En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

02.

Le chauffeur de Bayonne a été lynché à mort : le ministre des transports a osé parler « d’incivilités » !

03.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

04.

Monsieur, madame, le, la maire de Lyon…

05.

Quand le budget européen prévu pour gérer les crises agricoles est affecté au maintien des migrants syriens en Turquie

06.

Le Ségur de la Santé, ou la victoire de la bureaucratie sur l'intérêt général

07.

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

05.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

06.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

06.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

ça vient d'être publié
pépites > Economie
EMPLOI
Macron annonce une exonération de cotisations et 300.000 contrats d'insertion pour les jeunes
il y a 1 heure 16 min
pépites > Santé
SANTÉ
Macron souhaite le masque obligatoire dans tous les lieux publics clos
il y a 2 heures 35 min
light > France
FÊTE PERCHÉE
Un DJ va mixer en haut de la grande échelle des pompiers
il y a 3 heures 7 min
pépites > France
CORONAVIRUS
Le nombre de cas de Covid-19 double tous les deux jours à Marseille
il y a 3 heures 49 min
pépite vidéo > France
DÉFILÉ
14 juillet : Trois miraculés d’une intervention au Mali vont défiler
il y a 4 heures 37 min
décryptage > Société
Des mots pour mentir

Le chauffeur de Bayonne a été lynché à mort : le ministre des transports a osé parler « d’incivilités » !

il y a 6 heures 12 min
décryptage > France
BACCALAURÉAT 2020

Baccalauréat 2020 : la cuvée coronavirus a été livrée

il y a 6 heures 37 min
décryptage > Economie
WIKI AGRI

Quand le budget européen prévu pour gérer les crises agricoles est affecté au maintien des migrants syriens en Turquie

il y a 7 heures 4 min
décryptage > Europe
UNION EUROPÉENNE

Union européenne : la réglementation sur les travailleurs routiers déchirent les Européens

il y a 7 heures 50 min
décryptage > Politique
POLITIQUE

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

il y a 8 heures 54 min
pépite vidéo > Santé
FÊTE NATIONALE
Emmanuel Macron souhaite rendre le masque obligatoire dans les lieux publics clos
il y a 1 heure 27 min
light > Insolite
BON APPÉTIT
Une cliente trouve une tête de lézard dans sa bolognaise, l'enseigne s'excuse
il y a 2 heures 42 min
pépites > France
COMMÉMORATION
Nice commémore les quatre ans de l'attentat de Nice
il y a 3 heures 21 min
pépites > France
FRANCE
"MACRON ASPHYXIE L'HÔPITAL" une banderole déployée durant la cérémonie
il y a 4 heures 19 min
décryptage > Media
L'ART DE LA PUNCHLINE

Un 14 juillet en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 5 heures 40 min
décryptage > Société
Inclusivement vôtre

Monsieur, madame, le, la maire de Lyon…

il y a 6 heures 28 min
décryptage > International
INTERNATIONAL

Que fait la France - trop souvent et encore seule - au Sahel ?

il y a 6 heures 47 min
décryptage > Politique
POLITIQUE

Le Ségur de la Santé, ou la victoire de la bureaucratie sur l'intérêt général

il y a 7 heures 26 min
décryptage > Science
SCIENCE

Coronavirus, 2eme vague et crise économique : 2020, l’été de la grande dissonance cognitive

il y a 8 heures 30 min
pépite vidéo > Loisirs
Ouverture du Royaume
Après 4 mois de fermeture, Disneyland Paris réouvre ses portes ce mercredi
il y a 23 heures 6 min
© François NASCIMBENI / AFP
© François NASCIMBENI / AFP
#MurDesCons

Expertise psychiatrique pour Marine Le Pen ou le dernier épisode en date de l’inquiétante politisation de la justice française

Publié le 21 septembre 2018
Faisant suite aux faits reprochés à Marine Le Pen concernant la diffusion d'images violentes sur son compte Twitter, la dirigeante du Rassemblement national a été mise en examen au titre de l'article 227-24 du Code Pénal.
Régis de Castelnau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avocat depuis 1972, Régis de Castelnau a fondé son cabinet, en se spécialisant en droit social et économie sociale.Membre fondateur du Syndicat des Avocats de France, il a développé une importante activité au plan international. Président de l’ONG «...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Faisant suite aux faits reprochés à Marine Le Pen concernant la diffusion d'images violentes sur son compte Twitter, la dirigeante du Rassemblement national a été mise en examen au titre de l'article 227-24 du Code Pénal.

Atlantico : Comment évaluer le choix de cette qualification, ou l'opportunité de poursuivre, au regard des faits reprochés, tout en prenant en compte que celle-ci induisait un examen psychiatrique de Marine Le Pen ? 

 
Régis de Castelnau : Le scandale relatif à cette affaire est bien dans le déclenchement des poursuites à l’encontre de Marine Le Pen et de Gilbert Collard pour avoir publié pendant quelques jours sur leur compte Twitter des photos des exactions de Daech. C’était une surréaction à une mise en cause détestable de Jean-Jacques Bourdin qui avait évoqué un lien indirect entre Daech et le Front National. Poussé par Cazeneuve le ministre de l’intérieur de l’époque, le parquet de Nanterre avait lancé une enquête préliminaire puis obtenu l’ouverture d’une information judiciaire confiée à un juge d’instruction. L’article du code retenu pour l’incrimination relève de la protection de l’enfance et réprime l’une des infractions spécifiques nombreuses qui relèvent de celle-ci. Nous sommes quand même en matière de liberté d’expression, et de celle d’un des premiers partis politiques français, le bon sens aurait dû empêcher l’utilisation de cette qualification et les poursuites telles qu’elle se déroule aujourd’hui. On se rappelle du zèle de la justice essayant d’obtenir des mainlevées d’immunité parlementaire inutiles, et des convocations envoyées comme par hasard pendant la campagne présidentielle. L’examen psychiatrique est en effet obligatoire dans cette procédure, ce qui montre l’imbécillité de l’incrimination de Marine Le Pen sur cette base. Cet examen est destiné à permettre au tribunal d’assortir les peines qu’il prononce d’une obligation de soins. Qui peut aller jusqu’à la prescription d’un traitement inhibiteur de libido … Comment peut-on considérer que tout ceci est sérieux.
 

Cette situation est à l’origine d'une nouvelle polémique concernant la neutralité de la Justice à l'égard du Rassemblement national. Du traitement de l'affaire des attachés parlementaires du Rassemblement, comparativement au Modem et à la France Insoumise, à cette mise en examen de Marine Le Pen, le Rassemblement national est-il réellement traité avec neutralité par la Justice ? 

 
Évidemment non. On dira au préalable que cette organisation n’est pas au-dessus des lois, mais que les soins particuliers que lui dispensent le Parquet National Financier et le Pôle Financier sont quand même caractéristiques. Il y a bien sûr la saisie de ses ressources financières sur des bases juridiques quand même très vermoulues. Et puis il y a aussi le rythme de ces procédures où on a la désagréable impression que les événements procéduraux obéissent à un agenda articulé avec l’actualité politique. Je pense que nous aurons de nouveaux de l’agitation pendant la campagne des élections européennes où pour l’instant le RN est annoncé au coude à coude avec LREM.
 
 

Cette question de la neutralité de la Justice peut-elle être étendue à certaines personnalités "de droite", de l'affaire Fillon à celles qui touchent Nicolas Sarkozy, et ce, dans un contexte qui reste marqué par la révélation du "Mur des cons" impliquant le Syndicat de la Magistrature ? 

 
Je me suis prononcé à plusieurs reprises sur certaines dérives inquiétantes qui émanent en général de certaines parties de l’appareil judiciaire et en particulier de ce que j’appelle le couple infernal c’est-à-dire le Parquet National Financier et le Pôle Financier, il s’occupe de l’instruction. Chacun connaît la fixation des magistrats sur Nicolas Sarkozy et se rappelle la façon dont la candidature de François Fillon a été détruite. Je considère qu’il s’agit là de juridictions d’exception mises en place après des scandales et dans l’urgence afin de redorer le blason des politiques et d’affirmer que « maintenant on lavera plus blanc ». C’est le cas du PNF mis en place par François Hollande après l’affaire Cahuzac, et dont l’activité n’a jamais fait de chagrin au pouvoir socialiste pas plus qu’aujourd’hui au pouvoir macronien. Pour le Pôle Financier le problème serait plutôt celui de la bataille des egos. On y trouve des magistrats militants, dont on peut craindre les excès de zèle. Et des rapports parfois très souples avec les obligations légales, comme celle d’instruire à charge et à décharge. Un certain nombre d’entre eux considérant cette règle désuète… Et c’est à l’occasion de la confirmation de certaines de leurs acrobaties par les juridictions supérieures que l’on constate à quel point la culture de l’impartialité mériterait d’être très nettement améliorée.
 

Dans un contexte ou le parquet de Paris avait refusé d'étendre l'enquête visant Alexandre Benalla à la disparition de son coffre fort, avant la perquisition de son appartement, malgré la demande d'une partie civile, comment juger de cette neutralité ?

 
Comme tout le monde judiciaire, j’ai été stupéfait des conditions dans lesquelles s’est déroulée la perquisition au domicile d’Alexandre Benalla. Mais aussi par l’inertie du parquet face à la disparition nocturne de son coffre et de son refus de dire à qui il l’avait remis. Malheureusement, la question de l’indépendance se pose en des termes nouveaux. Rappelons qu’elle a toujours été présentée comme une obligation du pouvoir exécutif vis-à-vis de l’autorité judiciaire. L’indépendance étant l’outil de l’impartialité. Aujourd’hui l’ensemble de l’appareil judiciaire, s’il souffre d’un cruel manque de moyens, essaie de remplir sa mission est de conserver son impartialité. Les difficultés émanent à mon sens désormais de formes de connivence organique existant entre la haute fonction publique d’État et le haut appareil de la justice. Il y aurait à mon avis a examiner de près cet aspect sociologique. En tout cas, pour l’instant il est difficile de défendre auprès de l’opinion publique la thèse d’une neutralité axiologique de la justice vis-à-vis du pouvoir politique.
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires