En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

03.

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

04.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

05.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

06.

Vers un clash entre mesures environnementales et libertés individuelles

07.

L'élu RN Julien Odoul crée la polémique en demandant à une femme d'ôter son voile au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Religion
Polémique
Polémique sur le port du voile : doit-on l'interdire en sortie scolaire ?
il y a 5 heures 4 min
pépites > International
Changement de discours
Opération militaire turque en Syrie : la Chine appelle Ankara à mettre un terme à son intervention contre les kurdes syriens
il y a 6 heures 18 min
pépites > Economie
Taxes
Bruno Le Maire se dit favorable à l’instauration d'une taxe européenne sur les carburants des avions et bateaux
il y a 7 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Rouge" de John Logan, mise en scène par Jérémie Lippmann : Ceci n’est pas un texte

il y a 9 heures 37 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le mystère Abd el-Kader" de Thierry Zacone : Un livre savant pour les spécialistes de l’Islam et de la Franc-maçonnerie

il y a 9 heures 22 min
décryptage > Terrorisme
Dysfonctionnement

Attaque à la Préfecture de police : critiquer les dérives de l'islam est une question de responsabilité pour les musulmans de France

il y a 12 heures 9 min
décryptage > Culture
Asia Now

La scène artistique asiatique en plein boom s’expose à Paris

il y a 12 heures 22 min
décryptage > Economie
Étouffement

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

il y a 12 heures 35 min
décryptage > Economie
A rebours

Le nombre de catastrophes naturelles meurtrières n’a cessé de diminuer (et leur impact sur l’économie mondiale avec)

il y a 13 heures 18 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Disney, Apple, Warner et Amazon partent à l’assaut de Netflix

il y a 13 heures 51 min
light > Insolite
Surprise !
Etats-Unis : une famille américaine rentre chez elle et se retrouve nez à nez avec trois ours
il y a 5 heures 40 min
light > Santé
En pleine forme
Le nouveau doyen des Français a 110 ans
il y a 6 heures 58 min
pépites > Europe
At last!
Brexit : Paris dit espérer un accord dès "ce soir"
il y a 7 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La clé USB" de Jean-Philippe Toussaint : l’art de rendre romanesque l’univers de l’informatique

il y a 9 heures 14 min
décryptage > Religion
L'art de la punchline

Un 14 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 11 heures 47 min
décryptage > Société
Inutile

Scolarité obligatoire à trois ans : une réforme inutile et coûteuse

il y a 12 heures 16 min
décryptage > International
Game over

Kurdes : et comme dans Le Train sifflera trois fois, le shérif fatigué jeta son étoile...

il y a 12 heures 34 min
décryptage > Environnement
Clash

Vers un clash entre mesures environnementales et libertés individuelles

il y a 13 heures 5 min
décryptage > Santé
Remue-ménage constant

Comment le monde est devenu de plus en plus bruyant sans que notre corps ne sache s’y adapter

il y a 13 heures 27 min
décryptage > Religion
Quelques précisions...

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

il y a 13 heures 54 min
© wikipédia
© wikipédia
Exigu

De NDDL à la Syrie en passant par la SNCF, quel espace politique Emmanuel Macron laisse-t-il à la droite ?

Publié le 16 avril 2018
Même si le chef de l'Etat parvenait à calmer la grogne sociale qui agite actuellement le pays, les grands sujets de fond seront toujours là : la dette publique, la crise de l’éducation nationale et de l’université, le chômage de masse, la pauvreté, le poids des prélèvements obligatoires, la violence quotidienne et la menace terroriste.
...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maxime Tandonnet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Même si le chef de l'Etat parvenait à calmer la grogne sociale qui agite actuellement le pays, les grands sujets de fond seront toujours là : la dette publique, la crise de l’éducation nationale et de l’université, le chômage de masse, la pauvreté, le poids des prélèvements obligatoires, la violence quotidienne et la menace terroriste.

Atlantico : Après être intervenu le jeudi 12 avril au 13:00 de TF1, Emmanuel Macron poursuivait sa semaine médiatique ce 15 avril sur BFMtv-RMC-Mediapart. Dans un contexte marqué par différents mouvements; NDDL, les cheminots, ou le blocage des Universités, comment imaginer l’avenir de la droite dans le cas où le chef d’Etat parvenait à passer cette étape avec succès? Que pourrait-il rester à la droite si le président réussissait là ou différents gouvernements, également de droite, ont pu échouer?

Maxime Tandonnet : Il est indispensable de distinguer l’écume des choses et le fond des sujets. Imaginons en effet que le chef de l’Etat et son gouvernement parviennent, à la faveur de la trêve estivale, à régler avec succès les troubles liés à NDDL, les grèves des transports, les blocages des universités. Ils auront marqué des points dans l’opinion. Ces succès feront des belles images aux journaux télévisés et dans la presse officielle. Pour autant, les grands sujets de fond seront toujours là : la dette publique, la crise de l’éducation nationale et de l’université, le chômage de masse qui touche environ 5 millions de personnes, la pauvreté (8 à 9 millions), le poids des prélèvements obligatoires, records en Europe, la violence quotidienne et la menace terroriste. La vraie question, la grande inconnue, concerne le niveau de réflexion de la population française. Si l’on pense que l’intelligence populaire ou la culture politique du pays s’arrête aux belles images du 20 heures, alors, en effet, l’apaisement apparent de ces tensions, combiné à une surmédiatisation, suffira à sublimer l’image du pouvoir en place. Mais si les Français, dans leur ensemble, conservent une forme de bon sens populaire et d’esprit critique, les choses deviennent infiniment plus complexes et la réussite gouvernementale passe alors par le règlement au fond des sujets, bien loin d'être acquis. C’est une toute autre affaire.

Un tel cas de figure aurait-il pour conséquence de voir la droite contrainte d’évoluer sur certains thèmes pour pouvoir se différencier? L’occupation par Emmanuel Macron de certains thèmes traditionnels de la droite conduit elle automatiquement à un jeu de chaises musicales sur d’autres thèmes?

Le pouvoir en place, en position centrale, n’a pas de véritable idéologie, mais compense cette absence par une personnalisation extrême du pouvoir et une logique de pure séduction. La vie politique se réduit de plus en plus au grand spectacle narcissique, show médiatique permanent qui recouvre la disparition de l'autorité de l'Etat et de la politique comme choix de société et mode d'action sur la réalité. L'équipe dirigeante fait semblant de pencher à droite par des signes, des symboles, la surface des choses, mais au fond, demeure plutôt dans la continuité du quinquennat socialiste précédent (fiscalité, sujets régaliens, international). Il me semble que la droite LR doit refuser d'aller sur le terrain du grand spectacle narcissique, de la communication à outrance et de la logique de séduction. Elle n'a rien à gagner à une bataille de titans, ou affrontement de postures et de nombrilismes. M. Wauquiez ne choisit pas le meilleur terrain en s'en prenant à M. Macron personnellement et en déclarant qu'il est « déconnecté de la France ». Car on reste alors dans la logique de la personnalisation outrancière du pouvoir. Ce sont deux personnages, deux ambitions personnelles qui s'affrontent et non des idées, des projets. Or, les Français seront de plus en plus dégoûtés par cette tendance de la politique à devenir une sublimation d'ego narcissiques au détriment du bien commun, de l'intérêt général. La droite LR doit bien au contraire rompre avec cette logique, refuser le terrain où l’on veut l’entraîner, celui de la posture, des polémiques et provocations stériles, du culte de la personnalité, de la culture des apparences, et se placer sur un tout autre créneau : celui de la vérité, du débats d'idées, des sujets concrets, du monde réel, contre le naufrage de la société politico-médiatique dans le culte de l’image et de la frime.

Quels sont les risques pour la droite? A l’inverse, quelles pourraient être les opportunités offertes par une telle situation?

Deux risques guettent la droite LR. Le premier est celui de la « troisième force ». Une scission de la droite LR en deux, l'une rejoignant le FN et l'autre LREM, achèverait de dynamiter le système politique. Nous aurions un surpuissant LREM, en position centrale autour de deux extrêmes, droite et gauche. Tel est le rêve absolu du pouvoir médiatique avec la certitude de deux décennies au pouvoir de l’équipe actuelle. L’autre danger pour la droite LR est celui du mimétisme avec le pouvoir en place, copier le même modèle pour se substituer à lui. Cela reviendrait à entrer dans la logique de la sublimation d’un chef, de la posture et de la séduction. Choix lui aussi suicidaire, car les Français préféreront toujours l’original à la copie. La véritable chance à saisir, pour LR, est bien au contraire de repenser en profondeur les fondations de la politique française. Il faut l’arracher au culte de l’image individuelle et de la vanité stérile. Il faut reconstruire la politique française sur le sens du bien commun, la démocratie, la modestie, l’action collective, la vérité. La droite LR doit se focaliser uniquement sur les idées, se donner quelques priorités fondamentales : lutte contre l’exclusion, la fragmentation de la société et le communautarisme, une baisse drastique des prélèvements obligatoires, le redressement scolaire du pays, la maîtrise de l’immigration dans le respect des personnes. Simplicité et modestie pour une grande ambition : en finir avec l'extrême personnalisation du pouvoir et fuite dans l'image ; refonder le modèle républicain sur le seul intérêt général et impersonnel, le débat d'idées et de projet. Mais aujourd’hui, cette prise de conscience est loin d’être évidente.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

03.

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

04.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

05.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

06.

Vers un clash entre mesures environnementales et libertés individuelles

07.

L'élu RN Julien Odoul crée la polémique en demandant à une femme d'ôter son voile au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 16/04/2018 - 14:38
La différence entre la Syrie, la SNCF et NDDL
est qu'on peut sans remords bombarder la Syrie.