En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

03.

Franck Dubosc signe le pire score d'audience en prime-time de l'histoire de TF1

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Coronavirus : ces mesures prises ailleurs dont la France aurait grand besoin pour maîtriser une rentrée à risques

06.

Le Liban sous mandat français ? Peut-être, mais est-on sûr que Macron soit de taille ?

07.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

06.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

05.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

06.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

ça vient d'être publié
pépites > International
Violence de la catastrophe
Les explosions du port de Beyrouth ont formé un cratère de 43 mètres de profondeur
il y a 11 min 17 sec
light > Media
Loi sur la sécurité nationale
Hong Kong : la figure prodémocratique Jimmy Lai a été arrêtée, ses journaux perquisitionnés
il y a 2 heures 45 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

L'État, sauveur du jour, tueur du lendemain. Mr Darmanin est-ce l’image que vous voulez donner de votre mandat ?

il y a 4 heures 3 min
pépite vidéo > International
Liban
De nouveaux incidents à Beyrouth lors de manifestations, trois ministres ont démissionné
il y a 5 heures 13 min
décryptage > Economie
Baisse des prix

Le Covid-19 est déflationniste

il y a 7 heures 8 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Incognito, vraiment ? Pourquoi la navigation en mode privé ne correspond pas vraiment à ce que vous croyez
il y a 7 heures 51 min
décryptage > High-tech
Fake news

Vidéos trafiquées : les deepfakes deviennent de plus en plus faciles à produire et de plus en plus crédibles

il y a 8 heures 19 min
décryptage > Economie
Classement

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

il y a 8 heures 40 min
light > Media
Accident industriel
Franck Dubosc signe le pire score d'audience en prime-time de l'histoire de TF1
il y a 23 heures 51 min
pépites > France
Mais que fait la police ?
En moyenne, un maire ou un adjoint est agressé chaque jour en France
il y a 1 jour 1 heure
pépites > Santé
Pouvoir d'achat
Covid-19 : le prix des masques devrait fortement baisser à la rentrée
il y a 34 min 16 sec
pépites > Politique
Bras de fer démocratique
Biélorussie : la candidate d'opposition Svetlana Tikhanovskaïa demande à Alexandre Loukachenko de céder le pouvoir
il y a 3 heures 40 min
pépites > Terrorisme
Investigations
Attaque au Niger : le parquet antiterroriste français ouvre une enquête pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste"
il y a 4 heures 44 min
décryptage > Santé
Anticipation

Coronavirus : ces mesures prises ailleurs dont la France aurait grand besoin pour maîtriser une rentrée à risques

il y a 6 heures 53 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Traité d’antidiplomatie

il y a 7 heures 30 min
décryptage > International
Retour vers le passé

Le Liban sous mandat français ? Peut-être, mais est-on sûr que Macron soit de taille ?

il y a 8 heures 13 min
décryptage > France
La ruée vers l'Ouest

Quel impact des canicules sur l’immobilier ?

il y a 8 heures 27 min
décryptage > Histoire
Atlantico Business

Les femmes qui ont changé le monde et le cours de l’Histoire. Aujourd’hui, Cléopâtre

il y a 8 heures 55 min
pépites > International
Drame
Niger : six touristes français et leurs deux guides tués par des hommes armés
il y a 1 jour 4 min
pépite vidéo > Environnement
Cassandre
Canicule : le bulletin météo de 2050 basé sur des prévisions climatiques est déjà devenu réalité
il y a 1 jour 1 heure
© ZACH GIBSON / AFP
© ZACH GIBSON / AFP
Atlantico Business

USMCA : la victoire de Trump par KO sur le Mexique et le Canada qui devrait alerter les Européens sur ce qu’il les attend en matière de négociations commerciales

Publié le 06 octobre 2018
Donald Trump a-t-il eu raison de forcer le bras à ses alliés commerciaux par coup de manque de diplomatie ? Le nouvel USMCA, accord commercial nord-américain remplaçant l’ALENA, est en tout cas la preuve du réalisme économique du président américain.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Aude Kersulec
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Donald Trump a-t-il eu raison de forcer le bras à ses alliés commerciaux par coup de manque de diplomatie ? Le nouvel USMCA, accord commercial nord-américain remplaçant l’ALENA, est en tout cas la preuve du réalisme économique du président américain.

Même les Américains les plus réticents, des New-yorkais aux geeks de la Silicon Valley qui n’ont guère apprécié son arrivée à la Maison Blanche, commencent à croire que la méthode Trump peut marcher.

Acte 1, il promet pour attirer les foules, en sachant que ce qu‘il promet n’est pas rationnel.

Acte 2, il détruit tout ce que ses prédécesseurs ont fait parce que, par principe pour ses électeurs, tout ce qui a été fait avant est toxique. 

Acte 3, il reconstruit le système d’échange, qui reprend l’essentiel du modèle précédent, mais avec un packaging différent – l’USMCA est ainsi « le plus important accord commercial que l’on n’ait jamais fait » selon les mots du président. Les modalités qu’il a obtenues apportent des avantages à l’Amérique certes, mais sans déséquilibrer l‘économie globale. 

C’est ce qu’il a montré une fois encore avec la signature de l’accord d’échange au sein de l’Amérique du nord avec le Mexique et le Canada. Le nouvel USMCA, accord commercial nord-américain et qui remplace l’ALENA, est en tout cas la preuve pour beaucoup, du réalisme économique du président américain. 

Ce que Donald Trump a détruit pendant sa campagne, Donald Trump le reconstruit. Alors on a du mal à trouver les raisons rationnelles qui l’ont poussé à détester et à faire comme promesse de campagne de supprimer l’accord commercial nord-américain alors qu’il aurait pu simplement le renégocier. Mais une fois l’ALENA enterré, un nouvel accord, d’abord avec le Mexique, puis depuis lundi dernier avec le Canada, s’est rapidement ajouté à la liste des accords internationaux.  L’accord USMCA – pour United States/Mexique/Canada - devra encore être présenté au Congrès début 2019. Mais les choses s’annoncent plutôt bien puisque même les démocrates devraient même le voter

Quant aux médias américains, ils ont relayé la négociation de cet accord en soulignant l’habileté des techniciens qui ont conçu le texte et celle du locataire de la Maison Blanche à en faire sa propre promotion.

Le texte de base est pratiquement un copier-coller du défunt ALENA, sauf que Trump y a ajouté des clauses supplémentaires, qui sont très favorables aux Etats-Unis. Du moins, en théorie, favorables aux emplois et aux exportations. Et ces clauses s’adressent directement à l’électorat populaire.

1er point : la volonté de « restaurer l’industrie manufacturière américaine ». 

Particulièrement dans l’automobile où 75% de la production d’un véhicule devra provenir de la zone nord-américaine, ce qui désincite fortement les fournisseurs d’importer des matériaux chinois. Cette disposition existait auparavant, mais était fixée à 62,5%. Le Mexique est aussi touché par cette mesure, qui prévoit un relèvement du salaire minimum prévu pour les salariés du secteur. 

L’ALENA était pour Donald Trump un accord fautif d’avoir causé le transfert des usines du Midwest vers le Mexique où la main d’œuvre est moins chère. Trump impose aujourd’hui une hausse de salaire au Mexique. Les disparités de salaires dans le secteur, les écarts de coûts de main d’œuvre entre les trois pays USA, Mexique et Canada vont devenir moins importantes. Sur ce point, Trump impose par la force de la négociation une marche vers l‘harmonisation des conditions de production, évolution que les Européens, en 50 ans de marché unique n'ont pas réussi à faire. Mais la grosse inconnue selon les économistes, est de savoir si les constructeurs répercuteront leur hausse de coût sur les consommateurs.

2ème point : Trump arrache plus d’exportations pour les agriculteurs américains.

C’est clairement son cheval de bataille dans ses négociations commerciales, il veut absolument promouvoir les produits américains à l’export. La négociation avec le Canada s’est donc portée sur l’agriculture. Les propriétaires terriens ont massivement voté pour Trump. Les agriculteurs américains auront donc un meilleur accès au marché canadien, qui était jusqu’alors réglementé. Le Canada s’est engagé à acheter davantage de produits agricoles américains. C’était à prendre ou à laisser ? Trudeau a pris par peur de tout perdre par ailleurs. 

3ème point : un droit de veto américain sur un éventuel accord avec la Chine

En fait, la disposition prise empêche l’un des pays membres (le Mexique ou le Canada) de conclure, sans l’accord des autres, un deal avec un pays n’ayant pas le statut d’économie de marché. C’est évidemment la Chine qui est visée, dans le but de l’empêcher d’obtenir des facilités commerciales avec le Mexique ou le Canada pour entrer sur le territoire nord-américain. 

4ème point : un chapitre sur l’environnement assez faible

S’il a le mérite d’exister, il ne fait état là que de la pollution marine, la surpêche et les espèces menacées, sans qu’il soit à aucun moment question de changement climatique ou de transition écologique, malgré la volonté affichée de Justin Trudeau d’évoluer dans cette direction.

Parce qu’il installe une visibilité pendant au moins six ans, cet accord a de quoi rassurer les entreprises, faisant presque oublier les péripéties protectionnistes prises avant l’accord par Donald Trump, notamment sur l’acier et l’aluminium. « Sans les tarifs douaniers, il n’y aurait même pas de deal – je dis ça pour tous les naïfs ici et là qui parlent des surtaxes ». Donald Trump utilise la politique du bâton, c’est connu. Il punit, menace, pour obtenir ce qu’il veut mais reste empreint de réalisme économique. En revanche, c’est quand même une sacrée leçon à prendre pour l’Europe qui doit continuer de négocier avec lui dans les mois à venir. Le problème, c’est que, vu de Bruxelles, l‘Amérique ne fonctionne pas exactement comme on la voit à New York.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires