En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

05.

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

06.

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

07.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

01.

Le créateur de Facebook Mark Zuckerberg harcelé

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

La réaction de la femme de Griveaux

ça vient d'être publié
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Le centre ? Quel centre ? Le socialisme gagne les USA et le centre quitte la vie politique mondiale. Pourquoi ?

il y a 32 min 3 sec
pépite vidéo > Europe
Zones d'ombre
Inquiétudes en Europe : comment le coronavirus a-t-il pu arriver en Italie si rapidement ?
il y a 2 heures 3 min
décryptage > Politique
Qu'est-ce qu'on se marre avec lui…

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

il y a 3 heures 10 min
décryptage > Santé
Lutte contre le Covid-19

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

il y a 3 heures 42 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Et si le principal obstacle sur la route des voitures autonomes était… la neige et la pluie ?
il y a 4 heures 32 min
décryptage > Politique
Paysage politique

Etiquettes partisanes : le paradoxe des municipales

il y a 5 heures 1 min
décryptage > Justice
"Penelope Gate"

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

il y a 5 heures 38 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Agence spatiale européenne vous propose de passer des mois dans un lit en apesanteur ; Seti met en ligne deux pétaoctets de données pour la recherche extraterrestre
il y a 1 jour 1 heure
décryptage > France
Kafkaïen

Ces fautes de l’administration française

il y a 1 jour 2 heures
décryptage > International
Désaveu

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

il y a 1 jour 2 heures
pépites > Justice
Terrorisme
Nicole Belloubet révèle qu'une quarantaine de djihadistes vont sortir de prison en 2020 et près de 300 d'ici 2023
il y a 47 min 13 sec
décryptage > Economie
Diplomatie

L'euro au plus bas par rapport au dollar : pourquoi, jusqu’où ?

il y a 2 heures 54 min
décryptage > Economie
Disraeli Scanner

La République une et indivisible d’Emmanuel Todd

il y a 3 heures 27 min
décryptage > Terrorisme
Etat islamique

Vous pensiez Daesh battu ? Revoyez votre copie

il y a 4 heures 11 min
décryptage > Politique
Leçons

Le Fillonisme, ce deuil non accompli qui revient hanter la droite

il y a 4 heures 43 min
décryptage > Environnement
Atlantico Business

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

il y a 5 heures 23 min
pépites > France
Drame
Suicide des agriculteurs : un député LREM chargé de faire un état des lieux
il y a 19 heures 50 min
décryptage > Economie
Négociations

Brexit : vers une bataille de poissonniers

il y a 1 jour 2 heures
décryptage > Media
En route vers les César de la connerie

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

il y a 1 jour 2 heures
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Pourquoi la pollution automobile aurait quand même baissé (et peut-être même plus) sans la politique anti-voitures d’Anne Hidalgo
il y a 1 jour 3 heures
© BERTRAND GUAY / AFP
© BERTRAND GUAY / AFP
Atlantico Business

Les grands patrons français effarés par la politique américaine de sanctions mais indifférents (ou presque) aux menaces de protectionnisme

Publié le 16 juin 2018
Alors que l‘Europe peine à réagir aux menaces que Donald Trump fait peser sur le commerce mondial, les chefs d’entreprise assument.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que l‘Europe peine à réagir aux menaces que Donald Trump fait peser sur le commerce mondial, les chefs d’entreprise assument.

Les chefs d’entreprise sont beaucoup plus inquiets de la politique américaine de l’extraterritorialité que des menaces de protectionnisme. 

L’extraterritorialité permet à la Maison Blanche d’interdire à n’importe qui de faire du commerce n’importe où et notamment en Iran aujourd’hui. Pour tous les européens notamment, c’est gravissime. Alors, ça n’est pas Trump qui a inventé cette procédure unilatérale, Bush et Obama en ont usé avant lui, mais ça ne change rien à son impact ravageur. 

Paradoxalement, les chefs d’entreprise observent les menaces de protectionnisme avec beaucoup plus de pragmatisme. 

En gros, ils n’y croient pas. D’ailleurs, Bruxelles n’y croit pas davantage. 

L ‘Union européenne a établi hier la liste des produits d’origine américaine qui seront taxés à l’entrée de l’Union en réaction aux décisions de Donald Trump. Cette liste est longue, détaillée, mais elle porte sur des produits plus symboliques que réellement impactant pour l’économie US. 

Seraient surtaxés à l’entrée de l’Union certains aciers laminés, les barres en acier inoxydable, les tubes sans soudure, les fils en acier, des portes, des fenêtres, etc.

En agriculture et alimentation, on touchera aux haricots, aux maïs et le riz (transformés ou non), aux airelles, au jus d'orange de Floride, au beurre de cacahuètes, le Bourbon donc, les cigares, les cigarettes, le tabac pour pipes, à rouler, à chiquer ou à priser… Très important, bien sur !

Au rayon habillement, des tee-shirts et maillots de corps en coton, laine ou matière synthétique, des pantalons en jean ou en coton, des shorts, le linge de lit en coton et certaines chaussures en cuir. 

Dans l’automobile, on sanctionnera les motos d'une cylindrée supérieure à 500 cm3 dont des Harley, les bateaux à voile, de plaisance ou de sport, avec ou sans moteur, les bateaux à rames et les canoës. 

Ajoutons le maquillage pour les yeux, le vernis à ongles, le fond de teint et les cartes à jouer.

Cette liste doit encore repasser par la Commission européenne, mais les mesures de rétorsion devraient être appliquées en juillet. Les autorités américaines en ont eu connaissance dès le mois de mai.

Ce qui est intéressant, c’est que les produits visés sont tous fabriqués sur le territoire américain et non pas vendus par les marques américaines - sinon ils seraient susceptibles d'être fabriqués partout dans le monde. Et L'UE a fait preuve d’intelligence, elle a ciblé les États américains, souvent agricoles, qui ont voté pour Donald Trump en 2016. Et ça, c’est un point-clef pour l’entourage de Trump

En bref, l’Union européenne, qui a porté plainte en parallèle, a été assez habile, mais pas méchante. 

Les chefs d’entreprises européennes n’ont jamais réclamé des mesures de rétorsions très sévères, pour une raison très simple, ils ne croient pas au risque protectionniste. Ils craignent des escalades verbales, ils craignent des dérapages accidentels, mais ils ne croient pas à un renversement de l’évolution du commerce mondial dont le monde entier profite. 

Soyons clair, le monde des affaires n’imagine pas que Donald Trump puisse croire un seul instant qu’on puisse revenir à des appareils industriels nationaux. Pour trois raisons très pragmatiques. 

Un, le libre échange a été un formidable moyen de progrès pour les pays émergents d’une part et pour l’amélioration du pouvoir d’achat des Occidentaux, et le marché des consommateurs demandera toujours des produits qui lui offrent le meilleur rapport qualité-prix. Dans tous les secteurs. Et la spécialisation internationale, ça existe depuis la nuit de temps. 

Deux, les mécanismes d’échanges sont devenus affreusement compliqués. Les chaines de valeur qui composent les produits sont fragmentées. Une voiture américaine n'est qu’à moitié américaine. Une voiture européenne contient 40 % d’électronique d’origine US et 30 % de composant d’origine asiatique.

Les chaines de valeur sont donc  éclatées. Une BMW fabriquée aux USA en Caroline du Nord se compose à 60 % de valeur importée, ça vient du Canada, du Mexique et de l’Allemagne.

Trois, on ne peut pas compter sur le protectionnisme pour espérer restaurer 200 000 emplois détruits par les délocalisations au risque de bouleverser l’industrie mondiale.

Il y a d’autres solutions moins chères. La formation, l’adaptation, la mobilité. 

Alors, Donald Trump peut faire croire à ses électeurs qu’il détient la recette miracle, mais sa promesse n’engage que ceux qui l‘écoutent. 

Par conséquent, la majorité des chefs d’entreprise en Europe, y compris les constructeurs automobiles allemands, ont choisi de rester très pragmatiques et calmes. 

En revanche, le monde des affaires panique face au système des sanctions américaines. 

L’extraterritorialité de la loi américaine permet aux Etats-Unis de s’arroger le droit de sanctionner n'importe qui, n’importe où, qui ne respecterait pas une décision de Washington. On le voit en Iran, Donald Trump veut faire pression sur le gouvernement de Téhéran, il interdit à toute entreprise de travailler avec l’Iran avec sanctions financières à la clef.

Cette menace est incontournable pour les entreprises parce qu‘elles risquent des amendes sévères, elles risquent surtout de ne plus pouvoir travailler aux USA.

Qui est visé du côté français ? Total, Psa, Accor, le Crédit Agricole, ADP, la SNCF, Airbus. Des tours opérateurs, Air France

On retrouve là, en gros, le même programme que celui qui a été établi à l'encontre des entreprises qui veulent travailler avec la Russie, sauf que l’Union européenne avait réussi à négocier beaucoup d’exemptions. 

Face à la menace de sanction, les entreprises sont paralysées d’autant que la menace s’étend à toutes les opérations libellées en dollars. Comme le dollar est la seule monnaie de transaction mondiale (60 % du commerce mondiale), l’Amérique a un droit de vie ou de mort sur toutes les entreprises. 

Face à une telle menace, les chefs d’entreprise ne peuvent que s’en remettre à leur gouvernement pour obtenir un certain nombre d’assurance et de garantie mais ces derniers sont assez peu courageux. Ils ont surtout peu de moyens pour proposer une alternative. La seule solution ne pourrait être qu‘européenne, donc politique et juridique. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

05.

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

06.

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

07.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

01.

Le créateur de Facebook Mark Zuckerberg harcelé

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 18/06/2018 - 09:38
phrase clé
"Il y a d'autres solutions moins chère, la formation , l'adaptation, la mobilité" .... eh bien c'est à méditer, la phrase semble innocente, pleine de bons sentiments, mais .....
Samuel5517
- 17/06/2018 - 15:43
Rien de nouveau
Trump est un patron à l'américaine et en principe les grands patrons français devraient y être habitués et savoir comment réagir. A moins que le capitalisme de connivence à la française leur ai au final ramolli par trop le cerveau!
eva
- 16/06/2018 - 15:15
amsallem
Monsieur Sylvestre toujours aussi égal à vous méme et inepte , le trumpbashing c'est votre fond de commerce , je vous plains essayez d'évoluer et de vous forger une opinion en dehors de la mediasphere de la bienpensance .