En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Michel Onfray a contracté la Covid-19

02.

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

03.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

04.

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

05.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

06.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

07.

Mort de l'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing à l’âge de 94 ans

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

03.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

04.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Disparition
Mort de l'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing à l’âge de 94 ans
il y a 6 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Voir le jour" de Marion Laine : si le quotidien du personnel hospitalier m’était conté…

il y a 11 heures 21 min
pépites > Société
L’amour aux temps du Coronavirus
Covid-19 : un Français sur trois serait sur un site de rencontres depuis le premier confinement
il y a 12 heures 4 min
pépites > Santé
« The Wuhan files »
La rédaction de CNN dévoile le contenu de documents chinois confidentiels qui révèlent les erreurs commises par la Chine lors de l’apparition du Covid-19
il y a 13 heures 36 min
pépites > France
Dissolution
BarakaCity dénonce le gel « illégal » de ses avoirs par l'Etat
il y a 16 heures 30 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus ; la commission d’enquête parlementaire évoque des manquements des pouvoirs publics avant et pendant la crise sanitaire
il y a 17 heures 50 min
light > Science
Santé
L'Intelligence Artificielle pourrait prédire quelles combinaisons de médicaments luttent le mieux contre tel ou tel cancer
il y a 18 heures 13 min
pépites > Santé
Coronavirus
MHRA, l'agence de santé britannique, autorise l'utilisation du vaccin Pfizer/BioNtech : les premières vaccinations pourraient commencer la semaine prochaine dans les maisons de retraite
il y a 18 heures 50 min
pépites > Finance
Scandale
Faillite Wirecard : l'APAS, le régulateur allemand des firmes d'audit estime qu'Ernst & Young (EY, géant de l'audit) savait que son audit de 2017 était inexact
il y a 19 heures 43 min
pépite vidéo > Politique
Premier ministre
Crise sanitaire, loi « sécurité globale », ski à l’étranger: retrouvez l’entretien de Jean Castex sur RMC et BFMTV
il y a 20 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mindhunter" de David Fincher : entretiens avec des tueurs en série

il y a 11 heures 2 min
light > Culture
Monuments parisiens
Déconfinement : la Tour Eiffel va rouvrir dès le 16 décembre
il y a 11 heures 37 min
pépites > Santé
Endiguer la pandémie
Vaccin contre la Covid-19 : Boris Johnson attendra son tour
il y a 12 heures 33 min
light > Santé
Etat de santé
Michel Onfray a contracté la Covid-19
il y a 14 heures 49 min
pépites > Economie
Pas de cadeau
Le gouvernement ne devrait pas revaloriser pas le Smic en plus de la hausse automatique selon Jean Castex
il y a 17 heures 5 min
décryptage > Société
Moyen de transport idéal pendant la crise du Covid ?

Les e-scooters et autres trottinettes électriques sont-ils une bonne affaire pour l’environnement (et pour les entreprises qui les louent ) ?

il y a 18 heures 4 min
décryptage > Consommation
Magie de Noël

Réveillons de fin d’année : petits conseils pour bien anticiper les plaisirs que vous pourrez vous autoriser sans vous ruiner la silhouette

il y a 18 heures 36 min
décryptage > Santé
Rempart pour endiguer l'épidémie

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

il y a 19 heures 14 min
décryptage > France
Nuit et Brouillard

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

il y a 19 heures 44 min
décryptage > Economie
Nouveau monde

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

il y a 20 heures 52 min
© Zakaria ABDELKAFI / AFP
© Zakaria ABDELKAFI / AFP
Religion

Début du ramadan… et des difficultés pour un certain nombre d’entreprises

Publié le 18 mai 2018
La question de la religion dans le monde du travail avait provoqué une vive polémique lors des débats sur la loi El Khomri qui avait introduit la possibilité d'intégrer un principe de neutralité dans le règlement intérieur des entreprises.
Guylain Chevrier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guylain Chevrier est docteur en histoire, enseignant , formateur et consultant.Il est membre du groupe de réflexion sur la laïcité auprès du Haut conseil à l’intégration.Dernier ouvrage : LAÏCITÉ, ÉMANCIPATION ET TRAVAIL SOCIAL L’Harmattan, Sous la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La question de la religion dans le monde du travail avait provoqué une vive polémique lors des débats sur la loi El Khomri qui avait introduit la possibilité d'intégrer un principe de neutralité dans le règlement intérieur des entreprises.

Le ramadan a commencé ce jeudi. Quels sont les droits et la législation sur le travail qui s'appliquent ?

 
Guylain Chevrier : Si l'employeur «ne peut pas interdire au salarié d'avoir une conviction religieuse» et donc, le discriminer parce qu’il pratique le ramadan, Il n’y a aucune obligation pour les employeurs d’aménager le cadre du travail selon les exigences religieuses de salariés. Ce qui renvoie au cas par cas. Il y a toujours la possibilité de poser des congés mais qui peuvent ne pas être acceptés si l’entreprise peut le justifier par son activité. Comme me l’expliquait un représentant syndical du secteur du commerce, il n’est pas rare que la pratique du ramadan se traduise par des arrêts de travail. Ceci d’autant plus, qu’au bout de plusieurs semaines, l’effet du jeûne peut se faire ressentir, en amplifiant mêmes certaines fragilités de santé habituellement gérées par le salarié. On s’imagine que concernant le Ramadan, s’il est question d’aménagements de la vie de l’entreprise sur une période d’un mois, seul un pays vivant au rythme de la religion peut permettre de tels accommodements. Ceci, d’autant plus qu’il ne s’agit pas de quelques cas particuliers, puisque selon les chiffres qui font référence, plus de 70% des musulmans feraient le Ramadan, donc plusieurs millions de personnes. Un chiffre en augmentation ces dernières années.
 

La question de la religion dans le monde du travail avait provoqué une vive polémique lors des débats sur la loi El Khomri qui avait en effet introduit la possibilité d'intégrer un principe de neutralité dans le règlement intérieur des entreprises. Quelle est la situation aujourd'hui?

 
Effectivement, la loi el Khomri a, dans son article 1 bis A, introduit dans le code du travail la disposition suivante : « Le règlement intérieur peut contenir des dispositions inscrivant le principe de neutralité et restreignant la manifestation des convictions des salariés si ces restrictions sont justifiées par l’exercice d’autres libertés et droits fondamentaux ou par les nécessités du bon fonctionnement de l’entreprise et si elles sont proportionnées au but recherché ». Pour autant, ce qui apparait ici comme une possibilité est encadrée par des exigences qui relèvent d’une cause professionnelle essentielle et déterminante, justifiant donc des restrictions relatives à la nature de la tâche à accomplir et proportionnées au but recherché. On peut citer les raisons d’hygiène, de santé et de sécurité. En réalité donc, rien de nouveau sous le soleil puisque ces exigences préexistaient à la « loi travail » dans le Code du travail. Il y avait aussi dans la jurisprudence les contacts avec la clientèle qui pouvaient le motiver, cause qui restait fragile et fréquemment contestée. L’introduction par cette loi de la possibilité d'intégrer un principe de neutralité dans le règlement intérieur des entreprises a été confirmée depuis et précisée au niveau de la Cour de justice de l’Union européenne, puis par la Cour de cassation. Dans le prolongement d’une décision de la Cour de justice de l’Union européenne de mars 2017, la Chambre sociale de la Cour de cassation a rendu un arrêt en novembre dernier qui permet à une entreprise d’interdire le port de signes religieux à un salarié en contact avec des clients. Autrement dit, il est aujourd’hui possible à un employeur, sous certaines conditions, d’imposer aux salariés un principe de neutralité au regard de leurs convictions religieuses. Il ne s’agit évidemment pas d’une restriction de la liberté de conscience mais d’une restriction des manifestations ostensibles d’appartenances. La règle doit être générale, c’est-à-dire ne pas être limitée aux convictions religieuses ou à un seul signe religieux, et concerner aussi les opinions politiques et les positions philosophiques. Elle doit être « édictée en amont » par le biais d’un règlement intérieur. Il en va donc de l’initiative des entreprises elles-mêmes qui sont censées se saisir de cette nouvelle possibilité protectrice pour leur activité et leur bon fonctionnement. Cette avancée est importante dans un contexte de montée des conflits à caractère religieux dans l’entreprise, alors que selon l’étude de l’Institut Randstad – OFFRE (Observatoire du fait religieux en entreprise) de 2017, on considère que les deux-tiers des managers sont concernés par des demandes à caractère religieux. On avance que l’on est entré dans une période de banalisation du fait religieux dans l’entreprise, parce que la progression des cas s’est ralentie. Pour autant, le nombre de cas bloquants progresse pour atteindre 16 % du total, contre 14 % en 2016 et 12 % en 2015. En reflet, 75 % des personnes interrogées dans l’enquête considèrent comme une bonne chose qu’une entreprise puisse désormais, sous certaines conditions, inscrire ce principe dans leur règlement intérieur et l’imposer à leurs salariés. Quant aux raisons expliquant les difficultés rencontrées dans le traitement de ces cas, dans 81% des situations, il y a des menaces d’accusation de discrimination religieuse ou de racisme. On voit donc s’affirmer un climat d’intimidation dans ce domaine au sein de l’entreprise.
 
Il existe d’autres cas où il est possible de restreindre les manifestations religieuses, comme dans celui de l’entreprise de marque, qui peut imposer une tenue vestimentaire à ses salariés, en avançant une exigence commerciale relative à l’image de l’entreprise.
 
L’aspect peut-être le plus intéressant de la loi se situe dans la formule « si ces restrictions sont justifiées par l’exercice d’autres libertés et droits fondamentaux ». Quoi qu’elle reste dans les faits à préciser, elle rappelle bien d’une certaine façon que la liberté de chacun commence là où s’arrête celle des autres, appelant à une certaine modération des manifestations des convictions personnelles spécialement religieuses, à une responsabilisation vis-à-vis de ce qui a été désigné par le Haut conseil à l’intégration comme étant « la paix sociale interne » dans l’entreprise, dans l’avis qu’il avait rendu sur ce sujet.
 

Si selon le droit du travail, l'employeur "ne peut pas interdire au salarié d'avoir une conviction religieuse", il n'existe pas non plus de dispositions légales particulières pour aménager le temps de travail des salariés qui observent le jeûne. Comment les entreprises adaptent-elles leurs activités ?

 
Bien des employeurs ne s’en préoccupent pas et s’en accommodent, tant que cela ne vient pas gêner le fonctionnement de l’entreprise. Ceci, parce que la pratique du ramadan n’a pas d’impact sur la  nature de son activité. Cette pratique passe alors inaperçue. Certains employeurs anticipent le ramadan en proposant des aménagements, comme de faire embaucher plus tôt les salariés lorsque cela est possible ou d’écourter la pause-déjeuner afin de réduire la journée de travail. Dans le travail posté, le travail de nuit sur le mode des trois-huit, ou encore les centres d’appels, le domaine de la sécurité industrielle, il n’y a généralement pas d’aménagements possibles.
 
Il existe certains accords ou conventions de grandes entreprises privées, qui inscrivent cette démarche dans le cadre du développent de leur politique de RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises), non sans risques. Encourager des aménagements sur ce mode peut justifier d’autres demandes qui peuvent amener d’autres difficultés, comme des salles de prières, transformant l’entreprise en lieu cultuel, sans bien savoir où pourra être trouvée alors la limite. Il n’est pas rare de voir des salariés pratiquants épouser une cause syndicale et y prendre des responsabilités pour ensuite se présenter comme négociateur de ces aménagements. C’est d’une certaine façon rompre avec la neutralité du contrat de travail aux risques et périls de l’entreprise.
 
Dans l’absolu, la disposition permettant d’inscrire dans le règlement intérieur l’exigence de neutralité pourrait concerner des salariés observant le jeûne pendant le ramadan pour lesquels l’employeur pourrait redouter un manque de vigilance susceptible de présenter un risque pour exercer certaines activités. Mais cela reste très difficile à matérialiser.
 

Quels sont les risques  dans  les  métiers à forte pénibilité, comme dans le secteur de la construction par exemple? Qu’est-ce que ces situations révélent des difficultés à allier cadre de travail et pratique religieuse ?

 
Dans ce secteur, il peut évidemment il y avoir des risques, avec la fatigue qui s’accumule et la baisse d’énergie, de fortes chaleurs, pouvant non seulement poser le problème du niveau d’activité et de sa qualité mais aussi exposer le salarié au risque d’accidents. Dans le cas de certaines tâches difficiles, qui demandent un haut niveau d’attention, comme celui des transports, ou de la sécurité, plus on avance dans le ramadan et plus les réflexes où la concentration par exemple peuvent être émoussés, ce qui pose un véritable problème qui peut engager la sécurité des biens et des personnes. Ce qui crée pour l’employeur une responsabilité qui est tout à fait disproportionnée au regard de convictions du salarié qui restent du domaine privé et ne devraient pas pouvoir interférer dans le travail. On a tendance à inverser la charge et à considérer que l’on doit avant tout tenter d’aménager, pour respecter des convictions religieuses qui ici télescopent en réalité le fonctionnement d’une société qui n’est pas fondée sur des principes religieux, mais sur le droit positif. La loi garantit aux cultes leur place, mais pour édifier un Etat républicain garant des libertés de chacun, il a été nécessaire de retirer au culte catholique, qui dominait la société française, son pouvoir d’encadrement des conduites sous le signe de ses traditions. On comprend mal pourquoi aujourd’hui on a tendance à chercher absolument à faire comme si nous étions dans une logique de retour à cette situation antérieure, qui n’était pourtant pas sans poser problème au regard des libertés, de l’autonomie de l’individu. On a tendance à oublier que, dans ce domaine, au vu du nombre de salariés qui dans certains secteurs sont musulmans et pratiquants, nous avons affaire à de véritables groupes de pression, qui peuvent jouer contre les libertés des autres salariés en obtenant des aménagements et donc des avantages qui constituent une inégalité de traitement. Plus avant, ces groupes par l’affichage de leurs pratiques poussent dans le sens d’une assignation les autres salariés musulmans qui n’entendent pas se prévaloir de leur religion dans le travail, ce qui pose là un problème de liberté rarement évoqué. 
 
Voilà ce qu’en dit un responsable « expertise diversité » au sein d’un réseau d’entreprises : « Malheureusement, si l'employé se voit refuser un aménagement de temps de travail pour suivre le ramadan, il ne peut bénéficier d'aucun recours, à moins de pouvoir démontrer une inégalité de traitement. » Positionnement qui en dit long sur l’état d’esprit de recul du droit commun à la faveur d’aménagements qui, pour qu’ils deviennent contraignants, placeraient la religion et donc la foi, au-dessus du droit. Ce qui est exactement dans l’ordre des revendications d’un islam politique qui rejoint une radicalisation qui comprend tous les dangers. En centrant les débats sur les conditions d’aménagements possibles du cadre du travail en période de ramadan, est-ce que l’on ne passe pas en réalité à côté du vrai sujet ? Celui qui devrait tous nous préoccuper : comment continuer de faire société face à cet émiettement identitaire qui grandit ?
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (20)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
del1968
- 22/05/2018 - 10:18
Evitons les amalgames, ils font le jeu des radicaux
Pourquoi est-il si difficile d'avoir une discussion calme et posée ? La France est un pays laïque dans lequel chacun à le droit d'exercer librement sa religion ... dans le domaine privé. Rappelons-le, assurons-nous que c'est respecté et ne mettons pas tout le monde dans le même panier. La communauté musulmane est diverse et dans sa majorité loin d'être extrémiste et de vouloir détruire la République. Le ramadan est un acte d'humilité et de partage, pratiqué comme tel par beaucoup. Dans la discrétion car ce sont les extrémistes qui font du bruit et occupent le terrain médiatique. Veillons à ne pas faire d'amalgames mal fondés, ils ne feront que nous couper d'une communauté qui se veut française, républicaine et laïque, même si elle est de religion musulmane. Ce serait faire le jeu des radicaux. De tout bord.
Occidentale
- 20/05/2018 - 10:27
A qui profite les crimes avec le pasdamalgame ?
Ou comment les coraniques savent utiliser à leur aise le machiavélique "vivre ensemble".
Juvénal
- 20/05/2018 - 07:16
Le ramdam est un bruit
Le ramdam est un bruit nocturne d' origine coranique disent les dictionnaires !
Sont-ils islamophobes eux aussi ?
Mais que fait la police... de la pensée?