En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

02.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

03.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

04.

La modernisation de la flotte australienne de sous-marins : un enjeu géopolitique pour la France

05.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

06.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

07.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Mais d’où vient ce mystérieux signal radio émis des profondeurs de l’espace à destination de la Terre ?

06.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le fantôme d'Aziyade" de Pierrre Loti : quête initiatique, nostalgique et fascinante sur les rives de l'amour et du Bosphore

il y a 3 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vive la vie" de Thomas Labacher : helvétique, envoûtant et magique !

il y a 5 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"A crier dans les ruines" d'Alexandra Koszelyk : un roman féerique et gracieux sur Tchernobyl

il y a 6 heures 19 min
light > Santé
Remède efficace
Coronavirus : Jackie Chan s’engage à donner un million de yuans pour la recherche d’un vaccin
il y a 7 heures 49 min
pépites > Politique
Campagne familiale
Elections municipales : Marie-Caroline Le Pen, la sœur aînée de Marine Le Pen, fait son retour en politique à Calais
il y a 10 heures 26 min
light > Sport
Un pas de plus dans la légende
Biathlon : Martin Fourcade remporte son onzième titre de champion du monde de l’individuel
il y a 11 heures 14 min
pépites > Politique
Rivalités
Affaire Griveaux : Christophe Castaner fait une allusion à la vie privée d’Olivier Faure et provoque l'indignation de l'opposition
il y a 12 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le cas Richard Jewell" de Clint Eastwood : l'histoire vraie d'un héros ordinaire broyé par la machine étatique : un Clint Eastwood grand cru...

il y a 14 heures 9 min
décryptage > Société
Hémiplégie techno

Séparatisme islamique : cette autre dimension du défi qu’oublie Emmanuel Macron

il y a 16 heures 13 min
décryptage > Europe
Recomposition politique

Ce vote Sinn Féin irlandais qui devrait réveiller l’Europe

il y a 17 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Français, Le monde vous regarde" de Jean-Christophe Notin : 32 ambassadeurs en poste en France répondent à de nombreuses questions lapidaires, trop de langue de bois, aucun commentaire après les réponses. Aurait pu mieux faire !

il y a 3 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Thérapie de groupe, tome 1. L’étoile qui danse" de Manu Larcenet : l’angoisse de la page blanche ? Une porte ouverte à tous les délires créatifs ?

il y a 6 heures 5 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 18 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 6 heures 54 min
pépites > Justice
Dommages et intérêts
L'Assemblée nationale va réclamer plus d'un million d'euros dans le cadre du procès Fillon
il y a 8 heures 36 min
décryptage > Défense
Contrat

La modernisation de la flotte australienne de sous-marins : un enjeu géopolitique pour la France

il y a 10 heures 57 min
pépites > Justice
Enquête de déontologie
Affaire Griveaux : Juan Branco a renoncé à défendre Piotr Pavlenski, suite à la demande du bâtonnier de Paris
il y a 12 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les "anonymes" de la Résistance en France, 1940-1942. Motivations et engagements de la première heure" de Limore Yagil : la Résistance avait commencé bien avant l’appel du 18 juin, une salutaire analyse pour l’honneur des Français

il y a 13 heures 56 min
pépites > Politique
Campagne électorale
Elections municipales à Paris : Rachida Dati devance Anne Hidalgo pour la première fois, selon un nouveau sondage
il y a 14 heures 39 min
pépite vidéo > Environnement
Une page se tourne
Le premier réacteur de Fessenheim, la plus ancienne centrale nucléaire française, sera arrêté samedi
il y a 16 heures 23 min
décryptage > Sport
Haaland fait chuter Paris

Dortmund/PSG: 2/1 Paris passe au travers

il y a 17 heures 35 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Atlantico Business

SNCF : Emmanuel Macron et son gouvernement vont enfin expliquer à l’opinion à quoi sert la réforme

Publié le 09 avril 2018
Tout va se jouer maintenant sur le front de l’opinion. Les syndicats ne pourraient pas tenir des positions purement idéologiques et corporatistes si l’opinion comprenait le sens de la réforme.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tout va se jouer maintenant sur le front de l’opinion. Les syndicats ne pourraient pas tenir des positions purement idéologiques et corporatistes si l’opinion comprenait le sens de la réforme.

De deux choses l’une : ou bien le gouvernement ne sait pas communiquer les vraies raisons de la réforme qu’il prépare pour la Sncf ou il n’en est pas convaincu lui-même.

Dans les deux cas, il laisse le champ libre à la CGT et à Sud Rail qui sont capables de bloquer le système en justifiant leur colère par des raisons purement corporatistes (ce qui est légitime, après tout), mais en les habillant d’arguments purement idéologiques et politiques.

Pour l’opinion publique, les arguments purement politiques ou corporatistes devraient être irrecevables dès qu’on prend en compte les objectifs véritables de la réforme.

Si la direction de la SNCF n’est pas crédible dans ses explications dans la mesure où elle a dû changer trop souvent de discours stratégique, le gouvernement ne peut pas se contenter d’affirmer que l’abandon du statut par exemple aura pour conséquences d’améliorer le service à la clientèle tout en coûtant moins cher au contribuable. Il ne peut pas résumer son équation en affirmant que le changement de statut permettra de tout régler, l’équilibre d’exploitation, la performance technique, les obligations de services publics et la sécurité du transport. C’est une explication ridicule. Et évidemment contre-performante.

L’opinion publique a besoin d’éclairage sur trois points de la réforme qui sont aujourd’hui terriblement anxiogènes.

1 L’ouverture à la concurrence est considérée par les syndicats de cheminots et par l’ensemble des partis de gauche comme une évolution ruineuse pour la qualité du transport ferroviaire et comme l’antichambre de la privatisation qui reviendra à brader des fleurons du patrimoine à des affreux spéculateurs capitalistes.

Cette interprétation ne correspond évidemment pas à la réalité. La mise en concurrence des activités de production ou de création de richesse oblige en permanence les agents économiques à être meilleurs pour satisfaire leurs clients. Cette amélioration porte sur la qualité du produit et du service ainsi que sur le prix. Il n’y a pas d’exemple dans l’histoire récente où la mise en concurrence a provoqué une augmentation de prix pour le consommateur. L’ouverture à la concurrence des grands monopoles d’Etat a toujours engendré des baisses de prix et un enrichissement de l’offre : le transport aérien, les télécommunications, la poste, l’énergie ont  profité au plus grand nombre. L’EDF n ‘est pas morte à l’ouverture de la concurrence. La Poste a rebondi en réinventant un métier d’origine mis à mal par la concurrence du digitale. Aucun consommateur, aucun électricien, pas même les postiers et les facteurs ne souhaiterait revenir en arrière.

Tout comme l’EDF, Air France, les fournisseurs mobile ou internet, la SNCF est déjà en situation de concurrence. Elle est en concurrence avec la route, l’auto partage, les bus, les avions, les VTT, les taxis... C’est si vrai que la SNCF a créé ou annexé des moyens de mobilité dans des filiales pour offrir un service complet de mobilité à ses clients.

Les trains SNCF sont directement en concurrence avec des TGV suisses, belges, italiens, anglais ou allemands sur ses propres lignes.

Enfin, la SNCF doit gérer la pire des concurrences qui est celle de Google pour les réservations. Les applications qui prennent en charge les réservations, ce sont elles qui ont la relation client et qui détournent une partie de la marge à leur profit. L’hôtellerie française s’est déjà faite cannibalisée par Booking et Airbnb avant de se réveiller et d’essayer de se défendre.

Sans le dire, la SNCF a pris le virage du digital. Elle se bat pour conserver la maitrise de la relation client, non sans succès. Mais pour ce faire, elle a besoin de flexibilité, de souplesse, de réactivité.

2. La question de la dette est le résultat d’une lâcheté politique des gouvernements antérieurs. Cette lâcheté doit être purgée au plus vite. Depuis une vingtaine d’années, les gouvernements ont incité la SNCF à se moderniser et à investir dans le TGV notamment, mais sans lui donner la liberté des prix et sans prendre en charge les investissements. La SNCF est le seul mode de transport à payer l'investissement en infrastructures. Résultat, la SNCF s’est endettée, avec d’ailleurs la garantie de l’Etat.

La logique imposera à l’Etat qu’il assume cette situation et reprenne à son compte, tout ou partie de cette dette, ce qui est parfaitement possible et ce qui se fera. Dans ses conditions, l’exploitation s’en trouverait allégée d’autant. Et les syndicats auront l’impression d’avoir remporté une victoire.

 

3. Sur la question des statuts, est difficilement négociable. Le gouvernement doit dire à l’opinion la vérité. Transformer la SNCF en une société comme les autres lui donnerait plus de liberté pour négocier ses captivités de marché en France comme à l’étranger, parce qu’on ne sait pas et ce qu’on ne dit pas, la SNCF vend sa technologie et son savoir-faire avec beaucoup de succès dans les pays étrangers. Le changement de statut rend responsable son management et lui enlève le poids de la tutelle. Enfin, le changement de statut ne l‘empêche pas d’accepter des obligations de services publics que lui imposerait son actionnaire, l’Etat. France télécom, EDF, Air France, Aéroports de Paris ont encore aujourd’hui des obligations de services publics qui ne les empêchent pas de respirer.

D’autre part, la question du statut des cheminots est un faux problème. D’abord, parce que son abandon ne concerne pas les personnels actuels. Seules les nouvelles embauches se feraient en dehors du statut. Actuellement, près de 20% des personnels de la SNCF sont déjà hors statut, dont la totalité de l’encadrement. Ce qu’on sait encore moins, c’est que près du tiers des jeunes embauchés dans le groupe demandent à être intégrés dans le cadre d’un CDI normal. Ils préfèrent le potentiel d’une carrière et une rémunération, 30 à 40 % supérieure aux différentes garanties offertes par le statut cheminot (garantie de l’emploi et retraite à moins de 60 ans).

Sur ces trois points, il faut urgemment ouvrir les dossiers et dire la vérité qui n’est absolument pas honteuse.

Il faut aussi expliquer qu‘avec une telle réforme, le poids des syndicats dans la maison va s’alléger parce qu’il y aura moins de représentation, ne serait-ce que pour gérer au quotidien le fameux statut. La DRH du groupe est aujourd’hui une véritable usine à gaz, extrêmement chronophage pour le personnel d’encadrement (qui est hors statut) et les représentants syndicaux, permanents ou détachés.

Si le poids des syndicats s’allège, leur rôle va devoir changer. La question des salaires par exemple peut très bien dans l’avenir se régler dans le cadre de la branche transport.

Par conséquent, si les représentants syndicaux moins nombreux doivent se trouver un rôle différent, la question du financement syndical va se poser.

Les grandes centrales syndicales sont évidemment préoccupées par cette situation qui présente un risque quant à leur survie.

Le gouvernement n’a pas forcément intérêt à laisser une situation qui reviendrait à provoquer un assèchement de la vie syndicale. L’appauvrissent du monde syndical nourrit le radicalisme. Mieux vaut des syndicats responsables et capables d’assumer les logiques de compromis, plutôt que des organisations obligées d’adopter des logiques de conflit pour survivre.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

02.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

03.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

04.

La modernisation de la flotte australienne de sous-marins : un enjeu géopolitique pour la France

05.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

06.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

07.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Mais d’où vient ce mystérieux signal radio émis des profondeurs de l’espace à destination de la Terre ?

06.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 09/04/2018 - 20:03
@cloette
Les sociétés militaires privées existent et ont déjà des contrats avec La Défense. Ceci dit il ne faut pas tout mélanger. Les cheminots devraient avoir l’emploi à vie alors que 3/4 des militaires ont des contrats pour 4 7 ou 15 ans???c’est quoi cette farce???
JBL
- 09/04/2018 - 16:33
Attention !
Il y a 25 % de grévistes, dont 75 % de conducteurs. Il y a de très fortes probabilités que d'ici 10 à 15 ans, et peut-être avant, il n' y ait plus de conducteurs dans les trains. Et ça ils le savent. Ils se battent pour un monde perdu, mais dans peu de temps, ils ne seront pas les seuls. Sauf que tous les autres du privé, le moment venu, ils n'auront aucun poids, ni statut à défendre. Ils seront balayés, écrabouillés et jetés à la rue. Aujourd'hui les ventres pleins font les malins et se chauffent peinardement au coin du feu. Mais rien n'est immuable, ni éternel. Pour personne.
gerint
- 09/04/2018 - 15:59
@Cloette
Pour moi on ne peut pas TOUT privatiser sans risque considérable de dislocation de la Nation. Et de toute façon pour une entreprise nationale aussi vitale que la SNCF, ce serait AUX FRANCAIS et non à Bruxelles de décider si elle peut être privatisée ou non à l'issue d'un vrai DEBAT dans lequel le statut des cheminots, si imparfait soit-il, ne serve pas de prétexte à tout et à n'importe quoi dans une précipitation malsaine, notamment à travers la volonté tactique vieille comme le monde mais indigne ici de Macron d'opposer des Français aux autres, de diviser pour régner.