En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

04.

Selon « Le Monde », Abdouallakh Anzorov, l’auteur de l’attentat, a donné plusieurs centaines d’euros à des élèves du collège en échange d’informations pour identifier le professeur

05.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

06.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

07.

Comment les comparateurs en ligne menacent la survie de pans entiers de l’industrie des services en France

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Emmanuel Macron, le Gorbatchev de la technostructure française ?

ça vient d'être publié
light > Politique
Principe de précaution
Coronavirus : Brigitte Macron décide de se mettre à l'isolement pendant 7 jours après avoir été cas contact
il y a 7 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"On purge bébé" de Georges Feydeau : un vaudeville comme on les aime

il y a 8 heures 18 min
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 9 heures 58 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les régions vont diffuser un livre de caricatures dans les lycées
il y a 11 heures 5 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

Panorama COVID-19 : maintenant, c’est l’Europe qui est la plus touchée par les nouveaux cas

il y a 13 heures 43 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Pour une publication massive des caricatures

il y a 14 heures 3 min
light > Economie
Voiture propre
La Chine, leader dans le domaine des voitures électriques - avec 138 modèles sur son marché, contre 60 en Europe, et seulement 17 aux États-Unis - abrite aussi le premier constructeur mondial
il y a 14 heures 44 min
Alimentation
La Chine se met à aimer le lait après l'avoir ignoré pendant plusieurs générations
il y a 15 heures 54 min
décryptage > Terrorisme
Reculer pour mieux sauter

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

il y a 16 heures 27 min
décryptage > Finance
Impact de la pandémie

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

il y a 17 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Covid-19 et réchauffement climatique" de Christian de Perthuis : une analyse qui mérite un détour, comme tout témoignage sincère, mais avec ses limites

il y a 8 heures 2 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 9 heures 9 min
light > France
Magie de Noël menacée
Covid-19 : le marché de Noël des Tuileries est annulé à Paris suite au coronavirus
il y a 10 heures 33 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Choisir la mort ou la Mort. La France a fait son choix

il y a 13 heures 6 min
décryptage > International
MilkTea

« L’alliance du thé au lait » : le mouvement du refus de l’expansionnisme chinois s’étend en Asie

il y a 13 heures 56 min
light > High-tech
Justice
Instagram visé par une enquête de la Commission irlandaise pour la protection des données
il y a 14 heures 16 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Couvre-feu : et les meilleures solutions pour les télé-apéros sont...
il y a 15 heures 9 min
pépite vidéo > France
Lutte contre le fondamentalisme
Conflans-Sainte-Honorine : "Nous ne pouvons pas laisser faire ce genre de fatwas en ligne", selon Gérald Darmanin
il y a 16 heures 8 min
décryptage > Politique
Stratégie

LR contraint de s’allier à LREM pour survivre ? Les faux calculs de Christian Estrosi

il y a 16 heures 51 min
rendez-vous > Santé
Zone Franche
Coronavirus : le scandale caché du sous-investissement mortuaire
il y a 17 heures 28 min
© DEBBIE HILL / POOL / AFP
© DEBBIE HILL / POOL / AFP
Diplomatie

Israël se tourne vers l'Europe de l'Est, Orban trouve un appui en Netanyahou

Publié le 23 juillet 2018
Alors que les relations entre la Pologne et Israël sont au plus bas, il semblerait que les relations soient en revanche excellentes entre Jérusalem et Budapest. Les deux dirigeants, qui se sont rencontré vendredi, ont dévoilé qu'ils avaient un "socle patriotique commun". Qu'est-ce qui rapproche la Hongrie "illibérale" d'Orban et le gouvernement israélien de Benjamin Netanyahou?
Cyrille Bret
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que les relations entre la Pologne et Israël sont au plus bas, il semblerait que les relations soient en revanche excellentes entre Jérusalem et Budapest. Les deux dirigeants, qui se sont rencontré vendredi, ont dévoilé qu'ils avaient un "socle patriotique commun". Qu'est-ce qui rapproche la Hongrie "illibérale" d'Orban et le gouvernement israélien de Benjamin Netanyahou?

Atlantico.fr : Alors que les relations entre la Pologne et Israël sont au plus bas depuis la promulgation de la loi sur la mémoire polonaise à Varsovie, il semblerait que les relations soient en revanche excellentes entre Jérusalem et Budapest. Les deux hommes qui se sont rencontré vendredi ont avancé qu'ils avaient un "socle patriotique commun". Qu'est-ce qui rapproche la Hongrie "illibérale" d'Orban et le gouvernement israélien de Benjamin Netanyahou ?

Cyrille Bret: La politique étrangère du Premier ministre Netanyahou est depuis longtemps marquée par la Real Politik. Avant tout guidé par le souci de maintenir sa coalition à la Knesset, de préserver son autorité malgré les affaires frappant son entourage et par la volonté de renforcer Israël dans un contexte national et régional peu favorable, le Premier ministre israélien, en fonction depuis 2009, a progressivement développé une véritable « politique européenne » en s’appuyant sur certains leaders d’Europe orientale, au premier chef le Premier ministre hongrois récemment réélu, Viktor Orban.
 
Les convergences entre Viktor Orban et Benjamin Netanyahou se sont manifestées avec une particulière acuité depuis la visite du leader du Likoud à Budapest. Les deux chefs de gouvernements avaient alors affiché une entente d’autant plus remarquée que les obstacles semblaient importants entre les deux lignes politiques. Viktor Orban avait en effet émis des déclarations louangeuses pour l’amiral Horthy pourtant impliqué dans la persécution des Juifs de Hongrie durant le Troisième Reich. De même, il avait noué une alliance avec le parti Jobbik et avait lancé une campagne marquée par un antisémitisme subliminal mais réel contre le financier américain d’origine hongroise, George Soros. Mais, malgré ces pierres d’achoppement, Budapest et Tel Aviv avaient trouvé un terrain d’entente. Celui-ci a de nouveau été récemment mis en évidence lors de la récente visite du Premier ministre hongroise en Israël.
 
Plusieurs intérêts peuvent réunir les deux hommes. D’une part, un certain rapport avec l’Union européenne : avocat du souverainisme contre les tendances fédéralistes de l’Union, Viktor Orban a besoin de rallier autour de sa position des soutiens intra-européen (au sein du groupe de Visegrad qu’il a présidé) et des soutiens extra-européens (en Russie, en Israël). Quant à lui, le Premier ministre israélien fait face à la doctrine de l’UE concernant la nécessité de construire deux Etats pour résoudre le conflit avec les Palestiniens. Il cherche à Budapest un allié à l’intérieur de l’Union européenne. D’autre part, un certain rapport avec les contre-pouvoir : les deux leaders partagent une défiance explicite envers la presse, les ONG et institutions constituées qui pourraient limiter le pouvoir de leur majorité politique. C’est ce qui explique le pragmatisme du pouvoir israélien dans les rapports avec la Hongrie : la défense de la ligne politique intérieure prime tout.
 

Plus largement, quel lien le groupe de Visegrad peut-il entretenir avec Israël, qui semble vouloir se rapprocher d'eux devant la timidité des autres partenaires européens?

Le Premier ministre Netanyahou a pour but explicite de proposer aux membres du groupe du Višegrad (Tchéquie, Slovaquie, Hongrie et Pologne) de tenir leur prochain sommet à Jérusalem. Sa stratégique est-orientale vise à réunir ainsi plusieurs membres essentiels de l’Union européenne autour de la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël.
 
Pour le gouvernement Netanyahou, cela constituerait une victoire symbolique dans la mesure où l’implantation de l’ambassade américaine à Jérusalem a suscité l’opposition de l’Union européenne. Pour les gouvernements du Groupe de Visegrad, un rapprochement avec Israël présenterait plusieurs avantages : d’une part, les dédouaner des accusations d’antisémitisme et de xénophobie à leur encontre, d’autre part, développer les liens avec une économie innovante, des marchés financiers alternatifs à ceux de l’Europe et avec une main-d’œuvre très qualifiée, sans compter l’inscription dans l’espace de la méditerranée orientale. Avec le développement (encore à confirmer) d’une relation forte entre Israël et le V4, celui-ci gagnerait encore en notabilité.
 
 

Les relations en Europe de l'Est sont un point clé de la stratégie d'Israël. Mais comment s'articule la relation entre Israël et la Russie ?

La Russie et Israël ont une relation complexe et très riche. Pour la comprendre, il faut garder quelques éléments en tête : d’une part, plus d’un million de citoyens de Russie viennent de l’ancien URSS, doit plus de 10% de la population de cet Etat qui compte 9 millions d’habitants ; d’autre part, la Russie entretien des liens économiques très denses avec Israël notamment grâce à cette diaspora ; enfin, la Russie a noué une alliance avec l’Iran qui l’oppose à Israël. Mais, pour revenir à la Realpolitik du gouvernement Netanyahou, Israël a réussi en partie à tourner cette difficulté en avantage. Depuis le début de l’année, il se tourne vers la Russie pour obtenir le retrait des troupes iraniennes postées en Syrie à proximité de la frontière israélienne. On le voit à nouveau, malgré des divergences importantes, Israël développe envers la Russie une politique extrêmement pragmatique.
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires