En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© BERTRAND GUAY / AFP
Les entrepreneurs parlent aux français

Les seuls insoumis sont les entrepreneurs ! Les autres "Insoumis" sont de pitoyables parodies

Publié le 07 mai 2018
En fait, ces "Insoumis", sont soumis à des codes tristes et convenus. Rien de neuf.
Denis Jacquet est entrepreneur (Edufactory), investisseur (Entreprise et conquête) et président de Parrainer la croissance, une association d'aide aux PME pour rechercher la croissance, et cofondateur de l'observatoire de l'Uberisation. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Jacquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Jacquet est entrepreneur (Edufactory), investisseur (Entreprise et conquête) et président de Parrainer la croissance, une association d'aide aux PME pour rechercher la croissance, et cofondateur de l'observatoire de l'Uberisation. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En fait, ces "Insoumis", sont soumis à des codes tristes et convenus. Rien de neuf.

Paris. Samedi 5 août. 15H. Il reste, sur la place de la Concorde, une foule considérable « d’Insoumis ». Ils sont près de 40, selon la police, plutôt 42 selon les passants, dont votre serviteur. Ils agitent péniblement des drapeaux ridicules qui revendiquent leur insoumission, sur une place où leur incongruité en font les décapités du week-end. Ils ont l’air de réfugiés politiques déplacés, égarés, en ce premier beau week-end, qui atteste d’un réchauffement climatique tardif, alors que la principale envie des Parisiens et des touristes, n’est pas de mettre la ville à sang, mais de l’admirer. La visiter. En retrouver les plaisirs. Chacun a envie de se soumettre à la douceur du climat, d’un soleil retrouvé. Les tenues aussi légères que l’esprit, flottant au vent, heureux d’être à Paris. Un plaisir rare dans cette capitale stressée et tendue, par une circulation assassinée par la Mairie de Paris.

Soumission, soumission, chacun ne rêve que de se soumettre au bonheur, même fugace, d’un rayon de soleil, d’une terrasse embrasée par la chaleur, avec sa famille, ses amis. Le regard perdu sur ce que l’homme et la nature ont fait de mieux. Un ciel bleu. Des monuments parfaits. Témoins d’une histoire qui raconte notre rayonnement passé. Un passé qui remonte à la surface, dans un pays qui profite d’une croissance temporaire, mais salutaire. Dans un pays, qui a reconquis une image internationale parfaite. Dans un pays dirigé par l’un des rares présidents qui fasse l’unanimité à l’étranger, sauf chez les « insoumis ». Pendant que Forbes (et d’autres) fêtent la présidence française, les « zadistes Mélanchoniens » veulent pendre le président et le montrent, comme les Islamistes qu’ils admirent tellement (voir les déclarations sur le Hamas de Mélanchon pendant l’été 2015), lorsqu’ils brûlent à Téhéran ou ailleurs, les drapeaux américains. Cette foule « insoumise » qui tente de rendre légers et divertissants, des codes qui n’appartiennent qu’aux dictatures et aux mouvements les plus nauséabonds, semble en dehors du temps. Vivre sur une autre planète. Elle sent le besoin de se révolter contre le premier Président qui semble réussir à prouver que la France est réformable et qu’elle peut retrouver sa place, celle de l’époque où rayonnait notre nation. Il faudrait donc lutter contre la réussite ? Le rebond ? La croissance ? La réforme ? Notre image retrouvée ?

En fait ces insoumis, sont soumis à des codes tristes et convenus. Rien de neuf. Si ce mouvement était entièrement composé d’ado « achnéeux », on pourrait le trouver amusant. L’excuse de la jeunesse rendrait le mouvement sympathique. Mais Mélanchon  et son rouquin à la coupe SS, interdits par le Crif de la marche en soutien de la famille Knoll pour antisémitisme notoire, ne sont plus des ados, et leur mouvement sent la tentative d’exister par tous moyens. Pour que le leader maximo ne disparaisse pas trop de la scène en attendant les prochaines élections, afin d’asseoir les finances du « parti ».

Les Insoumis devraient venir prendre des leçons chez les entrepreneurs. Les seuls vrais insoumis, c’est nous ! Nous le faisons à nos propres risques, sans accuser les autres quand nous échouons, sans faire notre notoriété et notre éventuelle richesse au détriment de ceux qui la créé, sans pointer les autres du doigt, sans fabriquer des poupées à l’effigie de nos compétiteurs en leur promettant la potence. Nous méritons notre place, non par rapport aux autres, mais en méritant par nous mêmes. Cette France des riches que Macron serait en train de favoriser, c’est nous ! Pas les quelques centaines de contribuables qui paieront un peu moins d’impôts, ce qui peut se comprendre dans un pays où 20% des foyers paient 80% des impôts, et où 50% des foyers ne paient pas d’impôts ! Il me semble que la contribution du « riche » est déjà plutôt conséquente, et que relâcher la pression ne peut que les inciter à produire plus. Déshabiller le riche, n’a jamais enrichi le pauvre, nous commençons enfin à le comprendre. « Président des riches » disent nos insoumis ! Suivons leur programme, et ainsi, débarrassés des riches, des « premiers de cordées », il ne restera rien aux Insoumis à se mettre sous la dent. Plus personne pour payer leurs indemnités de députés, incongrues et assorties d’avantages dont on ne voit pas beaucoup les Insoumis se plaindre. Plus personne pour payer les 80% d’impôts de 100% des citoyens français. Plus personne pour faire, dans les grandes entreprises, la politique RSE, développement durable, d’apprentissage, que l’Etat est bien incapable de réaliser. Plus personne pour consommer et alimenter ainsi la machine à produire française, le commerce, et la myriade de taxes qui l’accompagne.

Les Insoumis souhaitent que nous soyons tous pauvres, pour ne plus faire de jaloux. Créer une grande fraternité de « gueux », de « sans dents », vivant du revenu universel, sans qu’on sache alors, qui le paiera. Les premiers de cordée, les entreprises, les PME, à qui on tente de rendre la vie facile, sont le poumon, le cœur et l’âme de ce pays. Le dernier lien d’humanité, qui attache une importance considérable à ceux qui peuplent son entreprise, ses salariés. Simplement parce qu’une entreprise de 20 salariés, plus de 80% des entreprises françaises, n’est rien, sans ses salariés. Des PME dont les dirigeants gagnent en moyenne moins de 2000 euros par mois, moins qu’un salarié, avec une chance faible de vendre leur entreprise pour avoir un capital capable d’alimenter leur future retraite. Sans chômage. Sans protection. Ou encore les start-up, dont 1 sur 12 réussi pendant que 11 tombent. C’est cela la France des Riches que dénoncent les Insoumis. Alors que les PME représentent souvent le prolétariat de l’économie. Mais la seule créatrice nette d’emplois en France. Macron, président de ces riches là, doit encore accélérer les mesures capables de leur donner le carburant qui profitera au « peuple », y compris ces faux insoumis, qui font honte à la France.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

02.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

03.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

04.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

05.

Au Yémen, les Emirats Arabes Unis défendent leurs intérêts... au détriment des Saoudiens

06.

Yémen, la situation évolue discrètement cet été à l'abri des regards des vacanciers

07.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Pourquoi cette étude confirme l'absence de lien entre vaccination et sclérose en plaques (mais ne suffira probablement pas à recréer la confiance)

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 07/05/2018 - 20:39
Parodie
C'est clair que Jacquet n'est pas une parodie d'imbécile.
Pharamond
- 07/05/2018 - 15:28
Le Venezuela...
On a pu constater,statistiques à l'appui,l'efficacité et les bienfaits de la politique proposée par la France insoumise qui a déjà été appliquée...au Venezuela. C'est la démonstration que l'article consacré dans ce même numéro à la méconnaissance par beaucoup de français du fonctionnement de l'économie n'est pas un mythe. Françaises,Français,souhaitez vous que la France devienne le Venezuela?Alors n'hésitez pas:votez Mélenchon&Co.