En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

ça vient d'être publié
Surprise !
Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant
il y a 6 heures 17 min
pépite vidéo > Santé
(Grosse) révolution
Une société française annonce pouvoir détecter la bipolarité avec une simple prise de sang
il y a 7 heures 25 min
pépites > Politique
Too much ?
LFI demande l'ouverture d'une commission parlementaire sur "l'indépendance du pouvoir judiciaire"
il y a 8 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Journal d'un amour perdu" : Voyage dans l'intimité du deuil d'un colosse de la littérature

il y a 10 heures 59 min
light > Santé
Veggie mania
Burger King cède à la tendance vegan et lance son premier veggie Whopper
il y a 11 heures 56 min
pépites > Politique
Hospitalisation
Etats-Unis : Jimmy Carter hospitalisé après plusieurs chutes
il y a 13 heures 18 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 11 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 14 heures 29 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Levothyrox : le combat des associations pour obtenir la vérité

il y a 17 heures 20 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le 10 mai 1981 : un jour maudit pour la droite

il y a 17 heures 20 min
décryptage > Société
Ras des pâquerettes ?

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

il y a 17 heures 21 min
light > People
Karma ?
Pete Doherty condamné à 3 ans de prison avec sursis, 2 ans de mise à l'épreuve et 5000 euros d'amende
il y a 6 heures 46 min
light > Culture
Mauvais augure
Plus de promotion pour J'accuse, le nouveau film de Polanski
il y a 7 heures 55 min
pépites > Europe
Opération conjointe
Blocage de l'autoroute A9 par des indépendantistes espagnols : la France et l'Espagne tentent de les déloger
il y a 9 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La dame de chez Maxim" : Cette dame d'autrefois nous met toujours en joie

il y a 11 heures 5 min
pépites > International
Débordements et violence
Hong Kong : un manifestant blessé par balle et un homme brûlé vif lundi 11 novembre
il y a 12 heures 41 min
décryptage > Economie
Mêmes causes, mêmes effets ?

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

il y a 14 heures 23 min
décryptage > Santé
Techno-Masochisme

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

il y a 15 heures 3 min
décryptage > Economie
(Petite) révolution

Révolution dans la Silicon Valley : les investisseurs américains veulent des entreprises rentables maintenant et pas uniquement des licornes en croissance

il y a 17 heures 20 min
décryptage > Politique
Malédiction

Guillaume Tabard : « La droite devrait s’inspirer de François Mitterrand pour faire renaître LR »

il y a 17 heures 21 min
décryptage > Economie
Commerce et stratégie

Amorce de détente : mais que veulent vraiment obtenir les Etats-Unis de la Chine ?

il y a 17 heures 22 min
© Drew Angerer / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
© Drew Angerer / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Atlantico Business

Panique à la bourse : Facebook désespère les marchés financiers, plombe Google, Tesla, Microsoft, Apple et jusqu’à la confiance dans nos démocraties

Publié le 29 mars 2018
L’effondrement de Facebook à la bourse de New York entraîne à la baisse l’ensemble des valeurs de la tech et jette le discrédit sur le fonctionnement des démocraties piégées par l’utilisation frauduleuse des données personnelles.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’effondrement de Facebook à la bourse de New York entraîne à la baisse l’ensemble des valeurs de la tech et jette le discrédit sur le fonctionnement des démocraties piégées par l’utilisation frauduleuse des données personnelles.

Jamais depuis sa déjà longue histoire, le monde digital n’a été aussi ébranlé dans son modèle économique et dans son rôle quant au fonctionnement des sociétés modernes. 

Le scandale Facebook, soupçonné d’avoir laissé utiliser les données personnelles de plus de 50 millions d’utilisateurs à des fins de manipulation politique, a désormais un impact ravageur sur l'ensemble de cette industrie mais aussi sur le fonctionnement des démocraties puisqu’a priori, la manipulation des données personnelles aurait été utilisée par les partisans du Brexit en Grande Bretagne et leur aurait, au final, permis d’obtenir une majorité. Le Congrès américain a décidé d’enquêter pour savoir dans quelle mesure, l’utilisation des données personnelles aurait pu biaiser les dernières élections américaines et favoriser la victoire de Donald Trump. 

Pour comprendre l’ampleur de ce scandale et en mesurer l’impact, il faut bien sûr savoir ce qui s’est passé. Explications :

En clair, Facebook est soupçonné d’avoir laissé utiliser des millions de données personnelles drainées et stockées par une société d’étude privée. Cambridge Analytica est une entreprise d‘analyse de données qui travaille pour d’autres entreprises, pour des Etats et pour des partis politiques. En l’occurrence et selon plusieurs employeurs de Cambridge Analytica, dont Christopher Wylie qui est au centre de toutes les attentions, Cambridge Analytica a réussi à obtenir illégalement des données provenant de millions d’utilisateurs de Facebook. De façon à les traiter, les analyser, les cibler et ensuite leur envoyer des messages ou des informations qui correspondaient à leurs centres d’intérêt ou à leurs demandes. Le but étant de conforter des populations fragiles, de leur envoyer des fake news afin de les influencer dans leur comportement politique. 

Cambridge Analytica aurait donc travaillé pour les partisans du Brexit en envoyant des dossiers et des informations cherchant à prouver que l‘appartenance à l’Union européenne avait été une catastrophe pour les Anglais

Quant aux Etats-Unis, Cambridge Analytica s’était donnée pour objectif de sensibiliser les électeurs fragilisés par les conditions économiques et de leur expliquer qu’ils étaient victimes des complots fomentés par les élites américaines de la grande finance, et tous les amis d’Obama qui étaient à la solde de cette élite.  

Depuis la découverte de ce scandale, les dirigeants de Cambridge Analytica ont été écartés de la direction de l’entreprise et notamment son directeur général, Alexandre Nix, qui serait à l’origine du concept qui consistait à siphonner les données et à les exploiter ensuite à des fins marketing ou politiques. 

Chez Facebook, c’est un peu la panique. Mark Zuckerberg, après avoir refusé de témoigner officiellement devant la commission d’enquête britannique, s’est confondu en excuses dans la presse et à la télévision. Ce qui n’a rien changé et rassuré personne. Il va sans doute consentir à s’expliquer devant le Congrès américain. 

Mark Zuckerberg est désormais dans une situation difficile. Parce que s’il ne peut pas être soupçonné d’avoir une responsabilité directe dans l’évasion de données et leur manipulation, il est évident désormais que ces systèmes de contrôle ont été défaillants. Les informaticiens de Cambridge Analytica ont confirmé la facilité avec laquelle ils pouvaient avoir accès aux données. 

Plus grave encore, on sait depuis 24 heures que Facebook n‘est pas le seul maillon faible de la planète digitale. Pour une raison très simple, si Facebook a pu enregistrer l’historique des appels, des messages et des SMS de ses adhérents, c’est aussi d’une certaine façon la faute d’Android. Par conséquent, Google, qui découvre la permissivité de son système d’exploitation mobile (Android), se retrouve aussi au cœur du scandale, ce qui n’est pas le cas des systèmes IOS.

N’empêche que par contagion, c’est l’ensemble des acteurs du digital, gérant de bases de données personnelles gigantesques qui se retrouvent suspects de manipulation. 

D‘où la dégringolade des valeurs boursières depuis dix jours, celle de Facebook en particulier ayant perdu près de 20% par rapport à son niveau de janvier. 

En fait, c’est le modèle économique de ces entreprises qui est atteint. Les entreprises comme Facebook ou Google ou même tous ceux qui travaillent dans le B to C, y compris les opérateurs de téléphone mobile et les fournisseurs, sont vulnérables.

Pourquoi ? Tout simplement parce que leur modèle consiste à vendre aux clients un service que personne ne conteste. Mais ce faisant, il récolte des milliards de données personnelles gratuitement, mais des données qu’ils vont pouvoir revendre

Un adhérent de Facebook n’est pas rémunéré par Facebook, et pourtant il livre à Facebook et aux autres une masse de données très personnelles. Nous acceptons tous de livrer ces données parce que nous avions la conviction que les opérateurs conserveraient la confidentialité de tout cela, sauf à demander l’autorisation. 

Beaucoup de ses données sont utilisées à des fins commerciales parce qu’elles permettent de vendre à des annonceurs des ciblages de clientèles très fins et très efficaces. 

Toute la fortune de Facebook ou de Google, ou de iTunes vient de là. D’un côté une donnée qu’on acquiert sans la payer et de l’autre la possibilité de la revendre à des entreprises qui en ont besoin pour leur objectif commercial. 

Mais si le contrat de confiance dans la confidentialité est trahi, c’est évidemment tout le modèle qui est hypothéqué. 

D’où la panique boursière, qui touche tout le secteur. Google est à risque parce qu’Android laisse échapper des données etc.

Ca n’est pas tout, si on découvre maintenant que ces données ne sont pas utilisées qu’à des fins commerciales - ce qui peut être contrôler et réguler - mais aussi à des fins politiques et de façon insidieuse et même clandestine sous la forme de fake news par exemple, ce sont les démocraties qui se retrouvent en risque grave de déstabilisation.  

Si les enquêtes menées en Angleterre et aux USA réussissent à prouver que l’utilisation et la manipulation des données personnelles a permis de déplacer des voix en faveur du Brexit ou de Donald Trump, les amendes qui seront infligées sont considérables. Facebook, par exemple, risque 2000 milliards de dollars d’amendes – pour un chiffre d’affaires annuel de 40 milliards. Une amende qui signifierait la fin des fins pour le géant américain.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cagnotte
- 31/03/2018 - 15:56
Ce n'était donc pas les 13 trolls russes?
Mais la perfide Albion qui a trafiqué les dernières élections, et avec quelle ampleur!
Pour être honnête, il faut ajouter que Cambridge Analytica, société anglaise est la propriété de la famille américaine juive Mercer,républicaine tres à droite, pro-armes, sionistes,anti réchauffement etc.Tout cela montre les liens entre une certaine angleterre et les américains si vous en doutiez!
https://www.nouvelobs.com/monde/l-amerique-selon-trump/20180321.OBS4003/le-clan-mercer-ces-milliardaires-extremistes-derriere-le-scandale-des-donnees-facebook.html
Si vraiment les enquêtes ne sont pas étouffées, le résultat peut être époustouflant
vieux croco
- 31/03/2018 - 09:20
Brexit
l'angleterre n'a vraiment plus la main et ne c'est pas quoi trouver pour empêcher le Brexit .Espions russes ,fausses nouvelles ,manipulations des votes ,tout est dirigé vers un seul but ,rendre invalide le vote initial .
edac44
- 30/03/2018 - 10:18
Quand "Fesse de Bouc" vous pète à la gueule !...
Quelle idée aussi d'aller se foutre à poil sur un réseau destiné à endoctriner toutes les opinions publiques !...
Que diriez vous de recevoir une ordonnance médicale à chaque que vous allez aux chiottes parce que là aussi, on n'arrête pas le "progrès" ???
Et je ne vous parle pas des matelas connectés pour vous rassurer sur vos performances !...