En direct
Best of
Best Of
En direct
Pronostics démentis
Coupe du monde 2018 : comment la Russie est en train de réussir un sans-faute dans son organisation
Publié le 05 juillet 2018
L'organisation de la Coupe du monde de football 2018 en Russie n'était pas vue d'un bon œil par bien des analystes pour bien des raisons. Pourtant, Vladimir Poutine semble déjouer les pronostics, tant l'organisation de la compétition semble pour l'instant réussie.
Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Parmentier est maître de conférences à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié, aux Presses de Sciences Po, Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays entre Europe et Russie. Il est...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cyrille Bret
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné...
Voir la bio
Florent Parmentier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Parmentier est maître de conférences à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié, aux Presses de Sciences Po, Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays entre Europe et Russie. Il est...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'organisation de la Coupe du monde de football 2018 en Russie n'était pas vue d'un bon œil par bien des analystes pour bien des raisons. Pourtant, Vladimir Poutine semble déjouer les pronostics, tant l'organisation de la compétition semble pour l'instant réussie.

Atlantico : L'organisation de la Coupe du Monde de la FIFA en Russie avait fait l’objet de critiquesa priori. De même, des menaces de boycott avaient pu voir le jour. Enfin, des inquiétudes relatives à une volonté de Vladimir Poutine d'utiliser l’événement au service de sa gloire avaient pu voir le jour. Malgré tout, le résultat semble positif. Quel est le véritable bilan à la mi-temps de l’événement pour le président russe ? 

Cyrille Bret :A la mi-temps, cette Coupe du Monde est un succès incontestable pour la Russie comme pour Poutine IV. En effet, les objectifs de la compétition sont largement remplis.

La tenue de la Coupe du Monde en Russie est un succès en soi. C’est la première fois que la FIFA choisit la Russie comme pays organisateur d’un événement à la couverture médiatique quasi-universelle. C’est également la première compétition sportive mondiale organisée en Russie depuis les JO de Moscou en 1980. Les JO de Sotchi de 2014 n’avaient pas pu avoir le même retentissement car c’étaient des JO d’Hiver et ils ne bénéficient pas de la même visibilité globale que les JO d’été ou la Coupe du Monde de football.

D’un point de vue médiatique, le succès est évident : les télévisions du monde entier retransmettent des images magnifiques d’un pays très beau, de stades ultra-modernes et rénovés, de supporters accueillis dans de belles fan zones comme à Moscou ou à Kaliningrad. Avec ce mois de compétition, la Russie a réussi à changer son image de pays froid et délabré qu’elle avait souvent conservée à l’Ouest. En termes footballistiques, il s’agit d’une occupation du terrain réussie.

D’un point de vue diplomatique, le succès est éclatant. Malgré le boycott politique décidé par le Royaume-Uni et suivi par l’Islande et la Pologne dans le sillage de l’affaire Skripal, plus de 17 chefs d’Etats et de gouvernements sont venus à Moscou rencontrer Vladimir Poutine : le président coréen Moon, l’héritier saoudien Ben Salmane, le président sénégalaisSall, etc. Le roi des Belges est venu soutenir sa sélection nationale et le Secrétaire général de l’ONU Gutierres s’est lui aussi rendu en Russie. Même Donald Trump  - dont l’équipe n’est pas qualifiée – est annoncé après le Mondial. Le boycott est finalement limité aux membres de la famille royale est aux autorités gouvernementales britanniques ainsi qu’au président polonais Duda. Les controverses sur les conditions d’attribution de la compétition, sur le dopage des athlètes russes à Sotchi puisPyeongchang ou encore sur l’utilisation de la compétition sont aujourd’hui largement couvertes par la satisfaction exprimée par les fans, les journalistes, les supporters… et la population locale.

En effet, la Sbornaïa a terminé deuxième du groupe A, a atteint les buitièmes de finale et a même écarté l’Espagne pour parvenir à un stade de la compétition jamais atteint par la sélection soviétique ou russe.

A la mi-temps, le coach de Russie peut être content.

Florent Parmentier : Lorsque la Russie a été désignée en décembre 2010, la Géorgie avait connu une guerre une heure et demi auparavant, le « printemps arabe » n’était qu’embryonnaire, et l’image internationale de la Russie était liée à celle du groupe des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud). Le contexte était donc assez différent, la guerre en Ukraine ayant conduit les Russes et les Européens à adopter des postures radicalement différentes.

En termes d’image de la Russie (le « nation-branding »), le tournoi est incontestablement positif, le pays apparaissant différent de ce qu’à quoi s’attendaient les supporters internationaux, cadrant assez mal avec les réalités d’un débat extrêmement politisé dans de nombreux pays, entre thuriféraires de Vladimir Poutine, « le dernier homme blanc encore debout », et ses opposants les plus farouches lui attribuant la responsabilité tous les développements électoraux. La venue d’Emmanuel Macron soutenant l’équipe de France ne pourrait que renforcer cette impression positive.

Le bilan du Mondial est donc positif pour l’image de la Russie. Enfin, il est intéressant de se demander quelles sont les prochaines étapes : une exposition universelle ? Des Jeux olympiques d’été ?


Les inquiétudes ont pu également découler de la crainte que faisaient peser les hooligans pour cette Coupe du monde. Ont-ils été réellement maîtrisés ?  La coupe du monde a-t-elle été entachée de quelques événements de violence ? 

Cyrille Bret : Le bilan sécuritaire est lui aussi positif pour le moment. Les mesures de sécurité très vigoureuses prises par la Russie dans l’optique de la Coupe du Monde fonctionnent jusqu’ici. Non seulement la compétition n’a vu aucun débordement de hooligans notamment ceux du CSKA Moscou mais en outre, nulle manifestation raciste et nul attentat n’a pour le moment terni l’image et le bon ordre de la compétition. Pourtant les risques étaient grands : l’organisation Etat islamique et sa branche caucasienne ont depuis longtemps émis des menaces d’attentats contre la compétition. De même, les manifestations racistes sont monnaies courantes dans certains clubs contre les joueurs étrangers évoluant dans les effectifs, comme par exemple au Spartak Moscou.

Toutefois, sans être un oiseau de mauvais augure, ce type d’événement est toujours très risqué. Avant la fin de la compétition, il est structurellement exposé à des risques sécuritaires. C’est pour cette raison que les forces de sécurité surnommées « structures de force » et dont le président est issu et entouré sont en alerte jusqu’à la fin de la compétition. Il en va de la sécurité des fans venus du monde entier, de la sûreté de la population et de l’image internationale du pays.

Florent Parmentier : Les hooligans russes se sont fait connaître à Marseille en 2016, en s’affirmant face aux nombreux hooligans anglais. Ils ont fait une telle impression que les supporters de l’équipe d’Angleterre sont moins nombreux à avoir fait le déplacement cette année.

Au-delà du hooliganisme, un tel événement nécessite de mobiliser les services de renseignement, afin de traquer les éventuelles projets terroristes, souhaitant frapper l’imagination. De ce point de vue, les opérations se sont bien passées jusqu’à présent.


En quoi la "normalité" de cette coupe du monde marque-t-elle une différence avec les JO de Sotchi ? Cette "normalité" n'est-elle justement pas l'objectif recherché par Vladimir Poutine ? 

Cyrille Bret : Tout à fait. L’objectif cardinal de cette compétition est de changer l’image de la Russie à l’étranger en prenant le contre-pied de plusieurs éléments des Jeux Olympiques d’Hiver organisés à Sotchi au moment même où les Occidentaux prenaient des sanctions économiques, politiques et financières contre l’annexion de la Crimée.

La comparaison est saisissante. L’organisation des JO de Sotchi a été considérée comme excessivement coûteuse à 50 milliards de dollars. Par comparaison, la Russie affirme avoir organisé la Coupe du Monde pour 20 milliards de dollars. Elle a même réduit le nombre de stades accueillant la compétition de 15 à 12 stades et à 11 villes hôtes. Si des scandales ont entouré la construction du Spaceship, le stade Krestovski de Saint-Pétersbourg, tous les observateurs ont salué la rénovation des infrastructures utiles à l’économie nationale : aéroports, gares, routes, etc.

De même, alors que Vladimir Poutine était omniprésent durant les JO de Sotchi, il est moins visible même s’il suit attentivement la compétition et surtout son organisation. A cette distance, plusieurs raisons. D’une part, il évite d’associer son image à celle d’une sélection nationale qui n’était pas promise, au départ, à un succès sportif. D’autre part, il évite, pour le moment, de personnaliser la compétition pour lui laisser produire tous ses effets positifs sur la « marque Russie ».

Florent Parmentier : Oui, la Russie souhaite à la fois être respectée comme une grande puissance (cherchant à se définir face à l’ « Occident », dont la définition a varié au cours du temps), mais aussi être vue comme un pays normal. Un certain nombre de Russes considèrent par exemple l’affaire Skripal comme un piège tendu à la Russie, et de ce point de vue, la normalisation avance lentement. A côté des enjeux de politique étrangère et de puissance, ceux de développement économique ont récemment gagné en puissance.

Avec le quatrième mandat de Vladimir Poutine, plus orienté sur les enjeux économiques, les priorités vont progressivement changer. Une chose est sûre : quel que soit le destin de la ‘sbornaya’ (sélection russe) après sa qualific            ation pour les quarts de finales, le Président russe fera partie des vainqueurs.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
04.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
05.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
06.
Emploi record et hausse des salaires au Royaume-Uni... Mais que se passe-t-il à 9 jours du Brexit ?
07.
Electricité : le record de production par les éoliennes battu le 14 mars est un faux espoir
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
06.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 06/07/2018 - 23:47
Article sans signification.
La capacité d'organisation de grands événements sportifs sonr censés prouver quoi ? Les jeux olympiques Allemands en 1936 n'etaient-ils pas grandioses ? L'organisation du goulag n'était il pas impressionnant ( du sport de masse contraint pour des millions de personnes )? A vrai dire, personne ne mettait en doute la capacité du gouvernement d'un grand pays comme la Russie à organiser une coupe du monde de football. Le gouvernement Grec , avant sa faillite, dans les années 2000, avait très bien maîtrisé, contre toutes attentes, l'organisation sur son sol des jeux olympiques. Cet article n'a pas de sens.
Liberdom
- 06/07/2018 - 19:55
Pour le moment...
En voilà de bonnes nouvelles! Sans attendre la fin de la compétition les Sience-Potologues se mettent à plusieurs pour commenter l'organisation de la Coupe du Monde de Football en Russie. Bien sûr un petit rappel des Skripal empoisonnés (rejoints depuis par deux autres) , de l'annexion de la Crimée (à 95 % Russe soit dit en passant) et des méfaits des terribles hooligans du CSKA Moscou; est bien utile. "Poutine 4" apparaît dans le texte pour bien rappeler que la Russie reste "illibérale" comme diraient nos analystes politiques dans leur novlangue en parlant de dictatures qui ne disent pas leur nom. Bref des brassées de fleurs jetées aux russes pour leur organisation impeccable; "pour le moment" n'oublient-ils pas de souligner.
A quand un petit article sur les classements des universités françaises et singulièrement des nombreuses Science Pot qui maillent le territoire ? Pour le moment on attend.
vangog
- 05/07/2018 - 10:18
A propos de Donald, de Poutine, de Macrouille...
les analystes et pronostiqueurs semblent beaucoup se trumper, depuis que la gauche archaïque a colonisé les médias occidentaux ...encore un empire qui menace de s’efondrer, par absence de pluralisme et excès de médiocrité!