En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

02.

Changer de Premier ministre… ou supprimer la toute puissance du Président de la République ?

03.

Réouverture du Puy du Fou : oui mais que pensaient les Chouans des Noirs et des Arabes ?

04.

Libye : la pâtée pour les mercenaires russes ?

05.

Premier vol de SpaceX: le lancement qui risque de révolutionner le voyage spatial

06.

Pakistan : le témoignage d'un survivant du crash d'un avion de ligne à Karachi

07.

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le vieil homme qui vendait du thé. Excentricité et retrait du monde dans le Japon du XVIIIe siècle" de François Lachaud : le confinement volontaire d’un sage japonais, plein de surprises et de poésie

il y a 1 heure 35 min
pépites > Politique
Lyon
Elections municipales : LREM retire son investiture à Gérard Collomb
il y a 2 heures 28 min
Embellie pour le commerce
Les Galeries Lafayette à Paris vont pouvoir rouvrir dès ce samedi 30 mai
il y a 3 heures 28 min
pépites > International
Tensions maximales
Mort de George Floyd : nouvelle nuit d’émeutes à Minneapolis, un commissariat a été incendié
il y a 4 heures 39 min
pépite vidéo > Consommation
Grands magasins
Les images de la réouverture du Printemps Haussmann à Paris
il y a 6 heures 1 min
décryptage > Politique
État gadget

Inciter à faire du vélo plutôt que d’empêcher qu’on les vole : SOS fonctions régaliennes disparues

il y a 7 heures 27 min
décryptage > Media
Internet Protocol Television

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

il y a 8 heures 10 min
décryptage > France
Roman national ?

Réouverture du Puy du Fou : oui mais que pensaient les Chouans des Noirs et des Arabes ?

il y a 8 heures 46 min
décryptage > France
Table des négociations

Démocratie sociale: monde d’après ou pas, le gouvernement conserve les mêmes travers

il y a 9 heures 23 min
décryptage > Politique
Elections municipales

LR peut-il profiter de la nouvelle campagne qui s’ouvre pour discrètement améliorer son score décevant du 1er tour ?

il y a 9 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Moura, la mémoire incendiée" d'Alexandra Lapierre : épique, palpitant, et romanesque en diable

il y a 1 heure 54 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les couleurs éclatent et quand les sportives rayonnent : c’est l’actualité des montres en mode prairial
il y a 3 heures 41 sec
pépites > Justice
Secret des sources
Affaire Geneviève Legay : suspension à Nice d'un policier soupçonné d'avoir renseigné Mediapart
il y a 4 heures 11 min
pépites > Economie
Inquiétudes pour l'emploi
Renault a l’intention de supprimer 15.000 emplois dans le monde, dont 4.600 en France
il y a 5 heures 2 min
décryptage > International
Mirage ?

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

il y a 7 heures 11 min
décryptage > France
Atout pendant le confinement

Risques du télétravail : les techniques des négociateurs antiterroristes au secours des chefs d’entreprise sur la sellette

il y a 7 heures 44 min
décryptage > Santé
Méthode efficace

Radioscopie des armes rhétoriques des discours anti-establishment à la Raoult

il y a 8 heures 30 min
décryptage > Science
Crew Dragon

Premier vol de SpaceX: le lancement qui risque de révolutionner le voyage spatial

il y a 8 heures 58 min
décryptage > Politique
À côté de la plaque

Le RN servi par des critiques paresseux

il y a 9 heures 29 min
décryptage > Economie
Relance post-déconfinement

Edouard Philippe annonce une bataille contre une "récession historique" : quelle efficacité attendre des armes choisies ?

il y a 10 heures 45 min
© Ilmars ZNOTINS / afp
© Ilmars ZNOTINS / afp
Nos limites

Crise de déni monétaire : mais pourquoi les élites françaises ont-elles tant de peine à comprendre l’importance de ce qu’a fait Mario Draghi pour la zone euro ?

Publié le 19 juin 2018
Les ornières de nos élites sur les questions monétaires sont multiples : idéologiques, résultant d'un défaut de formation et de compétence.
Alexandre Delaigue est professeur d'économie à l'université de Lille. Il est le co-auteur avec Stéphane Ménia des livres Nos phobies économiques et Sexe, drogue... et économie : pas de sujet tabou pour les économistes (parus chez Pearson). Son...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Delaigue
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Delaigue est professeur d'économie à l'université de Lille. Il est le co-auteur avec Stéphane Ménia des livres Nos phobies économiques et Sexe, drogue... et économie : pas de sujet tabou pour les économistes (parus chez Pearson). Son...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les ornières de nos élites sur les questions monétaires sont multiples : idéologiques, résultant d'un défaut de formation et de compétence.

Atlantico : 10 années après le déclenchement de la crise de 2008, le débat intellectuel français semble encore éviter certaines questions qui ont pourtant, pu animer et éclairer les débats économiques étrangers. De nombreux économistes, dont certains prix Nobel comme Paul Krugman, Joseph Stiglitz, ou encore des économistes présentés comme libéraux comme Michael Woodford ou le chef économiste de Goldman Sachs, Jan Hatzius ont analysé cette "grande récession" comme le résultat d'une crise de la demande, principalement pour des causes monétaires, et ce, avant toute autre considération. Une situation qui a également été comprise par Mario Draghi, président de la BCE. Comment expliquer ce qui semble relever d'une part de déni de la situation de la part des "élites" en France, notamment du point de vue politique ? Faut-il y voir des considérations idéologiques, de compétences, de formation, ou peut être un refus de remise en cause d'une situation existante ? 

Alexandre Delaigue : Il faut d'abord noter que le diagnostic d'une crise de la demande a été fait dans un premier temps, pour assez rapidement être abandonné. Et que le diagnostic de crise de demande n'a pas été si bien fait aux USA. En France il y a plusieurs facteurs expliquant cette négligence de l'aspect demande. Le premier est idéologique, l'idée que la France "doit faire ses réformes", se normaliser, et que toute crise doit être utilisée comme justification d'un package de réformes libérales du marché du travail, de réduction de la dépense publique, etc. Mais ce facteur est insuffisant. Après tout l'orthodoxie économique indique qu'il est préférable de réformer quand la conjoncture est bonne, que la demande est forte, plutôt qu'en situation de crise. Le second facteur tient à la formation des élites françaises et au statut de l'économie dans celle-ci. Elle n'est vue que comme un discours qui sert à justifier des options politiques prédéfinies. On vous présentera l'économie comme "les keynésiens disent une chose, les libéraux le contraire". L'économie n'est alors qu'une extension du discours politique et l'idée que la politique économique est avant tout affaire de contexte, est absente. Il y a aussi le contexte général. L'Europe est le grand projet géopolitique des élites françaises par lequel on doit retrouver la gloire et l'influence perdues. De la même manière la victoire contre l'inflation de 1983 est vue comme le grand succès des él!tes politico-administratives de la génération des Trichet. Il est difficile de sortir de cette perspective. Là encore il ne faut pas généraliser, mais tous ces facteurs contribuent à une position peu ouverte sur des politiques macroéconomiques actives, et un biais en faveur de l'austérité rédemptrice.

Dans un article il y a près de 20 ans, le prix Nobel Paul Krugman titrait " un pays n'est pas une entreprise" en critiquant une vision économique qui traduisait de plus en plus une extrapolation du fonctionnement d'une entreprise à la dimension d'un état. Faut-il comprendre cet avertissement datant de 20 ans, comme une réalité du débat économique français ? 

Le même Krugman critiquait dans un célèbre article (http://www.slate.com/articles/business/the_dismal_science/1997/06/unmiti...) l'incohérence et une certaine arrogance des élites économiques françaises à l'époque. Et un discours creux sur la compétitivité qui servait de prétexte pour ne pas traiter les vrais problèmes. On en est effectivement l'objet mais on est loin d'être seuls en la matière, et probablement pas les pires. 

Alors que l'Allemagne est régulièrement présentée comme le frein le plus important à une telle approche fondée sur la demande, rien ne semble pouvoir attester que la France ait pu porter une autre vision. Quelle est la responsabilité de la France dans cette absence de débat en Europe ? Cette situation est-elle plus le fruit d'une vision sincèrement identique entre les deux pays, ou plutôt comme un refus de la part des élites françaises de s'opposer à l'Allemagne sur cette question essentiellement monétaire ?

L'Allemagne n'est pas seule, de nombreux autres pays ont cette approche de "petit pays", pour lequel relancer la demande est moins important que maintenir la compétitivité. L'idée que l'on fonctionne différemment en étant un "grand pays" dont l'essentiel de la demande est domestique est peu répandue en Europe. Il y a un vrai complexe par rapport à l'Allemagne, depuis très longtemps, sa compétitivité export, son industrie. Mais il y a aussi un modèle britannique tout aussi mal compris, qui fait croire que l'économie britannique est un succès alors que sa productivité est en berne et qu'elle serait dans l'état de l'Italie sans la capacité de mener une politique monétaire autonome. La France est le pays en Europe qui voudrait être l'Allemagne mais ressemble un peu trop à l'Italie pour son confort. Cela conduit à la crainte de se trouver sous la pression des marchés financiers, s'il y a le moindre doute sur les finances publiques et surtout, le "sérieux" national. Résultat, pour avoir l'air sérieux on défend des politiques pas si sérieuses, du moins officiellement. Dans le même temps on sait être plus pragmatiques. Les français ont très bien soutenu Draghi à la BCE, n'ont pas été si mauvais avec la crise grecque. Et la légitimité de l'euro et des politiques européennes en Allemagne est une question importante. On ne peut pas s'aliéner l'opinion publique allemande.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

02.

Changer de Premier ministre… ou supprimer la toute puissance du Président de la République ?

03.

Réouverture du Puy du Fou : oui mais que pensaient les Chouans des Noirs et des Arabes ?

04.

Libye : la pâtée pour les mercenaires russes ?

05.

Premier vol de SpaceX: le lancement qui risque de révolutionner le voyage spatial

06.

Pakistan : le témoignage d'un survivant du crash d'un avion de ligne à Karachi

07.

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 19/06/2018 - 22:13
Italie
D'accord avec Deneziere sur son constat de départ incontestable. L'Italie a un excédent de balance des paiements courants de près de 3% du PIB. Par contre, faire défaut, dans ces conditions, est absurde. Le Japon a un niveau de dette publique bien plus élevé (200% du PIB) et à peu près le même excédent de balance des paiements courants, même structure démographique ( migrants en plus ). Personne n'imagine lz Japon faire défaut !
Deneziere
- 19/06/2018 - 19:20
"La France ressemble un peu trop à l'Italie"
On aimerait bien ! L'Italie, elle, a une industrie qui sait exporter ! Et dégage généralement un excédent primaire. Son intérêt objectif serait de faire défaut sur tout ou partie de sa dette.
ajm
- 19/06/2018 - 19:14
Insuffisance de l'offre en France.
Je ne vois pas où en veut en venir AD. A première vue, le problème de la France c'est l'insuffisance de son offre disponible, tant en termes de qualité / prix que de quantité. Comment l'améliorer c'est la question.