En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

03.

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

04.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

05.

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

06.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

07.

Marxiste dedans, ultralibérale dehors, la Chine fait perdre ses moyens à l'Europe

01.

L’inquiétant système chinois de notation sociale qui menace le monde

02.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

05.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

06.

L’intelligence artificielle avait abîmé la beauté des échecs, voilà comment elle pourrait la renouveler

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
pépites > International
Menace
Les Etats-Unis accusent le Hezbollah de stocker du nitrate d'ammonium en Europe
il y a 13 heures 17 min
pépites > France
Prudence
Inondations : le Gard en alerte rouge, la Lozère et l'Hérault en vigilance orange
il y a 14 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le théorème du parapluie" : Le spectacle est permanent, émerveillons-nous !

il y a 16 heures 25 min
pépite vidéo > Insolite
Spiderman
Paris : un homme interpellé après avoir escaladé la tour Montparnasse à mains nues
il y a 17 heures 11 min
décryptage > Politique
Politisation de la justice

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

il y a 18 heures 35 min
décryptage > France
Gouverner, c'est prévoir

Les leçons de notre impréparation face au Covid ont-elles été tirées face aux autres risques majeurs identifiés par les livres blancs ?

il y a 19 heures 58 min
décryptage > International
Rival systémique

Marxiste dedans, ultralibérale dehors, la Chine fait perdre ses moyens à l'Europe

il y a 20 heures 36 min
décryptage > Politique
Le pelé, le galeux c’est lui

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

il y a 20 heures 54 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : de la guerre nucléaire à la paix en passant par la peur

il y a 20 heures 59 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’ère des victimes : le règne de la tyrannie des minorités et de la privatisation de la censure

il y a 20 heures 59 min
pépites > Economie
Blacklist
Interdiction de TikTok aux Etats-Unis : la Chine annonce des mesures de rétorsion
il y a 14 heures 45 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La bombe" : une histoire explosive

il y a 16 heures 21 min
pépite vidéo > Religion
Débat pas simple
Voile à l'Assemblée : pour Jean-Sébastien Ferjou, "le voile a une double nature, privée et politique"
il y a 16 heures 30 min
pépites > International
Disparition
États-Unis : Ruth Bader Ginsburg, juge à la Cour Suprême, est décédée
il y a 17 heures 44 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette
il y a 19 heures 39 min
décryptage > Société
La vérité est ailleurs

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

il y a 20 heures 19 min
décryptage > Economie
Dépenses à crédit

Jusqu’à quand pourrons-nous financer nos dépenses de santé par la dette ?

il y a 20 heures 46 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Comment les chiffres transforment les algorithmes en véritables menaces

il y a 20 heures 58 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

il y a 20 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Turner – Peintures et Aquarelles- Collection de la Tate : la fascinante exposition d’un “Voyageur de Lumière”

il y a 1 jour 5 heures
© JOEL SAGET / AFP
© JOEL SAGET / AFP
Optimisme forcé

Croissance : l’INSEE ne croit pas à l’effet Macron

Publié le 10 mai 2018
Alors que l'économie française a produit de bons résultats au cours de l'année 2017, ce qui est parfois attribué à un "effet confiance" provoqué par l'élection et le réformisme d'Emmanuel Macron, certaines statistiques commencent à inquiéter.
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que l'économie française a produit de bons résultats au cours de l'année 2017, ce qui est parfois attribué à un "effet confiance" provoqué par l'élection et le réformisme d'Emmanuel Macron, certaines statistiques commencent à inquiéter.

Atlantico : Ce 9 mai, l'INSEE dévoilait une baisse de 1.8% de la production manufacturière française au cours du 1er trimestre 2018. Que se passe-t-il réellement derrière l'optimisme actuel ? 

Jean-Paul Betbeze : Confuse : c’est effectivement le moins que l’on peut dire de la situation économique actuelle en France, et pas seulement en France ! Ainsi, l’Insee nous annonce à la fois, le 9 mai 2018, qu’en mars 2018, la production est quasi stable dans l’industrie manufacturière (+0,1 %, après −0,5 %), mais ceci après une nette baisse au premier trimestre (-1,8%) et une hausse de 2% en 2017 ! L’activité industrielle manufacturière subit des chocs, notamment en fonction des prix de l’énergie, qui agissent sur le raffinage et surtout sur la fabrication d’automobiles. Par différence, la progression des « autres produits industriels », qui pèse la moitié de l’industrie, avance de manière plus régulière. De manière générale, il faut noter que l’activité industrielle est plus exposée à la concurrence et à des chocs que les services, en général plus lissés.

« L’effet Macron » a joué, comme étant une réduction des inquiétudes sur les choix futurs du gouvernement après les élections, mais surtout parce qu’il était en liaison avec l’amélioration économique d’ensemble de l’économie. Il faut faire attention à ne pas trop politiser ou psychologiser les décisions économiques en France, et ceci pour deux raisons. La première est que les décisions des entrepreneurs qui « font » la conjoncture sont surtout liées à l’investissement, donc aux profits actuels et anticipés, liés à des myriades de raisons. La deuxième est que les réformes ne vont jamais d’elles-mêmes. Elles sont en général souhaitées par la majorité du corps électoral, parce qu’elles permettent une croissance plus efficace, mais elles entrent alors immédiatement en conflit avec les métiers, professions et statuts qui doivent s’ajuster. Réformer c’est, aussi, s’opposer.

« L’effet Macron », c’est l’idée d’une croissance qui serait suffisamment forte et unifiée pour dépasser sans problème majeur les conflits et contradictions qui viennent des nécessaires réformes. C’est un discours suffisamment intelligent, une stratégie suffisamment brillante, une coalition suffisamment forte par rapport à d’autres discours, stratégies ou coalitions. C’est donc le plus souvent un moment qui dure assez peu, parce que ces « réformes qui profitent à tous », « sans gagnants ni perdants » n’existent pas. Réformer, c’est toujours chambouler des rentes. C’est un processus avec des perdants et des gagnants et qui ne continue que si les gagnants sont suffisamment nombreux et surtout « vocaux ». La preuve que les réformes marchent, c’est que l’emploi augmente, mais ce ne sont pas les nouveaux embauchés qui défilent !

Quel risque pourrait-il y avoir à conserver une telle attitude d'optimisme ? Y a-t-il un risque de sur confiance qui pourrait conduire à une absence d'action de la part des autorités ?

Aucun risque à être optimiste, si l’on sait ce que ceci implique ! L’optimisme se mesure d’abord par les faits objectifs (l’embauche, l’investissement, la consommation) plus que par les enquêtes sur les opinions ou les états d’esprits. Les Français sont en général inquiets et jugent que leur situation se détériore… depuis des siècles ! Les travaux sur la confiance (d’Alain Peyrefitte à Yan Algan l’attestent).

Surtout, l’optimisme est affaire de volonté et d’effort. Nous vivons une révolution industrielle, celle des technologies de l’information. Elle chamboule les conditions de production et d’échanges, ainsi que les rapports entre entreprises et pays. Pour gagner dans cette révolution, il faut l’optimisme qui consiste à accepter de changer, d’adopter les nouvelles techniques, de se former. Mais quand on lit que les robots vont tuer la moitié des emplois, sans dire ceux qui vont changer et ceux qui vont naître, on ne pousse pas à l’optimisme. C’est bien ce qui se passe avec le chômage structurel en France, autour de 7% à 8%, non parce que les salaires seraient trop élevés, les salariés trop peu mobiles, mais par défaut de formation aux nouveaux emplois.

Les autorités ne sont pas « sur confiantes », selon moi, quand on voit ce qui se passe à la SNCF, Air France ou à Notre Dame des Landes. Le coût du changement va monter en France, à la mesure du ralentissement de l’activité. Les embauchés nouveaux sont les plus jeunes et les mieux formés, après ce sera plus dur. La résistance au changement parie précisément sur la fin d’un « effet Macron » largement fantasmé. On ne cesse de lire et d’écouter des messages anxiogènes sur « la montée des tensions mondiales », « les nouveaux risques » et « la deuxième année pleine d’embûches du Président Macron ». La vérité est que la croissance mondiale ralentit, que les risques montent, que l’on peut s’inquiéter de Donald Trump, mais ce n’est pas ce qui freine Apple, Facebook ou Xiaomi ! L’économie et la révolution industrielle continuent : nous sommes dedans, impossible d’en sortir – sauf à tout perdre !

Quels sont les risques qui planent actuellement sur la France, et plus largement sur la zone euro ?

La perte du sens de l’histoire. La révolution industrielle déplace vers le haut la frontière technologique entre anciens et nouveaux savoirs, anciennes et nouvelles technologies. Cette révolution se superpose à la crise stratégique dans le leadership du monde, entre les Etats-Unis qui ne veulent plus l’assumer, et la Chine qui veut le diriger, mais à partir des pays émergents. Dans ce contexte, l’Europe se découvre avec une stratégie très partielle, monétaire et économique, en ayant oublié sa protection ! On le voit aujourd’hui, quand il s’agit de trouver de nouvelles ressources pour l’Union, sans vraiment dépenser assez pour de nouvelles armes et que taxer les GAFA semble impossible à certains, qui n’osent pas affronter les Etats-Unis et préfèrent réduire la PAC.

Ceci ne nous éloigne pas de la conjoncture la plus immédiate. Elle hésite, titube, faute de sens, de courage, et donc d’optimisme !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Guy Bernard
- 12/05/2018 - 06:12
un autre élément est catastrophique
un autre élément est catastrophique dans la balance des paiements (banque de france), c'est le chiffre des investissements étrangers qui expliquent l'interview à Forbes pour essayer de les stimuler.
ce n'est pas bon parce que cela ne va pas assez vite et que nous allons arriver en fin de cycle.
volpe
- 10/05/2018 - 18:07
Les lois de l'economie
Mao macron a oublié que l'économie repose ,comme le disait Greanspan, sur deux jambes :l'offre et la demande ,il faut donc les utiliser en même temps si l'on ne veut pas que l'économie claudique !!
cloette
- 10/05/2018 - 13:28
En effet
Pas d'effet Macron , ou alors un effet anxiogène ?