En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

02.

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

03.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

04.

La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus

05.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

07.

Etrangers fichés S : vers un Guantanamo à la française ?

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 2 heures 2 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 2 heures 18 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 2 heures 32 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 2 heures 46 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 3 heures 24 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 3 heures 28 min
décryptage > Politique
On y pense à l’Elysée

Etrangers fichés S : vers un Guantanamo à la française ?

il y a 3 heures 32 min
décryptage > Economie
Phénoménale dette

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

il y a 3 heures 33 min
light > Politique
"Make America Great Again"
L'expert en sécurité Victor Gevers serait parvenu à se connecter au compte Twitter de Donald Trump en devinant son mot de passe
il y a 17 heures 23 min
pépites > Société
Extension
Congé paternité : l'Assemblée nationale vote le passage à 28 jours
il y a 18 heures 19 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 2 heures 10 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 2 heures 20 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 2 heures 42 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 3 heures 20 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseil à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 3 heures 27 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’Occident : un coupable idéal aux yeux de la pensée décoloniale

il y a 3 heures 31 min
décryptage > Economie
L'impossible Budget 2021

Récession Covid : le grand écart s'accentue entre ceux qui vont bien et ceux qui coulent

il y a 3 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sublime royaume" de Yaa Gyasi : de la relation mère-fille entre science et spiritualité, un roman qui ne peut laisser indifférent

il y a 16 heures 25 min
pépites > Santé
IHU Mediterranée
Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine
il y a 17 heures 58 min
pépites > Politique
Nouvelles mesures
Jean Castex intensifie la lutte contre la haine en ligne avec le renforcement de la plateforme Pharos et de nouvelles sanctions
il y a 20 heures 14 min
© Yuri KADOBNOV / POOL / AFP
© Yuri KADOBNOV / POOL / AFP
Ambitions

Le plan Poutine pour faire de la Russie la 5e puissance économique mondiale d’ici 2024 est-il crédible ?

Publié le 14 mai 2018
En annonçant que son pays atteindrait le 6e rang mondial en matière économique en 2024, le président russe s’est montré très ambitieux.
Michael Bret
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michaël Bret est économiste, président de Partitus. Il a travaillé ces dernières années pour le Collège de France, l'Institute for Fiscal Studies de Londres, BNP Paribas à Hongkong, l'OCDE et AXA Investment Managers. Il enseigne à Sciences Po et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En annonçant que son pays atteindrait le 6e rang mondial en matière économique en 2024, le président russe s’est montré très ambitieux.

Atlantico : Au mois de mars dernier, Vladimir Poutine annonçait que la Russie atteindrait le 6e rang mondial en matière économique, alors que sa position actuelle est la 12e place. Une ambition que le président russe souhaite réaliser d'ici à 2024. Une telle annonce est-elle crédible ?

Michael Begorre Bret : En l’état, cela paraît tout à fait irréalisable, et c’est ici la géopolitique qui dicte son rythme à l’économie. La situation géopolitique et les relations de la Russie devraient beaucoup changer avant qu’un réel décollage soit réalisable car il n’y a pas de croissance soutenable sans investissements, et les sanctions financières internationales ne le permettent tout simplement pas. Ces sanctions financières ne sont d’ailleurs pas en voie d’être levées mais au contraire s’intensifient, en particulier en provenance des États-Unis. Il faut donc regarder d’un peu plus près le jeu politique à Washington et les tensions politiques autour de Donald Trump pour comprendre les réelles perspectives de croissance à Moscou. Non seulement le nouveau Congrès est à la manœuvre depuis un an et demi pour établir de nouvelles sanctions, allant jusqu’à voter des garde-fous pour que le Président ne puisse pas unilatéralement lever ces sanctions, mais l’administration même du Président prend de plus en plus de distances avec son chef sur le plan des sanctions à la Russie. Début avril, peu après les accusations d’attaque à Londres, c’est l’administration de Trump qui a allongé la liste des oligarques russes interdits de territoire américain et attaqué leurs avoirs. Sept magnats et dix-sept hauts fonctionnaires ont alors été visés, alors que Trump lui-même restait ostensiblement silencieux lors d’une conférence de presse menée par son administration.

Ces sanctions concernent non seulement des individus mais aussi des institutions clefs, donc économiquement c’est toute l’industrie qui souffre et le système financier qui perd peu à peu ce qui lui restait d’efficacité économique. L’annonce bravache de Poutine suit une bonne nouvelle mais ne peut pas présager une lame de fond.

Il a été largement indiqué que l'économie russe n'était pas parvenue à mettre en place une diversification suffisante lui permettant de faire face aux à-coups du secteur énergétique. Cette diversification est-elle en cours ou est-ce que Vladimir Poutine se repose essentiellement sur ce secteur pour justifier cet optimisme ?

Dans le monde de l’économie, influer les anticipations est une arme puissante et les effets d’annonce, bien menés, ont une grande efficacité. De ce point de vue, la dextérité de Vladimir Poutine est encore une fois à saluer, son annonce volontariste a sans doute été faite au meilleur moment possible. Cependant, l’habileté même de ce choix révèle les grandes fragilités même de son économie. Le terrain pour cette annonce est posé par de meilleurs chiffres de croissance pour 2017 que généralement prévus, après la contraction de 2015–2016. Mais ce sont surtout des facteurs extérieurs qui ont rendu possible ce regain, essentiellement le rebond des prix internationaux de l’énergie, qui ont eu leur impact positif sur les secteurs énergétiques, miniers et métallurgiques. En déduire une tendance allant jusqu’à 2024 est pour le moins optimiste, bien évidemment. Mais c’est surtout la marque que le temps de l’économie russe est plus que jamais fixé par les orages et éclaircies des marchés énergétiques. La Russie n’est certes pas la seule dont la santé économique se décide sur des marchés qu’elle ne contrôle que très peu, mais le mécanisme qui a fait sa fragilité depuis deux décennies se renforce au contraire : les secteurs non miniers se réduisent toujours plus et peu de pays présentent un si grand contraste entre une main d’œuvre aussi qualifiée et aussi peu exploitée dans les nombreux secteurs que pourraient lui ouvrir l’économie mondiale contemporaine. Et une large part de la main d’œuvre est toujours très vulnérable selon les mesures de la Banque mondiale.

Quels sont les autres défis que l'économie russe doit encore affronter pour espérer parvenir à remplir l'objectif fixé ?

Les autres défis de l’économie russe peuvent là encore se lire dans les bonnes raisons que Poutine a eues de provoquer maintenant cette onde médiatique. L’autre composante majeur de l’embellie économique de 2017 est l’amélioration du marché de l’emploi : baisse du chômage et remontée des salaires. Là encore, révélateurs de faiblesses : les salaires du secteur public sont à mettre en lien avec la campagne de réélection du candidat Poutine et ne correspondent pas en soi à une amélioration de la productivité qui reste stagnante.

L’effet indésirable généralement attendu après ce type d’intervention est un regain de l’inflation qui mange peu à peu en termes réels cette remontée des salaires nominaux. Mais là encore, le verre est aussi à moitié vide : l’inflation ne s’est pas manifestée, car l’augmentation des prix de l’énergie ont eu pour autre effet de remplir les coffres du budget et de la banque centrale, permettant ainsi de juguler les prix. Malgré l’optimisme affiché de la Banque centrale russe, c’est une nouvelle dimension de l’exposition de l’économie russe aux prix de l’énergie. De plus, la baisse du chômage correspond certes à une meilleure santé des secteurs extractifs et liés, mais également à une diminution de la population active. Même l’Allemagne et son puissant moteur industriel ne sait pas par où s’attaquer à un problème aussi structurant.

Enfin, en termes d’espace de communication il fallait faire cette annonce avant le Mondial qui commence dans un mois tout juste. Les retombées économiques du Mondial en termes d'économie touristique, d’image et d’insertion dans le concert des Nations sont plus que jamais faites d’incertitude. Les conséquences positives ou négatives en termes de potentiel de croissance sont moins que jamais prévisibles.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires