En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Atlantico Business

Etats-Unis : les riches n’ont jamais été aussi riches que depuis que Donald Trump a été élu président

Publié le 07 mai 2018
Alors que Donald Trump rappelle avoir été élu par les déshérités et les déclassés de la modernité, les riches n’ont jamais été aussi riches que depuis qu’il préside l’Amérique.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que Donald Trump rappelle avoir été élu par les déshérités et les déclassés de la modernité, les riches n’ont jamais été aussi riches que depuis qu’il préside l’Amérique.

Les chiffres sont incroyables et le paradoxe politique spectaculaire. Jamais un président américain n’a été élu en surfant sur une vague aussi puissante de populisme, avec un programme de promesses destinées aux plus pauvres et aux déclassés de la modernité. Mais jamais un président n’a pris des mesures économiques aussi favorables aux milieux financiers et aux plus riches des américains. Les chiffres qui tombent à la fin de ce premier trimestre sont hallucinants.

Wall Street en a tiré la leçon et s’en frotte les mains. Alors que les financiers s’installaient sur le mode d’un atterrissage en douceur après la reprise de l’après crise des subprimes, la voilà prise d’un nouvel accès de fièvre spéculative, d’un rebond spectaculaire. Pour ceux qui attendaient le prochain mini krach, il faudra attendre quelques jours. Mais pour ceux qui espéraient une situation économique un peu mieux régulée, sortie de sa perfusion monétaire et surtout plus équitable, il va falloir attendre encore plus longtemps.

Jamais les riches américains n’ont été aussi riches qu’aujourd’hui et jamais leur fortune ne s’est accrue aussi vite ; et tout cela directement grâce à la politique de Donald Trump. Le président américain a opéré en deux temps.

Premier temps, on se souvient qu’en arrivant, il a annoncé un plan de soutien aux entreprises afin de compenser le probable changement de braquet de la banque centrale américaine. Du coup, cette promesse-là a boosté les anticipations d’investissement et d’activité dans un contexte où les salaires restaient assez contenus. La plupart des Gafa ont publié des résultats au premier trimestre historiques. Les Google, Amazon, Apple, Microsoft, etc., que l’on donnait en difficulté, n’ont jamais été aussi financièrement garnis. Leur puissance est telle aujourd’hui qu‘elle engendrent un flot de critiques sur le thème « trop c’est trop » et chacun de cogiter les effets secondaires et les mesures pour lutter contre les positions dominantes. Ceci dit, cette démesure inquiète plus les européens que les américains eux-mêmes.

Deuxième temps, Donald Trump a fait au niveau fiscal ce qu’il a dit qu’il ferait : baisse des impôts sur les profits des entreprises, amortissement immédiat des investissements et incitation au rapatriement des profits conservés à l'étranger. La loi a donc été votée et du coup, le taux d’imposition des bénéfices des entreprises a baissé de 6 points, dégageant plus de 13 milliards de dollars en quelques mois pour les seules 180 plus grosses entreprises.

 

Résultats des courses : La conjonction entre les profits d’activité et les bénéfices de la politique fiscale a gonflé de façon considérable l’ensemble des profits à distribuer aux actionnaires. Parce que ce sont les actionnaires qui vont récupérer l’essentiel, soit sous forme de dividendes soit sous forme de revalorisation de leurs actions liée au rachat des titres par les entreprises elles mêmes. C’est devenu très tendance aux Etats-Unis que de racheter son propre capital, histoire d’enrichir les actionnaires existants, histoire de montrer qu’on a du cash aussi. Du même coup, on réduit le flottant  et rend les attaques extérieures plus difficiles et surtout plus couteuses.

Apple vient d’en montrer l’exemple cette semaine en rachetant pour 100 milliards d’actions. Un record dans l’histoire de la bourse américaine. Mais l'annonce de ce plan d’achat massif d’actions d'Apple n'est que la partie visible de ce qui se trame à Wall Street. Selon JP Morgan, les entreprises du S&P 500 pourraient racheter pour plus 800 milliards de dollars d'actions en 2018, après déjà 519 milliards en 2017. Ce qui ferait de 2018 une année record en la matière aussi pour les entreprises du S&P 500 et leurs actionnaires qui n’ont jamais été aussi bien traités.

Ce phénomène qui est, à l’échelle de l’Amérique, très important va soulever évidemment deux questions.

La première, purement économique, porte sur la politique des entreprises elles mêmes et la part qu’elles vont consacrer aux salaires et aux bonus pour les grands dirigeants. Sur les salaires, on a fait grand cas des augmentations de salaires pour s’en féliciter dans les sphères républicaines, mais au final le mouvement a été jusqu'à maintenant très marginal. En dehors de Wal-Mart le grand distributeur qui n avait pas revalorisé ses salaires depuis plus de 10 ans, on est loin de la flambée des revenus que les gardiens de l’inflation craignaient.

En fait, on sait que compte tenu des tensions sur un marché du travail américain déjà proche du plein emploi, il n’y aura pas de dérapage. Sauf dans la Silicon Valley qui profite à plein du boom sur le digital. Une inflation sur les salaires amènerait la Réserve fédérale à vouloir contrecarrer cette hausse en augmentant les taux plus qu’annoncé. Et les entreprises n’en veulent pas. Les dirigeants pourront toujours se rattraper sur les bonus aux dirigeants, qui vont forcément profiter du boom des actions cotées. Ces bonus pèsent assez peu sur la consommation, en revanche ça plait au monde de la bourse. La boucle est bouclée.

La deuxième question est très politiquement incorrecte dans les salons new-yorkais. Elle concerne directement Donald Trump et son électorat. Cet électorat qui se retrouve dans une situation difficile n’a reçu jusqu'à maintenant que des promesses et des mots. Ils ne sont pas les cibles des premières mesures du président américain. Pour autant, la cote de popularité du président américain affiche toujours un bas niveau d’insatisfaction. Le paradoxe américain. Les américains chics et chers n’aiment guère Trump, qu’il juge décidément trop vulgaire, mais quand ils profitent de sa politique et gagnent de l’argent comme jamais, ils supportent assez bien la vulgarité.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

Le Titanic est-il en train de disparaître définitivement ?

04.

Quand Isabelle (Saporta) trompe Yannick (Jadot) avec Gaspard (Gantzer) et que le vrai cocu s'appelle David (Belliard)

05.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

06.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

07.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Liberte5
- 07/05/2018 - 22:03
Le Médias Français étaient subjugés par Obama
qui était un gauchiste, mais ils détestent D. Trump qui est un entrepreneur qui défend L'Amérique et les Américains. C'est moche, c'est consternant ,mais c'est ainsi.
Liberte5
- 07/05/2018 - 22:02
Le Médias Français étaient subjugés par Obama
qui était un gauchiste, mais ils détestent D. Trump qui est un entrepreneur qui défend L'Amérique et les Américains. C'est moche, c'est consternant ,mais c'est ainsi.
Allegro
- 07/05/2018 - 21:40
jMacrons ment. comme d'hab.
A la différence de Macron qui fait cadeau au très riche financé par la classe moyenne, Trump à fait des cadeaux à tout le monde, non financé.
La baisse de l'impôt sur les sociétés correspond aussi à un changement d'assiette et vise à favoriser une désindustrialisation qui favoriserait ceux en bas de l'échelle. On va voir si cela marche, l'investissement à déjà étè relancé...