En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La délinquance de jeunes venus pour la plupart du Maghreb explose à Paris

02.

Le risque d’une généralisation de l’épidémie à toute la France est pris très au sérieux par les chefs d’entreprise, mais pas par les Français. Alors pourquoi ?

03.

COVID-19 : mais pourquoi le gouvernement est-il incapable de communiquer sur le véritable indicateur de gravité de l’épidémie ?

04.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

05.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

06.

Absence de mixité, prières… un club sportif aux pratiques troublantes

07.

Alerte aux grandes oreilles chinoises : voilà pourquoi vous devriez tourner 7 fois votre pouce avant de poster quelque chose sur les réseaux sociaux...

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

05.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

06.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

03.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

04.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

05.

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
pépites > France
Craintes pour les rémunérations
Covid-19 : des agents de la SNCF testés positifs auraient continué à travailler
il y a 1 heure 25 min
pépites > Terrorisme
Profil
Attaque devant les anciens locaux de Charlie Hebdo : l'assaillant a reconnu être âgé de 25 ans et non de 18
il y a 2 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nuit sombre et sacrée" de Michael Connelly : une enquête minutieuse au suspens garanti

il y a 3 heures 10 min
light > Science
Loin
Nouvelle découverte d'eau sur Mars : plusieurs lacs sur des milliers de km2
il y a 5 heures 37 min
pépites > Santé
Succès
Coronavirus : plus de 12 millions de téléchargements pour l'application britannique officielle de traçage
il y a 6 heures 9 min
décryptage > Economie
Compétitivité

Veut-on vraiment être compétitifs ?

il y a 6 heures 29 min
décryptage > Politique
Impact sur l'opinion

Des Français déboussolés et désemparés

il y a 7 heures 6 min
décryptage > Consommation
Craintes chez les consommateurs

Reconfinement non exclu : avec le recul, faut-il se jeter sur le papier toilettes au cas où ?

il y a 7 heures 37 min
décryptage > Politique
La France a-t-elle les moyens de ses ambitions (à lui)...?

Emmanuel Macron et les tentations dangereuses

il y a 8 heures 2 min
décryptage > International
Il y a mis du temps

Et Macron osa (enfin) nommer le Hezbollah

il y a 8 heures 19 min
pépites > Politique
Organigramme
LREM : Aurore Bergé est nommée "présidente déléguée" des députés marcheurs
il y a 1 heure 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Nez" de Nikolaï Gogol : une farce nasale et masquée

il y a 2 heures 50 min
Faune
La ministre de l'Ecologie annonce la fin des animaux sauvages dans les cirques itinérants et dans les parcs aquatiques
il y a 5 heures 9 min
décryptage > Santé
Evolution de la pandémie

COVID-19 : mais pourquoi le gouvernement est-il incapable de communiquer sur le véritable indicateur de gravité de l’épidémie ?

il y a 6 heures 3 min
décryptage > Société
Distanciation sociale

Bulle sociale ou cérémonies restreintes : petits conseils pour bien choisir ses proches sans se fâcher

il y a 6 heures 23 min
pépite vidéo > Economie
Mesures contre le virus
Bruno Le Maire évoque son expérience du Covid-19 : "Une fois qu'on y est passé, on voit les choses différemment"
il y a 6 heures 40 min
pépites > Société
Sécurité
La délinquance de jeunes venus pour la plupart du Maghreb explose à Paris
il y a 7 heures 27 min
Poison
Cueillette de champignons : ne pas faire confiance aux applications de reconnaissance sur téléphone mobile
il y a 8 heures 33 sec
décryptage > Environnement
Quel sale temps

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

il y a 8 heures 18 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Le risque d’une généralisation de l’épidémie à toute la France est pris très au sérieux par les chefs d’entreprise, mais pas par les Français. Alors pourquoi ?

il y a 8 heures 24 min
© ANGELA WEISS / AFP
© ANGELA WEISS / AFP
Bonnes feuilles

Mai 68 : Hillary Clinton expérimentait un féminisme très gauchiste

Publié le 20 mai 2018
L'année 1968, la pire de toute l'histoire américaine ? Les sixties ont marqué la société américaine et développé un imaginaire qui s'est transmis jusqu'à nous. Avec l'élection inattendue de Donald Trump, l'Amérique est retournée dans son passé, avec ce constat terrible : en souhaitant ramener son pays en arrière - persuadé qu'il y était plus heureux -, son nouveau Président s'attaque à la déconstruction, brique par brique, des éléments du progrès déposés par les enfants de 1968. Extrait de "1968 : quand l'Amérique gronde" de Jean-Eric Branaa, publié chez Privat. (1/2)
Jean-Eric Branaa
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Eric Branaa est spécialiste des Etats-Unis et maître de conférences à l’université Assas-Paris II. Il est chercheur au centre Thucydide et chercheur associé à l’institut l'IRIS. Il est notamment l'auteur de Hillary, une présidente des Etats-Unis ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'année 1968, la pire de toute l'histoire américaine ? Les sixties ont marqué la société américaine et développé un imaginaire qui s'est transmis jusqu'à nous. Avec l'élection inattendue de Donald Trump, l'Amérique est retournée dans son passé, avec ce constat terrible : en souhaitant ramener son pays en arrière - persuadé qu'il y était plus heureux -, son nouveau Président s'attaque à la déconstruction, brique par brique, des éléments du progrès déposés par les enfants de 1968. Extrait de "1968 : quand l'Amérique gronde" de Jean-Eric Branaa, publié chez Privat. (1/2)

Les femmes

[…] Ce n’est pas encore une femme émancipée qui est décrite dans les médias, mais ça en prend le chemin. On sent déjà que l’engagement politique des femmes, même s’il va prendre encore un peu de temps avant de devenir réellement plus fort, se construit une base durant ces années-là. C’est d’ailleurs à cette période qu’Hillary Clinton, la première candidate désignée par un des deux grands partis pour le représenter dans une élection présidentielle fait ses « classes politiques ». Comme son futur mari, William « Bill » Clinton, Hillary Rodham est en effet une enfant de 1968. Elle a alors 21 ans et elle se consacre à un mémoire de 92 pages sur Saul Alinsky, un écrivain américain considéré comme le maître à penser de la gauche radicale américaine. Déjà, la jeune Hillary a développé de vraies qualités pour affirmer les préoccupations qui seront les siennes tout au long de sa vie et en témoigne notamment par la traditionnelle déd icace que l’on fait dans un tel travail. En fait, cette dédicace n’est pas, dans son cas, si traditionnelle que cela, mais tellement en phase avec son temps : « Bien que je n’ai pas d’épouse adorée à remercier pour s’être si bien occupée des enfants pendant que je me consacrais à l’écriture, j’ai quand même quelques amis et professeurs qui ont contribué à la réalisation de ce travail et que je voudrais remercier. » Cette réflexion très féministe et très gauchiste est surprenante de la part de la jeune-fille, qui a grandi à Chicago dans une famille de la classe moyenne et qui, imprégnée des idées de ses parents, a déjà intégré les jeunesses républicaines, soutenant même Goldwater en 1964, affublé d’un costume de cow-girl, un chapeau de cowboy sur la tête et l’inscription « AuH20 » gravée dessus.

Avec les années 1960, les femmes affirment effectivement une volonté de s’impliquer politiquement et créent des mouvements non-mixtes. Ces groupes se réclament de la gauche et s’inscrivent dans une pensée contestataire et alternative, inspirée par le marxisme. Mais, aux États-Unis, ces initiatives restent encore marginales, alors que ces groupes essaimeront beaucoup plus dans d’autres pays, comme par exemple en France. Ce sont eux, par exemple, qui sont à l’origine d’un mouvement dans l’hexagone en 1972, qui proteste contre la fête des Mères, avec le slogan : « Fêtées une journée, exploitées toute l’année ! » Aux États-Unis, de tels groupes restent donc cantonnés à une semi-clandestinité, ce qui s’explique aisément dans un contexte de guerre froide intense. On retient pourtant le nom d’Evelyn Reed du Socialist Workers Party, dont le nom a émergé dès la fin des années 1950. Le mouvement féministe américain n’est pas un ensemble uni et compact à cette période et les demandes qui sont plurielles donnent naissance à des directions qui le sont tout autant19. D’autres groupes non-mixtes préfèrent s’appuyer sur la pensée de Lorraine Hansberry et sa célébration de la sexualité lesbienne dans la pièce qu’elle vient de publier quelques années auparavant. Très vite, Hansberry rejoint Les Filles de Bilitis, la première association lesbienne américaine. Mais en 1968, cette organisation est en proie à de violentes querelles internes, car les plus jeunes veulent insuffler un courant encore plus révolutionnaire. Lors de la convention organisée cette année-là à Denver, dans le Colorado, elles ne sont qu’une vingtaine à faire le déplacement. Le groupe survit encore quelques années avant de disparaître.

La période est intense, tant par les activités que par les pensées qui la traversent, et le féminisme s’enrichit donc lorsque la sexualité ou la redéfinition de l’institution de la famille s’ajoutent aux questions devenues plus traditionnelles qui touchent aux inégalités. On parle alors de violence domestique et même, déjà, du viol de la part du mari. Les féministes mettent en place des refuges pour les femmes qui veulent s’enfuir et réclament des changements dans les lois sur le divorce ou pour la garde des enfants. Jusqu’alors, la garde est automatiquement confiée au mari en cas de séparation. Les questions, à vrai dire, se bousculent et tout reste à coordonner à un plan plus national, car les féministes américaines se cherchent encore en 1968 et n’ont toujours pas créé un mouvement fort et qui peut leur permettre de se faire entendre, faire avancer leurs idées et faire évoluer les mentalités. Il y a clairement encore une hésitation entre deux voies, un féminisme modéré et un autre plus radical. […]

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires