En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Insécurité : mais pourquoi l'Etat s'apprête-t-il à tuer le seul outil statistique un peu fiable ?

02.

L’Europe a-t-elle déjà perdu face à la Turquie ?

03.

Coronavirus : l’automne de toutes les inconnues

04.

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

05.

Rimbaud était une "caillera" ! C’est un prestigieux spécialiste de son œuvre du nom de Yassine Belattar qui nous l’apprend

06.

La pandémie a transformé les champs de pétrole en champs de ruines

07.

Plusieurs départs au sein du magazine Paris Match dont Valérie Trierweiler

01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

03.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

03.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

04.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

05.

Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique

06.

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

ça vient d'être publié
pépites > Environnement
Pollution
Une plainte a été déposée contre Nestlé pour pollution après la mort de milliers de poissons dans les Ardennes
il y a 31 min 42 sec
pépites > International
Bras de fer diplomatique
Recep Tayyip Erdogan accuse Emmanuel Macron de "colonialisme" et de "spectacle" pour sa visite au Liban
il y a 2 heures 56 min
pépites > Santé
Démasquée
Une médecin du Bas-Rhin a été suspendue pour avoir délivré de faux certificats médicaux contre le port du masque
il y a 3 heures 48 min
décryptage > Santé
Evolution de la pandémie

Coronavirus : l’automne de toutes les inconnues

il y a 5 heures 44 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Vous avez dit "cluster" ?

il y a 7 heures 5 min
décryptage > Politique
Gestion des crises

Insécurité : mais pourquoi l'Etat s'apprête-t-il à tuer le seul outil statistique un peu fiable ?

il y a 7 heures 51 min
décryptage > Europe
Molle Union

L’Europe a-t-elle déjà perdu face à la Turquie ?

il y a 8 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Amazonia" de Patrick Deville, exploration littéraire au coeur du pays d'Aguirre

il y a 20 heures 50 min
pépites > Politique
Démocratie
Biélorussie : Emmanuel Macron exprime sa "très grande préoccupation"
il y a 21 heures 57 min
pépites > Santé
Impact de la catastrophe
Liban : plus de la moitié des hôpitaux de Beyrouth seraient "hors service" après l’explosion
il y a 23 heures 42 min
pépites > Economie
Monde d'après
Plan de relance : Bruno Le Maire annonce le déblocage d’un milliard d'euros en faveur des relocalisations
il y a 2 heures 5 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Islamistes et liberté d’expression : ça empire depuis Charlie; Affaire Girard : Anne Hidalgo se venge des Verts; BHL, Justine Lévy, Carla Bruni : Raphaël Enthoven prend sa (sacrée) revanche; Le MoDem lorgne sur les députés LREM à la dérive
il y a 3 heures 32 min
pépite vidéo > Santé
Protection contre le virus
Port du masque : Olivier Véran présente la règle "ABCD"
il y a 4 heures 39 min
décryptage > Culture
Et "Le bateau ivre" ça se prononce comment en wesh wesh ?

Rimbaud était une "caillera" ! C’est un prestigieux spécialiste de son œuvre du nom de Yassine Belattar qui nous l’apprend

il y a 6 heures 47 min
décryptage > Economie
Réorientation

Mais à quoi va servir l’épargne accumulée par les Français depuis le confinement ?

il y a 7 heures 33 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

La pandémie a transformé les champs de pétrole en champs de ruines

il y a 8 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Roumeli - Voyages en Grèce du Nord" de Patrick Leigh Fermor, vagabondage dans une Grèce inconnue des touristes

il y a 20 heures 44 min
light > Culture
Secteur menacé par la crise ?
La fréquentation "s'écroule" au château de Versailles face à l’absence de touristes étrangers
il y a 21 heures 18 min
pépites > Politique
Nouvelle affectation ?
Agnès Buzyn pourrait être nommée à la tête d’Universcience
il y a 23 heures 9 min
light > Media
Nouvelle équipe
Plusieurs départs au sein du magazine Paris Match dont Valérie Trierweiler
il y a 1 jour 18 min
© Reuters
© Reuters
Populisme

Pourquoi l’envolée du populisme suédois a bien plus à voir avec l’économie qu’avec la question migratoire

Publié le 07 septembre 2018
Les Suédois s'apprêtent à voter dans un contexte de progression du populisme en Europe. Alors que la Suède a été décrite comme un cas spécial en Europe avec la progression des "Démocrates Suédois" (parti de droite radicale) malgré une situation économique favorable – ce qui permettait de dresser le constat d'un populisme découlant de la crise des migrants de 2015- il semblerait que le sujet économique ait été dominant.
Johanna Rickne Rickne
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Suédois s'apprêtent à voter dans un contexte de progression du populisme en Europe. Alors que la Suède a été décrite comme un cas spécial en Europe avec la progression des "Démocrates Suédois" (parti de droite radicale) malgré une situation économique favorable – ce qui permettait de dresser le constat d'un populisme découlant de la crise des migrants de 2015- il semblerait que le sujet économique ait été dominant.

Atlantico : Dans une étude que vous avez publiée en août "Les perdants économiques et les gagnants politiques, la droite radicale en Suède", vous prenez ce contrepied. Comment expliquez-vous un tel résultat ?

Johanna Rickne : Tout d'abord, la droite radicale suédoise est montée en puissance avant que ne survienne la crise migratoire de 2015, c’est-à-dire lors des élections de 2010 et de 2014. Notre étude montre que cette progression coïncide avec deux événements qui ont affecté la situation économique d’un grand nombre d’électeurs.

En 2006, la coalition des partis de centre-droit a pris le pouvoir et a mis en place un programme de réformes visant à réduire les impôts et les dépenses publiques, selon l'objectif d'un slogan qui était «faire que le travail paye ». Puis, en 2008, la crise financière a provoqué une insécurité de l'emploi chez les personnes ayant des emplois stables, mais qui étaient vulnérables à l'automatisation. Notre étude a consisté à explorer la relation entre la montée des Démocrates Suédois et ces deux événements. L'analyse est basée sur les données annuelles du registre suédois pour l'ensemble de la population âgée de plus de 18 ans. Ces données nous ont également permis d'identifier toutes les personnalités politiques du parti des Démocrates Suédois.

Le résultat est que cette politique du "Faire que le travail paye" a entraîné une augmentation des inégalités de revenus dans le pays. Si les personnes ayant un emploi stable ont pu voir leurs revenus augmenter grâce à une politique de crédit d'impôt, les personnes sans emploi stable, bénéficiant de prestations de maladie, de programmes d'aide au chômage ou d'assistance sociale, ont vu leurs revenus stagner. Ainsi, au cours de ces deux périodes de gouvernement de centre-droit, l'écart de revenu disponible moyen entre les "insiders" et les "outsiders" a augmenté de 20%.

Nous montrons également que les groupes qui ont été les perdants économiques au cours de ces deux épisodes économiques sont surreprésentés parmi les personnalités politiques et les électeurs du parti. En tant que tels, nous soutenons qu’ils ont agi en tant qu’éléments déclencheurs (au moins partiellement) de la progression des Démocrates Duédois. Concernant ceux qui affirment que le nombre d'immigrants est la véritable cause de cette progression, on peut au moins dire que cela ne s'applique pas aux taux d'immigration locaux. Une explication qui met l'accent sur le nombre de migrants comme la cause directe de cette situation devrait également expliquer pourquoi nous constatons la mobilisation des électeurs et des politiciens dans ces sous-groupes particuliers du marché du travail. On peut supposer que le sentiment anti-immigration ou l'importance accrue de la question migratoire de ces électeurs pourrait bien avoir été provoquée par une anxiété économique.

Une autre chose à souligner est que la Suède a très peu d'inégalités de revenus, depuis longtemps. Mais au cours de la dernière décennie, La Suède (avec la Finlande) a été l'un des pays qui a le plus creusé ses inégalités de tous les pays de l'OCDE. Cette évolution a été provoquée par des réformes politiques menées par la coalition de centre-droit et n’a en grande partie pas été inversée par la coalition actuelle du parti social-démocrate-vert. (Ces questions sont largement discutées ici: https://norden.diva-portal.org/smash/get/diva2:1198429/FULLTEXT01.pdf )

Qui sont les électeurs typiques du SD ?

Les données d'enquête montrent que les électeurs Démocrates Suédois ont un profil démographique similaire à celui des autres partis d'extrême droite, avec un sur-représentation des hommes, des personnes de la classe ouvrière et un niveau d'éducation plus faible (Sannerstedt 2014, Erlingsson et al. 2012, Oskarson et Demker 2015). , Jylhö, Rydgren et Strimling 2018). Les électeurs du parti font également moins confiance aux politiciens, aux institutions politiques, au système judiciaire et aux médias que les électeurs des autres partis (SCB 2011).

De quelle manière la question économique s'articule-t-elle avec la question migratoire ?

Comme je l'ai écrit ci-dessus, sans panel de données sur les préférences individuelles, il est difficile de répondre. Dans l'article, nous nous appuyons sur la théorie de Shayo (2009) qui soutient que l'anxiété économique rend les gens plus négatifs à l'égard des «groupes externes», que cela soit les élites politiques ou les migrants. Nous montrons également au travers des résultats de sondages concernant les hommes politiques et les électeurs des Démocrates Suédois que cela semble être le cas (voir la figure 14 de notre article). Je peux également signaler une intéressante étude expérimentale récente réalisée par Alberto Alesina et al. (2018): "Migration et redistribution" qui va dans ce sens.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires