En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Ces répliques du Hezbollah et de l’Iran auxquelles s’expose Emmanuel Macron

03.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

06.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

07.

Emmanuel Macron exhibe son engin (à moteur) et Voici pense qu’il ne s’épile plus; Nicolas S. & Carla Bruni saluent leurs fans; Joey Starr, Cauet &Clara Luciani amoureux, Charlize Theron en couple avec elle-même; Justin Bieber veut sauver Kim K. & Kanye W.

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

06.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

05.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

06.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

ça vient d'être publié
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie au premier stade de l'évolution débusquée grâce à l'IA ; Voici ce qu'il se passe quand un trou noir ne « fonctionne » pas
il y a 40 min 28 sec
pépites > Santé
Au bal masqué ohé ohé
Covid-19 : deux tiers des Français favorables au port obligatoire du masque à l’extérieur
il y a 1 heure 27 min
pépites > International
Onde de choc
Liban : le Premier ministre propose des élections anticipées pour apaiser la colère des habitants
il y a 3 heures 47 sec
décryptage > Société
Disruption

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

il y a 3 heures 58 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

La France des caïds : voyage au pays des narcobandits

il y a 4 heures 17 min
décryptage > Société
Agriculture

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

il y a 4 heures 18 min
décryptage > Société
Délinquants déconfinés

Gérald Pandelon : "Avec la crise sanitaire, le risque d’augmentation de la délinquance de droit commun est réel ; les gros voyous, en revanche, s’y sont préparés et ont des réserves"

il y a 4 heures 18 min
décryptage > Economie
Différence de taille

Le match du plan de relance allemand et français

il y a 4 heures 20 min
décryptage > International
La France en première ligne

Liban : l'Europe portée disparue

il y a 4 heures 20 min
pépites > International
Deuil
Covid-19 : l'Amérique latine est désormais la région avec le plus de morts dans le monde
il y a 21 heures 41 min
pépites > International
Dernière dictature d'Europe
Belarus : journée d'élection présidentielle, sur fonds de fraudes et d'arrestations arbitraires
il y a 58 min 13 sec
pépites > Santé
Sortez couverts
Ile-de-France : les zones où le masque devient obligatoire à partir de ce lundi
il y a 1 heure 54 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : les émissions de carbone ont chuté en 2020... sans effet notable pour la planète. Les solutions sont ailleurs
il y a 3 heures 17 min
décryptage > Société
SOS liberté d’opinion en danger

Cancel culture : pourquoi les pires dérives du XXe siècle nous menacent à nouveau

il y a 4 heures 4 min
décryptage > International
Zone de tension

L'annexion du Cachemire déclenchera t-elle une nouvelle guerre indo-pakistanaise ?

il y a 4 heures 18 min
décryptage > France
Immortel Astérix

Voulez-vous savoir pourquoi le mot "Gaulois" a émigré en banlieue ?

il y a 4 heures 18 min
décryptage > Santé
Différences

Le Covid-19 allemand est-il quatre fois moins meurtrier que le Français ?

il y a 4 heures 18 min
décryptage > Media
Economie des médias

Tuer les cookies pour sauver le journalisme ? Les très intéressantes leçons venues des Pays-Bas

il y a 4 heures 20 min
pépites > International
Drame
Beyrouth : 158 morts et toujours 21 personnes portées disparues, selon un nouveau bilan
il y a 21 heures 22 min
light > Culture
C'est dans les vieux pots...
"Dirty Dancing" va avoir une suite, avec Jennifer Grey reprenant son rôle de "Bébé"
il y a 22 heures 18 min
© Flickr
© Flickr
Perdant-perdant

PLF 2019 : pourquoi la perte de pouvoir d'achat des ménages modestes et des retraités aisés ne sera pas compensée par la relance du marché de l’emploi espérée par le gouvernement

Publié le 17 octobre 2018
Une étude portant sur les budgets 2018 et 2019 montre que la politique du gouvernement aura un impact négatif sur le pouvoir d'achat des 20% des Français les plus modestes.
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une étude portant sur les budgets 2018 et 2019 montre que la politique du gouvernement aura un impact négatif sur le pouvoir d'achat des 20% des Français les plus modestes.

Atlantico : Selon les estimations réalisées par l'Institut des politiques publiques, les ménages modestes et les retraités aisés subiront une perte de pouvoir d'achat en conséquence des budgets pour 2018 et 2019. Quelles sont les causes d'un tel résultat ? 

Philippe Crevel : Pour être exact, les 20 % des ménages les plus modestes et ceux dont les revenus figurent entre les 8décile et le 99e centile sont les perdants de la politique mise en œuvre depuis 2017. Ou vu de manière inverse, les ménages figurant entre le 20e centile et le 80e centile ainsi que le 1 % des Français les plus riches ont été gagnants.

Les Français les plus modestes ont eu à souffrir de la moindre revalorisation des prestations sociales et notamment de la baisse de 5 euros des Allocation personnelles de logement (APL). Ces ménages ont été également frappés par la hausse des taxes sur le tabac, l’alcool et sur les carburants et le fioul. La diminution d’un certain nombre d’emplois aidés a pu également jouer. Déjà exonérés bien souvent de taxe d’habitation, la suppression de cet impôt décidé par le Gouvernement les concerne peu. 

Ceux qui se situent au milieu de la distribution des revenus ont été les grands gagnants. Ils ont profité de la bascule des charges sociales sur la CSG et du début de la baisse de la taxe d’habitation. L’amélioration de la situation de l’emploi en 2017 a pu également jouer en leur faveur.

Pour les riches mais pas trop, les augmentations d’impôt et le fait qu’ils ne bénéficient pas de la diminution de la taxe d’habitation explique qu’ils aient pu perdre jusqu’à 3 % de revenu disponible en deux ans.

Les 1 % les plus riches profitent à plein de la suppression de l’ISF sur les placements financiers et de l’introduction du Prélèvement Forfaitaire Unique de 30 %.

Les retraités comptent parmi les perdants même s’ils ont pu compenser en partie la hausse de la CSG par la diminution de la taxe d’habitation. Il est à souligner que 40 % des retraités ne sont concernés par le relèvement de la CSG de 1,7 point et que les plus modestes sont exonérés de taxe d’habitation ou qu’ils bénéficient d’un abattement sur cet impôt. En revanche, le gel des pensions et l’augmentation des taxes diverses et variées les touchent évidemment.

Les objectifs recherchés par cette politique fiscale peuvent-ils justifier une baisse de pouvoir d'achat de ces ménages modestes ? Cette perte peut-elle réellement aboutir à un résultat permettant de compenser cette situation pour ces ménages ? 

Le Gouvernement entend favoriser l’emploi. Il privilégie la rémunération du travail à travers par exemple des baisses de cotisations sociales ou par l’exonération des heures supplémentaires (prévue pour 2019). A contrario, il a décidé de désindexer les prestations sociales par rapport à l’inflation, ce qui conduit à peser sur le pouvoir d’achat des 20 % des Français les plus modestes. Au sien de cette population, les prestations sociales représentent la moitié du revenu disponible brut. De ce fait, toute mesure touchant ces prestations a un effet direct sur le niveau de vie de cette partie de la population.

Le pari est évidemment le maintien d’une forte création d’emplois s’accompagnant d’une augmentation des rémunérations. Il y a une indéniable volonté de favoriser le travail par rapport à l’assistanat. En parallèle, le pouvoir mène une politique favorable sur les 1 % gagnant le plus au nom de la théorie du ruissellement. Le risque est évidemment de ne pas gagner une voix dans la population modeste et de perdre une partie des classes moyennes. Emmanuel Macron accentue ainsi la polarisation de l’économie. Cette situation n’est pas spécifique à la France. Dans tous les pays occidentaux, sur fond de mondialisation et de digitalisation, les gouvernements des politiques très parallèles.

Peut-on voir ce résultat comme une forme de confirmation de la perception d'une politique menée par le "président des riches" ? Quelle serait la qualification la plus juste d'une telle politique ? 

La politique est ciblée. Il favorise les très très riches et un peu les classes moyennes. En revanche, les ménages les plus modestes et les cadres (supérieurs) parisiens ne sont pas à la fête. Cette politique est assumée mais n’est pas sans risque. Le Président de la République peut perdre le soutien des professions dites intellectuelles qui ont voté majoritairement pour lui en 2017. En ce qui concerne les Français les plus modestes, il n’avait pas de toute façon leur soutien. En revanche, les retraités sont en train de se détourner de lui. Le Président sera soutenu par les startuppers qui rêvent de s’exiler sur la côte ouest américaine. En fait, son véritable pari est d’attirer le cœur de l’électorat, les classes moyennes, « moyennes ». Pour le moment, elles sont très partagées par la politique. Les gains de pouvoir d’achat sont modestes. L’amélioration de leur situation est peu ressentie. Les Français considèrent que du fait de la hausse des prélèvements qui dépassent 1000 milliards d’euros, du fait de l’inflation, le niveau de vie stagne voire recule. Si le transfert de certaines cotisations sociales sur la CSG améliore légèrement le pouvoir d’achat depuis le 1er octobre, cette amélioration sera de courte durée en raison des augmentations des cotisations de retraite complémentaires prévues à partir du 1er janvier 2019. 

Propos recueillis par Nicolas Farca. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires