En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

04.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

07.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

05.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

06.

Collaboration secrète avec la NSA : le scandale qui ébranle le Danemark (et devrait inquiéter l’Europe)

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 1 heure 1 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 3 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 4 heures 49 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 5 heures 55 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 7 heures 35 sec
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 7 heures 53 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 8 heures 17 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 8 heures 57 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 9 heures 21 min
décryptage > Environnement
On tremble

Un nouveau délit va être créé : celui "d'écocide"

il y a 9 heures 29 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 1 heure 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 4 heures 27 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 5 heures 35 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 6 heures 11 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 7 heures 40 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 8 heures 7 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 8 heures 51 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 9 heures 14 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 9 heures 22 min
décryptage > Economie
Espoir dans la lutte contre le virus

Vaccins contre Covid-19

il y a 9 heures 34 min
© Pixabay
© Pixabay
Terrain miné

Ramadan, santé et travail : gros plan sur un sujet tabou

Publié le 11 juin 2018
En France, la question des conséquences et des risques de la pratique du ramadan en entreprise n'est jamais abordée dans le débat public. Pourtant, ces risques et conséquences sont bien réels.
Guylain Chevrier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guylain Chevrier est docteur en histoire, enseignant , formateur et consultant.Il est membre du groupe de réflexion sur la laïcité auprès du Haut conseil à l’intégration.Dernier ouvrage : LAÏCITÉ, ÉMANCIPATION ET TRAVAIL SOCIAL L’Harmattan, Sous la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En France, la question des conséquences et des risques de la pratique du ramadan en entreprise n'est jamais abordée dans le débat public. Pourtant, ces risques et conséquences sont bien réels.

La ministre danoise à l’Immigration et l’Intégration Inger Støjberg a appelé le 21 mai dernier les musulmans à prendre des congés pendant le ramadan « afin d’éviter des conséquences négatives sur le reste de la société danoise ». Ajoutant que le jeûne a des effets sur « la sécurité et la productivité », elle a cité l’exemple « des chauffeurs de bus qui n’ont ni bu ni mangé depuis plus de dix heures ». En France, sur cette question des conséquences et des risques de la pratique du ramadan en entreprise, une seule -et courte- étude  a été publiée par la Caisse Nationale de l'Assurance Maladie des Travailleurs Salariés (CNAMTS) en 2011 sur les conséquences physiologiques du ramadan. Selon les médecins généralistes qui ont été consultés, l’asthénie est le symptôme majoritaire, et plus rarement les symptômes digestifs, les myalgies et les vertiges. Par ailleurs, le jeûne étant étendu aux médicaments, les médecins préconisaient éventuellement des traitements à libération prolongée, tout en laissant les patients gérer cette adaptation. L’étude évoque également le cas des patients diabétiques dont l’observance thérapeutique est indispensable, ainsi que les  maladies chroniques, pour les quelles stopper un traitement peut s’avérer dangereux.

Contacté par Atlantico pour connaître ses préconisations auprès des salariés pratiquant le ramadan et des entreprises concernées, le Ministère du travail a déclaré ne pas disposer « d’étude qualitative sur ce sujet. En revanche, en concertation avec les partenaires sociaux, nous avons élaboré un guide du fait religieux en entreprise (2017), qui rappelle les règles juridiques ». Dans ce guide, le Ministère rappelle s’en tient à la loi et rappelle au salarié que l’employeur « est fondé à prendre en compte les conséquences du jeûne de nature à mettre en péril votre sécurité, celle de vos collègues ainsi que celle des tiers intéressés. En effet, il doit prendre les mesures nécessaires pour assurer cette sécurité. »

Côté entreprises, peu de réponses sur ce sujet. Un groupe de BTP, qui avait accepté de répondre à nos questions sur l’organisation du travail durant cette période, a finalement renoncé. Seule la RATP nous a répondu en expliquant que « d’une manière générale, les managers d’équipes intègrent les demandes d’aménagement du temps de travail (demande de jours de congés…) avec autant de flexibilité que possible par rapport à l’organisation interne et aux besoins de l’entreprise, avec pour priorité de permettre d’assurer le service voyageurs. Les managers ne prennent pas en compte  les motifs de demande de congé dans leurs décisions de management, a fortiori pour d’éventuelles raisons religieuses ou culturelles. Aucun sujet lié à la période du Ramadan n’a par ailleurs été remonté au Délégué Général à l’Ethique depuis que la fonction existe (2 ans et demi environ). Enfin, aucun lien n’a été établi entre Ramadan et accidentologie en ce qui concerne la RATP. »

 

Atlantico : Une semaine après le début du Ramadan, la ministre danoise à l'Immigration et à l'Intégration a appelé les musulmans de son pays à prendre des congés pendant cette période de jeûne pour "éviter des conséquences négatives sur le reste de la société danoise". Comment, en France, est encadré juridiquement le Ramadan ? A qui incombe la sécurité des clients ? Et celle des employés ?

Guylain Chevrier : Un salarié ne peut pas invoquer sa religion pour refuser d’effectuer les termes de son contrat de travail. On ne peut, parce que l’on est israélite, invoquer sa religion comme boucher pour ne pas toucher de la viande de porc, ou encore, être musulman et invoquer sa religion pour refuser de servir de l’alcool, si cela fait partie des tâches dévolues à une fonction selon les termes du contrat de travail. On n’adapte pas son contrat de travail selon sa religion. Pour un employeur agir ainsi, et tenir compte de la religion dans l’exécution du contrat de travail revient à une discrimination, non seulement vis-à-vis de l’employé concerné, mais aussi en termes d’inégalité de traitement vis-à-vis des autres employés. Le contrat de travail est neutre. Faire autrement, c’est introduire ni plus ni moins que de la discrimination positive et donc, enfreindre la loi.

On voit beaucoup de choses sur les réseaux sociaux qui participent de laisser penser que l’employeur n’aurait pas le choix que d’aménager où, que pour avoir la paix, il vaudrait mieux céder. On explique que le Ramadan est  le mois sacré pour la religion musulmane », l’introduction de cette notion du sacré justifiant de prendre en compte les demandes faites à ce titre aux employeurs. Il y a bien des obligations sacrées dans toutes les religions, mais qui datent d’époques où les sociétés avaient pour fondement le religieux, ou qui concernent encore des sociétés où la religion est constitutive de certains Etats, comme c'est le cas au Maghreb par exemple. Doit-on aujourd’hui ainsi, s’adapter à ce retour du sacré dans la cité et hors des temples, par l’entremise d’exigences qui devraient contraindre le droit au nom de la coutume? C’est une question majeure qui est posée à travers les revendications d’aménagements des entreprises face au nombre de nos concitoyens de confession musulmanes qui observent le ramadan.

Selon un sondage de l'Ifop de 2011, les personnes se réclamant du culte musulman (5 à 6 millions) seraient près de 70 % à observer le Ramadan. On déplore ainsi fréquemment dans les médias que, selon une enquête de l’Ifop de 2008, seuls 26 % des dirigeants d'entreprise aient aménagé les horaires de leurs employés pour le Ramadan. De grandes entreprises ont intégré à leur RSE (Relation sociale dans l’entreprise) comme EDF qui a mis en place en 2009 une « grille de critères » détaillant la gestion des employés selon la religion ou chez PSA-Peugeot-Citroën, où ce sont les chefs d'équipe qui ont des consignes générales à appliquer aux personnes qu'ils gèrent.

On explique que le refus d’aménager pourrait se voir qualifié de discriminatoire si certains éléments peuvent laisser présumer une discrimination, tels des « refus systématiques ». C’est alors à l’employeur de justifier sa décision en prouvant qu’elle est étrangère à toute discrimination. On voit là très bien les difficultés dans lesquelles se débattent les employeurs, qui sont amenés à se justifier de ne pas participer à l’organisation d’une pratique religieuse qui est totalement étrangère à leur activité. Il serait ainsi facile pour celui qui se prévaut de sa religion d’en avancer ensuite le prétexte pour obtenir ce qu'il veut de l'employeur, alors que celui-ci n'a pas à connaitre la religion  de ses salariés. Rappelons ici que selon l’OFFRE (Observatoire du fait religieux en entreprise) dans 81% des cas de conflits sur ce sujet, le salarié évoque la menace de mise en cause de l’employeur pour racisme ou discrimination.

C’est lui qui assume la responsabilité juridique de l’entreprise et de tout ce qui l’engage. De l’employé au client, jusqu’à la sécurité juridique de l’entreprise.

Lorsque des millions de personnes arrêtent de s’alimenter en journée pendant un mois, cela a évidemment des conséquences sur l’organisme, que l’on ne peut nier, et donc sur leur état physique dans la réalisation d’une tâche. On remarquera d’ailleurs que les pays musulmans, où l’islam est religion d’Etat, pendant le mois du ramadan, tournent au ralenti.

Dans la revue Jeune Afrique, un article intitulé "Le ramadan, une question de management" (1) nous renseignent très bien de ce point de vue pour éliminer toute idée qu'avec ce mois de jeûne, les problèmes qui y sont attachés seraient de l’ordre du fantasme: "Entre la fatigue, les journées écourtées et une charge de travail qui reste identique, la productivité est susceptible de baisser. En 2015, une étude publiée par le Haut-commissariat au plan marocain avait d’ailleurs conclu que les salariés consacrent 46 minutes de moins par jour au travail pendant le mois de jeûne. Le ramadan est donc un challenge pour les services de ressources humaines chargés à la fois de veiller au bien-être des équipes tout en garantissant la productivité."

On invite donc les employeurs et les employés à privilégier le dialogue en amont, la négociation. C’est pourquoi lorsque cela n’affecte pas l’organisation du travail, des aménagements sont possibles, comme pour toute autre employé qui le demanderait en raison d’une commodité. Poser des congés en raison de la durée du ramadan est encore la meilleure solution lorsque, évidemment, l’activité de l’entreprise le permet. L’appel de ce point de vue de la ministre danoise n’a rien de choquant malgré les réactions offusquées de ceux qui entendent dire une fois de plus, « Circulez ! Il n’y a rien à voir ». Ceci, d’autant que poser des congés ne remet nullement en cause l’égalité de traitement, si cela est possible en matière de gestion des équipes. Toute autre forme de demande liée à une spécificité touchant directement à l’état physique de l’employé qui affecte l'activité de l’entreprise, que ce soit en termes d'aménagement de poste ou de niveau d'activité, aboutit à l'inégalité de traitement des autres salariés. Seul le handicap est censé pouvoir l'autoriser ou des raisons médicales.

 

Quels risques pèsent concrètement sur les employés qui effectuent le ramadan pendant cette période ?  Et sur leurs employeurs ?

Pour les employés, il y a bien inévitablement une prise de risque. Les aménagements qui sont demandés régulièrement par les salariés qui l’observent le prouvent. S’ajoute au manque d’alimentation et d’hydratation une fatigue due à la fois au repas du matin pris avant l’aurore et au repas du soir pris après le coucher du soleil, réduisant de façon importante les heures de récupération. Sans compter encore avec les perturbations que cela peut occasionner pour le sommeil. Au fur et à mesure que les jours avancent, la récupération est de plus en plus difficile. D’autant que parmi ces personnes, toutes ne sont pas, comme dans la population en général, dans le meilleur état de santé possible. Dans les secteurs où il y a une pénibilité au travail liée aux efforts physiques, comme dans celui du déménagement, dénier les conséquences d’un jeûne prolongé est de l’ordre de la mauvaise foi. Bien des personnes ont de temps en temps des moments de baisse d’énergie, de faiblesse, voire de légers étourdissements qui peuvent avoir des conséquences extrêmement lourdes dans des secteurs comme les transports bien sûr, où la sécurité est maximum, mais aussi sur un chantier lorsque l’on manipule des engins ou que l’on travaille en hauteur. Peu d’exemples permettent de mettre en évidence cette réalité, car les employeurs eux-mêmes préfèrent souvent anticiper ou passer sur certaines difficultés pour avoir la paix, ne pas ébruiter les problèmes pour ne pas risquer d’être taxés de racisme. On connait cet exemple d’une jeune animatrice d’une colonie de la ville de Gennevilliers, qui avait refusé de s'alimenter et avait fait un malaise alors qu’elle conduisait un véhicule avec des enfants, créant un accident avec des blessés graves, notamment un enfant (2).

La situation des employeurs est loin d’être simple, si on se réfère à ce que l’on explique depuis plusieurs années, dont, dans le journal 20minutes. Frédéric Aknin, avocat associé au Cabinet Capstan et spécialiste du droit social (3), y expose tendanciellement  les choses à sens unique en faveur des aménagements au ramadan. Il explique que l’employeur doit être vigilant concernant la sécurité de ses salariés. Qu’il lui revient de tout mettre en œuvre pour éviter les accidents du travail. De son point de vue, si un chauffeur routier faisant le ramadan avait un malaise, si son employeur lui a refusé un aménagement d’horaires, le juge saisi, « pourrait considérer qu’il a manqué à son obligation de santé et de sécurité ». Du coup, même si stricto sensu le droit n’oblige pas l’employeur à adapter les horaires des salariés qui jeûnent, beaucoup le font, de gré à gré. Autrement dit, c’est bien sur l’employeur que l’on entend faire peser cette situation qui ne va pas de soi, puisqu’elle relève du fait qu’une religion puisse imposer ses règles à l’entreprise, quitte à mettre en danger juridiquement l’entreprise elle-même.

Mais cette lecture est tout à fait discutable, car juridiquement, si le dit chauffeur n’est pas en mesure d’assurer sa tâche, il doit prendre des congés, se faire arrêter. Tout salarié qui se présente à un poste pour assurer des tâches pour lesquelles a été conclu son contrat de travail et n’est pas en mesure de les mener, se met en faute. Il rajoute encore que, si un salarié doit porter des parpaings en plein mois de juin, et que cela fait partie des tâches habituelles du salarié, « il ne peut pas le refuser de le faire », cependant, le chef d’entreprise n’est pas censé abuser de son bon droit. « S’il peut remplacer le salarié à certaines tâches, il a tout intérêt à le faire. Car si l’employé jeûneur refuse par exemple, de porter des parpaings et qu’il est sanctionné pour cela, l’employeur pourrait être considéré comme fautif par le juge en cas de contestation, car il n’aura pas fait l’effort de remplacer le salarié à cette tâche », avance l’avocat.

Ici, on voit l’orientation générale que prennent les choses de façon tout de même assez surprenante, que ce soit l’employeur qui se trouve dans une obligation implicite d’aménager dans tous les cas de figure l’activité de son salarié pour des raisons de sécurité ou de bonne volonté, ce qui est en réalité tout à fait contraire au droit au regard des principes. Si l’activité de l’entreprise le justifie, musulmans ou non, les congés et les aménagements seront légitimement refusés. Et si l'exécution du contrat de travail ne peut être réalisée, l'employeur peut se retourner contre son employé et exiger de lui qu'il remplisse la fonction pour laquelle il a été embauché, au risque de sanction. N’oublions pas non plus que dans le cas où le produit attendu par le client a une qualité déprécié, où est hors délai, celui-ci se retournera inévitablement contre l’entreprise. C’est pourtant dans ce cas la responsabilité juridique du salarié qui devrait être mise en cause.

Rappelons tout de même que la religion musulmane interdit de mettre en danger sa propre santé dans le cadre du Ramadan et que, en cas de problème de ce côté, rompre le jeûne est une obligation. Il est aussi possible de reporter des jours de jeûne. Il y a donc des possibilités d’aménagement du côté du croyant qui pourraient être avancées au lieu d’être dans cette demande à sens unique d’invitation de l’employeur à des aménagements souvent contraire à l’égalité de traitement des autres salariés, voire au respect de leur liberté de conscience si on privilégie une religion vis-à-vis des autres ou de ceux qui n’en n’ont pas.

C'est la pression mise par le nombre de ceux qui observent le ramadan en exigeant des aménagements, ainsi qu’une démarche jurisprudentielle des cabinets juridiques qui préfèrent le compromis hors la règle que de la faire respecter dans un climat politico-médiatique largement sous l’influence de l’idéologie du multiculturalisme, qui produit  cette situation de fait.

 

Quelles sont les failles actuelles de la loi relativement au Ramadan ? Quels aspects de cette période ne sont pas couverts par le code juridique français ?

La loi El Khomri, a introduit dans le Code du travail que « Le règlement intérieur peut contenir des dispositions inscrivant le principe de neutralité et restreignant la manifestation des convictions des salariés si ces restrictions sont justifiées par l’exercice d’autres libertés et droits fondamentaux ou par les nécessités du bon fonctionnement de l’entreprise et si elles sont proportionnées au but recherché ». Faut-il encore que cela puisse être motivé par des restrictions justifiables en raison de la nature de la tâche à accomplir et proportionnées au but recherché,  comme cela peut être le cas relativement à l’hygiène, la santé et la sécurité. Les contacts avec la clientèle peuvent aussi justifier des restrictions aux manifestations religieuses des salariés jusqu’à leur imposer une neutralité philosophique et religieuse, et donc proscrire les signes d’appartenance (4). 

A l’instar de la disposition permettant d’inscrire dans le règlement intérieur de l’entreprise l’exigence de neutralité, il devrait être possible de l’étendre concernant des salariés observant le jeûne pendant le ramadan, au nom de la « nécessités du bon fonctionnement de l’entreprise et si elles sont proportionnées au but recherché », pour lesquels l’employeur pourrait redouter un manque de vigilance susceptible de présenter un risque pour exercer certaines activités qui engage la responsabilité de l’entreprise.

Du point de vue de la performance du salarié, il doit répondre aux exigences de son poste, et s’il y a une baisse significative au regard du niveau de rendement habituel, pouvant induire une inégalité dans la production au regard des autres salariés, l’employeur se doit de se rapprocher du médecin du travail pour s’assurer de l’état physique du salarié dont il a la responsabilité. Ce qui peut aller jusqu’à délivrer un certificat d’inaptitude au travail, comme cela se fait dans tout autre cas. Si l’employeur peut prouver qu’il s’agit d’un jeûne et donc d’un acte délibéré, c’est la responsabilité du salarié qui est engagée, de la même façon que s’il était sous l’effet d’un médicament ou d’un produit qui altèrerait ses facultés, et dont il connaitrait les effets.

Certaines prises de position témoignent d’une lecture de plus en plus multiculturelle de cette question. Dans l’article cité plus haut du journal Jeune Afrique, on prend l’exemple d’un groupe sénégalais pour expliquer que « les obligations religieuses sont prises en compte ». Pour illustrer on donne la parole à un DRH : « C’est un principe général, quand les chrétiens fêtent Noël, les musulmans travaillent plus et inversement pour les chrétiens lors du ramadan », souligne-il. C’est cette orientation que l’on entend imprimer en France de façon totalement contraire à notre droit.

L’avocat qui s’exprime dans 20minutes explique que l’entreprise n’a aucune obligation d’accepter que ses salariés y prient, pour autant, « même si certaines l’autorisent ou ferment les yeux (…) c’est assez délicat, car si un employeur accepte qu’un local professionnel puisse servir à la prière pendant le ramadan, il devra accepter que ce lieu soit aussi utilisé par les salariés d’autres confessions religieuses pour prier. Sinon, cela pourrait être considéré comme de la discrimination »... On voit à travers cette explication toute la dérive de la pensée qui domine aujourd’hui ce sujet. Ce à quoi on fait référence ici, en parlant de traitement égal des religions, est dans l’oubli que ce sont les salariés qui sont à traiter de façon égale, spécialement vis-à-vis de leur liberté de conscience qui comme liberté fondamentale ne reste pas à la porte de l’entreprise. On oublie aussi de façon dérangeante, que les salariés de telle ou telle religion n’entendent pas nécessairement dévoiler leur religion au travail et la considèrent comme une affaire privée. C’est le cas de beaucoup de musulmans, qui se trouvent dans ce contexte favorable aux aménagements de tous ordres, sous la pression de pratiquants aidés à imposer au sein de l’entreprise leur assignation à une religion, ce qui est une atteinte à leur liberté. Il s’agit ici de protéger tous les salariés au regard de leurs libertés et non de considérer comme une liberté absolue de faire vivre l’entreprise à l’heure des exigences religieuses, quelles que soit la religion en cause.

Le droit devrait nous protéger contre ce genre de dérive mais la faille vient de la pratique des accommodements déraisonnables. Nous devrions pourtant être alertés à y résister, au regard des pratiques de trop nombreux élus qui ont cru acheter la paix sociale en laissant tout faire dans certains quartiers, pour aboutir à une véritable catastrophe avec un communautarisme qui y fait des dégâts dont personne ne mesure toute l’étendue aujourd’hui. Cette évolution n'est bonne pour personne. Savoir où commencent et s'arrêtent les manifestations d'appartenance religieuse dans l’entreprise relève de l’intérêt commun, dont l'enjeu est le respect du même droit et de l’égalité de traitement, de la protection de tous, sans oublier la sécurité économique et sociale de l’entreprise. On ne le dira jamais assez, l’entreprise comme lieu d’intégration et de socialisation est au cœur des enjeux de la qualité de notre lien social, et donc de notre faculté à faire société.

1-Ramadan : quand la culture d’entreprise influence l’organisation du travail

Par Quentin Velluet  |  30 mai 2018 http://www.jeuneafrique.com/30850/economie/maghreb-le-ramadan-une-questi...

2-Animateurs suspendus pour cause de ramadan : la mairie fait marche arrière, 01/08/2012. https://www.20minutes.fr/societe/979063-20120730-ramadan-quatre-moniteur...

3-Quelles règles s'appliquent au travail pendant le Ramadan?

RELIGION Beaucoup d’entreprises gèrent les situations de gré à gré…

Delphine Bancaud Publié le 08/06/16.

https://www.20minutes.fr/economie/1861551-20160608-regles-appliquent-tra...

4- Début-ramadan et des difficultés pour un certain nombre d’entreprises http://www.atlantico.fr/decryptage/debut-ramadan-et-difficultes-pour-cer...

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (21)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
REVERJOVIAL
- 12/06/2018 - 13:40
Malaises et ramadan
J ai été infirmier dans une grande entreprise de téléphonie et je peux assurer le nombre de malaises les jours de fortes chaleurs sur une personne qui ne boit pas de toute la journée en particulier en été ou les jours sont les plus longs sans compter le nombre de personnes qui viennent se reposer entre midi et 14h00.
zombikiller
- 11/06/2018 - 22:45
A POLITQ
tout à fait d'accord avec vous. Tous ceux qui s'accommodent en fermant les yeux deviennent collabo. C'est comme ça. L'islam en Françe est politique et leurs dirigeants veulent le pouvoir c'est aussi simple que ca.
Mais quel pouvoir? J'ai ma petite idée.
POLITQ
- 11/06/2018 - 21:43
A F.Revellat
C'est bien. Vous avez dû être prêt à voter Juppé à la présidentielle. Vous êtes de ceux qui acceptent de laisser tuer notre pays. On s'est BATTU, BATTU, pour mettre LES religions de côté, à l'ombre, dans le PRIVE ABSOLU. Vous êtes d'accord pour nous imposer la religion LA PLUS RETROGRADE, MEURTRIERE, IMPRODUCTIVE, A-CULTURELLE, ANTI-CIVILISATION, ANTI-HUMANISME, issue de la culture LA PLUS NULLE DU MONDE ET DES SIECLES PASSES. Parfait. J'espère que cela vous coûtera cher. Vous rejoignez ainsi les centaines de politiques qui sont objectivement COMPLICES CRIMINELS DE CEUX QUI NOUS ASSASSINENT ces dernières années.