En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

06.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

07.

Inquiétudes sur la bioéthique : ces autres dispositions votées par l’Assemblée que le débat sur la PMA a masquées

01.

Le cerveau et ses préjugés racistes

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 13 heures 32 min
pépites > Religion
Off
En privé, Macron trouve "irresponsable de faire des amalgames et de stigmatiser" sur l'islam
il y a 14 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre Audio : "La cage dorée" de Camilla Lackberg, Les livres s'écoutent aussi

il y a 15 heures 57 min
pépites > Environnement
Usine à gaz
Pourquoi le "Green Deal" d'Ursula von der Leyen pourrait bien être un projet mort-né
il y a 17 heures 44 min
décryptage > Religion
Touche pas à mon Islam !

Non, il ne faut pas parler de Mohamed Merah, ni des souffrances des chrétiens d'orient : la croisade de France Culture contre l'islamophobie des médias

il y a 19 heures 44 min
décryptage > International
Cynisme

La Syrie, dernier tombeau des idéalismes

il y a 20 heures 31 min
décryptage > Europe
Drôle de guerre

Conseil des ministres franco-allemand : Angela Merkel et Emmanuel Macron ne peuvent plus cacher la crise du couple moteur de la construction européenne

il y a 20 heures 52 min
décryptage > Société
Habile

Inquiétudes sur la bioéthique : ces autres dispositions votées par l’Assemblée que le débat sur la PMA a masquées

il y a 21 heures 6 min
décryptage > Société
Méritocratie en panne

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

il y a 21 heures 36 min
décryptage > Religion
Victimisation

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

il y a 21 heures 49 min
light > Insolite
L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux
Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument
il y a 14 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"L'aube des idoles" de Pierre Bentata : Voici décortiquées quelques croyances d’aujourd’hui, souvent prêtes à l’emploi, parfois radicales…

il y a 15 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Cinéma : Fahim : Avec cette histoire vraie, Pef quitte la comédie pour le drame sociétal

il y a 16 heures 1 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"
il y a 18 heures 34 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment

il y a 20 heures 12 min
décryptage > Religion
Tribune

L'hydre islamiste ne sera pas combattue efficacement sans combattre aussi l'auto-censure des débats publics

il y a 20 heures 37 min
décryptage > Nouveau monde
Nouvelles menaces

Infox, astroturfing, bad buzz : ces nouvelles menaces qui peuvent coûter des milliards aux entreprises

il y a 20 heures 57 min
décryptage > Religion
Essentialisation

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

il y a 21 heures 23 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

il y a 21 heures 43 min
pépite vidéo > Religion
Polémique
Polémique sur le port du voile : doit-on l'interdire en sortie scolaire ?
il y a 1 jour 11 heures
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Atlantico Business

Bonne nouvelle : la croissance revient. Mauvaise nouvelle, Bercy confirme la hausse des impôts...

Publié le 20 juillet 2018
Pour la Banque de France, le trou d’air sur la croissance est passé. L’activité serait repartie depuis la mi-juin, partout en Europe. Mais du côté de Bercy, les chiffres prouvent que les impôts ont continué d’augmenter.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour la Banque de France, le trou d’air sur la croissance est passé. L’activité serait repartie depuis la mi-juin, partout en Europe. Mais du côté de Bercy, les chiffres prouvent que les impôts ont continué d’augmenter.

« Le trou d’air sur l’activité, observé en début d’année est derrière nous ». François Villeroy de Galhau, le gouverneur de la Banque de France, juge que la conjoncture est beaucoup plus robuste que ce qu’on avait cru en début d’année, dépliant un début de pessimisme qui avait touché tous les acteurs de l’économie. Le gouvernement lui-même avait été obligé de revoir à la baisse ses prévisions de croissance. 

Jusqu’au début du mois de juin, la Banque de France expliquait que le trou d’air apparu et perceptible dès le mois de décembre de l’année dernière, se prolongeait avec une hausse modeste du PIB au deuxième trimestre à 0,3%, ce qui ramenait sa prévision annuelle de croissance pour 2018 à 1,9% (initialement prévue) à 1,8%. En fait, la majorité des analystes s’inquiétaient du ralentissement au premier trimestre à 0,2% contre 0,7% ; d’autant que toute l’Europe, et notamment l’Allemagne, paraissait affectée. 

Aujourd’hui, les économistes de la Banque de France changent donc leur fusil d’épaule, et considèrent que depuis la mi-juin que l’activité a rebondi et que les perspectives sont à nouveau mieux orientées. Rappelons que la Banque de France travaille sur des données réelles issues de sa centrale des bilans où elle regroupe les comptes d’entreprise et les informations qui remontent du réseau bancaire. Elle a donc un état mensuel des trésoreries et des carnets de commandes. 
Dans ces conditions, le gouverneur de la Banque de France considère que l’activité sur l'année sera bien située entre 1,7% et 1,9%.
Les premières informations en provenance de l’Insee sont en ligne. Les études réalisées par Pole emploi et l’APEC, qui travaille plus spécialement sur l’emploi des cadres, montrent, elles, une tension croissante sur les créations d’emplois. A tel point que certains secteurs sont en pénurie de main d’oeuvre (hôtellerie, restauration et bâtiment) et que sur le créneau des jeunes cadres dans l’informatique, les fonctions financières et commerciales, on est pratiquement au plein emploi. 
Reste malheureusement une part importante du chômage (environ 8%) qui ne donne pas de signe de résorption. On est sans doute là dans un chômage structurel qui nécessite un énorme effort de formation, d’adaptation et de mobilité. 
 
Quoi qu’il en soit, le gouvernement qui avait refusé de réviser à la baisse ses hypothèses de croissance pour 2018 lors du trou d’air, se voit aujourd’hui conforté par ce retour dans le cycle. Les pays européens et notamment l'Allemagne connaissent la même météo. 
 
A coté de cette bonne nouvelle, la préoccupation première du gouvernement reste la question de l’équilibre budgétaire, comment réduire ses dépenses publiques pour réduire les impôts, condition nécessaire à l’amélioration de la compétitivité.  En réponse à la demande de la Commission des finances de l’Assemblée nationale, Bercy a confirmé que les rentrées fiscales avaient augmenté avec la croissance de 2017. La masse des recettes fiscales a progressé avec l’activité, les impôts de consommation, la TVA, les impôts sur le revenu et les impôts de production sont bien évidemment indexés sur les chiffres d’affaires (en hausse), sur la consommation et sur les créations de richesses de production. Mais ce qui est intéressant, c’est que compte tenu de la progressivité de beaucoup d’impôts et taxes, la recette fiscale augment plus vite que l’assiette. Du coup, en 2017, quand le PIB a cru de 2%, le total des impôts et taxes a augmenté de 4%. Ce qui signifie que le taux moyen de prélèvement obligatoire s’est alourdi de 2%. A noter que parallèlement, les dépenses publiques ont également augmenté. 
Dans ce contexte, chacun sait que, si le gouvernement se contente de ralentir la hausse, la situation ne changera guère. 
L’urgence des urgences est donc bien de baisser la dépense publique, pour pouvoir baisser non seulement l’impôt, mais aussi desserrer la pression fiscale. Ce qui asphyxie les agents économiques, c’est moins la hausse d’impôts que la hausse récurrente de la pression fiscale mesurée par le taux des prélèvements obligatoires. 
 
Le système français est piégé dans une logique absolument redoutable. Quand la croissance repart, la pression fiscale augmente plus vite, ce qui signifie que les bénéfices de la croissance sont captés par l‘Etat et les administrations. 
Mais quand la croissance s’essouffle, la pression fiscale ne baisse pas, parce qu’il faut augmenter les impôts afin de financer les dépenses ou alors accepter d’aggraver le déficit. 
L’urgence serait donc de casser cette quasi indexation entre la croissance et les dépenses publiques, ce qui politiquement oblige de toucher à la fonction publique et aux corps des fonctionnaires.  
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

06.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

07.

Inquiétudes sur la bioéthique : ces autres dispositions votées par l’Assemblée que le débat sur la PMA a masquées

01.

Le cerveau et ses préjugés racistes

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
edac44
- 21/07/2018 - 13:24
@ ciara : quand c'est gratuit, c'est vous le produit !...
"On risque de vous faire payer des services qui aujourd'hui sont gratuits" dites-vous !... et ben non, rien n'est gratuit, ni en France ni ailleurs, car il faut bien payer à un moment donné celles et ceux qui assurent ces services dits gratuits et les moyens dont ils disposent pour les assumer.
Ceci dit, dites-vous bien que le nombre d'assistés de toutes sortes dans ce "beau" pays France, sont bien plus catastrophiques pour nos finances publiques que le présent nombre de fonctionnaires dont le remplacement par le privé nous coûterait surement beaucoup plus cher, enfin à ceux qui paient des impôts, bien sûr !...
pale rider
- 21/07/2018 - 09:09
@ciara "si c'etait facile les autres
l'auraient fait" : c'est difficile mais les autres l ont fait : la Suède l Allemagne et ... ils vont bien mieux depuis. Aucun pays d Europe n accorde ce statut inamovible et inique de la fonction publique et aucun ne nourrit autant de fonctionnaires/habitant.
lorwakaf
- 20/07/2018 - 22:57
Problème de l'efficacité de la dépense publique
payer beaucoup d'impôts pourquoi pas mais il faut en avoir pour son argent. Ce qui n'est pas le cas et on pourrait en faire une liste ici : santé (déserts médicaux), éducation, ... De plus, il y a une culture de l'irresponsabilité à tous les niveaux, chacun peut le constater au niveau de sa commune. Les suédois paient énormément d'impôts : ça marche et ce modèle soit disant idéal est très dur. Par exemple, en fin de collège, les jeunes passent un examen et ils sont notés. Selon la note, ils peuvent prétendre à tel ou tel lycée (plus exactement, les lycées les plus cotés prennent les meilleurs élèves, le raisonnement étant: égalité de chances pour tous et après que le meilleur gagne! Au Danemark, les chômeurs sont très contrôlés. Je veux dire par là que haut niveau de charges, en Scandinavie, rime avec exigence et efficacité. En France, cela rime avec le n'importe quoi ...