En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

02.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

03.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

04.

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

05.

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

06.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

07.

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

01.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

02.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

05.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

06.

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

ça vient d'être publié
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 4 heures 7 min
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 6 heures 10 min
pépites > Santé
Health Data Hub
Santé : l’Assurance maladie met son avis en suspens sur le mégafichier de données individuelles
il y a 7 heures 8 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste
il y a 8 heures 51 min
décryptage > France
Loi

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

il y a 10 heures 8 min
décryptage > France
Drame humain

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

il y a 11 heures 6 min
pépite vidéo > Société
Fermeture des bars et des restaurants
Covid-19 : l'incompréhension de la maire de Marseille, Michèle Rubirola, suite aux annonces d'Olivier Véran
il y a 11 heures 34 min
décryptage > Economie
Industrie

Sauver Bridgestone à tout prix ? Et si on parlait de ces emplois industriels qui ne trouvent pas preneurs...

il y a 12 heures 22 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

il y a 13 heures 8 min
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 4 heures 53 min
light > Culture
Ministère de la Culture
Gabriel Matzneff est définitivement privé d'aide publique
il y a 6 heures 42 min
pépites > Europe
Vers de nouvelles sanctions de l'UE ?
Biélorussie : l'Union européenne refuse de reconnaître Alexandre Loukachenko comme président malgré sa "prestation de serment"
il y a 8 heures 28 min
pépites > Justice
Justice
Financement libyen : la cour d'appel de Paris rejette les recours de Nicolas Sarkozy et de ses proches
il y a 9 heures 4 min
décryptage > International
Influence de la Turquie

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

il y a 10 heures 51 min
décryptage > France
Il m’a démasqué

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

il y a 11 heures 23 min
décryptage > Environnement
Transition écologique

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

il y a 12 heures 6 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

il y a 12 heures 51 min
décryptage > Politique
Candidat idéal ?

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

il y a 13 heures 31 min
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 1 jour 2 heures
© Brendan Smialowski / AFP
© Brendan Smialowski / AFP
Atlantico business

Sur l’Otan, le commerce et le dollar, les exigences de Donald Trump vont obliger l’Europe à se reconstruire, c’est plutôt une bonne nouvelle

Publié le 12 juillet 2018
Donald Trump est formidable : Il veut augmenter le prix de l’OTAN, réduire les échanges commerciaux et imposer les valeurs-dollars. Il donne l’occasion aux Européens de se regrouper.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Donald Trump est formidable : Il veut augmenter le prix de l’OTAN, réduire les échanges commerciaux et imposer les valeurs-dollars. Il donne l’occasion aux Européens de se regrouper.

La politique conduite par Donald Trump ne peut que générer une réaction des européens très solidaire. Du moins en théorie. Les pays membres de l’Union européenne n‘ont même pas le choix de faire cavalier seul. Ils ont tous échoués.

Emmanuel Macron a cru qu’il pouvait séduire le président américain, mais il s’est vite aperçu qu’après les embrassades, Donald Trump n’a cédé sur rien.  Les embrassades sont devenues embarrassantes. Angela Merkel a tenté une négociation sur le dossier des échanges commerciaux, mais elle n‘a rien obtenu.

Quant à la Grande Bretagne, quelle déception pour les partisans du Brexit, ou alors quelle naïveté de leur part. Le projet de nouer des accords commerciaux avec les Etats-Unis pour compenser ce qu’ils allaient perdre avec le divorce, n’a pas abouti. Du coup, Theresa May se retrouve obligée de revenir à proposer un accord avec l’Union européenne qui ressemble étrangement à ce qui existait avant le vote pour le Brexit.

Aujourd‘hui, le président américain persiste et signe et donne une formidable occasion aux européens de prendre conscience que l’Europe est assez forte pour assumer cette prise de distance avec l’oncle Sam, et penser que son avenir se joue presque autant à l’est qu‘à l’ouest. Enfin, alors que Donald Trump joue comme si le concert mondial allait se résumer à un dialogue entre les US et la Chine, l'Europe a tout intérêt à s’apercevoir qu’elle va en faire les frais.

Sur quatre dossiers au moins, la politique américaine impulsée par Trump va obliger les européens à développer une position commune.

1er dossier, la politique de défense. Donald Trump est arrivé au conseil de l’Otan avec une idée précise, faire payer aux européens le juste prix selon lui de l’OTAN. Cette organisation militaire basée à Bruxelles dont l’objectif est de protéger l’Europe. Il veut donc principalement taxer l’Allemagne, accessoirement les autres pays européens membres de l’OTAN. Ce dossier concerne aussi  la France qui a réintégré le commandement intégré de l‘Otan en 2009 sous Sarkozy après l’avoir quitté en 1966 à l’initiative du Général De Gaulle qui lui avait choisi l’indépendance militaire.

La demande de Donald Trump est légitime mais archaïque. Elle doit obliger le européens à s’interroger sur le rôle et l'utilité de l’OTAN.

Soyons sérieux, l‘Alliance Atlantique a été créé après la guerre pour permettre à l'Europe de se protéger contre l'Union soviétique et les risques de l’empire communiste. Très bien. Seulement aujourd’hui, l’Union soviétique et les risques communistes n’existent plus. L’ennemi numéro 1 en Europe, ce n’est plus la Russie. Les ogives nucléaires ont changé d'orientations et de cibles. L'ennemi commun des européens et de la Russie d’ailleurs, c’est le terrorisme islamique. Les forces de l’OTAN sont complètement inadaptées.

Plus sérieux encore, la défense européenne est principalement assurée par les deux seuls pays qui sont équipés d’une véritable force militaire en Europe, la France et la Grande Bretagne. L‘Allemagne est absente.

Ce débat engagé par Donald Trump devrait logiquement accoucher d’un autre débat portant sur la construction d’une défense européenne et d’un budget européen. Si l’Allemagne doit payer une contribution à sa défense, ça n’est pas aux américains qu‘elle doit payer, mais aux européens dans le cadre d’un budget et d’une politique commune qu’il faut construire et c’est urgent.

2ème dossier, la politique commerciale. Donald Trump multiplie les menaces pour réduire la liberté de commerce. D’une part en préparant des barrières douanières (sur l’acier, sur l’automobile...). D’autre part, en jouant sur l’extraterritorialité de la loi américaine, qui viendrait à pénaliser toute entreprise qui ferait du commerce avec l’Iran (actuellement) ou qui travaillerait en dollar. Risque de pénalités financières et en dernier ressort, risque de se voir interdire de rentrer sur le marché américain. Jusqu'à maintenant, Donald Trump discute en bilatéral avec chaque pays membre, l’objectif étant d’affaiblir l’Union européenne. L’impact de sa menace est très limité, mais l’occasion est évidemment donnée aux européens de définir une position commune et de garantir cette position. Ça devrait aller jusqu'à assurer les risques de pénalités pour les entreprises qui ne respecteraient pas les oukases US.  Entre la Chine et les USA, l’Union européenne a la surface et la puissance de vivre en toute indépendance.

3ème dossier, la politique monétaire. Donald Trump, comme certains de ses prédécesseurs, utilise l'hégémonie du dollar pour pratiquer une politique monétaire totalement au service de l’économie américaine. C’était le coup de génie de Richard Nixon quand il a suspendu la convertibilité du dollar en or. Avec un dollar qui est aujourd’hui la seule monnaie de transaction au niveau mondial, l’Amérique peut emprunter autant qu‘elle veut sans jamais rembourser ses dettes. Liberté totale. Parce que les créanciers ont confiance. Le dollar est devenu la première monnaie du monde avec une chambre de compensation Shift, qui assure la péréquation avec les monnaies locales et gouverne ainsi le commerce mondial.

L’euro et le yuan sont les seuls concurrents du dollar. Mais très marginaux. La monnaie chinoise est totalement manipulée par le pouvoir politique qui fixe le taux de change. L’euro, lui, ne sert dans les transactions internationales que sur des contrats bilatéraux très particuliers (le gaz et le pétrole avec la Russie, encore que les prix soient très indexés sur le dollar). La zone euro n’a jamais réussi à constituer une chambre de compensation internationale, faute d’avoir les garanties politiques des Etats membres.

Un certain nombre de pays, hors zone euro, utilise l’euro mais marginalement. Depuis les offensives hégémoniques de Donald Trump, Vladimir Poutine a proposé d’imaginer une chambre de compensation sur l’euro. Il a même suggéré lors du dernier forum de St Pétersbourg que la Russie se prépare à utiliser l'euro... Le projet n’a pas provoqué beaucoup d’écho en Europe occidentale. Alors que l’arrivée de la Russie dans le club de la zone euro constituerait sans doute un contre pouvoir massif au dollar comme arme de la politique de Trump.

Aujourd’hui, le rêve de Donald Trump est sans doute que l’Europe cale la valeur de sa monnaie sur le dollar. Un euro = un dollar. Ce jour-là, on pourra supprimer l’euro !

4°dossier, la puissance des GAFA. Le dossier n’est pas porté par Donald Trump, mais la puissance mondiale des Gafa devrait évidemment donner des idées aux européens avant qu’ils ne soient asphyxiés par l’hégémonie des GAFA qui ont désormais pour vocation de gouverner le monde. Les Gafa ont commencé par préempter la matière fiscale. Sur les impôts et taxes, l’Europe a beaucoup de mal à se défendre et à définir une position commune.

Qu’en sera-t-il le jour où on s’apercevra que nous n’avons plus le contrôle des données personnelles ? L’Europe a réussi à imposer une règle standard dans la gestion des data, mais l’Europe n’a pas les ferveurs et le contrôle de cette gestion.

La Chine, elle, a pris des mesures exceptionnellement radicales. Elle a interdit les accès à ces réseaux. En Chine, Google et Facebook sont hors la loi. Cela dit, la Chine a des solutions alternatives à offrir à ses clients consommateurs. Alibaba ou Tencent, ça existe en Chine. Les équivalents européens se cherchent encore.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Doulou
- 13/07/2018 - 22:14
TST- TS-USA!
Il est amusant le père Sylvestre avec son antitrumpisme/ antiaméricanisme. Cet horrible Trump veut empêcher les Européens de commercer avec la dictature militaro-théocratiuqe de Téhéran qui utilise ses revenus non pour le bien-être de son peuple écrasé, en pleine paupérisation mais pour réaliser ses rêves de conquête du Golfe jusqu'à la Méditerranée. Et puis au diable les USA, cherchons d'autres partenaires: la Russie sans scrupules de Poutine et la Belle démocratie chinoise connue pour ses bienfaits économiques partout où elle s'impose!
vangog
- 12/07/2018 - 22:52
A Innsbruck, premier conseil des ministres de l’intérieur...


sous Présidence autrichienne. Ouf! Vous ne l.apprendrez pas avec Sylvestre ...Herbert Kickl, ministre de l’intérieur autrichien et membre éminent du Parti de la liberté d’Autriche (FPÖ) a eu l’excellente idée d’instaurer la politique de la carotte et du baton envers les pays d’exode de leurs peuples. « Soit ces pays d’exode reprendront leurs clandestins, soit les Nations... » la bécasse de France 24 a eu beau le couper dans sa démonstration, tous les européens lucides ont compris que les pays organisant l’exode de leurs peuples devront subir la rétorsion des Nations européenes, dorénavant, s’ils ne reprennent pas leurs clandestins, et continuent d’organiser l’invasion avec les caritativo-gauchistes...
kelenborn
- 12/07/2018 - 19:03
Je lis même plus
..................CACABOUDIN.......