En direct
Best of
Best of du 23 au 29 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

06.

Une américaine découvre que son mari la trompe... en lisant une critique culinaire dans le Washington Post

07.

Ces passeports maltais devenus le Graal des super-riches de la planète

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une prise de sang pour diagnostiquer les cancers les plus courants ? Une grande étude menée par des chercheurs lyonnais le permettra bientôt

04.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

05.

Vous ne devinerez jamais pourquoi le dernier shooting photo de Selena Gomez fait polémique

06.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

01.

L’immigration, remède nécessaire pour l’équilibre des retraites et le rebond de notre économie ?

02.

Point de non-retour climatique : allons-nous vers un effondrement global ou vers un gigantesque jeu de gagnants perdants à l’échelle de la planète ?

03.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

04.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

05.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

06.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Jugement
Agression des policiers à Viry-Châtillon : 10 à 20 ans de réclusion pour 8 accusés, 5 personnes acquittées
il y a 4 heures 35 min
pépites > Justice
Fichée S
Ultra-gauche : une militante a été écrouée pour avoir espionné des policiers
il y a 7 heures 35 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 4 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 8 heures 30 min
pépites > Justice
Riposte judiciaire
Alexandre Benalla a décidé de porter plainte contre X dans l'affaire de l'enregistrement clandestin diffusé par Mediapart
il y a 10 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le délicieux malheur français" de Denis Olivennes : la mélodie du malheur, notre berceuse préférée

il y a 11 heures 43 min
pépite vidéo > Défense
Futures missions à mener
Opération Barkhane : Emmanuel Macron va réunir le G5 Sahel à Pau
il y a 13 heures 7 min
pépites > Social
"Le mur du 5 décembre"
806.000 manifestants pour la première journée de mobilisation à travers le pays contre la réforme des retraites
il y a 14 heures 2 min
décryptage > Santé
Alimentation

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

il y a 15 heures 20 min
décryptage > International
Sommet sous tension

Otan : Emmanuel Macron et Donald Trump, convergences dans l'incohérence

il y a 16 heures 14 min
décryptage > International
Daphne Caruana Galizia

Ces passeports maltais devenus le Graal des super-riches de la planète

il y a 16 heures 47 min
pépite vidéo > Politique
5 décembre
Jean-Luc Mélenchon salue le "grand progrès" et "l’humanisme" de Marine Le Pen pour sa position sur la grève
il y a 5 heures 38 min
pépites > International
Chambre des représentants
Procédure de destitution contre Donald Trump : Nancy Pelosi demande que soit rédigé l'acte d'accusation
il y a 7 heures 53 min
light > Sport
Répercussions
Le joueur légendaire Marco Van Basten a été retiré du jeu FIFA 20 "jusqu'à nouvel ordre" après son dérapage nazi
il y a 9 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Prince Igor"d'Alexandre Borodine : Le Prince Igor rentre au répertoire de l'Opéra National de Paris

il y a 11 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Léonard de Vinci" au Louvre : ode à Léonard

il y a 11 heures 53 min
décryptage > Politique
Ça va faire des vagues...

La tempête sociale du 5 décembre : Macron nous invite "à prendre la mer"

il y a 13 heures 26 min
décryptage > Economie
Campagne mouvementée ?

Pourquoi la présidentielle complique la guerre commerciale sino-américaine (et ça n’est pas une bonne nouvelle pour l’Europe)

il y a 15 heures 4 min
décryptage > France
Economie française

La solution à la récession ? L’optimisme

il y a 15 heures 38 min
décryptage > Environnement
Pas grand chose à voir avec l'environnement

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

il y a 16 heures 31 min
décryptage > France
Décision

Un office national de lutte contre la haine ou le dernier exemple en date du renoncement politique face à la montée de la violence

il y a 17 heures 1 min
© MARTIN BERNETTI / AFP
© MARTIN BERNETTI / AFP
Intérêt pour la souffrance ?

La France malade de la victimite

Publié le 02 octobre 2018
Une fausse victime des attentats du 13 novembre sera jugée ce mardi 2 octobre. Un jugement qui illustre un paradoxe bien français : être une victime (au sens large) serait devenu un moyen d'exister socialement (et médiatiquement) dans un pays où l'on ne prête plus attention aux vrais victimes (elles bien réelles) du quotidien.
Jacques Billard, agrégé et docteur en philosophie, a été inspecteur-professeur de l’Éducation nationale, directeur d’études à l’IUFM de Paris, maître de conférences à l’Université de Paris-I et à l’IEP (Sciences-Po). Il Ancien président de l’Association...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Billard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Billard, agrégé et docteur en philosophie, a été inspecteur-professeur de l’Éducation nationale, directeur d’études à l’IUFM de Paris, maître de conférences à l’Université de Paris-I et à l’IEP (Sciences-Po). Il Ancien président de l’Association...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une fausse victime des attentats du 13 novembre sera jugée ce mardi 2 octobre. Un jugement qui illustre un paradoxe bien français : être une victime (au sens large) serait devenu un moyen d'exister socialement (et médiatiquement) dans un pays où l'on ne prête plus attention aux vrais victimes (elles bien réelles) du quotidien.

Atlantico : La présumée fausse victime de l'attentat du 13 novembre 2015 Alexandra D sera jugée ce mardi 02 octobre 2018 devant le tribunal correctionnel de Paris pour escroquerie et faux témoignage. Comment en est-on arrivé à une ère ou le statut de victime semble être socialement enviable ?

Jacques Billard : Cette personne est loin d’être la seule dans ce cas. Bataclan et Nice, il s’agit de dizaines de personnes et il est probable qu’elles n’ont pas toutes été démasquées. Il ne s’agit là que d’escroquerie banale, courante. Elle choque un peu plus que les autres escroqueries, car nous n’y sommes pas encore habitués comme nous le sommes pour les escroqueries aux aides sociales ou à toutes les formes de solidarité. L’attractivité du statut de victime n’est pas ici le moteur. Il s’agit de simple crapulerie éventuellement commise sous couleur d’affabulation.

Il est vrai que certains se sont même rêvés victime du Bataclan, redonnant ainsi un peu d’allure à leur vie un peu terne. Aux experts psy de trancher, mais le drame, dans cette affaire, c’est que dès qu’une générosité sociale se met en place, une nuée de profiteurs apparaît qui met en péril les dispositifs de solidarité. Mais cela n’a rien de nouveau.

Cependant la question que vous posez – le caractère attractif du statut de victime – est sérieuse et pointe une réalité en fort développement. Et cela peut se comprendre. Dans une société comme la nôtre où la solidarité est plutôt assez forte et où la générosité est portée comme une valeur supérieure, on attire l’attention sur soi en se dévoilant comme victime. Éventuellement, on en tire profit. Mais le profit n’est pas forcément le mobile le plus profond.

On est là dans le registre moral. Nous sommes tous tenus d’apporter tout le soulagement qu’on peut à qui souffre. Mais lorsqu’on passe dans le registre politique, il en va tout autrement. Se déclarer victime, c’est d’une part, écarter sa propre responsabilité et, d’autre part, attendre une réparation. Sur le plan moral, la victime est victime de la force des choses ou de la malchance, ce qui ne désigne aucun coupable. Sur le plan politique, toute victime est victime d’une mauvaise action. Se dire victime, c’est désigner un coupable. Et cela fonctionne assez bien. Nous, les pays occidentaux, sommes en effet tout à fait prêts aux repentances et aux réparations. Alors, pourquoi ne pas jouer cette carte qui se trouve, en fait, être un investissement rentable.

Pas plus tard qu’hier, 30 septembre, c’est le président de la Guinée, Alpha Condé, qui se place en victime de la France pour expliquer le retard économique de son pays : en 1958, lors de l’indépendance, tous les cadres économiques français sont partis, laissant les pays à lui-même. Incroyable ? Pas du tout. Il suffit d’insister et cela sera entendu et sans doute indemnisé. La Guinée est faible, mais ce n’est pas de sa faute, elle a été victime de la France qui a… décolonisé trop vite ! Comme dit Alpha Condé : « La France a tout fait pour que la Guinée ne puisse pas se développer. » 

Il y a ici télescopage entre le domaine politique et le domaine moral. Et parce qu’on plaque de la morale sur de la politique, par hypothèse, celui qui proteste de son innocence est suspect tandis que celui qui souffre ne ment pas.

On observe un regain d'intérêt pour l'histoire des victimes dans les émissions télé, que ce soit pour les SDF ou les malades. Y a-t-il une libération de la parole, un intérêt pour la souffrance, ou est-ce une question de curiosité ?

Il y a certainement une libération de la parole, car le malheur qui, naguère, se faisait discret ne se cache plus. La douleur, qui restait intérieure, se montre et la souffrance trouve un bénéfice secondaire dans son exposition. Il y a là une exhibition qui, bien sûr, fait douter de la réalité de la souffrance. Qui trouve de l’intérêt dans l’exhibition de sa souffrance ne souffre peut-être pas autant qu’il le dit. Car par nature, toute souffrance est intérieure, voire secrète. Elle n’est jamais un étendard. On la décèle par des signes qu’on interprète et non par voie d’affichage public. On la mesure par sympathie – on souffre de la souffrance des autres – non par des chiffres.

Mais s’il y a exhibition de la souffrance, c’est qu’il existe un public pour la regarder. Des curieux ? Des voyeurs ? La souffrance, humaine ou animale, est un spectacle. On ne compte plus, sur YouTube, les vidéos de grands carnassiers dévorant des victimes vivantes, terrifiées et tordues de douleur.

Il n’y a pas si longtemps, dans nos pays, les exécutions capitales avaient lieu en public et le public n’a jamais manqué. Beaux spectacles que ces pendaisons, ces décapitations et ces bûchers. On y venait en famille voir la souffrance et on était excusable d’y prendre plaisir, car c’était une souffrance d’expiation.

Faut-il supposer qu’il existe au fond de la nature humaine des tendances mal réprimées qui prennent plaisir à voir souffrir autrui ? Probablement. D’autant que la souffrance qu’on voit, alors qu’on ne l’a pas infligée, est un plaisir non mêlé de culpabilité. Seuls les sadiques prennent plaisir à la souffrance qu’ils infligent. Aussi ne faut-il pas s’étonner qu’on soit à la fois attiré par la souffrance d’autrui tout en éprouvant, pour eux, de la pitié. C’est la nature humaine.

Paradoxe, la solidarité face aux victimes réelles est loin d'être vivace. Dans la nuit de vendredi à samedi 29 septembre, un couple à scooter a violemment percuté une voiture à Villetaneuse. Au sol, le conducteur et sa compagne se sont fait dérober leurs sacs. Des témoins ont affirmé que des individus ont photographié et fait des selfies avec les victimes… Comment expliquer qu'être victime semble devenu une manière d'exister socialement alors que le traitement qui leur est réservé reflète un manque cruel d'empathie ?

Je veux croire que le cas que vous évoquez reste un phénomène marginal. En revanche, ce qui est inquiétant, c’est le recul du sentiment de l’humanité. Car les crapules qui ont profité de l’accident n’auraient pas dépouillé des personnes qui leur sont proches. Le délitement du lien social et la perte du sens de l’humanité sont – c’est mon hypothèse – la conséquence de la dégradation de la société en communautarismes. Tous ceux qui appartiennent à ma communauté sont mes frères et je me ferais tuer pour eux. En revanche, ceux n’en font pas partie ne me sont rien et il n’y a ni faute ni péché à les dépouiller. Si on s’en abstient, c’est seulement parce que c’est interdit par la loi et que, si on se fait prendre, cela peut coûter cher.

On n’insistera jamais assez sur le recul de l’idée d’universalité du genre humain. Même l’homme le plus lointain doit être mon prochain. Mais regardez : dans tel tsunami, la première question posée est de savoir s’il y a des Français parmi les victimes. Pour que tout homme soit mon prochain, il faut une éducation morale, sinon, seuls ceux qui appartiennent à ma tribu sont mes frères. Mais l’éducation morale… c’est fini.

Et puis il y a, pour le voyeur, un intérêt de compassion : je plains celui qui souffre et je suis grand de les plaindre. Je suis quelqu’un de bien que la souffrance des autres ne laisse pas insensible. Demain, au bureau, je dirai : « vous avez vu, hier à la télé ? C’est terrible, ces pauvres gens... » Et tout mon devoir sera alors accompli. À bon compte.

Pourtant, vous avez raison de le souligner, la victime, aujourd’hui, accède, en tant que victime, à une sorte de statut social. Et même plus, en tant que victime, elle accède à une sorte de sacralité. Qui oserait toucher à une victime ? La victime est devenue quelqu’un.

D’où la tendance, politique cette fois et non plus morale, à se « victimiser » (entre guillemets, car ce mot est un anglicisme). Se présenter comme victime, décrire sa souffrance comme on fait à la télé, c’est un investissement. Une manière de rentabiliser sa situation de victime. Ceux qui se « victimisent » seront, bien sûr, dénoncés comme des imposteurs. Mais l’ensemble du mécanisme fera grand tort aux vraies victimes qui seront inévitablement confondues avec les postures de victimisation.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

06.

Une américaine découvre que son mari la trompe... en lisant une critique culinaire dans le Washington Post

07.

Ces passeports maltais devenus le Graal des super-riches de la planète

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une prise de sang pour diagnostiquer les cancers les plus courants ? Une grande étude menée par des chercheurs lyonnais le permettra bientôt

04.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

05.

Vous ne devinerez jamais pourquoi le dernier shooting photo de Selena Gomez fait polémique

06.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

01.

L’immigration, remède nécessaire pour l’équilibre des retraites et le rebond de notre économie ?

02.

Point de non-retour climatique : allons-nous vers un effondrement global ou vers un gigantesque jeu de gagnants perdants à l’échelle de la planète ?

03.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

04.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

05.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

06.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires