En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

04.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

05.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

06.

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

07.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 1 min 31 sec
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 1 heure 34 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 3 heures 4 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 3 heures 19 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 3 heures 42 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 4 heures 3 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 4 heures 36 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 5 heures 12 sec
décryptage > Economie
(R)évolution ?

Vers une ère d’efficacité turbo pour la politique monétaire ?

il y a 5 heures 28 min
pépites > Santé
Religion
Annoncée par le président, hier soir, la limite maximum de 30 fidèles par messe, va être augmentée selon les évêques de France
il y a 6 heures 23 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 31 min 36 sec
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 2 heures 53 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 3 heures 14 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 3 heures 38 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 4 heures 1 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 4 heures 18 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 4 heures 39 min
pépites > Consommation
Energie
Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves
il y a 5 heures 25 min
décryptage > France
Forces de l'ordre

Le gouvernement en plein dérapage incontrôlé sur la sécurité et les libertés publiques ?

il y a 6 heures 6 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"
il y a 6 heures 29 min
© BERTRAND GUAY / AFP
© BERTRAND GUAY / AFP
Atlantico Business

Un pas vers Macron : quand Éric Woerth convertit Wauquiez à la rigueur budgétaire et à la logique de compétitivité

Publié le 10 octobre 2018
Le président des Républicains a rendu public hier un programme d’action économique fondé sur la compétitivité et la baisse des dépenses publiques.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le président des Républicains a rendu public hier un programme d’action économique fondé sur la compétitivité et la baisse des dépenses publiques.

Les observateurs les plus pernicieux vont dire que Laurent Wauquiez se rapproche d’Emmanuel Macron en reprenant à son compte les mesures qu’il préconisait pendant sa campagne. Sauf que les plus cyniques souligneront qu’une fois installé à l’Elysée, Emmanuel Macron a beaucoup de mal à aller au bout de ses promesses. 

Cela dit, Laurent Wauquiez a quand même surpris le petit monde de la politique qui désespérait de voir le président des Républicains grandir un peu sur le chemin des responsabilités. C’est Éric Woerth, dit-on, le président de la commission des Finances à l’Assemblée Nationale, qui l’aurait ramené à la réalité. 

Toujours est-il, qu'à la veille du remaniement gouvernemental, Laurent Wauquiez refuse de polémiquer sur les fausses manœuvres du président de la République, pas de politique politicienne, mais entend prouver qu’il travaille, lui, sur le fond. Et le fond porte sur la situation économique, budgétaire et sociale. Parce que le président qui veut tout faire en même temps, en réalité, ne fait rien. Puisqu’il n’a rien lâché sur la dépense publique. 

Sa proposition s’articule autour d’une idée très simple et partagée par la plupart des experts. Si on réduit la dépense publique, on accroit mécaniquement les moyens de la sphère privée et si on donne à la sphère privée plus de liberté, on accroit sa compétitivité. Laurent Wauquiez assume donc une logique d’offre pour sortir la maison France de ses vieilles structures alors qu’une partie de ses amis plaidait pour une réforme de la demande par une hausse des salaires et des revenus distribués. Guillaume Pelletier, en mal de discours provocant, en avait fait son cœur de programme pour restaurer le pouvoir d’achat. 

Sans polémique interne, Laurent Wauquiez et Éric Woerth écartent les mesures de relance par la demande pour se concentrer sur le soutien à la compétitivité des entreprises. D’où l’axe prioritaire : rétablir l’équilibre des finances publiques en « réduisant les dépenses publiques » sur le modèle qu‘il a utilisé dans le région Rhône-Alpes. D’où, pour la France, un programme de réduction des dépenses de fonctionnement d’au moins 20 milliards par an. 

Concrètement, ça passerait :

- Par un allongement du temps de travail effectif dans la fonction publique à 39 heures par semaine, soit 2, 4 milliards d’économies réalisables sur la baisse des effectifs correspondante. 

- Par l’instauration d’une allocation sociale unique plafonnée à 75% du Smic, ce qui engendrerait 5 milliards d’économies sur les seuls coûts de gestion.

- Par la suppression de régimes spéciaux et l'alignement des retraites du public sur le privé, 1 milliard de dépenses en moins la première année, 5 milliards par an à terme. 

- Par la réforme du système de santé, parcours de soin et le développement de l’e-santé, 1 milliard d’économies la première année et 5 milliards les suivantes. 

- Par le conditionnement de l'accès des étrangers aux prestations sociales, qui devraient ainsi avoir déjà 3 années de cotisations en France. Soit 2 milliards d’économies. 

- Par le durcissement des sanctions infligées aux chômeurs qui refusent de chercher un emploi, 1 milliard d’euros 

- Par la gestion plus rationnelle du parc immobilier public, ce qui ferait gagner 1 milliard d’euros. 

- Par la lutte contre la fraude sociale et fiscale, 1 milliard 

- Par la réduction du financement public des syndicats, 1 milliard d’euros. 

Alors le programme Wauquiez est encore flou, le chiffrage est très approximatif, et le président des Républicains ne dit pas comment il fera politiquement, pour réduire les dépenses publiques, rectifier les mesures sociales jugées trop généreuses. Réformer la fonction publique et les retraites. Parce qu’aujourd’hui, ce qui ne marche pas dans la gouvernance Macron, c’est moins l’objectif de réforme que les moyens à mettre en œuvre pour qu’elle puisse passer les obstacles politiques.  

Cela étant, Laurent Wauquiez sort du cercle de la démagogie politique pour mettre un pied dans le cercle des responsabilités. Les chefs d’entreprise ne s’en plaindront pas. 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires