En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© LOIC VENANCE / AFP
Prestations sociales
Attention bombe politique : pourquoi les pistes de Bercy pour réduire les aides sociales sont essentielles face au défi de la réduction des dépenses publiques aussi explosives soient-elles
Publié le 19 mai 2018
Selon des informations publiées​ par Le Monde, une note interne émanant de la direction du budget envisagerait la refonte de plusieurs prestations sociales.
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon des informations publiées​ par Le Monde, une note interne émanant de la direction du budget envisagerait la refonte de plusieurs prestations sociales.

Atlantico : ​Selon des informations publiées​ par Le Monde, une note interne émanant de la direction du budget envisagerait la refonte de plusieurs prestations sociales (Allocation adultes handicapés (AAH), Allocation personnalisée pour l’autonomie (APA), Aides personnelles au logement (APL), Bourses sur critères sociaux (BCS ), Revenu de solidarité active (RSA), Allocation de solidarité spécifique (pour les chômeurs en fin de droits), minimum-vieillesse, prime d’activité et prestations familiales. Comment analyser la rationalité économique des propositions faites par Bercy ? 

Philippe Crevel : La France est le pays d’Europe où les prestations sociales sont les plus importantes. Elles ont permis certes de maintenir constantes les inégalités quand chez nos partenaires ces dernières augmentaient. Si socialement, elles jouent un rôle indéniable d’amortisseurs, elles font l’objet depuis de nombreuses années de critiques tant de l’administration fiscale que de la part de la Cour des Comptes. Elles sont jugées évidemment coûteuses et surtout peu efficaces. Les Aides personnelles au logement sont très largement distribuées au profit notamment d’étudiants issus de familles aisées. Elles sont jugées responsables de l’augmentation des loyers et ne contribuent donc pas à la résolution de la crise du logement. Les bourses aux étudiants seraient également dans le viseur de Bercy car insuffisamment ciblées. Elles ne sont pas en outre conditionnées à un minimum de présence universitaire et encore moins à un minimum de résultats. Cette question du suivi en  matière de versement des prestations se pose également pour le RSA. Les administrations publiques ne font pas dans le sur mesure. Elles sont des distributeurs qui ont tendance à être un peu trop automatiques. Il n’y a pas assez de contrôle et de retour sur investissement. Il faudrait plus de personnalisation dans l’octroi de ces aides qui ne devraient prendre la forme non pas de revenus de substitution mais de coups de pouce ponctuel.

Le minimum vieillesse qu’Emmanuel Macron a décidé de porter à 900 euros ou l’Allocation pour Perte d’Autonomie sont également dans le collimateur de Bercy qui aimerait pour le premier le geler. L’idée de ne plus revaloriser en fonction de l’inflation peut être évidemment extrêmement pénalisant pour les personnes qui dépendent exclusivement de l’aide sociale et qui n’ont pas beaucoup d’autres solutions (retraités, handicapés). L’APA est amenée à augmenter fortement dans les prochaines années avec le vieillissement de la population. Il y a aujourd’hui des problèmes d’accès aux EHPAD. S’il faut revoir l’APA, il faudrait également avoir une réforme d’ensemble de la dépendance. En effet, il est tentant de mettre en parallèle le patrimoine des retraités et le financement de la dépendance mais au moment où celle-ci survient, il n’est pas toujours évident pour les familles de vendre le logement de leurs parents. La solution passe par des moyens assurantiels, avec une couverture obligatoire qu’elle soit publique ou privée.

Faut-il voir de telles propositions comme un moyen efficace de réduire la dépense publique ? Quel en serait l'impact d'un point de vue macroéconomique ? 

Philippe Crevel : Derrière chaque niche fiscale, il y a un chien, derrière chaque prestation sociale, il y a une meute de chiens. En France, la réduction d’une prestation, d’une aide est un combat homérique. La baisse de 5 euros de l’APL n’est toujours pas digérée. Avec des dépenses sociales qui dépassent le tiers du PIB, la France est une exception. La conséquence est un coût du travail élevé ce qui conduit à un chômage important notamment chez les jeunes. Par ailleurs, ces prestations sociales se transforment en dette publique, ce qui constitue un transfert sur les générations futures. La réduction des prestations est sans nul doute avec la diminution des effectifs de la fonction publique le moyen de rééquilibrage structurel des finances publiques.

Pour éviter un à-coup conjoncturel, les sommes dégagées pourraient dans un premier temps être affectées à l’investissement : réalisation de chambres universitaires, d’EHPAD, de maisons de soins, etc. La remise en cause des prestations devrait être progressive et ne concerner par exemple que les nouveaux entrants dans les dispositifs.

Quelles sont les propositions faites qui mériteraient le plus d'attention de la part du gouvernement ? Quelles sont celles qui pourraient être les plus efficaces du point de vue du gouvernement et celles qui pourraient être rejetées ? 

Philippe Crevel : Le premier problème à régler est celui du suivi. Pour le RSA, pour les prestations logements, pour l’APA, c’est la capacité à appréhender les besoins qui est en jeu. Les administrations devraient grâce à l’informatique se dégager des tâches routinières pour s’occuper de l’humain. Les aides au logement doivent être revues compte tenu de leur inefficacité. Le principe de subsidiarité devrait être la règle pour les prestations sociales et en particulier pour les bourses étudiantes. Les établissements d’enseignement supérieur devraient avoir des critères sociaux à respecter mais devraient pouvoir fixer des conditions pour l’obtention des bourses : assiduité, résultats, travail au sein de l’établissement…. Au niveau de l’APA, il faut une réforme globale avec l’organisation du risque dépendance sans pour autant créer une nouvelle banche administrative de Sécurité sociale. Le minimum vieillesse qui concerne moins de 600 000 personnes, je pense que ce n’est pas une priorité. Il est difficile de s’en prendre à des personnes âgée qui gagnent moins de 900 euros par an.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
02.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
03.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
04.
Renault-Nissan-Fiat Chrysler : le mariage à trois est possible à condition d’éviter trois enterrements
05.
Il y a une grande différence entre l’hygiène et la propreté lorsque vous faites le ménage chez vous et voilà laquelle
06.
Voulez-vous savoir quand la droite est entrée en agonie ? En 2010, quand Nicolas Sarkozy supprima le ministère de l'Identité nationale, qu'il avait lui-même créé !
07.
Kim Kardashian provoque la colère des Japonais avec le lancement d'une ligne de sous-vêtements, Kimono Intimates
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
06.
Amazon : 11,2 milliards de profit, 0 dollars d’impôts payés… : mais dans quel état erre un certain capitalisme ?
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
05.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
06.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 20/05/2018 - 18:14
Réduisons les aides sociales !
Pourvu que nos immigrés puissent trouver toit et couvert.
F. Revellat
- 20/05/2018 - 10:17
APL etudiants
Les APL étudiants données sans condition de ressources des parents sont effectivement anormales. Mes nièces en ont profité pendant toutes leurs études alors que leurs parents gagnent près de 10000€ par mois à deux et financent des écoles très coûteuses.
vieux croco
- 20/05/2018 - 07:41
ils ne feront rien
des notes , des fuites , des propositions , des commissions , etc ..... très forts les "HAUTS" fonctionnaires . Du "pipo" car pleutres en même temps et les politiques ne savent qu'ouvrir les vannes puisque les compatriotes hurlent à l'injustice dés que l'on en ferme une où simplement que l'on réduise le débit . Donc on ira au bout du bout c'est à dire à la faillite . Quand ? Mystère mais probablement sous ce quinquennat .