En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance

02.

Crise économique : l'OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l'Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

03.

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

04.

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

05.

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

06.

Attaque contre un producteur de rap : mais à quoi servira vraiment l'emprisonnement de deux des quatre policiers violents ?

07.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

ça vient d'être publié
pépites > Economie
Coronavirus
Le Fonds de solidarité universel s'arrêtera le 31 décembre annonce Bruno Le Maire
il y a 2 min 28 sec
décryptage > France
Vive nous

Macron skie français

il y a 19 min 44 sec
décryptage > Société
Placements privilégiés

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

il y a 29 min 23 sec
décryptage > Politique
Héritage politique

Mort de VGE : mais qu’est devenue la droite libérale en France ?

il y a 1 heure 6 min
décryptage > Religion
Séparatisme

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

il y a 1 heure 44 min
pépites > Santé
Conférence de presse
Covid-19 : Jean Castex confirme que « la vaccination sera gratuite pour tous »
il y a 12 heures 29 min
pépites > Politique
Hommage à l’ancien chef de l’Etat
Décès de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron décrète un jour de deuil national le mercredi 9 décembre
il y a 13 heures 24 min
pépites > Santé
Menaces pour la course aux vaccins
IBM alerte sur des cyberattaques en série sur la chaîne logistique des vaccins contre la Covid-19
il y a 15 heures 32 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Sarkozy coache Darmanin, Macron tance ses ministres; Hidalgo n’a aucune ambition mais un sens du devoir pour la France; Le Point s’inquiète des milliards de l’argent magique du Covid, Marianne des vaccins
il y a 19 heures 39 min
pépites > Santé
Campagnes de tests
L'Assemblée nationale se prononce en faveur du dépistage systématique du Covid-19
il y a 20 heures 11 min
pépites > Economie
Voyage moins cher
La SNCF envisage de plafonner le prix des billets de TGV en seconde classe
il y a 14 min 46 sec
pépites > Politique
Scandale
Dominique Strauss-Kahn annonce la sortie d'un documentaire sur sa vie à l'automne 2021
il y a 28 min 38 sec
décryptage > Science
Espace

ClearSpace-1 : l’opération anti-débris spatiaux qui sauvera nos satellites (et nos GPS)

il y a 46 min 42 sec
décryptage > High-tech
Course aux vaccins

IBM détecte des cyber-attaques en cours contre la distribution des vaccins anti-Covid dans le monde : alerte écarlate ou rouge pâle ?

il y a 1 heure 27 min
Montrer l’exemple
Covid-19 : les anciens présidents américains Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton sont prêts à se faire vacciner en direct
il y a 12 heures 2 min
pépite vidéo > Politique
Allocution présidentielle
Retrouvez l’intégralité du discours d’Emmanuel Macron en hommage à Valéry Giscard d’Estaing
il y a 12 heures 54 min
pépite vidéo > Politique
Disparition de VGE
Mort de Valéry Giscard d’Estaing : retrouvez l’analyse de Jean-Sébastien Ferjou dans "Soir Info"
il y a 14 heures 15 min
pépites > Media
Déprogrammation
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron décide de reporter son entretien à Brut de 24 heures
il y a 19 heures 25 min
pépites > Europe
Grisbi
L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance
il y a 19 heures 53 min
pépites > Politique
Hommage du chef de l’Etat
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron s'exprimera à 20 heures pour lui rendre hommage
il y a 20 heures 39 min
© PHILIPPE LOPEZ / AFP
© PHILIPPE LOPEZ / AFP
Ré-inversion de la courbe

Ce que la hausse continue du chômage depuis le mois de mars 2018 nous apprend de la politique d’Emmanuel Macron

Publié le 29 août 2018
Si le gouvernement a choisi de ne plus commenter les chiffres mensuels du chômage publiés par la Dares, ceux-ci existent malgré tout. Et depuis le mois de mars 2018, le nombre de chômeurs est bien reparti à la hausse en France.
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si le gouvernement a choisi de ne plus commenter les chiffres mensuels du chômage publiés par la Dares, ceux-ci existent malgré tout. Et depuis le mois de mars 2018, le nombre de chômeurs est bien reparti à la hausse en France.

Avec un total de 3.462 millions de personnes au chômage à la fin du mois de juillet 2008 - selon les chiffres de la DARES (dont le commentaire gouvernemental mensuel a été aboli) - la France connaît une augmentation continue du nombre de sans emploi depuis le mois de mars 2018, soit une période de 5 mois. Un résultat d'une "France qui va mieux" un peu amer, puisque l'inversion de la courbe du chômage, amorcée en février 2016 n'aura abouti qu'à une baisse totale de 122 900 chômeurs. Un chiffre qui mérite d'être comparé

En prenant en compte le total de la hausse du chômage depuis le début de la "grande récession" c'est à dire en partant du creux du mois de février 2008 - 1.975 million de chômeurs – au sommet de février 2016 - 3.584 millions- la hausse totale a été de 1.6 millions de personnes. La baisse constatée depuis lors n'a finalement corrigé que 7.64% du problème accumulé lors de ces 10 années de crise. Il reste donc 90% du problème à traiter.

 

Cette hausse du chômage qui peut se constater depuis mars dernier n'est pas non plus une surprise au regard des chiffres publiés concernant la croissance économique du premier semestre 2018. Après des taux de croissance honorables pour 2017, les 1er et 2nd trimestres de cette année se sont montrés décevants; soit 0.2% pour chacun, et ce malgré le "réformisme" à l'œuvre. Edouard Philippe peut prétendre, comme il le fait une nouvelle fois à l'égard du Budget 2019, mener une "politique pour l'emploi", les résultats ne sont pas au rendez-vous. La croissance 2018 sera largement inférieure à celle de 2017, et celle de 2019 ne s'annonce pas meilleure selon les diverses prévisions publiées, soit par le gouvernement lui-même, soit par la Commission européenne.

 

Mais le fait est que le ralentissement que connaît la France depuis le début de cette année n'est pas la conséquence de la politique d'Emmanuel Macron. Ceci pour une raison simple, c'est que les réformes mises en place ne font que corriger des mécanismes franco-français de l'emploi alors que le chômage est un problème de dimension européenne. Les dirigeants du pays continuent de se bercer d'illusions en pensant pouvoir avoir un impact sérieux sur le chômage en restant cantonnés aux fameuses réformes "dontlaFranceabesoin" sans se rendre compte du problème global.

 

Cette attitude se révèle d'ailleurs au travers des déclarations d'Emmanuel Macron qui indiquait, en août 2017 que la France était la "seule grande économie européenne qui n'a pas gagné face au chômage de masse".  Malheureusement, les grandes économies européennes sont au nombre de 5. Et parmi elles, l'Italie, L'Espagne et la France n'ont pas "gagné face au chômage de masse". Reste l'Allemagne, qui y est parvenue en surfant sur ses exportations vers l'étranger, ce qui est quand même – il faut le rappeler - à l'origine de la guerre commerciale initiée par un Donald Trump fatigué de financer la croissance allemande. Et reste le Royaume Uni qui a atteint son meilleur niveau d'emploi depuis 1975 en s'appuyant sur une politique de relance monétaire massive. Une politique menée également par les Etats-Unis et le Japon, tous deux au plein emploi.

 

En Europe cette politique a également été menée depuis le début de l'année 2015, avec la mise en place d'un "assouplissement quantitatif" européen. Avec 5 ans de retard sur les autres pays. Et c'est bien celle-ci qui a permis l'inversion de la courbe du chômage connue en fin de règne de François Hollande. Cependant, cette belle parenthèse s'est grippée dès le mois de juin 2017, lorsque Mario Draghi a imprudemment débuté une rhétorique d'arrêt de ce même programme de soutien monétaire à l'économie de la zone euro (Discours de Sintra – Juin 2017). Suite à ce discours, l'euro passait rapidement de 1.13$ à 1.25$, soit une progression de 10% en quelques mois. Une hausse qui était annonciatrice du ralentissement de l'économie européenne pour l'année 2018. Une configuration très défavorable à la France puisque le pays fait figure de champion démographique du continent; dès que la croissance ralentie, le nombre d'embauches se grippe, comme ailleurs, mais la croissance de la population active continue, entrainant la hausse du chômage dans son sillage.

 

Le président français a donc débuté son mandat avec un resserrement monétaire qui n'a apparemment pas été remarqué par le gouvernement. L'exécutif débutait alors  ses "réformes" en fanfare. On peut encore voir ici le décalage existant entre les effets d'une politique monétaire et les effets d'une politique découlant d'une pensée datant du rapport Attali de 2007. Le monétaire écrase le reste et le rend insignifiant.

 

Il est tout de même possible d'espérer un lent tassement du nombre de chômeurs en France, si la croissance venait à en revenir à son rythme modéré dont semble se contenter Paris. Mais le chômage Français est toujours supérieur à 9% de la population active et Emmanuel Macron ne s'est toujours pas emparé de la seule question qui pourrait changer les choses : la stratégie économique européenne qui , institutionnellement, ne fait pas du plein emploi un objectif prioritaire. Au contraire des Etats-Unis et de leur taux de chômage de 3.9% quand l'ambition d'Emmanuel Macron est de parvenir à un taux de chômage de 7% à la fin du quinquennat. La question du chômage n'est pas plus prioritaire en France qu'elle ne l'est en Europe. 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires