En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio

02.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

03.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

04.

Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français

05.

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

06.

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

07.

Coronavirus : et si une seconde vague arrive en France, serons-nous capables de la repérer et de réagir à temps ?

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 9 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chained / Beloved" de Yaron Shani : un dyptique dramatique passionnant autour d’un couple en difficulté…

il y a 10 heures 32 min
pépites > Justice
À coeur ouvert
L'enquête au centre du don des corps s'ouvre pour "atteinte à l’intégrité du cadavre"
il y a 11 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Bureau des légendes" de Éric Rochant : Mille sabords, quelle série !

il y a 12 heures 11 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert : un roman noir publié en 1947, réédité en 2020 : l'Épuration trop "pure et dure"...

il y a 12 heures 23 min
pépites > France
Constat radical
Un groupe de sénateurs pointe la propagation de l'islam politique
il y a 13 heures 52 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français
il y a 15 heures 10 min
décryptage > France
Le retour du débat

Retraites : ce qu’il faut comprendre entre les lignes des déclarations sibyllines de Jean Castex

il y a 15 heures 49 min
décryptage > International
Bibi dans l'impasse

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

il y a 16 heures 23 min
décryptage > Style de vie
Bien Manger pour bien bouger

Que manger avant, pendant et après un entraînement ?

il y a 16 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 10 heures 18 min
light > Economie
Couple bio-bobo
Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio
il y a 11 heures 6 min
pépites > France
Ça vole haut
Greenpeace déploie une banderole sur la grue de Notre-Dame pour alerter de l'inaction climatique du président
il y a 11 heures 50 min
pépites > Santé
Accord nocturne
Ségur de la santé : un projet d'accord trouvé dans la nuit
il y a 12 heures 12 min
pépite vidéo > International
Retour en arrière
À Melbourne, le confinement fait son grand retour
il y a 13 heures 37 min
décryptage > Justice
Reforme en marche forcée

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

il y a 14 heures 54 min
décryptage > France
Sécu d'État

Sécurité sociale : les tenants du tout-Etat gagnent du terrain

il y a 15 heures 28 min
décryptage > France
En cas de malheur

Coronavirus : et si une seconde vague arrive en France, serons-nous capables de la repérer et de réagir à temps ?

il y a 16 heures 13 min
décryptage > Culture
L'art scandale

Monde de l’art : les scandales aussi ont leurs maitres

il y a 16 heures 35 min
décryptage > International
Atlantico Business

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

il y a 17 heures 25 min
© IAN LANGSDON / POOL / AFP
© IAN LANGSDON / POOL / AFP
Homélie présidentielle

Emmanuel Macron face aux évêques de France : le discours d’un élève de Paul Ricoeur mais pas celui d’un chef d’État

Publié le 10 avril 2018
A l'occasion de la Conférence des évêques de France, lundi 9 avril au soir, Emmanuel Macron a prononcé un discours au ton hasardeux et aux thématiques multiples, dans lequel on retrouve davantage de questions que de réponses.
Bertrand Vergely
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Vergely est philosophe et théologien.Il est l'auteur de plusieurs livres dont La Mort interdite (J.-C. Lattès, 2001) ou Une vie pour se mettre au monde (Carnet Nord, 2010), La tentation de l'Homme-Dieu (Le Passeur Editeur, 2015).  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l'occasion de la Conférence des évêques de France, lundi 9 avril au soir, Emmanuel Macron a prononcé un discours au ton hasardeux et aux thématiques multiples, dans lequel on retrouve davantage de questions que de réponses.

Quand on l’écoute attentivement, le discours que le chef de l’État a prononcé hier soir aux Bernardins à l’invitation des évêques de France suscite plus de questions qu’il n’apporte de réponses.

En premier lieu, le ton général du discours pose question. Celui-ci n’a pas tant été un discours qu’une homélie, le chef de l’État invitant les catholiques sur le ton de l’exhortation à « faire un don de leur sagesse, de leur engagement et de leur liberté ». Exhortation pour le moins singulière, comme si les catholiques n’avaient pas déjà l’habitude du don d’eux-mêmes.

Dans le projet par ailleurs, annoncé d’emblée, là encore on s’interroge. « Réparer le lien entre l’Église et l’État ». Le chef de l’État, sur ce point, est demeuré sibyllin en n’expliquant pas ce qui a été gâté entre l’Église et l’État,  pourquoi cela l’a été et comment il entendait réparer ce qui a été gâté. Avec cette formule, il avait pourtant un boulevard qui s’ouvrait afin de redéfinir ce que doit être l’attitude de la laïcité à l’égard des religions en général et de l’Église catholique en particulier et ce que doit être en retour l’attitude des religions en général et de l’Église catholique en particulier à l’égard de la laïcité.  Ce qui n’a pas été fait.  À un moment du discours, il a été question de donner un cap. Celui-ci a été donné : sous la forme d’un appel à la dignité de l’homme et au sens. Ce qui ne répond guère à la question de savoir ce qu’est la laïcité et ce que doivent être les relations de la République laïque à l’égard des religions et l’attitude des religions à l’égard de la République laïque. Est-ce d’ailleurs la question des relations entre l’Église et l’État dont il convient de parler ? Cette référence à la loi de 1905 est-elle pertinente ? Le lien entre l’Église et l’État a été rompu et nul ne songe à vouloir le rétablir.  C’est bien plutôt celle des relations entre la République et le religieux en général ainsi que l’Église catholique en particulier qui pose problème. Ainsi, quand il est expliqué  que les valeurs de la République résident dans la liberté et que la liberté réside dans le droit au blasphème, n’y a-t-il pas urgence à redéfinir ce que sont les principes de la République, le sens de la liberté ainsi que ses limites ? Le chef de l’État est demeuré étrangement silencieux sur ce problème pourtant crucial. En lieu et place d’une réflexion sur le sens de la liberté aujourd’hui, de façon kierkegaardienne,  il a été surtout question d’un appel à vivre de façon déchirée, dans l’inconfort et l’incertitude. En un mot, il a été question, pour les catholiques, d’aller sur la croix et d’y rester en souffrant.

Cet appel au déchirement et à la souffrance est apparu d’emblée quand, le chef de l’État a évoqué le colonel Beltrame. À la question de savoir ce qui avait motivé le don qu’il a fait de lui-même, le chef de l’État a évoqué  le citoyen, le franc-maçon et le chrétien avant de conclure que ces trois sources avaient inspiré son geste. Le chef de l’État a voulu faire du colonel Beltrame une figure réconciliatrice de notre postmodernité en voyant en lui ce qui rassemble tous les courants de pensée. Geste maladroit aboutissant à noyer le chrétien dans le flot des courants de pensée multiples et variés. Pourquoi ne pas avoir simplement mentionné ce geste admirable dépassant tous les égoïsmes humains sans rentrer dans le fait de savoir à quel courant idéologique il importe de le rattacher ?

Quant au fond du discours à savoir l’invitation faire aux catholiques de faire don de leur sagesse, de leur engagement et de leur liberté, on s’interroge également. S’agissant de la sagesse, le chef de l’État a invité les catholiques à faire preuve d’un humanisme réaliste face à la question des migrants. Si un tel humanisme relève du bon sens, constatons qu’il laisse la question de la politique migratoire entièrement ouverte et non résolue. Il y avait cependant beaucoup à dire pour que les mentalités changent sur ce point les mots humanismes et réalisme demeurant quelque peu flous. Plus préoccupante en revanche, la question de la bioéthique où là, le chef de l’État a donné l’impression que dans son esprit la question était, si l’on ose dire, « pliée ». Manifestement la PMA (Procréation Médicalement Assistée) pour tous les couples aura lieu. Et pour la faire admettre le chef de l’État a multiplié les exhortations à vivre dans l’inconfort, le questionnement, la difficulté, en se laissant interroger au-delà de ses certitudes. En art contemporain, quand il s’agit de faire accepter certaines « œuvres », il est expliqué qu’il faut prendre le risque  vie de se laisser déranger. Dans le discours du chef de l’État, on a eu un sentiment semblable. Ce qui est préoccupant. Nous assistons aujourd’hui à une montée en puissance du transgenre. Témoin le projet de loi au Canada pour interdire les appellations Monsieur et Madame. Nous assistons également à la montée en puissance de projets ouvertement eugénistes. Alors que des questions extrêmement graves se posent quant à l’avenir de l’homme, rien n’ait été dit sur le fond. On ne peut surtout qu’être inquiet quant à l’avenir qui se prépare, avoir comme perspective de vivre « dérangé » n’étant ni rassurant ni réjouissant.

Le chef de l’État a invité les catholiques à s’engager et à faire don de leur engagement. Il est regrettable qu’il n’ait pas d’abord remercié les catholiques pour tout ce qu’ils font pour la société française et qui est proprement admirable. Certes, il a mentionné des associations qui travaillent auprès des plus démunis. Pourquoi n’a-t-il pas été question du Secours Catholique et, de la signification d’un tel engagement ? Il est étonnant qu’à cette occasion Le chef de l’État ait cité Georges Bataille et sa théorie de la part maudite en identifiant les vulnérables à cette part maudite. La part maudite, chez Bataille, étant un éloge du gaspillage et de la vie en pure perte, celle-ci ne laisse guère de place à la vulnérabilité. D’autant que, fervent admirateur de Sade, Bataille n’a cessé de faire l’éloge de l’homme souverain, modèle selon Sade de l’homme accompli gaspillant sans compter en ne s’occupant que de son plaisir.

Enfin, le chef de l’État a invité l’Église à être intempestive, son originalité étant d’être en retard et en avance sur notre époque en étant ici conservatrice et là révolutionnaire. Ce qui, là encore ne résout rien. Il y a aujourd’hui de vraies questions qui se posent dans l’Église catholique et ailleurs sur un certain nombre de sujets dont celui de savoir ce que notre postmodernité va faire de la vie, de l’homme, du monde, de l’histoire. Est-ce en étant intempestif, c’est-à-dire en adoptant une posture esthétique constant à vivre de façon décalée que l’on va apporter une réponse à ces questions ?

Au final, une impression ressort après ce discours riche et brillant, mais difficile et obscur : le chef de l’État a été quelque part mal conseillé. Il a parlé comme l’élève de Paul Ricoeur hier et non comme le chef de l’État aujourd’hui. Ce qui l’a conduit à ne pas prendre les bonnes options.  Notre monde a besoin de pédagogie. Il a besoin de clarifications à propos de la religion, de la laïcité, de la République. En lieu et place de cela, des appels au respect de la dignité de l’homme et au sens, n’apportent aucune réponse. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (26)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 11/04/2018 - 11:02
Oui, la Chrétienté est une composante essentielle
de l’identité des Français, car elle fixe la relation d’un peuple à lui-même, présent, passé et futur inclus. L’irruption d’une politi-religion en France, pour des raisons bassement matérialistes (électoralisme et perversion des valeurs) ne doit pas nous détourner de notre idéal commun, la patrie, en tant que promotion et défense de l’identité. Ceux qui ne sont pasd’accord ou pas contents, peuvent partir...
GP13
- 11/04/2018 - 10:51
@Cloette
Je ne suis pas naïf au point d'ignorer les calculs politiciens....
Mais il y a des raisons d'être optimiste. Si l’État français continue à ignorer une composante essentielle de l'identité des français et de la France, alors c'est notre civilisation qui est menacée. L'avancée de l'Islam dans notre pays pose, dorénavant et pour longtemps, la question de savoir ce que nous sommes. Si nous ne voulons pas disparaître, nous sommes condamnés à nous ressaisir.
Deudeuche
- 11/04/2018 - 08:44
@Ganesha
Je, j’ai je et je, ça va l’ego? Très occupé par sois même ??