En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

06.

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

07.

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

ça vient d'être publié
Surprise !
Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant
il y a 34 min 45 sec
pépite vidéo > Santé
(Grosse) révolution
Une société française annonce pouvoir détecter la bipolarité avec une simple prise de sang
il y a 1 heure 43 min
pépites > Politique
Too much ?
LFI demande l'ouverture d'une commission parlementaire sur "l'indépendance du pouvoir judiciaire"
il y a 2 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Journal d'un amour perdu" : Voyage dans l'intimité du deuil d'un colosse de la littérature

il y a 5 heures 17 min
light > Santé
Veggie mania
Burger King cède à la tendance vegan et lance son premier veggie Whopper
il y a 6 heures 13 min
pépites > Politique
Hospitalisation
Etats-Unis : Jimmy Carter hospitalisé après plusieurs chutes
il y a 7 heures 36 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 11 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 8 heures 46 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Levothyrox : le combat des associations pour obtenir la vérité

il y a 11 heures 37 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le 10 mai 1981 : un jour maudit pour la droite

il y a 11 heures 38 min
décryptage > Société
Ras des pâquerettes ?

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

il y a 11 heures 39 min
light > People
Karma ?
Pete Doherty condamné à 3 ans de prison avec sursis, 2 ans de mise à l'épreuve et 5000 euros d'amende
il y a 1 heure 4 min
light > Culture
Mauvais augure
Plus de promotion pour J'accuse, le nouveau film de Polanski
il y a 2 heures 12 min
pépites > Europe
Opération conjointe
Blocage de l'autoroute A9 par des indépendantistes espagnols : la France et l'Espagne tentent de les déloger
il y a 3 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La dame de chez Maxim" : Cette dame d'autrefois nous met toujours en joie

il y a 5 heures 23 min
pépites > International
Débordements et violence
Hong Kong : un manifestant blessé par balle et un homme brûlé vif lundi 11 novembre
il y a 6 heures 58 min
décryptage > Economie
Mêmes causes, mêmes effets ?

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

il y a 8 heures 41 min
décryptage > Santé
Techno-Masochisme

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

il y a 9 heures 21 min
décryptage > Economie
(Petite) révolution

Révolution dans la Silicon Valley : les investisseurs américains veulent des entreprises rentables maintenant et pas uniquement des licornes en croissance

il y a 11 heures 37 min
décryptage > Politique
Malédiction

Guillaume Tabard : « La droite devrait s’inspirer de François Mitterrand pour faire renaître LR »

il y a 11 heures 39 min
décryptage > Economie
Commerce et stratégie

Amorce de détente : mais que veulent vraiment obtenir les Etats-Unis de la Chine ?

il y a 11 heures 40 min
© ETIENNE LAURENT / POOL / AFP
© ETIENNE LAURENT / POOL / AFP
Les défauts de ses qualités

Les qualités qui ont fait élire Emmanuel Macron sont-elles paradoxalement celles qui en font le moins bien placé pour réformer ?

Publié le 05 avril 2018
Réformer le pays n'est pas une mince affaire, même quand on a été élu pour ça. Etre un bon technocrate ou un bon banquier d'affaire ne rend pas la tâche du président Emmanuel Macron facile, loin de là.
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Réformer le pays n'est pas une mince affaire, même quand on a été élu pour ça. Etre un bon technocrate ou un bon banquier d'affaire ne rend pas la tâche du président Emmanuel Macron facile, loin de là.

Atlantico : Si l'ambition présidentielle d'Emmanuel Macron a toujours été portée par une volonté de "réformer" le pays, ne peut-on pas voir, paradoxalement, dans le profil du président des caractéristiques qui pourraient en faire le "moins bien placé" pour y parvenir, et à comprendre le pays ? En quoi son approche tantôt qualifiée de technocratique, tantôt de banquier d'affaire, selon une ligne idéologique conforme à celle portée par la Cour des Comptes pourrait-elle se révéler être un véritable handicap pour parvenir à réaliser la tâche alors que le pays y semble plus prêt qu'il ne l'était en 1995 ?

Edouard Husson : Emmanuel Macron fait beaucoup penser à Mikhail Gorbatchev. La haute fonction publique française, avec en son coeur l’Inspection des Finances, dont Emmanuel Macron est issu, connaît parfaitement les impasses de la politique menée depuis plusieurs décennies. Il est fascinant de relire nombre de rapports officiels ou semi-officiels des années 2014-2015, qui précèdent l’émergence de Macron, par exemple les textes du CAE. On y lit noir sur blanc les difficultés de la zone euro et le choix qui est souhaité, à la fois, d’accélérer la fédéralisation de la zone euro tout en mettant en place un système de redistribution financière vers l’Europe du Sud. C’est en gros ce programme qu’Emmanuel Macron a présenté avant son élection. Et qu’il essaie de faire accepter par une Allemagne peu enthousiaste. Au coeur du système, on connaît les failles du système - exactement comme dans le KGB de Youri Andropov à la fin des années Brejnev. Pour essayer de régénérer le communisme, les dirigeants soviétiques poussèrent un quinquagénaire énergique, bourreau de travail et capable de faire bouger l’image du pays à l’extérieur. La nomenklatura française a fait la même chose pous sauver sa grande dystopie, la zone euro gérée selon les règles du monétarisme allemand. Le moins que l’on puisse dire c’est que, pour l’instant Emmanuel Macron remplit parfaitement la mission qui est la sienne. Comme Gorbatchev, l’élève a largement dépassé ses mentors, il a pris son autonomie, il a été jusqu’à récemment dans une sorte d’état de grâce qui a largement dépassé « les cent jours ». Si l’on élargit la perspective historique, Macron correspond à une vieille expérience historique: un insider a plus de pouvoir de conviction pour faire bouger les choses qu’un outsider, aussi brillant soit-il. C’est la supériorité de Macron sur Sarkozy. 

Quels sont également les risques de voir Emmanuel Macron rechercher la confrontation, avec les syndicats, la SNCF, les mouvements jeunes, selon une logique de rapports de force. Si la volonté de réformer peut-être ici saluée, quels sont les risques de faire basculer une telle ambition sur une dimension plus personnelle allant jus​qu'au narcissisme dont le président est régulièrement accusé ?

Je crois qu’il ne faut pas inverser les facteurs. Macron a reçu un mandat du peuple, dont une majorité d’électeurs l’a porté à la présidence; et lui a donné une large majorité à l’Assemblée. Que l’extrême gauche essaie de se refaire une santé et mobilise les siens sur différents objectifs, avec une dimension de violence provocatrice, c’est dans sa raison d’être. Que certains syndicats veuillent faire de la réforme de la SNCF une cause symbolique, quoi de plus attendu? Doit-on pour autant reprocher à Macron de s’apprêter à tenir sa ligne? Il ne ferait que renouer avec la ligne de Nicolas Sarkozy, qui a toujours résisté au chantage de la rue. La vraie question est ailleurs. La grande différence entre Sarkozy et Macron d’un côté et le Général de Gaulle de l’autre, c’est que les réformes des premiers ne corresxpondent pas à un programme défini d’abord en fonction de l’intérêt du pays mais en fonction d’un agenda européen, où il y a du bon et du moins bon. Le grand drame de la France, depuis la révolution, c’est qu’à part quelques trop brèves périodes - Louis-Philippe, Napoléon III, de Gaulle essentiellement - les milieux dirigeants français se méfient de leur peuple; ils sont atteints, à droite, par le syndrome des émigrés - s’appuyer sur l’étranger pour faire passer sa politique - ou des jacobins - passer en force quel que soit le coût humain. La mise en place de l’euro a été vue par les milieux dirigeants français - syndrome des émigrés - comme un moyen de faire passer des réformes qu’on estimait impossibles à imposer sur le plan intérieur; et l’échec programmé de l’euro conduit non pas à une pause ou un changement de cap - mais à une accélération de la fédéralisation de la zone euro et de toutes les réformes voulues par l’Europe. Il est là le problème de Macron. Plusieurs des réformes qu’il fait passer sont nécessaires mais il ne le fait pas dans un cadre gaullien, d’intérêt supérieur du pays; il le fait dans le cadre contraint d’une politique monétaire mauvaise pour le pays. Plutôt que Gorbatchev, on préférerait pouvoir le comparer à Deng Xiao Ping: on aimerait que le pragmatisme l’emporte à la prochaine crise de la zone euro. 

Quels sont également les risques de voir Emmanuel Macron perdre le soutien de ses troupes, ou au moins d'être confronté à des résistances internes au mouvement, dans un contexte ou certains membres de LREM font part de leur désarroi face à ce qu'ils appellent le "carpet bombing" ou le trop plein de réformes qui menace la cohérence et la clarté de l'ensemble de l'action ?

Il faut souhaiter à Macron que l’on puisse un jour traiter ses troupes de « grognards ». Les soldats de Napoléon étaient connus pour récriminer en permanence tout en se réjouissant, après coup, des victoires. Que veulent les députés de LREM, que leur grand homme abandonne ce qui a fait ses succès politiques jusqu’ici, la rapidité d’exécution, l’effet de surprise, l’absence de répit laissée à ses adversaires? Le défi n’est pas là, de mon point de vue. Il surgira au plus tard après les élections européennes de 2019: quand il sera devenu évident que l’Union Européenne - et en particulier la zone euro - ne sont pas sauvables sans en changer profondément les règles, Emmanuel Macron saura-t-il amorcer un tournant gaullien? Garder son énergie et son goût de la réforme mais en les appliquant mieux? Le grand défi à venir, c’est d’inverser le funeste tournant de 1983, lorsque François Mitterrand, s’est trompé de politique. Evidemment qu’à l’époque il fallait mettre fin au doux rêve néo-keynésien des années 1981-1983; mais la voie était tracée, celle du pragmatisme monétaire sur un modèle britannique ou américain. Au lieu de cela, Mitterrand, mal conseillé par Delors et l’Inspection des Finances, décida de revenir à la politique de Raymond Barre, celle précisément qui avait été rejetée en 1981 et était la cause de son élection; cette même politique que Mitterrand, le plus funeste de nos dirigeants, a verrouillée une deuxième fois en faisant l’euro malgré la réunification allemande. Il faudra bien entendu continuer à réduire les dépenses de l’Etat que, parallèlement, on s’attachera à déconcentrer bien plus qu’aujourd’hui. Mais toutes ces réformes ne pourront réussir que si elles ont accompagnés d’une grande politique d’investissements - il faut être bien plus audaceiux que le Plan d’Investissements d’Avenir de Sarkozy. Pour que ce soit possible, il faudra bien inventer les moyens d’une nouvelle flexibilité monétaire; et cela ne se fera pas si Macron refuse d’envisager la possibilité que l’euro éclate si la nécessaire réforme de la zone euro n’aboutissait pas. Le meilleur moyen de réussir une réforme c’est de convaincre partenaires et adversaires que l’on est prêt à brûler ses vaisseaux plutôt que de revenir au système d’avant.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

06.

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

07.

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
AUSTRAL98
- 06/04/2018 - 00:59
Les qualités qui ont fait élire...
La duperie est sa principale qualité.
Il a été élu grâce à la propagande de 95 des médias aux mains d'oligarques et grâce à la complicité de la justice politique, il n'a aucune légitimité, placé là par la finance mondiale.
cloette
- 05/04/2018 - 12:38
A propos des privilèges
pour attirer ou fixer la main-d'œuvre d'un secteur, les pouvoirs royaux ou locaux, dès le Moyen Âge, recourent à l'octroi de privilèges, c'est-à-dire d'avantages ( monopole sur la production d'un produit par exemple) officiellement accordés à des métiers jugés stratégiques.(encyclopédia
universalis)
A M A
- 05/04/2018 - 11:48
La France est un très vieux
La France est un très vieux pays.Réformer à la Macron, c'est d'une vieille cocotte fripée qui a beaucoup vécue vouloir faire une jouvencelle au teint de rose. La chirurgie esthétique à souvent des résultats catastrophiques et "ridicules". Faire s'qu'on peut, avec a's'qu'on a, sans vouloir pèter plus haut qu'son cul.