En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© LUDOVIC MARIN / AFP
Atlantico Business
Sur l’Europe, Angela Merkel répond à Macron avec tellement de prudence qu‘elle donne l‘impression de préparer sa sortie de l’euro
Publié le 05 juin 2018
A trois semaines du sommet de Bruxelles qui doit dessiner les plans d’une réforme importante de l’Union européenne, Angela Merkel détaille sa position.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A trois semaines du sommet de Bruxelles qui doit dessiner les plans d’une réforme importante de l’Union européenne, Angela Merkel détaille sa position.

Alors que beaucoup de responsables politiques et hommes d’affaires spéculent sur une grave crise de l’euro qui exploserait en Italie, alors que beaucoup craignent une faillite de l’Italie avec sortie de l’euro, d’autres estiment que ça n’est pourtant pas l’Italie, l’Espagne ou le Portugal qui seront contraints à sortir de la zone euro poussés par « les intransigeances allemandes ». Mais c’est bien l’Allemagne qui prendra les devants pour recréer à son image un espace monétaire homogène et rigoureux autour des pays de l’Europe du nord, l’Allemagne pourra alors, sur ce terrain monétaire, se rapprocher de la Russie et de beaucoup d’anciennes républiques soviétiques qui sont désormais orphelines et qui offrent des marchés importants.

A quelques semaines du sommet de Bruxelles qui doit dessiner les plans de la réforme de l’Europe lancée par Emmanuel Macron, Angela Merkel a pris soin de répondre par voie de presse et de détailler sa position.

Le projet Macron doit permettre d’avancer sur la voie du fédéralisme en organisant un transfert de pouvoir vers Bruxelles, avec l’idée de mettre en gestation les Etats-Unis d’Europe. Avec un parlement au pouvoir législatif renforcé, un président qui incarnerait l’Union européenne, une politique d’harmonisation fiscale, sociale et administrative, un budget commun (en défense par exemple), une politique budgétaire commune, une mutualisation des dettes de façon à permettre à l’Europe d‘émettre des eurobonds. Et des organismes de stabilisation et d’intervention dans les pays membres avec des moyens d’intervention considérablement allongés.

Angela Merkel accepte :

1. De créer deux mécanismes d’entraide entre les pays de la zone euro, un budget d’investissement et un système de prêts pour les Etats confrontés à des difficultés importantes. Mais la Chancelière prend soin de préciser que les budgets seront très modestes, quelques dizaines de milliards d’euros. Pas question d’accepter une mutualisation des dettes en réponse aux politiciens italiens dont le programme ne teinte la route que si et seulement si on en viendrait à écraser les dettes.

2-Angela Merkel a aussi détaillé la proposition de FME, fonds monétaire européen qui, à l’image du FMI, pourrait intervenir dans un pays membre, à condition que celui-ci ait un droit de regard et d’intervention dans leurs politiques nationales.

3-Angela Merkel imagine même la possibilité de mesurer la solvabilité des pays en difficulté et la fourniture d’instruments pour rétablir cette solvabilité.

On est donc très loin des projets français, puisqu’Emmanuel Macron parlait lui d’un fonds capable d’intervenir avec plusieurs centaines de milliards d’euros. Emmanuel Macron n’a jamais exclu d’emblée la mutualisation des dettes, au contraire, avec à l’appui un accompagnement politique pour que chacun puisse préserver son identité et son indépendance.

En clair, la majorité des mesures de réformes prônées par Angela Merkel sont faites pour rassurer l’électorat allemand qui considère que l‘Europe est une vache à lait pour les pays de l’Europe du sud qui ont des trop gros déficits. L’électorat allemand a le sentiment de payer les factures de ses voisins et partenaires.

Plus grave, les sondages nous apprennent que les Allemands s’interrogent, eux aussi, sur l’utilité d’appartenir à une Europe où il est difficile de se faire entendre. Beaucoup d’allemands considèrent aussi que l’Allemagne n'a plus besoin de l'Union européenne. Son terrain de jeu désormais, ce sont les pays de l’Europe de l’Est et surtout la Russie.

Dans ces conditions disent les allemands, pourquoi rester dans l’euro avec des partenaires qui ne paient pas leurs dettes, qui grognent tout le temps contre nous, et qui, plus est, considèrent l'euro comme néfaste mais ne veulent pas, pour autant en sortir ? Pas même en Grèce ou en Italie. Ils croient en l’euro. Ils travaillent d’ailleurs beaucoup en euros.

Pas conséquent, ca n‘est pas le départ de l’Italie, de la Grèce ou même de la France qu’il faut craindre. Les sondages nous disent que les européens ne veulent pas quitter la zone euro.  La seule chose que les milieux d’affaires et la majorité des européens redoutent, c’est que l’Allemagne claque la porte et se retrouve dans un club de quelques pays qu’elle aurait choisis et qui suivent les règles d’origine.

Angela Merkel sait très bien qu’en brandissant cette menace, elle isole les gouvernements qui en Europe projettent une sortie de l’euro.

Tous les pays qui ruent dans les brancards de l’Union européenne savent trois choses.

La première, c’est que les européens souhaitent que l’Europe soit gouvernée autrement, mais veulent rester dans l’euro.

La deuxième chose, ils savent que l’euro et l’Allemagne qui garantit sa valeur, leur servent d’assurance vie. Ils grognent et pleurent contre l’Europe, mais ils ne pourraient pas s’en passer.

La troisième chose est qu’ils ne savent pas comment vivre sans l’euro. Angela Merkel l’a très bien expliqué. Sans l’euro, il faut vivre seul. C’est à dire sans l’Allemagne.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
02.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
03.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
04.
Un Américain a passé un an à ne manger que des aliments aux dates de péremption dépassées, voilà les leçons qu’on peut en tirer
05.
L'homme qui ne voulait pas être le deuxième flic de France…
06.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
07.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
03.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
04.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
05.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
06.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
Voulez-vous savoir dans quelle France on entend vous faire vivre ? Regardez bien l'affiche de l'UNICEF !
03.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
04.
Acte II : mais comment définir la ligne suivie par le gouvernement en matière de politique économique ?
05.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
06.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lémire
- 06/06/2018 - 23:12
Macron est-il sourd ? ou atteint d'ubris galopante ?
Il fait à ses partenaires des propositions dont il sait pertinemment qu'elles sont inacceptables, mais que puisqu'il est jeune, beau et intelligent, ils ne pourront que se laisser convaincre...
Trump : il lui dit ce qui n'est pas en accord avec les règles du multilatéralisme est "illégal" et qu'au contraire, il faut renforcer l'OMC, alors que Trump pense que le multilatéralisme ne profite pas aux USA. Et on s'étonne qu'il refuse de se laisser marcher sur les pieds...
Merkel (et l'Europe du Nord, et la Pologne, et les pays baltes) : il faut que les pays bien gérés soient solidaires des politiciens des pays déficitaires, financent une partie de leurs dettes mais leur laisser une complète "indépendance", et les opinions publiques de ces pays n'ont pas le droit de penser que c'est une injustice. Même si l'Allemagne a encore besoin d'un appui de la France pour ne pas faire peur, ce qu'on lui propose semble conçu pour faire retomber le blâme de l'échec des promesses de Macron sur l'égoïsme allemand... Semi-habile, car cela ne prendra que sur un segment "euro-progressiste" de l'opinion française de plus en plus limité...
cloette
- 05/06/2018 - 21:57
Si elle se rapproche de la Russie
ce n'est pas bon signe, mais il faut reconnaitre qu'elle a plus d'affinités avec Poutine qu'avec Trump , ( moi aussi d'ailleurs je préfère Poutine à Trump )
aristide41
- 05/06/2018 - 21:11
L'Allemagne
Un pays de vieux avec une armée inexistante et sans bombe atomique. Si de plus elle se rapproche de la Russie et perd le parapluie américain. Réveillez vous. Malgré sa puissance, nous ne sommes plus en 36.