En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
© JOSEPH EID / AFP
Election sous tension

Liban : ceux qui détiennent les clés de législatives à haut risque

Publié le 06 mai 2018
De nombreux enjeux entourent les élections législatives du 6 Mai au Liban. Premières élections depuis neuf ans, premier mandat à la proportionnelle : autant de nouveautés qui devraient rebattre les alliances traditionnelles. Néanmoins, les chiites du parti Amal et du Hezbollah ont abordé ces élections avec une plus grande sérénité que les autres. Plus que leur implantation dans la vie politique libanaise, ils cherchent à asseoir leur légitimité.
Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ardavan Amir-Aslani
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
De nombreux enjeux entourent les élections législatives du 6 Mai au Liban. Premières élections depuis neuf ans, premier mandat à la proportionnelle : autant de nouveautés qui devraient rebattre les alliances traditionnelles. Néanmoins, les chiites du parti Amal et du Hezbollah ont abordé ces élections avec une plus grande sérénité que les autres. Plus que leur implantation dans la vie politique libanaise, ils cherchent à asseoir leur légitimité.

Atlantico : Le front uni Amal et Hezbollah soutient au total 27 candidatures. Est-ce suffisant pour contrôler le parlement ?

Ardavan Amir-Aslani : Non, cette union seule ne saurait disposer de la majorité absolue au parlement qui compte presque 130 députés même si le récent découpage électoral, ayant introduit la proportionnelle peut avoir tendance à favoriser les partis très établis. D'ailleurs, les partis chiites ne comptent pas que sur leurs propres députés pour étendre leur influence au sein du parlement. Le Hezbollah est également allié à un certain nombre de partis sunnites et chrétiens modérés. C'est le cumul de ses alliances qui peut donner la majorité absolue au Hezbollah et ses alliés. Rappelons autant que de besoin que le Hezbollah est déjà allié avec des partis chrétiens dont ceux qui se revendiquent du Président libanais, le General Michel Aoun. 

En cas de victoire des partis chiites, le Hezbollah aura d'ailleurs une propension à ne pas glorifier cette réussite électorale. Le Hezbollah ne sait que trop bien que sa position nouvelle ne sera pas bien accueilli à Washington qui ne voit en ce parti qu'un mouvement terroriste malgré le fait de sa présence au gouvernement libanais.  Ainsi, afin d'éviter la transposition de sanctions nouvelles sur le Liban, le Hezbollah fera tout pour donner l'impression que rien ne change que c'est "business as usual". Ainsi,  il y a fort à parier que le gouvernement pro-saoudien du premier ministre Harriri soit reconduit. 

En cas de victoire des partis d'obédience chiite, les libanais ont-ils à craindre une réaction de l'Arabie saoudite sur leur territoire ?

Non. Les saoudiens n'ont ni l'envie ne la capacité d'intervenir sur le territoire libanais. L'Arabie saoudite est un tigre en papier. Rappelons que ça fait déjà plus de trois ans qu'ils sont empêtrés dans le conflit yéménite avec les Houthis dont ils n'arrivent pas à en venir à bout et ce malgré une domination totale de leur aviation et un armement' autrement plus important. Les Saoudiens sont aujourd'hui résignés à l'idée que le Liban risque d'être dominé sur les années à venir par le Hezbollah et son allié iranien. Ce qui changera, en revanche, sera l'absence de soutien financier pour l'armée libanaise et une réduction de l'aide économique qui est d'ores et déjà assez minime. 

Le Hezbollah tente également de placer des candidats sunnites qui lui sont proches pour contrer les tentatives d'ingérence de l'Arabie Saoudite sur le pays. Ils tablent sur une politique ambigu en essayant d'ouvrir au plus large leurs alliances tout en niant toute volonté hégémonique. Une telle stratégie est-elle durable sur le long terme?

Oui. Le Hezbollah a acquis sa libanité avec la guerre de 2006 contre Israël. Le Hezbollah des années 90, perçu comme un outil militaire et d'influence iranien, a évolué. Les libanais aujourd'hui reconnaissent que la paix relative qui règne dans leur pays n'est que  la conséquence directe de l'apport du Hezbollah. Ils savent très bien que si Daech n'a pu pénétrer l'espace libanais, c'est exclusivement grâce au Hezbollah qui l'a combattu en Syrie. Ils ont pu également apprécier le calme du Hezbollah, devenu garant de la stabilité des institutions du pays, à l'occasion de la lamentable affaire du kidnapping du premier ministre sunnite Hariri par les Saoudiens. Ceci est tellement vrai que pour le cas où le Hezbollah remporterait les élections du 6 mai, il y a de forte chance que le parlement régularise la situation de sa milice par un texte de loi. La branche militaire du Hezbollah n'est plus perçue comme un facteur d'instabilité mais comme le garant de la souveraineté libanaise. 

Le pays du Cèdre est au croisement d'un autre axe d'opposition entre les Etats-Unis et l'Iran. Quelles seraient pour le Liban les conséquences du retrait des Etats-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien?

La communauté internationale et avec elle, le Liban, ont d'ores et déjà intégrés le retrait américain de l'accord nucléaire du 14 juillet 2015. Le Hezbollah s'abstiendra de toute provocation afin de ne pas donner une excuse aux américains de stigmatiser davantage le Liban. D'ailleurs c'est un fait avéré que depuis la guerre de 2006 avec Israël, que ce dernier n'a pas remporté, la frontière la plus calme d'Israel est celle qui la sépare du Liban. En revanche, il est certain que pour le cas où l'Iran ferait l'objet de frappe américaine ou israélienne, le Hezbollah ne restera pas inerte. Il en ira de même de l'ensemble des pays qui constitue aujourd'hui une véritable "pleine lune chiite". Mais en l'absence d'un dérapage initié par Washington, les risques d'un embrasement sur la frontière nord d'Israël avec le Hezbollah sont très faibles. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Comment Facebook entend bénéficier du malaise général des utilisateurs de Tinder et autres applications de rencontres

03.

Les conditions de la détention de l’actrice Felicity Huffman dévoilées par la presse américaine

04.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

05.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

06.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

07.

Nicole Belloubet estime que l’incarcération de Patrick Balkany n’a rien "d’exceptionnel"

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Insécurité : la sombre réalité française dans le match des criminalités européennes

04.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

05.

L’insécurité, grenade dégoupillée pour la fin du quinquennat Macron ?

06.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

01.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

02.

Peurs sur la consommation : bienvenue dans l’ère de l’irrationalité

03.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

04.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

05.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

06.

Université d'Evergreen (États-Unis) : une terrifiante vidéo qui montre le vrai visage de la nouvelle bête immonde

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Marie-E
- 06/05/2018 - 14:35
Apologie du Hezbollah ? (2)
Pour terminer ce ne sont pas les modérés qui font alliance avec le Hezbollah. Ce sont ceux qui pensent en tirer un bénéfice pour le pouvoir et ceux qui en ont peur (on peut les comprendre). Mais il y en a aussi qui ont compris que le Hezbollah obéissait en premier lieu à l'Iran et qu'il attaquera Israël Quand il en recevra l'ordre... Les Libanais le savent et les Israéliens aussi.
Marie-E
- 06/05/2018 - 14:29
Apologie du Hezbollah ?
Je ferai quelques remarques tout de même : déjà je ne crois pas que les Libanais soient contents de voir l'armée remplacée par le Hezbollah (je lis l'Orient le Jour et pas beaucoup Al Manar). Ensuite "la guerre de 2006 qu'Israël n'a pas remportée" ah bon ? Israël a gagné cette guerre avec des difficultés qui ont été énumérées par le rapport Vinograd et les remèdes ont été mis en place (modifications de la protection des chars, système Trophy, le Dôme de Fer et les autres, abris obigatoires pour toute construction....). La victoire du Hezbollah est tellement éclatante que Nasrallah dès août 2006 regrettait son agression car il n'avait pas anticipé la réaction israelienne et depuis il est dans son abri. Si c'est calme depuis 2006, c'est parce qu'Israël n'a pas répondu aux provocations et surtout le discours des politiques et des militaires israeliens menaçant le Liban tout entier en cas d'attaque Hezbollahnie à bien été entendue. Enfin il ne faut pas oublier qu'après l'occupation totale du Liban sud par le Hezbollah, celui ci vise également maintenant la Bekaa où il influence comme d'habitude les votes par des actions de bienfaisance et cadeaux.