En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© MIKE HUTCHINGS / POOL / AFP
Guerre commerciale

La Chine entend désormais baisser ses barrières douanières pour tout le monde. Merci qui ?

Publié le 24 septembre 2018
Selon Bloomberg, la Chine envisagerait une réduction généralisée de ses protections douanières. Une conséquence positive de la guerre commerciale menée par Donald Trump ?
Jean-Marc Siroën est économiste. Il enseigne actuellement à l’université Paris Dauphine et est professeur au sein du département Master Sciences des Organisations. Il est spécialiste d’économie internationale. Il participe également au programme de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Siroën
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Siroën est économiste. Il enseigne actuellement à l’université Paris Dauphine et est professeur au sein du département Master Sciences des Organisations. Il est spécialiste d’économie internationale. Il participe également au programme de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon Bloomberg, la Chine envisagerait une réduction généralisée de ses protections douanières. Une conséquence positive de la guerre commerciale menée par Donald Trump ?

Atlantico : Selon des informations révélées par Bloomberg, les autorités chinoises envisageraient de réduire les barrières douanières du pays sur les importations de la majorité de ses partenaires commerciaux, dans un contexte de durcissement de la guerre commerciale avec les Etats-Unis. Faut-il voir ici une volonté de Pékin de tenter la désescalade avec Washington ? Dans quelle mesure Donald Trump pourrait y voir une victoire politique ? 

Jean-Marc Siroën : Rien n'est confirmé et il faut donc rester très prudent. On ne sait rien d'ailleurs des produits qui bénéficieraient de la baisse des droits de douane alors même que pour certains produits les droits dépassent 60%. Malgré ces pics, les tarifs chinois sont de 5,2% en moyenne (en pondérant par la valeur des produits importés) contre 2,4% aux Etats-Unis et 3% dans l'Union européenne. À titre de comparaison, depuis 6 mois, la monnaie chinoise, le renminbi, a chuté de 9% par rapport au dollar. Les taux de change ont donc un impact sur le commerce plus important que les droits de douane. De plus, la Chine exonère de droits de douane les intrants importés (biens intermédiaires ou d'équipement) transformés ou utilisés dans des zones franches d'exportation -notamment les "zones économiques spéciales"- dont la plus connue est Shenzhen. Enfin, depuis un an, la Chine a déjà réduit ses droits sur un certain nombre de produits de consommation. Bref, si une nouvelle baisse se confirmait, il ne faudrait pas donner à cette décision une importance qu'elle n'a pas. 

Faut-il voir dans cette décision une victoire de Donald Trump dans sa guerre commerciale contre la Chine ? On peut en douter dans la mesure où les Etats-Unis ne justifient par leurs mesures de représailles (dont les nouveaux tarifs imposés en septembre sur 200 milliards d'importations américaines en provenance de Chine) par les droits de douane excessifs qui seraient imposés par la Chine, mais par les pratiques "déraisonnables, injustifiables et discriminatoire" de ce pays c'est-à-dire, en l'occurrence, le transfert "forcé" de technologie imposé aux firmes qui investissent en Chine, l'acquisition de firmes américaines pour mieux "piller" leur savoir-faire ou, enfin, l'intrusion dans les réseaux informatiques commerciaux américains afin d'obtenir un accès non autorisé aux données. 

Dès lors, si la Chine ne cède rien sur ces questions, Donald Trump pourrait difficilement crier victoire et il se déconsidérerait en levant ses sanctions sans avoir obtenu ce qu'il voulait : protéger les monopoles technologiques des Etats-Unis.  

Pour Donald Trump, cibler sur les transferts de technologie était pourtant assez habile. D'une part, si la Chine porte plainte à l'OMC, son succès n'est pas acquis. Les sanctions unilatérales sont certes prohibées, mais les pratiques mises en cause ne relèvent pas clairement de la compétence de l'organe de règlement des différends de l'OMC. D'autre part, les reproches américains sont largement partagés par d'autres et notamment par l'Union européenne ce qui, pour les Etats-Unis enfoncerait opportunément un coin dans leur possible alliance avec la puissance chinoise.

L'initiative chinoise, doit donc plutôt être replacée dans cette perspective. C'est une contre-offensive qui n'est pas moins habile que l'offensive américaine sans être pourtant assurée de la victoire. Si la baisse des droits était confirmée, elle devrait conforter l'image d'une Chine, grand défenseur du libre-échange et potentiel leader d'un multilatéralisme rénové qui suppléerait aux défaillances de l'ancienne hégémonie … Dans la grande bataille que les deux puissances se livrent, la Chine ne bat pas en retraite, elle contourne l'armée adverse dans l'espoir de pouvoir ensuite l'encercler.

Ne peut-on pas voir l'esquisse d'une "solution" gagnant qui permettrait à la Chine de remplir son objectif de rééquilibrer sa croissance en s'appuyant sur sa demande intérieure, et par ricochet, d'augmenter ses importations en provenance des Etats-Unis ? 

Pour les raisons exposées précédemment, je doute que la Chine pense que ses concessions sur les tarifs convaincront les Etats-Unis de lever les sanctions. Dès lors, la Chine pourrait très bien abaisser ses tarifs "normaux" -c'est-à-dire ses tarifs "nation la plus favorisée" qui s'appliquent à tous, y compris aux Etats-Unis, tout en conservant ses surtaxes qui elles, ne viseraient que les importations américaines. Les Etats-Unis ne profiteraient donc pas de la baisse des tarifs chinois. 

Tant que l'on ignore la liste des produits concernés il est hasardeux de surinterpréter les intentions chinoises. Si l'intérêt de la Chine est de réduire unilatéralement ses tarifs pourquoi ne l'a-t-elle pas fait plus tôt ? Peut-être attendait-elle une réciprocité dans le cadre des négociations à l'OMC, mais comme celles-ci n'ont jamais abouti il est possible que la Chine adopte aujourd'hui une stratégie différente, en se posant comme leader bienveillant prêt à faire des sacrifices pour le bien de l'humanité… 

Il est vrai que, depuis plusieurs années, la Chine tente avec un succès mitigé de réorienter son modèle en le rendant moins dépendant des exportations. La demande intérieure devrait alors se substituer, au moins partiellement, à la demande extérieure comme moteur de la croissance. La baisse des droits de douane favoriserait cette réorientation vers la consommation intérieure surtout si la baisse porte sur des produits alimentaires ou textiles dont certains d'entre eux sont fortement taxés. Mais les entreprises qui produisent pour le marché intérieur pourraient également gagner si les réductions devaient porter sur les intrants importés, agricoles ou industriels. Les conséquences pourraient être assez importantes car en réduisant l'avantage des zones franches d'exportation qui bénéficient déjà d'exonérations tarifaires, l'industrie chinoise connaitrait une petite révolution. 

Qu'est-ce que l'Europe aurait à apprendre d'un tel mouvement, si celui-ci venait à se réaliser ? 

Il est encore trop tôt pour déchiffrer les intentions chinoises et donc les enseignements que pourrait en tirer l'Europe. S'agit-il de céder aux pressions américaines ce qui l'affaiblirait ou, comme je le crois plus vraisemblable, de renforcer une alliance de fait entre les deux plus grandes puissances commerciales que sont la Chine et l'Union européenne ? Si la Chine abaisse ses tarifs mais maintient ses surtaxes sur les importations en provenance d'Amérique, l'Union Européenne et les "grands" asiatiques (Japon, Corée) pourraient être les grands gagnants de la riposte chinoise. 

L'Union européenne a d'ailleurs fait une proposition similaire sur les droits de douane imposés aux automobiles importées qui, elle, était une réponse directe aux menaces américaines. Pour respecter les règles de l'OMC, la suppression ou l'abaissement du tarif devrait s'appliquer, à tous les pays membres y compris la Chine et le Japon. Si les pays ripostaient aux douteuses "sanctions" américaines tout en ouvrant leurs importations aux autres pays, il se dessinerait alors un front "multilatéraliste" qui isolerait les Etats-Unis et éviterait, peut-être, l'escalade protectionniste…  La situation deviendrait alors intenable pour les Etats-Unis qui auraient perdu la guerre commerciale que Trump pensait facile à gagner. Je ne dis pas que ce scénario paradoxal et inédit soit assuré. Mais si ce n'est pas le plus probable, c'est celui qui à terme pourrait conduire à un bouleversement du système de gouvernance mondial.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

02.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Greta Thunberg : un voyage à New-York en bateau... mais six vols en avion pour l'organiser

05.

Comment St Gobain est devenu le Google français de la transition énergétique

06.

Grand est le désespoir de Donald (Trump) : Greta (Thunberg) a été d’une cruauté sans pareille avec lui.

07.

Les relations entre frères et soeurs : un lien primordial

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

En deux siècles, les forêts ont doublé en France et voici pourquoi

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

04.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

05.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires