En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

02.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

05.

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

06.

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

07.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
"Vous avez la parole"

Grand oral de Jean Castex : le gendarme de Matignon

il y a 10 min 51 sec
pépites > France
Onzième arrondissement
Paris : attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 1 heure 37 min
pépites > Santé
Politique
Le Premier ministre n'a pas téléchargé l'application «StopCovid» comme la quasi totalité des Français
il y a 3 heures 26 min
light > Economie
Economie
La Chine va lancer la version numérique de sa monnaie officielle le yuan
il y a 3 heures 59 min
décryptage > France
Faut voir

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

il y a 4 heures 19 min
pépites > Société
Politique
Louis Aliot maire RN de Perpignan protégé par trois gardes du corps
il y a 4 heures 35 min
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 5 heures 12 min
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 6 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 21 heures 5 min
light > Culture
Ministère de la Culture
Gabriel Matzneff est définitivement privé d'aide publique
il y a 22 heures 53 min
Environnement
Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente
il y a 1 heure 32 min
pépites > Politique
Justice
Le Rassemblement National face à un ex-salarié devant le tribunal de Nanterre
il y a 2 heures 57 min
décryptage > Société
Impact pour les entreprises

Un congé paternité à côté de la plaque ?

il y a 3 heures 44 min
décryptage > Politique
Mesures concrètes ?

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

il y a 4 heures 8 min
décryptage > High-tech
Plaque tournante des trafics

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

il y a 4 heures 31 min
décryptage > Justice
Succession de Ruth Bader Ginsburg

Cour suprême : ce que la démocratie et l’état de droit américains doivent aussi aux juges conservateurs

il y a 4 heures 52 min
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 6 heures 45 sec
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 20 heures 18 min
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 22 heures 21 min
pépites > Santé
Health Data Hub
Santé : l’Assurance maladie met son avis en suspens sur le mégafichier de données individuelles
il y a 23 heures 19 min
© Yuri KADOBNOV / POOL / AFP
© Yuri KADOBNOV / POOL / AFP
Ambitions

Le plan Poutine pour faire de la Russie la 5e puissance économique mondiale d’ici 2024 est-il crédible ?

Publié le 14 mai 2018
En annonçant que son pays atteindrait le 6e rang mondial en matière économique en 2024, le président russe s’est montré très ambitieux.
Michael Bret
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michaël Bret est économiste, président de Partitus. Il a travaillé ces dernières années pour le Collège de France, l'Institute for Fiscal Studies de Londres, BNP Paribas à Hongkong, l'OCDE et AXA Investment Managers. Il enseigne à Sciences Po et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En annonçant que son pays atteindrait le 6e rang mondial en matière économique en 2024, le président russe s’est montré très ambitieux.

Atlantico : Au mois de mars dernier, Vladimir Poutine annonçait que la Russie atteindrait le 6e rang mondial en matière économique, alors que sa position actuelle est la 12e place. Une ambition que le président russe souhaite réaliser d'ici à 2024. Une telle annonce est-elle crédible ?

Michael Begorre Bret : En l’état, cela paraît tout à fait irréalisable, et c’est ici la géopolitique qui dicte son rythme à l’économie. La situation géopolitique et les relations de la Russie devraient beaucoup changer avant qu’un réel décollage soit réalisable car il n’y a pas de croissance soutenable sans investissements, et les sanctions financières internationales ne le permettent tout simplement pas. Ces sanctions financières ne sont d’ailleurs pas en voie d’être levées mais au contraire s’intensifient, en particulier en provenance des États-Unis. Il faut donc regarder d’un peu plus près le jeu politique à Washington et les tensions politiques autour de Donald Trump pour comprendre les réelles perspectives de croissance à Moscou. Non seulement le nouveau Congrès est à la manœuvre depuis un an et demi pour établir de nouvelles sanctions, allant jusqu’à voter des garde-fous pour que le Président ne puisse pas unilatéralement lever ces sanctions, mais l’administration même du Président prend de plus en plus de distances avec son chef sur le plan des sanctions à la Russie. Début avril, peu après les accusations d’attaque à Londres, c’est l’administration de Trump qui a allongé la liste des oligarques russes interdits de territoire américain et attaqué leurs avoirs. Sept magnats et dix-sept hauts fonctionnaires ont alors été visés, alors que Trump lui-même restait ostensiblement silencieux lors d’une conférence de presse menée par son administration.

Ces sanctions concernent non seulement des individus mais aussi des institutions clefs, donc économiquement c’est toute l’industrie qui souffre et le système financier qui perd peu à peu ce qui lui restait d’efficacité économique. L’annonce bravache de Poutine suit une bonne nouvelle mais ne peut pas présager une lame de fond.

Il a été largement indiqué que l'économie russe n'était pas parvenue à mettre en place une diversification suffisante lui permettant de faire face aux à-coups du secteur énergétique. Cette diversification est-elle en cours ou est-ce que Vladimir Poutine se repose essentiellement sur ce secteur pour justifier cet optimisme ?

Dans le monde de l’économie, influer les anticipations est une arme puissante et les effets d’annonce, bien menés, ont une grande efficacité. De ce point de vue, la dextérité de Vladimir Poutine est encore une fois à saluer, son annonce volontariste a sans doute été faite au meilleur moment possible. Cependant, l’habileté même de ce choix révèle les grandes fragilités même de son économie. Le terrain pour cette annonce est posé par de meilleurs chiffres de croissance pour 2017 que généralement prévus, après la contraction de 2015–2016. Mais ce sont surtout des facteurs extérieurs qui ont rendu possible ce regain, essentiellement le rebond des prix internationaux de l’énergie, qui ont eu leur impact positif sur les secteurs énergétiques, miniers et métallurgiques. En déduire une tendance allant jusqu’à 2024 est pour le moins optimiste, bien évidemment. Mais c’est surtout la marque que le temps de l’économie russe est plus que jamais fixé par les orages et éclaircies des marchés énergétiques. La Russie n’est certes pas la seule dont la santé économique se décide sur des marchés qu’elle ne contrôle que très peu, mais le mécanisme qui a fait sa fragilité depuis deux décennies se renforce au contraire : les secteurs non miniers se réduisent toujours plus et peu de pays présentent un si grand contraste entre une main d’œuvre aussi qualifiée et aussi peu exploitée dans les nombreux secteurs que pourraient lui ouvrir l’économie mondiale contemporaine. Et une large part de la main d’œuvre est toujours très vulnérable selon les mesures de la Banque mondiale.

Quels sont les autres défis que l'économie russe doit encore affronter pour espérer parvenir à remplir l'objectif fixé ?

Les autres défis de l’économie russe peuvent là encore se lire dans les bonnes raisons que Poutine a eues de provoquer maintenant cette onde médiatique. L’autre composante majeur de l’embellie économique de 2017 est l’amélioration du marché de l’emploi : baisse du chômage et remontée des salaires. Là encore, révélateurs de faiblesses : les salaires du secteur public sont à mettre en lien avec la campagne de réélection du candidat Poutine et ne correspondent pas en soi à une amélioration de la productivité qui reste stagnante.

L’effet indésirable généralement attendu après ce type d’intervention est un regain de l’inflation qui mange peu à peu en termes réels cette remontée des salaires nominaux. Mais là encore, le verre est aussi à moitié vide : l’inflation ne s’est pas manifestée, car l’augmentation des prix de l’énergie ont eu pour autre effet de remplir les coffres du budget et de la banque centrale, permettant ainsi de juguler les prix. Malgré l’optimisme affiché de la Banque centrale russe, c’est une nouvelle dimension de l’exposition de l’économie russe aux prix de l’énergie. De plus, la baisse du chômage correspond certes à une meilleure santé des secteurs extractifs et liés, mais également à une diminution de la population active. Même l’Allemagne et son puissant moteur industriel ne sait pas par où s’attaquer à un problème aussi structurant.

Enfin, en termes d’espace de communication il fallait faire cette annonce avant le Mondial qui commence dans un mois tout juste. Les retombées économiques du Mondial en termes d'économie touristique, d’image et d’insertion dans le concert des Nations sont plus que jamais faites d’incertitude. Les conséquences positives ou négatives en termes de potentiel de croissance sont moins que jamais prévisibles.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires