En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© Yuri KADOBNOV / POOL / AFP
Ambitions
Le plan Poutine pour faire de la Russie la 5e puissance économique mondiale d’ici 2024 est-il crédible ?
Publié le 14 mai 2018
En annonçant que son pays atteindrait le 6e rang mondial en matière économique en 2024, le président russe s’est montré très ambitieux.
Michaël Bret est économiste, président de Partitus. Il a travaillé ces dernières années pour le Collège de France, l'Institute for Fiscal Studies de Londres, BNP Paribas à Hongkong, l'OCDE et AXA Investment Managers. Il enseigne à Sciences Po et...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michael Bret
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michaël Bret est économiste, président de Partitus. Il a travaillé ces dernières années pour le Collège de France, l'Institute for Fiscal Studies de Londres, BNP Paribas à Hongkong, l'OCDE et AXA Investment Managers. Il enseigne à Sciences Po et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En annonçant que son pays atteindrait le 6e rang mondial en matière économique en 2024, le président russe s’est montré très ambitieux.

Atlantico : Au mois de mars dernier, Vladimir Poutine annonçait que la Russie atteindrait le 6e rang mondial en matière économique, alors que sa position actuelle est la 12e place. Une ambition que le président russe souhaite réaliser d'ici à 2024. Une telle annonce est-elle crédible ?

Michael Begorre Bret : En l’état, cela paraît tout à fait irréalisable, et c’est ici la géopolitique qui dicte son rythme à l’économie. La situation géopolitique et les relations de la Russie devraient beaucoup changer avant qu’un réel décollage soit réalisable car il n’y a pas de croissance soutenable sans investissements, et les sanctions financières internationales ne le permettent tout simplement pas. Ces sanctions financières ne sont d’ailleurs pas en voie d’être levées mais au contraire s’intensifient, en particulier en provenance des États-Unis. Il faut donc regarder d’un peu plus près le jeu politique à Washington et les tensions politiques autour de Donald Trump pour comprendre les réelles perspectives de croissance à Moscou. Non seulement le nouveau Congrès est à la manœuvre depuis un an et demi pour établir de nouvelles sanctions, allant jusqu’à voter des garde-fous pour que le Président ne puisse pas unilatéralement lever ces sanctions, mais l’administration même du Président prend de plus en plus de distances avec son chef sur le plan des sanctions à la Russie. Début avril, peu après les accusations d’attaque à Londres, c’est l’administration de Trump qui a allongé la liste des oligarques russes interdits de territoire américain et attaqué leurs avoirs. Sept magnats et dix-sept hauts fonctionnaires ont alors été visés, alors que Trump lui-même restait ostensiblement silencieux lors d’une conférence de presse menée par son administration.

Ces sanctions concernent non seulement des individus mais aussi des institutions clefs, donc économiquement c’est toute l’industrie qui souffre et le système financier qui perd peu à peu ce qui lui restait d’efficacité économique. L’annonce bravache de Poutine suit une bonne nouvelle mais ne peut pas présager une lame de fond.

Il a été largement indiqué que l'économie russe n'était pas parvenue à mettre en place une diversification suffisante lui permettant de faire face aux à-coups du secteur énergétique. Cette diversification est-elle en cours ou est-ce que Vladimir Poutine se repose essentiellement sur ce secteur pour justifier cet optimisme ?

Dans le monde de l’économie, influer les anticipations est une arme puissante et les effets d’annonce, bien menés, ont une grande efficacité. De ce point de vue, la dextérité de Vladimir Poutine est encore une fois à saluer, son annonce volontariste a sans doute été faite au meilleur moment possible. Cependant, l’habileté même de ce choix révèle les grandes fragilités même de son économie. Le terrain pour cette annonce est posé par de meilleurs chiffres de croissance pour 2017 que généralement prévus, après la contraction de 2015–2016. Mais ce sont surtout des facteurs extérieurs qui ont rendu possible ce regain, essentiellement le rebond des prix internationaux de l’énergie, qui ont eu leur impact positif sur les secteurs énergétiques, miniers et métallurgiques. En déduire une tendance allant jusqu’à 2024 est pour le moins optimiste, bien évidemment. Mais c’est surtout la marque que le temps de l’économie russe est plus que jamais fixé par les orages et éclaircies des marchés énergétiques. La Russie n’est certes pas la seule dont la santé économique se décide sur des marchés qu’elle ne contrôle que très peu, mais le mécanisme qui a fait sa fragilité depuis deux décennies se renforce au contraire : les secteurs non miniers se réduisent toujours plus et peu de pays présentent un si grand contraste entre une main d’œuvre aussi qualifiée et aussi peu exploitée dans les nombreux secteurs que pourraient lui ouvrir l’économie mondiale contemporaine. Et une large part de la main d’œuvre est toujours très vulnérable selon les mesures de la Banque mondiale.

Quels sont les autres défis que l'économie russe doit encore affronter pour espérer parvenir à remplir l'objectif fixé ?

Les autres défis de l’économie russe peuvent là encore se lire dans les bonnes raisons que Poutine a eues de provoquer maintenant cette onde médiatique. L’autre composante majeur de l’embellie économique de 2017 est l’amélioration du marché de l’emploi : baisse du chômage et remontée des salaires. Là encore, révélateurs de faiblesses : les salaires du secteur public sont à mettre en lien avec la campagne de réélection du candidat Poutine et ne correspondent pas en soi à une amélioration de la productivité qui reste stagnante.

L’effet indésirable généralement attendu après ce type d’intervention est un regain de l’inflation qui mange peu à peu en termes réels cette remontée des salaires nominaux. Mais là encore, le verre est aussi à moitié vide : l’inflation ne s’est pas manifestée, car l’augmentation des prix de l’énergie ont eu pour autre effet de remplir les coffres du budget et de la banque centrale, permettant ainsi de juguler les prix. Malgré l’optimisme affiché de la Banque centrale russe, c’est une nouvelle dimension de l’exposition de l’économie russe aux prix de l’énergie. De plus, la baisse du chômage correspond certes à une meilleure santé des secteurs extractifs et liés, mais également à une diminution de la population active. Même l’Allemagne et son puissant moteur industriel ne sait pas par où s’attaquer à un problème aussi structurant.

Enfin, en termes d’espace de communication il fallait faire cette annonce avant le Mondial qui commence dans un mois tout juste. Les retombées économiques du Mondial en termes d'économie touristique, d’image et d’insertion dans le concert des Nations sont plus que jamais faites d’incertitude. Les conséquences positives ou négatives en termes de potentiel de croissance sont moins que jamais prévisibles.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Déclarations des revenus de 2018 : attention aux risques d’erreurs
02.
L’histoire fascinante du commando Kieffer
03.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
04.
Dear Melania : pourquoi les médias se trompent (aussi) sur la First Lady
05.
Kim Kardashian veut 7 enfants, Laura Smet en attend un, Alain Delon attend des siens qu’ils ne se déchirent pas à la Johnny; Voici voit Laeticia Hallyday & Sébastien Farran réconciliés, Closer les voit tendus; Victoria Beckham s’est fait gonfler les joues
06.
Elevage : l'entreprise Hénaff félicitée par... l'association L214
07.
Morts par morsure de serpent : une plaie planétaire contre laquelle l’OMS entend entrer en guerre
01.
Pourquoi les entretiens d’évaluation annuels sont inutiles pour la plupart des salariés
02.
Aveuglement ? Un dîner caritatif est organisé à Saint-Denis au profit d’un Centre de formation des Oulémas soupçonné d’entretenir de troubles liens avec les dhijadistes anti-occidentaux
03.
Derrières les ors et les artifices, pourquoi le Qatar est toujours un dangereux émirat moyenâgeux
04.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
05.
Ce que les experts de l’OMS recommandent pour réduire les risques de démence sénile
06.
L'OPA du néo-sultan Erdogan sur la diaspora turque de France et d’Europe via les écoles et les mosquées
01.
“Droite Trocadéro” contre “droite mercato” : ce que cache la querelle entre LR et ex LR ralliés au macronisme
02.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
03.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
04.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
05.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
06.
Gilets jaunes, six mois déjà et ces questions restées sans réponse sur les défis auxquels fait face notre démocratie
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires