En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

04.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

05.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

06.

Pourquoi nier l’existence du racisme anti-blancs en prouve en fait l’existence

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

03.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

04.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

05.

"Le communisme est l’avenir de l’humanité"… Eh oui on a lu ça !

06.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

ça vient d'être publié
pépite vidéo > International
Preuve en image
Des navires de guerres vendus par la France impliqués dans le blocus yéménite
il y a 7 heures 36 min
pépites > France
plus de reports possibles
Evacuation d’un millier de migrants à Grande-Synthe
il y a 8 heures 23 min
pépite vidéo > Justice
une énième confrontation
Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune
il y a 9 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"LECTURES D'ETE": "Marcher jusqu'au soir" de Lydie Salvayre

il y a 11 heures 9 min
pépites > Société
PMA pour toutes
Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre
il y a 12 heures 24 min
décryptage > Société
Youpi ?

Vous allez pouvoir décrocher les portraits de Macron : un juge de Lyon vous y autorise

il y a 13 heures 46 min
décryptage > International
Union européenne VS Russie

Politique énergétique : avec Nordstream, c’est l’indépendance de l’Europe qui est en jeu

il y a 14 heures 29 min
décryptage > International
élections législatives

Petits repères pour comprendre les élections en Israël

il y a 15 heures 56 min
décryptage > France
Atlantico-Business

La France continue de créer des emplois industriels alors qu’elle n’ouvre plus d’usine. Bizarre

il y a 16 heures 31 min
décryptage > International
Spectre de la guerre

De l’Arabie saoudite à Gaza, le Moyen-Orient est-il au bord de la conflagration généralisée ?

il y a 16 heures 52 min
light > Insolite
Du costume à la tenue de cirque
L’ex-conseiller de Donald Trump participe à l’émission Danse avec les Stars
il y a 8 heures 4 min
de la moquerie dans l'air
Justin Trudeau va réenregistrer son hymne en français
il y a 8 heures 39 min
light > Société
nouveau système de don
L'arrondi sur salaire de plus en plus répandu en France
il y a 10 heures 18 min
pépites > Société
La recherche s'affine
La fraude des numéros de sécurité sociale est estimée entre 117 et 139 millions d'euros
il y a 11 heures 17 min
pépite vidéo > Société
démenti
Alexandre Moix se confie sur la violence de son frère Yann dans leur enfance
il y a 13 heures 8 min
décryptage > Europe
documents de yellowhammer

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

il y a 14 heures 9 min
décryptage > Economie
risque de récession ?

Déficits publics : la zone euro souffre-t-elle d’anorexie budgétaire ?

il y a 15 heures 42 min
décryptage > Science
maladies cardiovasculaires

Surmortalité et boissons sucrées : pourquoi l'étude européenne qui rend responsable les édulcorants n’est pas valable

il y a 16 heures 11 min
décryptage > Politique
élections municipales 2020

LREM, cette coalition qui s’ignore

il y a 16 heures 39 min
pépite vidéo > International
Flammes massives
Sites pétroliers attaqués en Arabie Saoudite : la production mondiale de pétrole ralentie
il y a 1 jour 7 heures
© VINCENT KESSLER / POOL / AFP
© VINCENT KESSLER / POOL / AFP
Ma petite entreprise connaît la crise

Remaniement : Emmanuel Macron rattrapé par son mode de conquête du pouvoir

Publié le 11 octobre 2018
Pendant que le Canard Enchaîné révélait les tensions existantes entre Elysée et Matignon concernant le nom du prochain ministre de l'intérieur, Libération indiquait que Christophe Castaner aurait menacé de démissionner s'il n'avait pas le poste. C'est aujourd’hui le cœur de la macronie qui semble affecté, malgré la loyauté affichée de ces deux personnalités.
Les Arvernes sont un groupe de hauts fonctionnaires, de professeurs, d’essayistes et d’entrepreneurs. Ils ont vocation à intervenir régulièrement, désormais, dans le débat public.Composé de personnalités préférant rester anonymes, ce groupe se veut l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Arvernes
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Arvernes sont un groupe de hauts fonctionnaires, de professeurs, d’essayistes et d’entrepreneurs. Ils ont vocation à intervenir régulièrement, désormais, dans le débat public.Composé de personnalités préférant rester anonymes, ce groupe se veut l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pendant que le Canard Enchaîné révélait les tensions existantes entre Elysée et Matignon concernant le nom du prochain ministre de l'intérieur, Libération indiquait que Christophe Castaner aurait menacé de démissionner s'il n'avait pas le poste. C'est aujourd’hui le cœur de la macronie qui semble affecté, malgré la loyauté affichée de ces deux personnalités.

Atlantico : En quoi Emmanuel Macron paye-t-il ici une problématique de personnalisation du pouvoir insuffisamment ancrée dans un projet politique défini ?

Les Arvernes : La personnalisation du pouvoir n’est pas l’invention d’Emmanuel Macron. Elle est largement inscrite au cœur de la Vem République.

Pourtant, avec Emmanuel Macron, elle atteint des niveaux très préoccupants, pour plusieurs raisons.

Première raison, l’arrivée d’Emmanuel Macron, contrairement à ceux qui croient au sens de l’Histoire, est une sorte de miracle. En d’autres termes, il n’aurait jamais dû être élu. Rappelons que sans les paroles en l’air d’Arnaud Montebourg, il aurait quitté la politique. Que si Alain Juppé avait gagné la primaire, il n’avait pas d’espace. Pas plus d’ailleurs que si François Hollande s’était représenté, si François Fillon n’avait pas fait une campagne catastrophique etc. Bref : le macronisme est une anomalie. C’est la rencontre d’un homme qui a eu une Baraka inouïe, à un moment bien spécial de l’histoire de notre système politique. Dans ce contexte il est logique qu’il soit arrivé largement sans équipe constituée.

Deuxième raison, Emmanuel Macron a le même problème que Nicolas Sarkozy : il s’estime suffisamment intelligent pour diriger un pays comme la France, malgré sa complexité, malgré la complexité du monde, seul avec deux ou trois personnes, et en réalité avec une seule, Alexis Kohler. C’est évidemment une erreur tragique.
Troisième raison, plus profonde, et qui ne concerne pas que la France : Emmanuel Macron est arrivé au pouvoir à un moment bien précis de l’histoire de nos démocraties, celui où le vivier politique est complètement asséché. Pour faire court, l’Occident, avec la chute du mur de Berlin, s’est laissé intoxiquer par la vulgate anglo-saxonne, selon laquelle la politique passait après le marché et l’économie. C’est une erreur terrible, que tout l’Occident paye. Pour le dire simplement, les occidentaux ont oublié cette évidence : il faut, à la tête des pays, une partie des meilleurs, c’est à dire des plus intelligents, des plus compétents, des plus vertueux au sens de l’article 6 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789. Aujourd’hui, c’est un secret de Polichinelle : les hommes politiques sont médiocres.

Comment comprendre le paradoxe d'une conquête réussie du pouvoir qui a pu se construire sur une ambiguïté programmatique et ce qui ressemble aujourd’hui à la facture du "en même temps" ?

Ce n’est pas un paradoxe. Cette conquête du pouvoir est un accident, une effraction, une aberration. Cela ne signifie nullement qu’Emmanuel Macron est dénué de qualités. Il en a au moins une, mais elle est essentielle : l’audace.

Ce que l’on appelle le « en même temps », ce n’est pas une pensée complexe du monde. C’est la recette d’un artifice, grâce auquel Emmanuel Macron a su conquérir le pouvoir. Dans un monde politique marqué par une immense médiocrité, Emmanuel Macron sait trouver dans son charme et dans la raison technicienne la capacité de tenir en même temps tous les discours, même les plus contradictoires. Ceci nous amène, selon nous, au cœur du personnage, qui, dans toute sa complexité, est un imposteur.
Imposteur de nature, car derrière le « en même temps », derrière la posture du Président littéraire, derrière l’échec à Normale Sup, dont il ne se remet pas, se cache au fond l’irrésistible envie non pas de politique, mais de culture, d’art, c’est à dire de représentation.

Imposture de construction par ailleurs. Car au fond, comment réussit-on dans une société aussi mure que la notre ? En jouant un rôle. Emmanuel Macron, comme ses prédécesseurs, sait discuter avec une personne et lui donner réellement le sentiment qu’il partage ses problèmes. Il sait, pour obtenir une bonne note en droit à la sortie de l’ENA, s’inventer Conseiller d’Etat le temps d’une épreuve de cinq heures. Bien sûr il n’est pas le seul. Alain Peyrefitte racontait comment Valery Giscard d’Estaing époustouflait le Conseil des Ministres, y compris le Général de Gaulle, jusqu’à ce qu’un des ministres ait eu la bonne idée de souffler au Général « vérifiez quand même ce qu’il dit ».

Ce à quoi l’on assiste en ce moment, c’est juste la confrontation d’une pensée politique sans réelles vertèbres au réel. Et le réel, c’est l’absence de vivier pour trouver des ministres. C’est la faiblesse congénitale d’En marche. C’est le désalignement des planètes économiques. C’est le pragmatisme des allemands et des pays du Nord qui refusent les projets de réforme de la zone euro car ils comprennent – trop tard, comme les français - l’imposture Macron. C’est la souffrance de beaucoup de français, pour des raisons diverses. On pourrait continuer…

Quelle est la dimension personnelle des difficultés d'Emmanuel Macron ? En quoi l'isolement présidentiel diffère-t-il de celui vécu par ses prédécesseurs ?

Le macronisme, c’est Emmanuel Macron. Sans lui, tout s’écroule. C’est la différence entre lui et ses prédécesseurs qui étaient le fruit d’une histoire politique plus ou moins longue, qui avaient accumulé de l’expérience, et, tout au long d’une vie politique faite de rencontres, avaient su se constituer un vivier d’hommes et de femmes dans lequel puiser au moment d’exercer le pouvoir. Mais que sont Edouard Philippe, Christophe Castaner et autres ? De simples exécutants. Ils n’ont pas d’existence propre comme Philippe Seguin ou Alain Juppé en avaient par rapport à Jacques Chirac par exemple.

Nous croyons qu’il y a plus grave : le rapport des français à leur Président. Pour simplifier, il y a trois moments. D’abord, ils l’ont élu, sans le connaître. Ensuite, les français lui ont laissé le bénéfice du doute, et se sont satisfaits du dynamisme et de la posture d’un homme qui, après la médiocrité de François Hollande et la vulgarité de Nicolas Sarkozy, ressemblait enfin à l’idée qu’ils ont d’un Président. Puis, le temps passant, marqué par une série de comportements qui signent le tempérament d’un homme (l’affaire Villiers et le « je suis votre chef », l’affaire Benala et le « qu’ils viennent me chercher », les blessures symboliques majeures faites le jour de la fête de la musique ou avec les récentes affaires du « doigt d’honneur » ou du jeune chômeur), les français ont fini par se faire une idée de l’homme. Et cette idée, fausse ou non, c’est celle d’un homme arrogant, éloigné de leurs préoccupations, narcissique, et finalement pas plus doué que ses prédécesseurs. De ceci, l’on ne se remet pas.

L’avenir est hélas écrit. Le Président, frustré de ses échecs, enfermé par construction dans l’Elysée d’où il est – institutions obligent - inexpugnable, convaincu d’avoir raison face au reste du monde, a perdu l’occasion qu’il a eue de réformer la France, c’est à dire les premiers mois de son quinquennat. C’est le nouveau chapitre d’une tragédie pour la France, les français, et l’Europe.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires