 2018 et 2019 montre que la politique du gouvernement aura un impact négatif sur le pouvoir d'achat des 20% des Français les plus modestes.

Atlantico : Selon les estimations réalisées par l'Institut des politiques publiques, les ménages modestes et les retraités aisés subiront une perte de pouvoir d'achat en conséquence des budgets pour 2018 et 2019. Quelles sont les causes d'un tel résultat ? 

Philippe Crevel : Pour être exact, les 20 % des ménages les plus modestes et ceux dont les revenus figurent entre les 8décile et le 99e centile sont les perdants de la politique mise en œuvre depuis 2017. Ou vu de manière inverse, les ménages figurant entre le 20e centile et le 80e centile ainsi que le 1 % des Français les plus riches ont été gagnants.

Les Français les plus modestes ont eu à souffrir de la moindre revalorisation des prestations sociales et notamment de la baisse de 5 euros des Allocation personnelles de logement (APL). Ces ménages ont été également frappés par la hausse des taxes sur le tabac, l’alcool et sur les carburants et le fioul. La diminution d’un certain nombre d’emplois aidés a pu également jouer. Déjà exonérés bien souvent de taxe d’habitation, la suppression de cet impôt décidé par le Gouvernement les concerne peu. 

Ceux qui se situent au milieu de la distribution des revenus ont été les grands gagnants. Ils ont profité de la bascule des charges sociales sur la CSG et du début de la baisse de la taxe d’habitation. L’amélioration de la situation de l’emploi en 2017 a pu également jouer en leur faveur.

Pour les riches mais pas trop, les augmentations d’impôt et le fait qu’ils ne bénéficient pas de la diminution de la taxe d’habitation explique qu’ils aient pu perdre jusqu’à 3 % de revenu disponible en deux ans.

Les 1 % les plus riches profitent à plein de la suppression de l’ISF sur les placements financiers et de l’introduction du Prélèvement Forfaitaire Unique de 30 %.

Les retraités comptent parmi les perdants même s’ils ont pu compenser en partie la hausse de la CSG par la diminution de la taxe d’habitation. Il est à souligner que 40 % des retraités ne sont concernés par le relèvement de la CSG de 1,7 point et que les plus modestes sont exonérés de taxe d’habitation ou qu’ils bénéficient d’un abattement sur cet impôt. En revanche, le gel des pensions et l’augmentation des taxes diverses et variées les touchent évidemment.

Les objectifs recherchés par cette politique fiscale peuvent-ils justifier une baisse de pouvoir d'achat de ces ménages modestes ? Cette perte peut-elle réellement aboutir à un résultat permettant de compenser cette situation pour ces ménages ? 

Le Gouvernement entend favoriser l’emploi. Il privilégie la rémunération du travail à travers par exemple des baisses de cotisations sociales ou par l’exonération des heures supplémentaires (prévue pour 2019). A contrario, il a décidé de désindexer les prestations sociales par rapport à l’inflation, ce qui conduit à peser sur le pouvoir d’achat des 20 % des Français les plus modestes. Au sien de cette population, les prestations sociales représentent la moitié du revenu disponible brut. De ce fait, toute mesure touchant ces prestations a un effet direct sur le niveau de vie de cette partie de la population.

Le pari est évidemment le maintien d’une forte création d’emplois s’accompagnant d’une augmentation des rémunérations. Il y a une indéniable volonté de favoriser le travail par rapport à l’assistanat. En parallèle, le pouvoir mène une politique favorable sur les 1 % gagnant le plus au nom de la théorie du ruissellement. Le risque est évidemment de ne pas gagner une voix dans la population modeste et de perdre une partie des classes moyennes. Emmanuel Macron accentue ainsi la polarisation de l’économie. Cette situation n’est pas spécifique à la France. Dans tous les pays occidentaux, sur fond de mondialisation et de digitalisation, les gouvernements des politiques très parallèles.

Peut-on voir ce résultat comme une forme de confirmation de la perception d'une politique menée par le "président des riches" ? Quelle serait la qualification la plus juste d'une telle politique ? 

La politique est ciblée. Il favorise les très très riches et un peu les classes moyennes. En revanche, les ménages les plus modestes et les cadres (supérieurs) parisiens ne sont pas à la fête. Cette politique est assumée mais n’est pas sans risque. Le Président de la République peut perdre le soutien des professions dites intellectuelles qui ont voté majoritairement pour lui en 2017. En ce qui concerne les Français les plus modestes, il n’avait pas de toute façon leur soutien. En revanche, les retraités sont en train de se détourner de lui. Le Président sera soutenu par les startuppers qui rêvent de s’exiler sur la côte ouest américaine. En fait, son véritable pari est d’attirer le cœur de l’électorat, les classes moyennes, « moyennes ». Pour le moment, elles sont très partagées par la politique. Les gains de pouvoir d’achat sont modestes. L’amélioration de leur situation est peu ressentie. Les Français considèrent que du fait de la hausse des prélèvements qui dépassent 1000 milliards d’euros, du fait de l’inflation, le niveau de vie stagne voire recule. Si le transfert de certaines cotisations sociales sur la CSG améliore légèrement le pouvoir d’achat depuis le 1er octobre, cette amélioration sera de courte durée en raison des augmentations des cotisations de retraite complémentaires prévues à partir du 1er janvier 2019. 

Propos recueillis par Nicolas Farca. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

03.

Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".

04.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

07.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

04.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

05.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

06.

Pas de pub pour Zemmour : ce piège dans lequel vient de s’enfermer Nutella

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires