En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

02.

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

03.

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

04.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

05.

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

07.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

01.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

02.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

05.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

06.

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

ça vient d'être publié
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 11 heures 16 min
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 13 heures 19 min
pépites > Santé
Health Data Hub
Santé : l’Assurance maladie met son avis en suspens sur le mégafichier de données individuelles
il y a 14 heures 17 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste
il y a 16 heures 19 sec
décryptage > France
Loi

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

il y a 17 heures 17 min
décryptage > France
Drame humain

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

il y a 18 heures 15 min
pépite vidéo > Société
Fermeture des bars et des restaurants
Covid-19 : l'incompréhension de la maire de Marseille, Michèle Rubirola, suite aux annonces d'Olivier Véran
il y a 18 heures 43 min
décryptage > Economie
Industrie

Sauver Bridgestone à tout prix ? Et si on parlait de ces emplois industriels qui ne trouvent pas preneurs...

il y a 19 heures 31 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

il y a 20 heures 17 min
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 1 jour 8 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 12 heures 2 min
light > Culture
Ministère de la Culture
Gabriel Matzneff est définitivement privé d'aide publique
il y a 13 heures 51 min
pépites > Europe
Vers de nouvelles sanctions de l'UE ?
Biélorussie : l'Union européenne refuse de reconnaître Alexandre Loukachenko comme président malgré sa "prestation de serment"
il y a 15 heures 37 min
pépites > Justice
Justice
Financement libyen : la cour d'appel de Paris rejette les recours de Nicolas Sarkozy et de ses proches
il y a 16 heures 13 min
décryptage > International
Influence de la Turquie

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

il y a 18 heures 42 sec
décryptage > France
Il m’a démasqué

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

il y a 18 heures 32 min
décryptage > Environnement
Transition écologique

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

il y a 19 heures 15 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

il y a 20 heures 13 sec
décryptage > Politique
Candidat idéal ?

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

il y a 20 heures 40 min
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 1 jour 9 heures
© ETIENNE LAURENT / POOL / AFP
© ETIENNE LAURENT / POOL / AFP
Les défauts de ses qualités

Les qualités qui ont fait élire Emmanuel Macron sont-elles paradoxalement celles qui en font le moins bien placé pour réformer ?

Publié le 05 avril 2018
Réformer le pays n'est pas une mince affaire, même quand on a été élu pour ça. Etre un bon technocrate ou un bon banquier d'affaire ne rend pas la tâche du président Emmanuel Macron facile, loin de là.
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Réformer le pays n'est pas une mince affaire, même quand on a été élu pour ça. Etre un bon technocrate ou un bon banquier d'affaire ne rend pas la tâche du président Emmanuel Macron facile, loin de là.

Atlantico : Si l'ambition présidentielle d'Emmanuel Macron a toujours été portée par une volonté de "réformer" le pays, ne peut-on pas voir, paradoxalement, dans le profil du président des caractéristiques qui pourraient en faire le "moins bien placé" pour y parvenir, et à comprendre le pays ? En quoi son approche tantôt qualifiée de technocratique, tantôt de banquier d'affaire, selon une ligne idéologique conforme à celle portée par la Cour des Comptes pourrait-elle se révéler être un véritable handicap pour parvenir à réaliser la tâche alors que le pays y semble plus prêt qu'il ne l'était en 1995 ?

Edouard Husson : Emmanuel Macron fait beaucoup penser à Mikhail Gorbatchev. La haute fonction publique française, avec en son coeur l’Inspection des Finances, dont Emmanuel Macron est issu, connaît parfaitement les impasses de la politique menée depuis plusieurs décennies. Il est fascinant de relire nombre de rapports officiels ou semi-officiels des années 2014-2015, qui précèdent l’émergence de Macron, par exemple les textes du CAE. On y lit noir sur blanc les difficultés de la zone euro et le choix qui est souhaité, à la fois, d’accélérer la fédéralisation de la zone euro tout en mettant en place un système de redistribution financière vers l’Europe du Sud. C’est en gros ce programme qu’Emmanuel Macron a présenté avant son élection. Et qu’il essaie de faire accepter par une Allemagne peu enthousiaste. Au coeur du système, on connaît les failles du système - exactement comme dans le KGB de Youri Andropov à la fin des années Brejnev. Pour essayer de régénérer le communisme, les dirigeants soviétiques poussèrent un quinquagénaire énergique, bourreau de travail et capable de faire bouger l’image du pays à l’extérieur. La nomenklatura française a fait la même chose pous sauver sa grande dystopie, la zone euro gérée selon les règles du monétarisme allemand. Le moins que l’on puisse dire c’est que, pour l’instant Emmanuel Macron remplit parfaitement la mission qui est la sienne. Comme Gorbatchev, l’élève a largement dépassé ses mentors, il a pris son autonomie, il a été jusqu’à récemment dans une sorte d’état de grâce qui a largement dépassé « les cent jours ». Si l’on élargit la perspective historique, Macron correspond à une vieille expérience historique: un insider a plus de pouvoir de conviction pour faire bouger les choses qu’un outsider, aussi brillant soit-il. C’est la supériorité de Macron sur Sarkozy. 

Quels sont également les risques de voir Emmanuel Macron rechercher la confrontation, avec les syndicats, la SNCF, les mouvements jeunes, selon une logique de rapports de force. Si la volonté de réformer peut-être ici saluée, quels sont les risques de faire basculer une telle ambition sur une dimension plus personnelle allant jus​qu'au narcissisme dont le président est régulièrement accusé ?

Je crois qu’il ne faut pas inverser les facteurs. Macron a reçu un mandat du peuple, dont une majorité d’électeurs l’a porté à la présidence; et lui a donné une large majorité à l’Assemblée. Que l’extrême gauche essaie de se refaire une santé et mobilise les siens sur différents objectifs, avec une dimension de violence provocatrice, c’est dans sa raison d’être. Que certains syndicats veuillent faire de la réforme de la SNCF une cause symbolique, quoi de plus attendu? Doit-on pour autant reprocher à Macron de s’apprêter à tenir sa ligne? Il ne ferait que renouer avec la ligne de Nicolas Sarkozy, qui a toujours résisté au chantage de la rue. La vraie question est ailleurs. La grande différence entre Sarkozy et Macron d’un côté et le Général de Gaulle de l’autre, c’est que les réformes des premiers ne corresxpondent pas à un programme défini d’abord en fonction de l’intérêt du pays mais en fonction d’un agenda européen, où il y a du bon et du moins bon. Le grand drame de la France, depuis la révolution, c’est qu’à part quelques trop brèves périodes - Louis-Philippe, Napoléon III, de Gaulle essentiellement - les milieux dirigeants français se méfient de leur peuple; ils sont atteints, à droite, par le syndrome des émigrés - s’appuyer sur l’étranger pour faire passer sa politique - ou des jacobins - passer en force quel que soit le coût humain. La mise en place de l’euro a été vue par les milieux dirigeants français - syndrome des émigrés - comme un moyen de faire passer des réformes qu’on estimait impossibles à imposer sur le plan intérieur; et l’échec programmé de l’euro conduit non pas à une pause ou un changement de cap - mais à une accélération de la fédéralisation de la zone euro et de toutes les réformes voulues par l’Europe. Il est là le problème de Macron. Plusieurs des réformes qu’il fait passer sont nécessaires mais il ne le fait pas dans un cadre gaullien, d’intérêt supérieur du pays; il le fait dans le cadre contraint d’une politique monétaire mauvaise pour le pays. Plutôt que Gorbatchev, on préférerait pouvoir le comparer à Deng Xiao Ping: on aimerait que le pragmatisme l’emporte à la prochaine crise de la zone euro. 

Quels sont également les risques de voir Emmanuel Macron perdre le soutien de ses troupes, ou au moins d'être confronté à des résistances internes au mouvement, dans un contexte ou certains membres de LREM font part de leur désarroi face à ce qu'ils appellent le "carpet bombing" ou le trop plein de réformes qui menace la cohérence et la clarté de l'ensemble de l'action ?

Il faut souhaiter à Macron que l’on puisse un jour traiter ses troupes de « grognards ». Les soldats de Napoléon étaient connus pour récriminer en permanence tout en se réjouissant, après coup, des victoires. Que veulent les députés de LREM, que leur grand homme abandonne ce qui a fait ses succès politiques jusqu’ici, la rapidité d’exécution, l’effet de surprise, l’absence de répit laissée à ses adversaires? Le défi n’est pas là, de mon point de vue. Il surgira au plus tard après les élections européennes de 2019: quand il sera devenu évident que l’Union Européenne - et en particulier la zone euro - ne sont pas sauvables sans en changer profondément les règles, Emmanuel Macron saura-t-il amorcer un tournant gaullien? Garder son énergie et son goût de la réforme mais en les appliquant mieux? Le grand défi à venir, c’est d’inverser le funeste tournant de 1983, lorsque François Mitterrand, s’est trompé de politique. Evidemment qu’à l’époque il fallait mettre fin au doux rêve néo-keynésien des années 1981-1983; mais la voie était tracée, celle du pragmatisme monétaire sur un modèle britannique ou américain. Au lieu de cela, Mitterrand, mal conseillé par Delors et l’Inspection des Finances, décida de revenir à la politique de Raymond Barre, celle précisément qui avait été rejetée en 1981 et était la cause de son élection; cette même politique que Mitterrand, le plus funeste de nos dirigeants, a verrouillée une deuxième fois en faisant l’euro malgré la réunification allemande. Il faudra bien entendu continuer à réduire les dépenses de l’Etat que, parallèlement, on s’attachera à déconcentrer bien plus qu’aujourd’hui. Mais toutes ces réformes ne pourront réussir que si elles ont accompagnés d’une grande politique d’investissements - il faut être bien plus audaceiux que le Plan d’Investissements d’Avenir de Sarkozy. Pour que ce soit possible, il faudra bien inventer les moyens d’une nouvelle flexibilité monétaire; et cela ne se fera pas si Macron refuse d’envisager la possibilité que l’euro éclate si la nécessaire réforme de la zone euro n’aboutissait pas. Le meilleur moyen de réussir une réforme c’est de convaincre partenaires et adversaires que l’on est prêt à brûler ses vaisseaux plutôt que de revenir au système d’avant.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
AUSTRAL98
- 06/04/2018 - 00:59
Les qualités qui ont fait élire...
La duperie est sa principale qualité.
Il a été élu grâce à la propagande de 95 des médias aux mains d'oligarques et grâce à la complicité de la justice politique, il n'a aucune légitimité, placé là par la finance mondiale.
cloette
- 05/04/2018 - 12:38
A propos des privilèges
pour attirer ou fixer la main-d'œuvre d'un secteur, les pouvoirs royaux ou locaux, dès le Moyen Âge, recourent à l'octroi de privilèges, c'est-à-dire d'avantages ( monopole sur la production d'un produit par exemple) officiellement accordés à des métiers jugés stratégiques.(encyclopédia
universalis)
A M A
- 05/04/2018 - 11:48
La France est un très vieux
La France est un très vieux pays.Réformer à la Macron, c'est d'une vieille cocotte fripée qui a beaucoup vécue vouloir faire une jouvencelle au teint de rose. La chirurgie esthétique à souvent des résultats catastrophiques et "ridicules". Faire s'qu'on peut, avec a's'qu'on a, sans vouloir pèter plus haut qu'son cul.