En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

03.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

04.

Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter

05.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

06.

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

07.

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz : en route pour l'Oural avec un amoureux de la Russie, de son peuple et de sa littérature. Un voyage intéressant et émouvant

il y a 9 heures 14 min
pépites > Education
Education nationale
Hommage à Samuel Paty : la rentrée scolaire n'est plus décalée à 10h lundi prochain
il y a 11 heures 44 min
light > Science
Ancêtre
Le chien est le plus vieil ami de l'homme, sa domestication est survenue il y a plus de 10.000 ans
il y a 13 heures 36 min
pépites > Politique
Décision
Antisémitisme : Jeremy Corbyn a été suspendu du Parti travailliste britannique
il y a 14 heures 11 min
pépites > France
Mobilisation des forces de l'ordre
Attentat à Nice : le gouvernement annonce le rappel de 3.500 gendarmes réservistes et la mobilisation de 3.500 policiers
il y a 14 heures 57 min
rendez-vous > Terrorisme
Géopolitico-scanner
La guerre indiscriminée des jihadistes contre la France : du "blasphémateur" Samuel Paty aux chrétiens respectueux de la Basilique niçoise
il y a 16 heures 4 min
pépites > Terrorisme
Religion
Des milliers de manifestants anti-Macron au Bangladesh, au Pakistan, en Afghanistan signale le Daily Mail
il y a 18 heures 5 min
light > Science
Singes
Les gorilles de montagne n'oublient pas leurs amis et sont amicaux avec eux quand ils se retrouvent même après une décennie de séparation
il y a 18 heures 40 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

il y a 19 heures 10 min
décryptage > Santé
Barrière contre le virus

Zorro contre le Covid-19 : le masque comme solution efficace et peu coûteuse

il y a 19 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

il y a 9 heures 32 min
pépites > Faits divers
Forces de l'ordre
Tentative d’agression au couteau sur un policier dans le XVe arrondissement de Paris
il y a 13 heures 7 min
pépites > Politique
Moyens d'action face au virus
Covid-19 : le Sénat a voté la prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 31 janvier
il y a 13 heures 48 min
pépites > International
Mini tsunami
Turquie : au moins quatre morts et 120 blessés après un séisme de magnitude 7 en mer Egée
il y a 14 heures 40 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand l’émail est semé de fleurs de sel et quand il neige sur la toundra : c’est l’actualité reconfinée des montres
il y a 15 heures 35 min
pépites > Consommation
Confiné
La France reconfinée pour au moins 4 semaines : ce qui est ouvert ou fermé
il y a 17 heures 29 min
pépite vidéo > Terrorisme
Face à l'info
Attaques terroristes : l'échec du renseignement français ?
il y a 18 heures 12 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

il y a 18 heures 53 min
pépites > Politique
Reconfinement
Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter
il y a 19 heures 16 min
décryptage > Politique
Maison Blanche

Le chemin de la victoire de Donald Trump est étroit mais il existe encore

il y a 19 heures 54 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Atlantico Business

SNCF : Emmanuel Macron et son gouvernement vont enfin expliquer à l’opinion à quoi sert la réforme

Publié le 09 avril 2018
Tout va se jouer maintenant sur le front de l’opinion. Les syndicats ne pourraient pas tenir des positions purement idéologiques et corporatistes si l’opinion comprenait le sens de la réforme.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tout va se jouer maintenant sur le front de l’opinion. Les syndicats ne pourraient pas tenir des positions purement idéologiques et corporatistes si l’opinion comprenait le sens de la réforme.

De deux choses l’une : ou bien le gouvernement ne sait pas communiquer les vraies raisons de la réforme qu’il prépare pour la Sncf ou il n’en est pas convaincu lui-même.

Dans les deux cas, il laisse le champ libre à la CGT et à Sud Rail qui sont capables de bloquer le système en justifiant leur colère par des raisons purement corporatistes (ce qui est légitime, après tout), mais en les habillant d’arguments purement idéologiques et politiques.

Pour l’opinion publique, les arguments purement politiques ou corporatistes devraient être irrecevables dès qu’on prend en compte les objectifs véritables de la réforme.

Si la direction de la SNCF n’est pas crédible dans ses explications dans la mesure où elle a dû changer trop souvent de discours stratégique, le gouvernement ne peut pas se contenter d’affirmer que l’abandon du statut par exemple aura pour conséquences d’améliorer le service à la clientèle tout en coûtant moins cher au contribuable. Il ne peut pas résumer son équation en affirmant que le changement de statut permettra de tout régler, l’équilibre d’exploitation, la performance technique, les obligations de services publics et la sécurité du transport. C’est une explication ridicule. Et évidemment contre-performante.

L’opinion publique a besoin d’éclairage sur trois points de la réforme qui sont aujourd’hui terriblement anxiogènes.

1 L’ouverture à la concurrence est considérée par les syndicats de cheminots et par l’ensemble des partis de gauche comme une évolution ruineuse pour la qualité du transport ferroviaire et comme l’antichambre de la privatisation qui reviendra à brader des fleurons du patrimoine à des affreux spéculateurs capitalistes.

Cette interprétation ne correspond évidemment pas à la réalité. La mise en concurrence des activités de production ou de création de richesse oblige en permanence les agents économiques à être meilleurs pour satisfaire leurs clients. Cette amélioration porte sur la qualité du produit et du service ainsi que sur le prix. Il n’y a pas d’exemple dans l’histoire récente où la mise en concurrence a provoqué une augmentation de prix pour le consommateur. L’ouverture à la concurrence des grands monopoles d’Etat a toujours engendré des baisses de prix et un enrichissement de l’offre : le transport aérien, les télécommunications, la poste, l’énergie ont  profité au plus grand nombre. L’EDF n ‘est pas morte à l’ouverture de la concurrence. La Poste a rebondi en réinventant un métier d’origine mis à mal par la concurrence du digitale. Aucun consommateur, aucun électricien, pas même les postiers et les facteurs ne souhaiterait revenir en arrière.

Tout comme l’EDF, Air France, les fournisseurs mobile ou internet, la SNCF est déjà en situation de concurrence. Elle est en concurrence avec la route, l’auto partage, les bus, les avions, les VTT, les taxis... C’est si vrai que la SNCF a créé ou annexé des moyens de mobilité dans des filiales pour offrir un service complet de mobilité à ses clients.

Les trains SNCF sont directement en concurrence avec des TGV suisses, belges, italiens, anglais ou allemands sur ses propres lignes.

Enfin, la SNCF doit gérer la pire des concurrences qui est celle de Google pour les réservations. Les applications qui prennent en charge les réservations, ce sont elles qui ont la relation client et qui détournent une partie de la marge à leur profit. L’hôtellerie française s’est déjà faite cannibalisée par Booking et Airbnb avant de se réveiller et d’essayer de se défendre.

Sans le dire, la SNCF a pris le virage du digital. Elle se bat pour conserver la maitrise de la relation client, non sans succès. Mais pour ce faire, elle a besoin de flexibilité, de souplesse, de réactivité.

2. La question de la dette est le résultat d’une lâcheté politique des gouvernements antérieurs. Cette lâcheté doit être purgée au plus vite. Depuis une vingtaine d’années, les gouvernements ont incité la SNCF à se moderniser et à investir dans le TGV notamment, mais sans lui donner la liberté des prix et sans prendre en charge les investissements. La SNCF est le seul mode de transport à payer l'investissement en infrastructures. Résultat, la SNCF s’est endettée, avec d’ailleurs la garantie de l’Etat.

La logique imposera à l’Etat qu’il assume cette situation et reprenne à son compte, tout ou partie de cette dette, ce qui est parfaitement possible et ce qui se fera. Dans ses conditions, l’exploitation s’en trouverait allégée d’autant. Et les syndicats auront l’impression d’avoir remporté une victoire.

 

3. Sur la question des statuts, est difficilement négociable. Le gouvernement doit dire à l’opinion la vérité. Transformer la SNCF en une société comme les autres lui donnerait plus de liberté pour négocier ses captivités de marché en France comme à l’étranger, parce qu’on ne sait pas et ce qu’on ne dit pas, la SNCF vend sa technologie et son savoir-faire avec beaucoup de succès dans les pays étrangers. Le changement de statut rend responsable son management et lui enlève le poids de la tutelle. Enfin, le changement de statut ne l‘empêche pas d’accepter des obligations de services publics que lui imposerait son actionnaire, l’Etat. France télécom, EDF, Air France, Aéroports de Paris ont encore aujourd’hui des obligations de services publics qui ne les empêchent pas de respirer.

D’autre part, la question du statut des cheminots est un faux problème. D’abord, parce que son abandon ne concerne pas les personnels actuels. Seules les nouvelles embauches se feraient en dehors du statut. Actuellement, près de 20% des personnels de la SNCF sont déjà hors statut, dont la totalité de l’encadrement. Ce qu’on sait encore moins, c’est que près du tiers des jeunes embauchés dans le groupe demandent à être intégrés dans le cadre d’un CDI normal. Ils préfèrent le potentiel d’une carrière et une rémunération, 30 à 40 % supérieure aux différentes garanties offertes par le statut cheminot (garantie de l’emploi et retraite à moins de 60 ans).

Sur ces trois points, il faut urgemment ouvrir les dossiers et dire la vérité qui n’est absolument pas honteuse.

Il faut aussi expliquer qu‘avec une telle réforme, le poids des syndicats dans la maison va s’alléger parce qu’il y aura moins de représentation, ne serait-ce que pour gérer au quotidien le fameux statut. La DRH du groupe est aujourd’hui une véritable usine à gaz, extrêmement chronophage pour le personnel d’encadrement (qui est hors statut) et les représentants syndicaux, permanents ou détachés.

Si le poids des syndicats s’allège, leur rôle va devoir changer. La question des salaires par exemple peut très bien dans l’avenir se régler dans le cadre de la branche transport.

Par conséquent, si les représentants syndicaux moins nombreux doivent se trouver un rôle différent, la question du financement syndical va se poser.

Les grandes centrales syndicales sont évidemment préoccupées par cette situation qui présente un risque quant à leur survie.

Le gouvernement n’a pas forcément intérêt à laisser une situation qui reviendrait à provoquer un assèchement de la vie syndicale. L’appauvrissent du monde syndical nourrit le radicalisme. Mieux vaut des syndicats responsables et capables d’assumer les logiques de compromis, plutôt que des organisations obligées d’adopter des logiques de conflit pour survivre.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 09/04/2018 - 20:03
@cloette
Les sociétés militaires privées existent et ont déjà des contrats avec La Défense. Ceci dit il ne faut pas tout mélanger. Les cheminots devraient avoir l’emploi à vie alors que 3/4 des militaires ont des contrats pour 4 7 ou 15 ans???c’est quoi cette farce???
JBL
- 09/04/2018 - 16:33
Attention !
Il y a 25 % de grévistes, dont 75 % de conducteurs. Il y a de très fortes probabilités que d'ici 10 à 15 ans, et peut-être avant, il n' y ait plus de conducteurs dans les trains. Et ça ils le savent. Ils se battent pour un monde perdu, mais dans peu de temps, ils ne seront pas les seuls. Sauf que tous les autres du privé, le moment venu, ils n'auront aucun poids, ni statut à défendre. Ils seront balayés, écrabouillés et jetés à la rue. Aujourd'hui les ventres pleins font les malins et se chauffent peinardement au coin du feu. Mais rien n'est immuable, ni éternel. Pour personne.
gerint
- 09/04/2018 - 15:59
@Cloette
Pour moi on ne peut pas TOUT privatiser sans risque considérable de dislocation de la Nation. Et de toute façon pour une entreprise nationale aussi vitale que la SNCF, ce serait AUX FRANCAIS et non à Bruxelles de décider si elle peut être privatisée ou non à l'issue d'un vrai DEBAT dans lequel le statut des cheminots, si imparfait soit-il, ne serve pas de prétexte à tout et à n'importe quoi dans une précipitation malsaine, notamment à travers la volonté tactique vieille comme le monde mais indigne ici de Macron d'opposer des Français aux autres, de diviser pour régner.