En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© SAUL LOEB / AFP
La fin d'un monde
2021, l’odyssée de la récession américaine à venir
Publié le 17 juillet 2018
La banque centrale américaine prépare un scénario catastrophe qui devrait advenir... après la réélection de Donald Trump.
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La banque centrale américaine prépare un scénario catastrophe qui devrait advenir... après la réélection de Donald Trump.

Elle finira par arriver. Et tout sera fait pour qu’elle se déclenche courant 2021… après la réélection de Donald Trump, dont le mandat s’achève le 20 janvier 2021. En effet, pour réussir autant que possible les élections intermédiaires de novembre 2018 et préparer la campagne de 2020, il faut absolument que l’économie – et la bourse – « tiennent ». C’est la base de la stratégie économique, fiscale, financière et sociale de Donald Trump, avec son volet monétaire géré par la Banque centrale américaine, alias Jerome Powell, son patron. Calcul conspirationniste, rêve, cauchemar ? En tout cas, c’est la meilleure base de travail pour imaginer les mois à venir

Aujourd’hui, tout va ! Jerome Powell ne tarit pas d’éloges sur l’économie américaine. Sa croissance est solide. Elle va vers 2,8% cette année, puis un peu moins : 2,4% en 2019, 2% en 2020. Cette situation obéit aux deux objectifs de la banque centrale : les États-Unis sont en plein-emploi, avec un taux de chômage vers 3,8% cette année, puis 3,6% (un record), et à leur cible d’inflation : 2,1% pour les prix à la consommation des ménages (hors nourriture et énergie).

Et tout va mieux, depuis longtemps ! L’économie américaine est sortie de récession en juin 2009, selon le NBER (National Bureau of Economic Research). 97 mois d’expansion : c’est la quatrième durée dans l’histoire économique américaine et, aussi, depuis la seconde guerre mondiale (les cycles antérieurs étaient plus courts) ! Le record absolu de longueur est de 128 mois. Donc, si l’économie « tient » jusqu’à la seconde prestation de serment de Donald Trump, elle aura avec lui (grâce à lui ?) connu le deuxième plus long cycle d’expansion de son histoire : 115 mois !

Mais la perfection n’est pas faite pour durer. Oui, fin 2020, l’économie sera « parfaite »  selon les prévisions de la Banque centrale américaine : croissance à 2%, taux de chômage à 3,5%, inflation à 2,1%. Mais voici les nuages : toujours selon la Fed, les taux d’intérêt à court terme seront alors à 3,4% et les taux longs à 4% environ. Par rapport à la situation actuelle, la Banque centrale américaine aura donc augmenté ses taux courts 2 fois en 2018, 3 en 2019 et 2 en 2020. Ils seront passés de 2% aujourd’hui à 3,4%, et les taux longs de 2,9 aux alentours de 3,5%. La courbe des taux sera donc « plate », comme disent les marchés financiers… ce qui les inquiétera. Ce sera la seule ombre au tableau, une ombre financière, mais très menaçante.

En effet, si les taux courts sont égaux aux taux longs (courbe des taux « plate »), la prochaine hausse des taux courts les inversera. Les marchés se diront alors que l’économie subit un serrage et les investisseurs vont s’inquiéter. Fin 2020, les prévisions donnent l’image d’une économie « en forme » et d’une finance « aussi prête que possible ». Prête à plonger ?

Tout dépendra de l’évolution de ce monde, des rapports États-Unis-Chine, pas seulement des élections de novembre 2018, de l’enquête de Mueller sur l’influence russe dans l’élection passée de Donald Trump, de sa santé, de scandales et tensions qui l’entourent (y compris dans son mariage), de la stature du futur candidat démocrate… Le futur devient plus incertain, plus dangereux.

Alors Jerome Powell va jouer les prolongations. Comment ? Réponse : en montant les taux et en parlant plus souvent ! D’abord, il faut qu’il monte les taux, puisque la politique fiscale de Trump, par la baisse des impôts, accroît les revenus, donc l’inflation, et aussi le déficit extérieur, en augmentant la demande interne. En même temps, ses hausses des taxes à l’importation font aussi monter les prix. Ensuite et surtout, il faut qu’il parle plus, pour calmer les marchés. Tout se joue en effet sur les taux longs dans cette fameuse « courbe des taux ». La Fed, non seulement n’achète plus de bons du trésor mais vend les siens, au moment où le Trésor américain va en vendre plus que jamais, avec la montée du déficit budgétaire ! A qui : à la Chine ? Non bien sûr : elle vend ceux qu’elle a… un peu par nécessité économique, car elle ralentit, surtout pour envoyer des messages aux marchés, pour les alerter, et à Donald Trump, pour le prévenir qu’elle va continuer. La Fed va donc devoir monter les taux courts et calmer les taux longs !

Alors, mais seulement quand les choses iront moins bien et que Trump sera réélu, Jerome Powell baissera ses taux. Il ne les a fait monter que pour ça ! Alors Donald finira son mandat, et il faudra tout réparer.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
02.
Comment Donald Trump est en train de se sortir des soupçons qui pèsent sur lui d'une collusion entre la Russie et sa campagne électorale de 2016
03.
Et les pays qui participent le plus à l’extension des forêts sur la planète sont…
04.
Le coffre-fort d'Alexandre Benalla aurait été déplacé par Chokri Wakrim, le compagnon de l'ancienne cheffe de la sécurité du Premier ministre
05.
François Ruffin craint d’être visé après les perquisitions chez Mediapart et La France Insoumise
06.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
07.
Le mystère de la chambre (d’écho des Gilets) jaune(s)
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Il faut détruire Jean-Luc Mélenchon et le secret de l’instruction avec…
03.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
04.
Laeticia Hallyday s'ennuie à L.A; Johnny Depp craque pour la fille d'un vieux pote; Dany Boon veut que vous sachiez qu'il est amoureux (pour vous faire oublier ses impôts); Nicolas S. & Carla B. qu'ils étaient à Venise pour leur anniversaire de mariage
05.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
06.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
03.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
06.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Labarthe
- 18/07/2018 - 18:20
Mme Irma...
Ce n’est plus de l’analyse économique c’est une consultation de Madame Irma......
vangog
- 17/07/2018 - 22:51
D’accord avec Hermet. Donald n’a rien à voir là- dedans...
mais les cousins se cherchent un bouc-émissaire à leurs incompétences!
Liberte5
- 17/07/2018 - 22:35
d'accord avec JLH: tout dépendra de l'évolution du monde.
cette phrase est clef. Nul ne peut prédire de qui va se passer. Et il va s'en passer des choses, dans les semaines , les mois et les deux ou trois ans qui viennent. D. Trump est en train de secouer tout ce qui avait été concocté à l'OMC et dans tous les accords multilatéraux sur le commerce.Les accords bilatéraux vont changer la donne. L’Europe ventre mou sur la scène internationale peut exploser devant un tel séisme probable. En ce qui concerne la Chine, les USA et le Japon la bataille va faire rage.