En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© LUDOVIC MARIN / AFP
Edito

Pourquoi la Cour des Comptes met en doute l’optimisme d’Emmanuel Macron

Publié le 29 juin 2018
La Cour des Comptes vient de lancer dans son rapport annuel un avertissement au chef de l’Etat sur la conduite des finances du pays.
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Cour des Comptes vient de lancer dans son rapport annuel un avertissement au chef de l’Etat sur la conduite des finances du pays.

A la veille des grandes vacances d’été, le bel ordonnancement des planètes qui s’était mis en place avec l’élection d’Emmanuel Macron parait déjà appartenir au passé en raison des multiples dérèglements qui sont apparus depuis quelques mois. La nouvelle politique économique de Donald Trump a mis le feu aux poudres en précipitant le monde dans une guerre commerciale dont les conséquences risquent de s’avérer redoutables. L’émergence des populismes engendrés par la vague de migrations qui secoue une partie de la planète conduit de nombreux pays à un repli sur soi suicidaire à terme pour les échanges. Dans ce nouveau contexte, l’Europe est désemparée et étale ses divergences. L’accord en trompe l’œil sur l’accueil des migrants obtenu dans la nuit de jeudi ne fait pas illusion. Car le socle représenté par le tandem franco-allemand parait désormais brisé. Longtemps, l’Allemagne était apparue comme le modèle européen auquel l’on tentait de s’approcher en raison de ses performances exceptionnelles marquées par un quasi plein emploi, un excédent commercial record, des finances au zénith. En ouvrant le pays à l’immigration en 2015, Angela Merkel avait mis sans s’en douter le ver dans le fruit en suscitant une montée spectaculaire de l’extrême droite qui a mis en péril son gouvernement de coalition. L’attitude de Donald Trump a fait le reste, en mettant en lumière la fragilité créée par la dépendance du pays à une industrie automobile surpuissante, au moment où l’on prend conscience que la République fédérale a raté sa révolution numérique.  Comble de malchance pour la chancelière : l’éviction de la coupe du monde de football dans des conditions humiliantes représente aux yeux des populations de la planète un symbole capital qui témoigne que le pays est tombé de son piédestal, alors que la France poursuivait pour l’instant sa marche dans la compétition.  Ainsi, aujourd’hui, dans le concert des nations, la France apparait dans une position plus solide : elle n’est plus à la remorque de son principal partenaire, mais sa situation n’est pas encore suffisante pour compenser la perte de vitesse de son principal partenaire.

Car la Cour des Comptes vient de lancer dans son rapport annuel un avertissement au chef de l’Etat sur la conduite des finances du pays. Certes, elle fait preuve de modération dans son jugement sur l’année en cours, alors qu’elle avait littéralement étrillé François Hollande dans son rapport précédent, en considérant que les objectifs fixés pour 2018 ont une grande chance d’être réalisés. En revanche, elle se montre plus sévère sur la suite du programme. Elle estime en effet que le budget 2019 sera particulièrement difficile à boucler en raison des dépenses nouvelles qui sont déjà inscrites, alors que le plus grand flou demeure sur les économies qui doivent être réalisées, alors même que l’on prévoit un ralentissement du dynamisme de la croissance. L’Etat se trouve devant une montagne de dépenses sociales à financer, alors qu’il devrait renvoyer aux ménages et aux collectivités locales une  partie de la protection  sociale comme cela se fait dans la plupart des grands pays. Il va tenter de se délester d’une partie du fardeau, mais il va se heurter à un tir de barrage des syndicats et autres lobbies résolument  déterminés à maintenir le statu quo. Ce qui se traduira par une remontée des déficits et une réduction des investissements pour laisser place aux traditionnelles dépenses courantes. On risque ainsi de retomber dans les travers que le Président de la République dénonçait avec tant de vigueur, face au  mur des réformes indispensables que l’on ne parvient pas à briser.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

05.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

Chasse aux comportements indécents : ce que la France a à gagner … et à perdre dans sa quête grandissante de vertu

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
J'accuse
- 29/06/2018 - 12:07
Et vous savez quoi ? Macron s'en fout totalement
La France plus solide parce que l'équipe de foot allemande est déjà éliminée ?? Faut oser l'écrire, tout de même. Et si Macron rate ses objectifs, c'est à cause de Trump, de Merkel et des lobbies... Ce serait pas aussi un tout petit peu (énormément) à cause de lui ?
cloette
- 29/06/2018 - 10:47
et pourquoi
la suppression de la taxe d'habitation qui va aux collectivités locales , et que personne ne contestait ?
Atlante13
- 29/06/2018 - 09:17
Barrage des syndicats et autres lobbies
comme par exemple les fonctionnaires?