En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Alerte aux finances : le RN, un parti à la dérive

05.

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

06.

Mais quelle température faisait-il vraiment pendant le dernier âge glaciaire ? Nous connaissons désormais la réponse

07.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

01.

L’inquiétant système chinois de notation sociale qui menace le monde

02.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

05.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

06.

L’intelligence artificielle avait abîmé la beauté des échecs, voilà comment elle pourrait la renouveler

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

04.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

05.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

06.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Politisation de la justice

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

il y a 23 min 10 sec
décryptage > France
Gouverner, c'est prévoir

Les leçons de notre impréparation face au Covid ont-elles été tirées face aux autres risques majeurs identifiés par les livres blancs ?

il y a 1 heure 46 min
décryptage > International
Rival systémique

Marxiste dedans, ultralibérale dehors, la Chine fait perdre ses moyens à l'Europe

il y a 2 heures 24 min
décryptage > Politique
Le pelé, le galeux c’est lui

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

il y a 2 heures 42 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : de la guerre nucléaire à la paix en passant par la peur

il y a 2 heures 46 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’ère des victimes : le règne de la tyrannie des minorités et de la privatisation de la censure

il y a 2 heures 47 min
décryptage > Culture
Iegor Gran

"Les services compétents" de Iegor Gran : Tartuffe au pays des Soviets, une histoire vraie et un excellent récit romanesque

il y a 11 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La légende de Bruno et Adèle" de Amir Gutfreund : un auteur de choix pour s'initier à la littérature israélienne contemporaine

il y a 11 heures 55 min
pépites > Justice
Affaire des "écoutes"
Parquet national financier : Eric Dupond-Moretti cible trois magistrats et demande une enquête administrative
il y a 19 heures 30 min
décryptage > Politique
Nominations

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

il y a 23 heures 54 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette
il y a 1 heure 27 min
décryptage > Société
La vérité est ailleurs

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

il y a 2 heures 7 min
décryptage > Economie
Dépenses à crédit

Jusqu’à quand pourrons-nous financer nos dépenses de santé par la dette ?

il y a 2 heures 34 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Comment les chiffres transforment les algorithmes en véritables menaces

il y a 2 heures 46 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

il y a 2 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Turner – Peintures et Aquarelles- Collection de la Tate : la fascinante exposition d’un “Voyageur de Lumière”

il y a 11 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Où vont les vents sauvages ?" de Nick Hunt : un voyage qui marie intelligemment nature et culture… belle approche des lieux mais médiocre jugement sur les habitants

il y a 11 heures 36 min
light > Culture
Star du doublage et comédien inoubliable
L'acteur Roger Carel est mort à l'âge de 93 ans
il y a 19 heures 3 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le cocorico trahit le coq gaulois et quand le pilote démêle ses fuseaux : c’est l’actualité des montres
il y a 21 heures 44 min
light > Science
Moby Dick
Protéger les baleines d'un risque de collision en écoutant leurs chants
il y a 1 jour 6 min
© Reuters
© Reuters
Guerre économique

Monsanto passe sous pavillon allemand... et est condamné : la justice américaine mène sa guerre

Publié le 19 août 2018
BNP, SNCF, Alstom... l'extraterritorialité de la justice américaine frappe partout.
Nicolas Mazzucchi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Mazzucchi est conseiller scientique de Futuribles international et géoéconomiste spécialiste des questions énergétiques. Il est aussi docteur en géographie économique, professeur de relations internationales au sein de l’Enseignement militaire...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
BNP, SNCF, Alstom... l'extraterritorialité de la justice américaine frappe partout.

Atlantico : BNP Paribas condamné à 8,9 milliards de dollars d'amende en 2015, la SNCF à 60 millions de dollars en 2014, Alstom à 772 millions de dollars en 2014 (avant de se faire racheter par General Electric dans la foulée)… La justice américaine vise-t-elle plus spécifiquement les entreprises européennes ?

Nicolas Mazzuchi : Pas exclusivement, mais il faut bien reconnaître que les entreprises européennes réunissent le plus souvent deux caractéristiques importantes. Elles sont d’une part le plus souvent les principales compétitrices des entreprises américaines dans les secteurs les plus technologiques – Alstom était à ce niveau un exemple frappant dans le domaine des services à l’énergie – et, d’autre part, sont bien plus facilement accessibles que les entreprises chinoises ou russes, car elles travaillent souvent sur le territoire américain. De fait elles sont particulièrement exposées à l’utilisation de « l’arme du droit » dans le cadre d’une compétition mondialisée. Toutefois il serait erroné de parler de « guerre économique » tant le terme est fort. Une vision plus juste serait de considérer que les Etats-Unis mettent en œuvre l’ensemble des techniques et outils à leur disposition pour conserver une place de première économie mondiale, surtout avec la compétition exacerbée des entreprises émergentes, dans les secteurs les plus technologiques. En outre il faut également considérer que certaines entreprises européennes pêchent par ignorance ou naïveté. L’acquisition d’une banque privée libanaise, accusée de contribuer au financement du Hezbollah, a notamment amené les autorités fiscales et judiciaires américaines à s’intéresser de près à une grande banque française.

De quels leviers dispose la justice américaine pour faire condamner les entreprises européennes ?

Il faut tout d’abord différencier les leviers purement juridiques – par une intervention directe de la justice – et ceux simplement normatifs. Le droit américain dispose d’un certain nombre de législations dites – un peu abusivement – extraterritoriales comme le D’amato-Kennedy Act de 1996 qui prohibe de fait le commerce avec l’Iran. Toute entreprise étrangère qui commerce avec Téhéran se voit de facto interdite de commercer avec Washington, le choix est donc en ce cas vite fait. C’est en vertu de ces législations que la justice américaine peut poursuivre certaines entreprises européennes. Au niveau des normes américaines, elles sont en réalité présentes partout. Un exemple connu et frappant se retrouve dans le domaine de l’armement  avec la norme ITAR. Celle-ci impose que pour tout matériel de défense incluant des composants américains, les Etats-Unis aient un droit de regard sur la vente, quitte à l’empêcher. Eu égard à l’omniprésence des composants électroniques, notamment processeurs et semi-conducteurs, provenant des Etats-Unis, les matériels dits ITAR-free sont très peu nombreux, complexes et couteux à développer.

Enfin il ne faut pas minimiser le rôle des instruments régaliens que sont la monnaie et le renseignement. Depuis la décision de R. Nixon de suspendre la convertibilité du dollar en or, celui-ci est plus une norme d’échanges internationaux incontournable qu’une monnaie nationale. De fait le contrôle du dollar offre aux Etats-Unis un levier de pression inégalé sur l’économie internationale puisqu’il permet de sanctionner peu ou prou toute entreprise sur la planète pour des échanges avec des pays qui seraient considérés comme dangereux pour les Etats-Unis, du simple fait de l’utilisation du dollar dans les échanges. De même la législation sur le renseignement, en particulier le Foreign Intelligence Surveillance Act, prolongé par le FISA Amendement Act of 2008, permet aux Etats-Unis d’intercepter toute communication sur la planète pour le bien de la sécurité nationale. Les dérives vers la promotion des intérêts économiques américains ne sont en l’espèce jamais très éloignés, surtout en cas de surveillance des entreprises étrangères les plus importantes.

L'Europe est-elle condamnée à subir ou a-t-elle les armes pour lutter contre les Etats-Unis sur ce plan?

L’Europe a fondé sa politique commerciale et économique sur le principe de la concurrence. De fait cette politique de la concurrence européenne, issue partiellement de l’ordolibéralisme allemand, est à l’heure actuel un des piliers les plus importants de la doxa de l’UE. Il s’en suit que les Européens – du moins suivant la philosophie économique de Bruxelles – se doivent d’être plus libéraux que les libéraux. La chasse qui est faite depuis des années par la DG COMP aux monopoles d’Etat et autres entreprises publiques comme EDF est d’ailleurs l’une des principales manifestations de cette situation. Dans ce contexte on imagine bien qu’il est difficile de mettre en place un corpus législatif communautaire qui soit destiné à protéger les secteurs économiques de pointe de l’UE et même de se porter à la conquête de marchés. Outre la question de la politique de la concurrence, les disparités économiques entre Etats de l’Union entrent également en compte. Chaque Etat est de ce point de vue relativement différent, certains sont industrialisés, d’autres se reposent majoritairement sur les services, des modèles mixtes existent, etc. Pour savoir comment agir, il faut d’abord savoir sur quoi agir. Or c’est bien là que le bât blesse puisque l’UE est incapable d’avoir une vision claire de ses intérêts économiques vitaux, ce qui n’est pas le cas des Etats-Unis par exemple. Toutefois des prises de conscience ont eu lieu dans certains Etats. En France les décrets successifs Villepin et Montebourg sur les secteurs stratégiques – en cours de refonte d’ailleurs – ou en Allemagne la récente prise de conscience de la vulnérabilité des fleurons technologiques du pays, suite au rachat de l’entreprise de robotique Kuka par l’entreprise chinoise Midea. De fait la prise de conscience allemande pourrait en ce sens être décisive, si elle était couplée avec une continuité de la volonté française – ce qui est malheureusement peu probable – pour amener le débat au niveau de l’UE, de manière sérieuse. Il n’en reste pas moins qu’une question demeurerait après la prise de conscience, voire la législation : quelle capacité d’action et d’application des lois ? Sur un continent fondé avant tout sur les échanges internationaux et ne pesant que peu – de manière unifiée - dans les grands équilibres économiques, il a fort à parier que cela n’irait pas bien loin.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires