En direct
Best of
Best of du 14 au 20 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

Sous prétexte de soutenir la croissance, les taux d’intérêt négatifs reviennent à créer un impôt mondial perçu sur l’épargne des classes moyennes

03.

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

04.

Serial killers : Pourquoi ils échappent de plus en plus aux radars des services de police

05.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

06.

Voici comment Lyon II est devenu le laboratoire de la haine décoloniale

07.

Camille Beaurain : "Il n’y a pas un responsable mais plusieurs du suicide de mon mari agriculteur"

01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

03.

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

04.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

05.

L’imposture psychosomatique comme prétendu diagnostic (de secours) de maladies complexes

06.

Sous prétexte de soutenir la croissance, les taux d’intérêt négatifs reviennent à créer un impôt mondial perçu sur l’épargne des classes moyennes

01.

Grève mondiale pour le climat : ces confusions qui polluent le débat public sur les défis environnementaux

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

Le moment Xavier : quel logiciel pour construire le bertrandisme ?

06.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Pas d'hommes, pas de problèmes
La saleté à Paris ? "Un problème d'éducation" pour Anne Hidalgo
il y a 3 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "Contre l'écologisme" de Bruno Durieux : Contre l'écologisme, Pour une croissance au service de l'environnement

il y a 5 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "L’homme à la tête de chou" : Un hommage à Gainsbourg proche de la perfection, mais qui pèche là où on ne s’y attendait pas...

il y a 5 heures 44 min
pépites > Politique
Immigration et personnes âgées
Sibeth Ndiaye : Le débat sur l'immigration souffre de "trop de passions"
il y a 8 heures 25 min
décryptage > Société
Les yeux ouverts

Voici comment Lyon II est devenu le laboratoire de la haine décoloniale

il y a 10 heures 15 min
décryptage > Social
La chair est faible, l'esprit aussi

Etude sur les conditions de travail : pourquoi la pénibilité a changé de camp

il y a 10 heures 27 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Comment le nouvel Ipod touch réhabilite un support parfois jugé obsolète
il y a 10 heures 51 min
décryptage > Religion
Repentance

Abus sexuels dans l’Eglise : ce renouveau spirituel qui devrait accompagner l’appel au témoignage

il y a 11 heures 10 min
décryptage > Politique
Division des droites ?

LR face à la Convention de la droite : deux droites différentes ou deux générations ?

il y a 11 heures 26 min
light > Culture
Héritage
Plus de 12 millions de visiteurs ont participé aux Journées du patrimoine en France
il y a 23 heures 43 min
pépites > International
Rapatriement
10 000 Français bloqués à l'étranger après la faillite de Thomas Cook
il y a 4 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "Le cours classique" : L'éducation continue de faire parler ... au théâtre aussi

il y a 5 heures 33 min
light > Histoire
Fiesta loki
Comment les berserkers vikings entraient en transe avant le combat
il y a 7 heures 23 min
décryptage > Société
Blindhunter

Serial killers : Pourquoi ils échappent de plus en plus aux radars des services de police

il y a 9 heures 36 min
décryptage > Sport
Se queda

LYON/PSG: O/1 : Grâce à Neymar, les Parisiens s'imposent sans trembler et marquent les esprits

il y a 10 heures 23 min
décryptage > Finance
Ca va tweeter

Pour Trump, la Fed et Jerome Powell n’en font jamais assez… pour compenser les effets de sa politique !

il y a 10 heures 40 min
décryptage > Société
Profit

Comment les géants du porno en ligne profitent du "revenge porn" malgré leurs dénégations

il y a 10 heures 57 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Sous prétexte de soutenir la croissance, les taux d’intérêt négatifs reviennent à créer un impôt mondial perçu sur l’épargne des classes moyennes

il y a 11 heures 20 min
décryptage > Economie
En même temps

Martin Wolf 1 - Thomas Piketty 0 : ou comment comprendre les dérives du capitalisme financier sans renoncer au libéralisme

il y a 11 heures 40 min
light > Culture
Chiffres pharaoniques
1,42 million de personnes ont visité l'exposition Toutânkhamon
il y a 1 jour 15 min
© ABDULMONAM EASSA / AFP
© ABDULMONAM EASSA / AFP
Frappes chimiques en Syrie

Syrie : frapper Bachar El Assad soit. Mais quid des Russes, Iraniens et autres Turcs solidement ancrés sur le terrain ?

Publié le 12 avril 2018
Après les fortes suspicions de frappes chimiques en Syrie par le régime de Bachar el-Assad, Moscou ne compte pas lâcher son allié, au moins pour un temps.
Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France Soir, Il Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Del Valle
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France Soir, Il Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après les fortes suspicions de frappes chimiques en Syrie par le régime de Bachar el-Assad, Moscou ne compte pas lâcher son allié, au moins pour un temps.

Atlantico : Comment anticiper une réaction russe face aux éventuelles prochaines frappes occidentales en Syrie. Peut-on estimer que la Russie ne cherche pas l’escalade et quels sont les éléments qui pourrait le justifier ?

Alexandre del Valle : Je pense que la Russie ne cherche aucune escalade. La Russie est la première ennuyée avec cette opération (l'attaque chimique dans la Ghouta orientale, NDLR). La Russie défend son allié, Bachar el-Assad - ou plutôt, son allié le régime syrien -, puisque la doctrine de la Russie n'est pas du tout la même que celle de l'Occident. La doctrine de la Russie est : on maintient un régime qui est notre allié puisqu'il y a des bases russes en Syrie. Et tant que le mandat du président Bachar el-Assad n'est pas terminé, on n'a pas d'états d'âme, on ne va pas lâcher un allié avec qui nous avons des intérêts, juste parce que cet allié a fait des choses pas bien. 

C'est une vision cynique de la géopolitique, mais fondée sur les intérêts. Les Occidentaux sont aussi cyniques que les autres, mais sont pris aussi par des considérations comme l'opinion et l'émotion. Et ils savent que Bachar el-Assad n'est pas l'ennemi de l'Occident, puisque ce sont les djihadistes qui nous agressent, et non Bachar el-Assad. Mais les Occidentaux, eux, ont du mal à définir clairement l'ennemi, puisqu'ils doivent réagir à l'émotion, qu'ils font du droit-de-l'hommisme, qu'il y a des opinion makers. 

La Russie n'a aucun intérêt à avoir utilisé des armes chimiques, mais elle ne peut pas lâcher son allié puisqu'elle ne raisonne pas comme l'Occident, de manière moraliste ; mais de manière cynique : elle a un allié, il peut faire ce qu'il veut tant qu'il ne trahît pas les Russes. Nous, Occidentaux, avons du mal à comprendre que le fait que la Russie défende son allié ne veut pas dire qu'elle est d'accord avec tout ce qu'il fait. Aujourd'hui, dans les négociations pour la paix en Syrie, pour essayer de préparer une transition après le mandat de Bachar el-Assad, la Russie est très irritée en interne, mais elle ne va pas l'étaler sur la place publique. 

Dans les négociations internes entre Turcs, Iraniens, régime syrien et Russes, les Russes sont très énervés par le fait que les Iraniens et leurs milices chiites (Hezbollah) d'un côté, et le régime de Bachar el-Assad de l'autre, n'ont pas la même conception de l'après-guerre-civile, de la Syrie de demain. Les Russes veulent une relative alternance, avec un départ négocié de Bachar el-Assad remplacé par un autre alaouite ; tandis que le régime n'a aucun intérêt aux pourparlers de Genève en vue d'une solution consistant à trouver un accord avec les Occidentaux. Et c'est là qu'il faut comprendre le bombardement chimique : les responsables sont sûrement des milices pro-régime syrien - pas forcément iraniennes - qui ont intérêt à ne pas obéir aux Russes. Les Russes ne sont pas du tout responsables de cette attaque et, très probablement, ils en sont la première victime puisqu'ils sont discrédités dans leur rôle d'élément qui parle avec tout le monde (n'oublions pas qu'ils ont de bonnes relations avec les Israéliens). Ils n'ont pas du tout intérêt à faire capoter un plan de sortie de crise, puisque la guerre leur coûte cher et qu'ils veulent en sortir. 

Le régime syrien fait plus moins ce qu'il veut, parce que les Russes contrôlent le ciel syrien, mais ne contrôlent pas tout. On oublie que les Russes, les Syriens et les Iraniens n'ont pas toujours les mêmes visions de l'après-guerre ou de la guerre, ni les mêmes tactiques.

Comment anticiper l’ampleur de la riposte occidentale ? Quelles seront les réactions à attendre de la part de la Syrie, l’Iran, et la Russie ? 

 

 

L'erreur de l'Occident est de confondre quelqu'un qui fait des choses pas belles avec un ennemi. Qui est l'ennemi de l'Occident, aujourd'hui dans notre guerre contre Daech et les djihadistes ? Ce n'est pas seulement Daech, c'est le djihadisme en général, parce qu'il n'y a pas que Daech, mais aussi Al-Qaïda et d'autres groupes djihadistes comme ceux de la Ghouta, qui ne sont pas des anges. 

Aujourd'hui, les Occidentaux défendent des gens à la Ghouta qui ont obligé les civils qui sont morts asphyxiés à ne pas partir. Le régime syrien, les Russes et les Iraniens, avec les Turcs, avaient négocié des zones de déconfliction. Et Douma, la Ghouta, était la quatrième zone de déconfliction, où il était prévu d'évacuer non seulement des miliciens qui allaient vers Idleb, mais également des civils. Il ne faut pas oublier que les premiers responsables des morts sont les islamistes djihadistes de mouvements qui sont encore présents, qui n'ont jamais voulu appliquer les accords de déconfliction et qui maintiennent comme boucliers humains les civils à la Ghouta et à Douma. C'est dans ce contexte qu'on peut comprendre ce qu'il se passe. À qui profite, finalement, les attaques chimiques ? À un seul groupe : aux djihadistes qui sont encore le dernier groupe présent sur place, Jaych al-Islam (l'armée de l'Islam, ndlr). C'est à lui que profitent ces attaques, puisque le but, c'est de se poser en victime pour que les Occidentaux viennent amoindrir la progression du régime dans le dernier bastion islamiste de la Ghouta. 

En termes de réactions, le ciel syrien est contrôlé par les Russes. Aujourd'hui, il n'est pas possible, ni pour les Américains, ni pour les Anglais ou les Français - ni même pour Israël -, de faire une guerre qui renverserait Bachar el-Assad. Il n'est possible que de faire des frappes qui seraient de la représaille de communication. Aujourd'hui, on est en train, une fois de plus en Syrie, de préparer des bombardements qui vont coûter des millions, voire des milliards, aux Occidentaux - donc aux Français aussi -, et qui ne vont pas du tout changer la donne. Elles vont être une façon d'affirmer : "On avait dit qu'il y avait une ligne rouge, donc on est obligés de frapper". Mais, comme Trump l'a fait l'an passé, on frappe pour donner l'exemple mais en réalité, on ne change pas la situation sur le terrain.

Au regard de ces éléments, quelle serait la meilleure solution pour les Occidentaux, tout en respectant leurs objectifs de faire respecter leur voix ?

Malheureusement, et les Occidentaux ne l'ont pas fait depuis longtemps, la seule solution qui aurait dû être adoptée depuis le début de la guerre civile aurait été de mieux dialoguer avec les différents partenaires, avec toutes les parties en présence. On aurait dû accepter les propositions des Russes, des propositions inclusives que l'on a refusées systématiquement. On n'aurait pas dû considérer l'opposition sunnite islamiste comme la seule représentante de l'opposition en Syrie. On aurait dû faire autre chose que d'écouter uniquement les Qataries et les Saoudiens, qui ont globalement imposé une opposition islamiste alors qu'il y avait d'autres mouvances. 

Ce qu'il faudrait faire, c'est une plus grande intelligence avec les Russes, car ce sont les seuls qui dialoguent aujourd'hui avec tout le monde, y compris la Syrie, l'Iran, Israël, l'Occident, la Turquie. Aujourd'hui, c'est la seule puissance qui dialogue avec tous ces partenaires opposés entre eux. Donc, on est train de diaboliser l'élément qui a peut-être un pouvoir de nuisance, mais qui est le seul qui, aujourd'hui, est capable de réunir tout le monde autour d'une table. Depuis le début de la guerre civile, voilà l'erreur qui est commise. La meilleure solution, c'est de trouver un accord avec les Russes plutôt que de réhabiliter la Guerre froide, qui se passe notamment en Syrie.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

Sous prétexte de soutenir la croissance, les taux d’intérêt négatifs reviennent à créer un impôt mondial perçu sur l’épargne des classes moyennes

03.

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

04.

Serial killers : Pourquoi ils échappent de plus en plus aux radars des services de police

05.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

06.

Voici comment Lyon II est devenu le laboratoire de la haine décoloniale

07.

Camille Beaurain : "Il n’y a pas un responsable mais plusieurs du suicide de mon mari agriculteur"

01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

03.

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

04.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

05.

L’imposture psychosomatique comme prétendu diagnostic (de secours) de maladies complexes

06.

Sous prétexte de soutenir la croissance, les taux d’intérêt négatifs reviennent à créer un impôt mondial perçu sur l’épargne des classes moyennes

01.

Grève mondiale pour le climat : ces confusions qui polluent le débat public sur les défis environnementaux

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

Le moment Xavier : quel logiciel pour construire le bertrandisme ?

06.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gré
- 14/04/2018 - 13:50
Les Occidentaux (...) sont
Les Occidentaux (...) sont pris aussi par des considérations comme l'opinion et l'émotion ? Quelle opinion ? Quelle émotion ? La majorité de la population sait bien qu'elle est manipulée. Et que la Russie et la Syrie ne sont pas ses ennemies. C'est tellement vrai qu'il y a certains journaux - dont LaLibre en Belgique - ont fermé leurs articles aux commentaires sur les articles concernant les frappes aériennes. Il faut dire qu'un sondage-lecteurs avait révélé que 58% des sondés étaient opposés à une frappe occidentale. Nos gouvernements ne nous représentent plus.
JonSnow
- 13/04/2018 - 12:48
Contradiction de M. Valle!
Je suis très déçu par le fait que M. Valle, pour qui j'ai par ailleurs beaucoup de respect, accrédite la thèse - sans preuve aucune - que le régime serait responsable de l'attaque chimique à la Ghouta le 7 avril dernier, alors qu'il ajoute par la suite que c'est bien aux islamistes que profite cette attaque! Incompréhensible! De même, ses arguments pour expliquer la motivation d'un attaque par Bashar ne tiennent pas la route! Elles sont absurdes.
vangog
- 12/04/2018 - 21:04
Cette « attaque chimique » est une provocation, selon les Russes
...une provocation de l'armée de l’islam, pour apitoyer les bisounours occidentaux à la Kouchner, à la BHL, à la Macron-Rothschild.... Nous avons tous vu ces vidéos de mise en scène d’enfants, avec de la fausse bave sur les lèvres, et que de tristes adultes obligent à mimer des spasmes abdominaux pour faire croire à une attaque chimique...les précédents où l’on a vu les jihadistes se protéger derrière des civils, dans des écoles ou des mosquées sont légion. Aucun cas n’a été reporté où l’armée régulière d’Assad se soit livré à ce type d’atrocité, même lorsqu’elle était acculée, il y’a quelques années...sans preuves, le doute est permis! Alors, qu’est-ce qui autorise Macrounet à déverser sa moraline, sous forme de nouvelles bombes occidentales, au Moyen-Orient? rien!...