En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
Atlantico Business
Air France tombe dans l’œil du cyclone social. Air France n‘est pas immortelle, contrairement à ce que croient les pilotes
Publié le 05 mai 2018
Pour sauver Air France, il existe deux solutions : faire appel à l’Etat en demandant au contribuable de payer l‘addition ou alors faire appel à des actionnaires étrangers.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour sauver Air France, il existe deux solutions : faire appel à l’Etat en demandant au contribuable de payer l‘addition ou alors faire appel à des actionnaires étrangers.

La situation à Air France est devenue inextricable et la réalité, c’est que la compagnie, qui était en voie de redressement s’est mise en risque devant la concurrence. Contrairement à ce que beaucoup de personnels croient, Air France n’est pas immortelle.

Le transport aérien est en situation de concurrence très dure. Le pétrole coute cher, pour tout le monde, à l’exception peut être des compagnies du Golfe. Les avions coutent chers, les conditions de sécurité coutent chères et les droits d’atterrissage coûtent chers.

La seule variable sur laquelle peuvent jouer les compagnies pour survivre et pour se développer se situe dans la gestion du personnel. Un équilibre entre le cout en salaires et la qualité de services qui fidélise la clientèle.

Air France a fourni un effort considérable pour se redresser et surtout pour éponger son endettement. L’effort est tel que les résultats de l’exercice ont été plutôt satisfaisants, à tel point que certaines catégories de personnes (les pilotes en particulier) ont demandé à participer à ces résultats sous forme de rattrapage de salaires.

Le message a été entendu sauf que pour la direction, les frais de personnel sont encore presque 10% supérieurs à la moyenne de ce qui se passe dans les autres compagnies. Ne parlons pas des lowcost qui, avec un modèle très sobre, réussissentà drainer une grande partie de la clientèle nouvelle.

La direction a toujours pensé que Air France n’était pas sortie des zonesà risque. Il lui fallait reconstituer des réserves et financer des investissements pour affronter la concurrence et surtout, pour amortir une crise internationale comme en 2008 et 2009, qui a collé au sol bien des compagnies.

Le conflit est donc né de cette incompréhension.

Le problème, c’est que maintenant, la compagnie a perdu beaucoup d’argent, près de 300 millions d’euros, pratiquement l’équivalent de ce qu’aurait couté l’ajustement des salaires réclamé.

Comme il s’y était engagé, le PDG a présenté sa démission après les résultats du referendum, mais ce départ ne règle rien. Il met les actionnaires dans une situation un peu embarrassante. Et comme l’Etat français est encore un actionnaire important bien que minoritaire, il va lui falloir trouver l’oiseau rare. Le manager qui connaitrait bien le transport aérien mais qui en plus va devoir affronter cette fronde sociale. Pas facile.

Pas facile parce que si Air France n’est pas menacée, Air France, dans son identité actuelle, n‘est pas immortelle.

Il faudra bien poursuivre le plan stratégique, retrouver des moyens de se développer et financer le gâchis de la grève.

C’est au conseil d’administration de trouver une solution et au seuil de ce conseil, ça sera à l’Etat de donner le là.

Deux solutions : ou l’Etat accepte de reprendre le lead et de reprendre une participation financière. Mais c’est évidemment le contribuable qui devra payer.

Si l’Etat refuse de mettre la main à la poche, les autres actionnaires très minoritaires, les concurrents vont se frotter les mains. Ils peuvent faire le pari que cette crise va éliminer un concurrent. De nombreuses compagnies ont disparu depuis dix ans et personne ne les a pleurées, hormis les personnels. Et si on avait une preuve qu’Air France n’est pas éternelle, c’est que Alitalia, la première compagnie italienne ne l’est pas autant. Elle avait été privatisée il y a une dizaine d’années. Aujourd’hui, elle a le choix entre le rachat par les Allemands de Lufthansa, ou de se transformer en compagnie low-cost en acceptant le deal d’Easyjet. C’est la deuxième solution qu’aurait Air France et elle ne fait évidemment pas rêver les personnels.

Face à la Lufthansa, à la British Airways, ou à KLM, Air France aura du mal à tenir la comparaison. D’autant que le marché aérien est mondialisé, les compagnies low-cost, les long-courriers d’origine asiatique ou du golfe ont beaucoup d’appétit et de moyens.

La solution d’avenir existe forcément au sein du capital, au sein duquel existent des concurrents potentiels : des Chinois, des Américains et évidemment des Hollandais.

A titre d’information, le capital d’Air France se répartit de la façon suivante 

Des compagnies étrangères donc, ainsi que des fonds d’investissement. Pas sûr que le syndicat des pilotes puisse trouver une oreille plus attentive à ses revendications que la direction actuelle. A la crise sociale, Air France n’était pas obligée d’y ajouter une crise de gouvernance.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
02.
Changement climatique : Alexandria Ocasio-Cortez déclare que "le monde touchera à sa fin dans 12 ans"
03.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
04.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
05.
Ce biais statistique qui explique pourquoi la redistribution en France est loin d’être aussi efficace qu’on le croyait pour corriger les inégalités
06.
Les patrons américains préfèrent la France de Macron à l’Amérique de Donald Trump et l’idée du « grand débat » leur plait
07.
Pourquoi Oxfam se trompe de combat (et passe totalement à côté de ce qui se passe dans les pays développés)
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
04.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
05.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
04.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
05.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
06.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
01.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
02.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
03.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
04.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
Commentaires (21)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Totor Furibard
- 12/05/2018 - 09:52
Ce que papy Syslvestre ne dit pas ....
C'est que Air France lutte contre à la fois des compagnies low cost qui payent bien moins, mais aussi les compagnies du moyen orient, subventionnés par leur gouvernement. Ce n'est qu'Air France n'est pas rentable, même avec les augmentations demandées, c'est que cela ne permettrait pas de rémunérer les actionnaires comme ils le veulent, c'est à dire énormément. Le problème n'existerait pas si on avait pas privatisé cette compagnie: On pourrait facilement satisfaire les employés sans que cela ne coûte rien au contribuable, et même investir. C'est le poids de la rançon à payer (les dividendes), qui comme dans beaucoup d'entreprises plombe les comptes, l'investissement, et maltraite les salaires.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 06/05/2018 - 13:36
Ganeshaneries pitoyables d'un
Ganeshaneries pitoyables d'un petit vieux qui a eu une vraie vie de merde et qui en veut au monde entier de ne rien avoir branlé pendant
toute son existence de ganeshânebâté...
Ganesha
- 06/05/2018 - 11:07
Litanie
Litanie pathétique de vieillards aigris et désespérés.