En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© JACQUES DEMARTHON / AFP
Atlantico Business

Geoffroy Roux de Bézieux face au défi de la réinvention du Medef

Publié le 03 juillet 2018
Le nouveau président du Medef, officiellement désigné aujourd’hui, va avoir pour mission de réinventer le Medef. Parce que l’organisation patronale est laminée dans son pouvoir et son influence.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le nouveau président du Medef, officiellement désigné aujourd’hui, va avoir pour mission de réinventer le Medef. Parce que l’organisation patronale est laminée dans son pouvoir et son influence.

C’est donc Geoffroy Roux de Bézieux, qui a été élu assez confortablement à la présidence du Medef puisqu’il a obtenu presque 56 % des voix.  Entre Geoffroy Roux de Bézieux et Alexandre Saubot, il n’y avait pas trop de différences idéologiques. Quant à leurs programmes, ils avaient du mal à se distinguer l’un de l’autre. Il faut dire que l’institution et son fonctionnement n’incitent guère à cultiver les différences.

Dans la forme, on ne s’est certes pas fait de cadeaux, mais sur le fond chacun est resté très prudent, très consensuel. A tel point que les clivages habituels fondés sur le métier ou la géographie ont explosé en vol.

Geoffroy Roux de Bézieux, issu de l’entreprenariat, de la distribution et du digital, s’est retrouvé poussé par une grande partie de l’industrie notamment agro-alimentaire et le BTP.

Alors qu’Alexandre Saubot, représentant de la puissante UIMM, a été aidé par les professionnels du service, du conseil et même de la banque.

Sur le fond, cette finale a bien prouvé que le monde patronal était passablement bouleversé par la mutation digitale. Geoffroy Roux de Bézieux  a sans doute su trouver la posture et  les mots les plus capables de séduire les grands électeurs.

Sur le fond, le nouveau président va devoir se plonger très vite dans des dossiers d’actualité qui sont urgents à traiter : la loi Pacte de Bruno Le Maire, raison d’être de l’entreprise, la loi formation, le projet de budget avec une réforme possible des impôts de production. Mais au-delà, on attend évidemment le président du Medef sur l’Europe, sur les risques du protectionnisme. On l’attend sur la révolution digitale. Mais on attend le nouveau président sur la façon dont il va habiter le modèle social français et le sacro-saint paritarisme.

En clair, finis les discours de campagne, il faut maintenant réinventer tout le Medef. Son discours, son fonctionnement et son utilité. Pour une raison très simple, c’est que

le Medef est encore une marque française très forte mais dont on ne sait plus précisément à quoi elle sert. Elle a été pendant des années incontournable. Le Medef était le pilier indispensable du fonctionnement de la sociale démocratie à la française construite sur le paritarisme pour la gestion du modèle social.

Aujourd’hui, elle est mal aimée par la majorité des français et une grande partie des chefs d’entreprises. Selon un sondage Opinion Way, réalisé en avril, 66 % d’entre eux ont une mauvaise image du Medef. Et « 55 % des personnes interrogées pensent que le Medef, aujourd’hui ne représente pas correctement les entreprises françaises ». Des pans entiers de la nouvelle économie ne s’estiment pas représentés. « C’est particulièrement vrai pour les start-ups qui ne s’y reconnaissent pas » estiment les patrons du digital.

Jean-Charles Simon, candidat de la première heure, a essayé de bousculer l’institution, mais il a vite abandonné ; considérant que s’il était écouté des chefs d’entreprises, il n’était guère entendu de ceux qui feront l’élection et désigneront le roi des patrons. « Pour les entreprises, c’est une séquence qui se traduit par un peu plus d’incompréhension et d’éloignement, avec une organisation qui ne leur parle pas, dans laquelle elles ne peuvent pas s’exprimer et encore moins se reconnaître ». La messe était dite.

Maintenant, il faut sans doute changer le discours et la finalité de l’organisation.

1° L’arrivée au pouvoir d’Emmanuel Macron a tout changé. Y compris la position du Medef qui n‘avait pas vu venir ce changement. Emmanuel Macron se positionne comme ouvertement favorable aux entreprises. D’où le diagnostic de la situation française qui souffre d’un déficit de compétitivité, d’où toutes les réformes pour améliorer la performance des entreprises : flexibilité du travail, assouplissement de la fiscalité sur les investissements. Celui que l’opposition éclatée a rapidement baptisé le président des riches est surtout le président pro-business. Pas pour plaire aux patrons, mais pour que ces patrons soient plus efficaces. Emmanuel Macron est convaincu que le mal français est lié au déficit de création de valeur d’activité et d’emploi.

C’est un discours qui convient aux chefs d’entreprise. Sauf quand ce discours en vient à toucher quelques rentes de situation. A ce moment-là, le patronat redevient corporatiste et défend ses niches. Habituel, légitime, normal. Mais il faut dire que son action de lobbying qui représentait l’essentiel de son activité perd de son poids et de son importance dans le fonctionnement du dialogue social.

2e raison, le dialogue social et la fabrication du droit social se sont déplacés. Les réformes Macron ont eu pour effet d’organiser la décentralisation de la négociation sociale au niveau le plus près de l’entreprise. Ce qu’on a appelé l’inversion de la hiérarchie des normes a bouleversé le monde syndical, mais changé aussi les priorités du patronat. Dans ce contexte-là, il faut que le Medef redéfinisse son rôle et son pouvoir. Il va falloir que le Medef se rende désirable et définisse une offre nouvelle qui corresponde à la demande des chefs d’entreprise. D’autant plus urgent que le paritarisme social permettait aux syndicats d’avoir un rôle et des financements de fonctionnement. L’Unedic, les caisses d’assurances maladies, les mutuelles etc…

L’offre de service du Medef peut aussi aller plus loin pour accompagner le chef d’entreprise et partager cette responsabilité avec les chambres de commerce qui ont elles aussi une responsabilité incontournable dans l’assistance aux entreprises.

Le nouveau président ne pourra pas se contenter de petites innovations, il va falloir qu’il prépare une véritable révolution s’il veut que son mandat soit utile.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

02.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

03.

Fini les trésors à déterrer : comment les missions archéologiques françaises à l'étranger sont devenues plus anthropologiques

04.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

05.

Critiquée pour son poids, Miss France réplique : "Moi au moins, j’ai un cerveau"

06.

Nadine Morano raciste en raison de ses propos sur Sibeth NDiaye ? Et si on réfléchissait un peu

07.

Quand Benjamin Griveaux crie tout haut ce que Benjamin Griveaux pense tout bas : "fils de pute", "abrutis"

01.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

02.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

03.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

04.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

05.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

06.

La dangereuse complaisance du planning familial avec l’islam radical

01.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

02.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

03.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Citoyen-libre
- 04/07/2018 - 08:59
Ouais !
C'est sur que pour Macron c'est un excellent choix. Mettre en place un type qui a pratiquement inventé l'esclavage moderne, qui a payé ses salariés comme des esclaves, avec les centres d'appels téléphoniques, c'est du pain béni pour des gens qui adorent s'enrichir sur le dos des autres, sans vergogne. Les économistes en herbe, feraient tout aussi d'envoyer leurs enfants vivre dans ces conditions de travail, histoire de connaître la réalité. Et contrairement à ce qu'on pense, ils sont souvent surdiplômés.
Benvoyons
- 03/07/2018 - 15:38
Excellent choix!
Bonne réussite à notre baroudeur !