En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Faits divers
Héroique
Etats-Unis : Il désarme un élève armé d'un fusil à pompe en lui faisant un câlin
il y a 9 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "Sept ans de réflexion" : Une farce (un peu trop lourde) sur l'adultère

il y a 11 heures 8 min
light > Insolite
Dur à avaler
Un chef étoilé mange dans son restaurant : 14 000 euros de redressement de l'Ursaff
il y a 13 heures 22 min
décryptage > Environnement
Découvrons l'écoféminisme

"Ma planète, ma chatte, sauvons les zones humides" !

il y a 15 heures 8 min
décryptage > Economie
Experte

Esther Duflo à Bercy, vite. Mais pas comme ministre

il y a 15 heures 42 min
décryptage > France
Mauvais prisme

Pourquoi les chiffres officiels sur l’immigration ne décrivent que très approximativement la réalité française

il y a 16 heures 1 min
décryptage > France
Interdit d'interdire

Pourquoi la France devrait résister à la tentation de répondre par des interdictions à tous les défis qu’elle rencontre

il y a 16 heures 15 min
décryptage > Economie
Manque d’ambition ?

PLF 2020 : l’étonnante stabilité de la ventilation des dépenses publiques françaises à travers le temps

il y a 16 heures 27 min
décryptage > Culture
Culture

"Miroir du temps" d'André Suarès : une occasion précieuse de découvrir une pensée d’une inventivité débridée et salutaire

il y a 1 jour 4 heures
pépite vidéo > International
Ultimatum
Liban : nouvelle journée de mobilisation contre la classe politique et la corruption
il y a 1 jour 6 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vania : Une même nuit nous attend tous" : "Oncle Vania" revisité

il y a 10 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le roman de la France- une histoire de la liberté" de Laurent Joffrin : Tome 1, de Vercingétorix à Mirabeau

il y a 11 heures 15 min
décryptage > Education
Tous égaux

Discriminations positive à l’entrée dans les Grandes écoles : l’égalitarisme en mode délire

il y a 15 heures 2 min
décryptage > Economie
Dépenses très privées

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

il y a 15 heures 25 min
décryptage > High-tech
La Minute Tech

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

il y a 15 heures 53 min
décryptage > Justice
L'armée des ombres

Corse : mobilisation pour la lutte contre une mafia... qui n’existe pas

il y a 16 heures 8 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Brexit : si vous avez aimé les deux premières saisons, vous serez passionné par la troisième

il y a 16 heures 23 min
décryptage > Politique
En même temps

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

il y a 16 heures 38 min
"Climate change"
Jane Fonda et Sam Waterston ont été arrêtés lors d'une manifestation pour le climat
il y a 1 jour 6 heures
pépites > Justice
Défense
Rachida Dati dénonce une "instrumentalisation" dans le cadre de l'information judiciaire dans l'affaire Ghosn
il y a 1 jour 7 heures
© Reuters
© Reuters
Populisme

Pourquoi l’envolée du populisme suédois a bien plus à voir avec l’économie qu’avec la question migratoire

Publié le 07 septembre 2018
Les Suédois s'apprêtent à voter dans un contexte de progression du populisme en Europe. Alors que la Suède a été décrite comme un cas spécial en Europe avec la progression des "Démocrates Suédois" (parti de droite radicale) malgré une situation économique favorable – ce qui permettait de dresser le constat d'un populisme découlant de la crise des migrants de 2015- il semblerait que le sujet économique ait été dominant.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Johanna Rickne Rickne
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Suédois s'apprêtent à voter dans un contexte de progression du populisme en Europe. Alors que la Suède a été décrite comme un cas spécial en Europe avec la progression des "Démocrates Suédois" (parti de droite radicale) malgré une situation économique favorable – ce qui permettait de dresser le constat d'un populisme découlant de la crise des migrants de 2015- il semblerait que le sujet économique ait été dominant.

Atlantico : Dans une étude que vous avez publiée en août "Les perdants économiques et les gagnants politiques, la droite radicale en Suède", vous prenez ce contrepied. Comment expliquez-vous un tel résultat ?

Johanna Rickne : Tout d'abord, la droite radicale suédoise est montée en puissance avant que ne survienne la crise migratoire de 2015, c’est-à-dire lors des élections de 2010 et de 2014. Notre étude montre que cette progression coïncide avec deux événements qui ont affecté la situation économique d’un grand nombre d’électeurs.

En 2006, la coalition des partis de centre-droit a pris le pouvoir et a mis en place un programme de réformes visant à réduire les impôts et les dépenses publiques, selon l'objectif d'un slogan qui était «faire que le travail paye ». Puis, en 2008, la crise financière a provoqué une insécurité de l'emploi chez les personnes ayant des emplois stables, mais qui étaient vulnérables à l'automatisation. Notre étude a consisté à explorer la relation entre la montée des Démocrates Suédois et ces deux événements. L'analyse est basée sur les données annuelles du registre suédois pour l'ensemble de la population âgée de plus de 18 ans. Ces données nous ont également permis d'identifier toutes les personnalités politiques du parti des Démocrates Suédois.

Le résultat est que cette politique du "Faire que le travail paye" a entraîné une augmentation des inégalités de revenus dans le pays. Si les personnes ayant un emploi stable ont pu voir leurs revenus augmenter grâce à une politique de crédit d'impôt, les personnes sans emploi stable, bénéficiant de prestations de maladie, de programmes d'aide au chômage ou d'assistance sociale, ont vu leurs revenus stagner. Ainsi, au cours de ces deux périodes de gouvernement de centre-droit, l'écart de revenu disponible moyen entre les "insiders" et les "outsiders" a augmenté de 20%.

Nous montrons également que les groupes qui ont été les perdants économiques au cours de ces deux épisodes économiques sont surreprésentés parmi les personnalités politiques et les électeurs du parti. En tant que tels, nous soutenons qu’ils ont agi en tant qu’éléments déclencheurs (au moins partiellement) de la progression des Démocrates Duédois. Concernant ceux qui affirment que le nombre d'immigrants est la véritable cause de cette progression, on peut au moins dire que cela ne s'applique pas aux taux d'immigration locaux. Une explication qui met l'accent sur le nombre de migrants comme la cause directe de cette situation devrait également expliquer pourquoi nous constatons la mobilisation des électeurs et des politiciens dans ces sous-groupes particuliers du marché du travail. On peut supposer que le sentiment anti-immigration ou l'importance accrue de la question migratoire de ces électeurs pourrait bien avoir été provoquée par une anxiété économique.

Une autre chose à souligner est que la Suède a très peu d'inégalités de revenus, depuis longtemps. Mais au cours de la dernière décennie, La Suède (avec la Finlande) a été l'un des pays qui a le plus creusé ses inégalités de tous les pays de l'OCDE. Cette évolution a été provoquée par des réformes politiques menées par la coalition de centre-droit et n’a en grande partie pas été inversée par la coalition actuelle du parti social-démocrate-vert. (Ces questions sont largement discutées ici: https://norden.diva-portal.org/smash/get/diva2:1198429/FULLTEXT01.pdf )

Qui sont les électeurs typiques du SD ?

Les données d'enquête montrent que les électeurs Démocrates Suédois ont un profil démographique similaire à celui des autres partis d'extrême droite, avec un sur-représentation des hommes, des personnes de la classe ouvrière et un niveau d'éducation plus faible (Sannerstedt 2014, Erlingsson et al. 2012, Oskarson et Demker 2015). , Jylhö, Rydgren et Strimling 2018). Les électeurs du parti font également moins confiance aux politiciens, aux institutions politiques, au système judiciaire et aux médias que les électeurs des autres partis (SCB 2011).

De quelle manière la question économique s'articule-t-elle avec la question migratoire ?

Comme je l'ai écrit ci-dessus, sans panel de données sur les préférences individuelles, il est difficile de répondre. Dans l'article, nous nous appuyons sur la théorie de Shayo (2009) qui soutient que l'anxiété économique rend les gens plus négatifs à l'égard des «groupes externes», que cela soit les élites politiques ou les migrants. Nous montrons également au travers des résultats de sondages concernant les hommes politiques et les électeurs des Démocrates Suédois que cela semble être le cas (voir la figure 14 de notre article). Je peux également signaler une intéressante étude expérimentale récente réalisée par Alberto Alesina et al. (2018): "Migration et redistribution" qui va dans ce sens.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires