En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

03.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

04.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

05.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

06.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

ça vient d'être publié
pépites > International
Balles perdues
Selon une étude, les personnes blessées lors de fusillades ont un risque accru de troubles mentaux longtemps après leur guérison
il y a 23 min 31 sec
pépite vidéo > International
Victimes collatérales
Australie : vive émotion après le sauvetage d’un koala lors des terribles incendies qui ravagent une partie du pays
il y a 1 heure 49 min
pépites > Environnement
Polémique
Europe Ecologie Les Verts condamne fermement les propos de Roger Hallam, le cofondateur d'Extinction Rebellion, sur l'Holocauste
il y a 2 heures 49 min
light > Science
Phénomène assez rare
Une pluie d’étoiles filantes devrait être visible dans la nuit du jeudi 21 au vendredi 22 novembre 2019
il y a 4 heures 15 min
Méthode d'avenir
Coldplay arrête ses tournées pour des raisons environnementales
il y a 6 heures 33 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 20 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 8 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Pechkoff, le manchot magnifique" de Guillemette de Sairigné : un héros de légende endormi réveillé par la plus noble des biographes

il y a 10 heures 14 min
décryptage > Santé
Plan palliatif

Cette liberté que la France ne se décide toujours pas à accorder à ses hôpitaux

il y a 10 heures 49 min
décryptage > Culture
Vive la liberté !

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

il y a 12 heures 47 min
décryptage > France
Culture

Repeignez-moi donc ces statues blanches que je ne saurais voir : l’antiracisme en pleine crise d’intolérance

il y a 13 heures 46 min
pépites > Social
Négociations sous tension
SNCF : la CFDT-Cheminots a annoncé son intention de déposer un préavis de grève reconductible à partir du 5 décembre
il y a 1 heure 17 min
light > People
Le poids des mots, le choc des photos
Paris Match met en vente certaines de ses plus belles photos à l’occasion de son 70e anniversaire
il y a 2 heures 16 min
pépites > International
Séisme politique et judiciaire
Israël : le Premier ministre Benjamin Netanyahu a été mis en examen pour "corruption", "fraude" et "abus de confiance"
il y a 3 heures 32 min
pépites > France
Climat
Pierre de Bousquet de Florian, le coordinateur national du renseignement, estime que le "degré de violence" est inédit en France
il y a 4 heures 53 min
pépites > Politique
Manifestations
Mouvement du 5 décembre : Emmanuel Macron va alléger son agenda international et n'ira pas à la COP25
il y a 7 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Picasso, tableaux magiques" : la magie des signes

il y a 10 heures 6 min
décryptage > France
Immobilier

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

il y a 10 heures 30 min
pépite vidéo > Politique
Réformes
Retraites, hôpital : Edouard Philippe s'est confié sur France Inter sur les dossiers sensibles de cette fin d'année
il y a 11 heures 29 min
décryptage > Politique
Stratégie de défense

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

il y a 13 heures 21 min
décryptage > Politique
Le Macron nouveau est arrivé

Le nouvel entre-deux stratégique d’Emmanuel Macron

il y a 14 heures 19 min
Pamphlet

Les épines du rosier 18) : La gauche : un peuple sans idéologie

Publié le 04 mai 2012
La gauche, qu'est ce que c'est ? De l'idéologie politique fondatrice de ce courant, les héritages semblent maigres. Aujourd'hui, le Parti socialiste cherche à construire un modèle de société. Ce qu'il lui reste : l'idée d'un peuple sans idéologie.
Roland Hureaux a été universitaire, diplomate, membre de plusieurs cabinets ministériels (dont celui de Philippe Séguin), élu local, et plus récemment à la Cour des comptes.Il est l'auteur de La grande démolition : La France cassée par les réformes...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Hureaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Hureaux a été universitaire, diplomate, membre de plusieurs cabinets ministériels (dont celui de Philippe Séguin), élu local, et plus récemment à la Cour des comptes.Il est l'auteur de La grande démolition : La France cassée par les réformes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La gauche, qu'est ce que c'est ? De l'idéologie politique fondatrice de ce courant, les héritages semblent maigres. Aujourd'hui, le Parti socialiste cherche à construire un modèle de société. Ce qu'il lui reste : l'idée d'un peuple sans idéologie.

Lire aussi :


À Athènes au temps de Solon, à Rome au temps des Gracques[1], les pauvres s’opposaient aux riches pour le partage des terres et des richesses sans qu’on y parlât de gauche et de droite.

La gauche moderne est née avec la philosophie des Lumières et la Révolution française. A la défense du peuple contre les grands, elle a associé l’idée de progrès : un projet que l’on appellera utopique ou idéologique de transformation de la condition humaine. Le XXe siècle a montré à quelles extrémités pouvait conduire un tel projet dans ses formes les plus radicales. On peut dire en simplifiant qu’aujourd’hui, le mondialisme a tellement affaibli les classes populaires que la gauche, vidée de son antique contenu social, n’est plus qu’idéologique. Autrefois, le peuple sans l’idéologie, hier l’idéologie et le peuple, aujourd’hui, l’idéologie sans le peuple !

Et comme l’idéologie est intrinsèquement stérile, c’est pourquoi on cherche en vain dans l’action de la gauche depuis vingt ou trente ans, un impact positif sur la situation des Français.

A la rigueur pourrait-on sauver de ce bilan calamiteux une institution comme le RMI, malgré le désordre de sa mise en œuvre. Répartir dans toutes les communes des grandes métropoles les logements sociaux peut être aussi, à notre sens, tenu pour utile, même si le meilleur moyen d’empêcher les ghettos est d’abord d’assurer la sécurité.

Mais le bilan général est négatif. Disons-le clairement : on trouve, comme nous l’avons montré en introduction, dans la plupart des griefs qui sont aujourd’hui ceux des Français vis-à-vis de leurs gouvernants, une décision prise ou inspirée par la gauche (et souvent continuée passivement par la droite)

À l’origine de ce désastre politique, cette immense révolution que constitue la mondialisation : mettant en concurrence tous les systèmes sociaux du monde, elle conduit tout naturellement à privilégier le "moins disant" social ou fiscal et à rendre presque impossible, dans un pays donné, tout projet social un peu consistant. Si ce pays veut, malgré tout, maintenir, sans protection aux frontières, un certain nombre d’acquis sociaux, comme c’est aujourd’hui le cas de la France - et de la plus grande partie de l’Europe - il assistera au dépérissement inexorable de son tissu industriel ou agricole. S’il s’avise en plus de maintenir des minima sociaux (et quoi de plus légitime ?), il le paye d’un volant de chômage plus ou moins important : c’est le choix, que, de facto, la France a fait depuis vingt ans. Ceux qui dénoncent la "préférence française pour le chômage" ne disent pas autre chose : une dénonciation bien mal venue cependant quand elle émane d’une gauche européiste et mondialiste de type rocardien !

A la rigueur, un pays donné pourrait-il compenser des choix sociaux avancés en jouant sur la variable monétaire : plus social, moins compétitif mais avec une monnaie plus faible, il pourrait encore s’en sortir. Or, comme pour aggraver leur cas, le pays de la zone euro se sont privés de cette arme.

La mondialisation, c’est-à-dire la libre circulation des marchandises, mais aussi des capitaux et de la main d’œuvre agit comme un vaste système de vases communicants des inégalités sociales. Comment le travail, nécessairement plus statique, résisterait-il aux pressions d’un capital désormais entièrement mobile ? Le magnat américain Warren Buffet n’a pas tort de dire que, grâce à la mondialisation, la lutte des classes a trouvé son aboutissement et que c’est le capital qui a gagné la bataille : grâce à elle, la finance a écrasé la classe ouvrière, dont le pouvoir d’achat stagne depuis bientôt vingt ans, quand il ne régresse pas,  alors que la valeur des patrimoines explose.

Mais qui ne voit que cette évolution, éminemment défavorable aux salariés de tous pays - et à fortiori à ceux qui n’ont pas de travail - trouve son fondement dans une idéologie progressiste ? Le moteur fondamental de la mondialisation, dont les instruments (GATT, FMI, Marché commun, etc.) se sont mis en place après la guerre, fut la réaction à toutes les formes de protectionnisme de la période précédente que, de manière hâtive, on avait assimilé au nationalisme et au fascisme, aujourd’hui au "populisme". Au fondement du mondialisme, se trouve l’hostilité au fait national, dénoncé comme un danger de guerre, mais dont on craint surtout qu’il amène des droits de douane, le contrôle des changes ou des entraves à la libre circulation des capitaux. Cette hostilité  s’est radicalisée à partir des années quatre-vingt, au fur et à mesure que tombaient les dernières barrières héritées de l’ancien monde. Droit de douane égale autarcie égale camp de concentration : telle est l’équation inavouée de la nouvelle gauche  mondialiste. La volonté, pourtant légitime, de contrôler les flux migratoires est assimilée au racisme. L’antiracisme, devenu, dit Alain Finkielkraut, le marxisme de notre temps et généralement plus haineux que ce qu’il dénonce, est aussi au cœur de l’idéologie mondialiste. Il tend en réalité à préserver la liberté de circulation des travailleurs de tous pays et donc leur concurrence pour le plus grand bénéfice des employeurs. Un banquier américain dénonçait il y a quelque temps à la tribune de Davos le retour du "populisme" : qu’entendait-il par-là ? Rien d’autre que volonté de réglementer le système bancaire, une réglementation qui naturellement ne pouvait être que nationale. Dans ce nouveau contexte, se dire milliardaire et de gauche – de gauche, non point pour le partage de la richesse, cela va de soi, mais sur les questions de société, l’ouverture des frontières ou la défense de l’environnement - n’est plus un oxymore, c’est la meilleure posture que puisse prendre aujourd’hui un milliardaire un peu dégourdi, surtout s’il a compris que la tranche d’impôts à 75 % proposée par François Hollande n’était qu’un effet d’annonce. Le think tank Terra nova qui se veut la pointe avancée de la recherche stratégique du parti socialiste (et qui est financé par plusieurs multinationales américaines) préconise que ce parti largue une bonne fois pour toutes la classe ouvrière, vouée, dit-il, au lepénisme, pour se tourner résolument vers les nouvelles couches urbaines : jeunes diplômés, cadres émancipés, bref la France "bobo". 

Ainsi, le Parti socialiste n’est plus celui de la classe ouvrière, ni même celui des fonctionnaires, mais celui de la partie la plus irresponsable de la bourgeoisie.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
NYOR
- 06/05/2012 - 04:35
Ishtar
La véritable pensée univoque est de penser que l'autre est un incapable, un idiot et n'a aucune légitimité quand il ne pense pas comme vous.
La véritable pensée univoque, c'est de n'avancer que des arguments "contre" et aucun argument "pour". Bref, Hureaux est un politicien comme on aimerait tant qu'il y en ai moins car son seul rôle est de faire de la politique politcienne en se gardant bien de faire avancer la machine. A croire que Seguin pour qui j'ai bien du respect, ne savait pas choisir ses collaborateurs. Au total, universitaire, beaucoup d'écrits mais peu de réalisation. L'image même que certains se font des socialistes.
NYOR
- 06/05/2012 - 03:38
Bobo de droite
Comment mieux résumer à quel point nous sommes tombés bien bas. Avant nous avions des grands commis de l'Etat, amoureux de la France (les Pisani, Deniaud, Barre, Chandernagor). Aujourd'hui, nous avons des... Hureaux... Politiciens insipides, Incapables de travailler avec des gens d'avis opposé sans les stigmatiser. Encore un qui a dû bien faire avancer la machine.
La paille, la poutre.. Elle est où l'idéologie de droite quand Sarkozy est qualifié par les américains de "socialiste" ? Quand Sarkozy demeurera le plus interventionniste des présidents ? Quand autrefois, l'élite se définissait plus à travers ses devoirs que ses droits ? Quand Sarkozy drague le Front National avec des clips indignes qui feraient s'en retourner le grand Général dans sa tombe ?
Et bien sûr, dans toute cette diatribe, aucun mot sur le France. La France n'intéresse pas monsieur Hureaux. Ce qui l'intéresse, c'est de dénigrer ses opposants...
Un jeune diplôme qui vote à droite ? Une chance pour la nation. Un jeune diplôme qui vote à gauche ? Un bobo
La belle idéologie que voilà...
Et son profil ? Ben, le même que les socialistes qu'il dénigre. Pas une seule expérience dans le privé. Pi-to-ya-ble.
rastarocket
- 05/05/2012 - 13:45
Pas interdit, aujourd'hui et demain ?
Belle accumulation de clichés et stéréotypes, écrits par un bon fonctionnaire qui a fait toute sa carrière bien au chaud...
Mais n'est ce pas interdit de publier quoi que ce soit de politique, pour ou contre l'une des parties, aujourd'hui et demain à la veille du 1er tour ?