En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

05.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

06.

Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia

07.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 5 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 7 heures 1 min
pépites > Politique
Campagne sous tension
Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia
il y a 7 heures 57 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 8 heures 53 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 10 heures 34 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 13 heures 9 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 13 heures 53 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 14 heures 30 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 15 heures 5 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 15 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 6 heures 50 min
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 7 heures 35 min
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 8 heures 18 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 9 heures 48 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 13 heures 1 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 13 heures 35 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 13 heures 57 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 14 heures 51 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 15 heures 34 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 16 heures 22 min
Pamphlet

Les épines du rosier 2) La gauche, l'euro et la préférence française pour le chômage

Publié le 23 avril 2012
Dans un pamphlet qu'Atlantico publie en feuilleton et alors que François Hollande fait figure de favori des sondages, Roland Hureaux a souhaité faire le point sur les grandes lignes des politiques passées et à venir des socialistes. 2ème épisode : le PS et l'euro.
Roland Hureaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Hureaux a été universitaire, diplomate, membre de plusieurs cabinets ministériels (dont celui de Philippe Séguin), élu local, et plus récemment à la Cour des comptes.Il est l'auteur de La grande démolition : La France cassée par les réformes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans un pamphlet qu'Atlantico publie en feuilleton et alors que François Hollande fait figure de favori des sondages, Roland Hureaux a souhaité faire le point sur les grandes lignes des politiques passées et à venir des socialistes. 2ème épisode : le PS et l'euro.

Lire aussi :


Les erreurs de la gauche n’ont pas été seulement sectorielles ; elles ont touché aussi l’économie dans son ensemble. C’est le cas de la politique du franc fort, puis de l’euro fort, inaugurée par le gouvernement Bérégovoy en 1992.

Les socialistes français ont toujours été favorables à l’Europe : Monnet, Mollet, Pineau, qui figurent parmi les Pères de l’Europe étaient de sensibilité socialiste. Au moins autant que de la démocratie chrétienne, l’Europe de Bruxelles procède de l’impulsion social-démocrate. Inscrit dans cet héritage, Jacques Delors négocia l’Acte unique européen, en 1986, qui a ordonné l’uniformisation de toutes les normes de toutes sortes, techniques ou professionnelles de l’Europe, pour fonder le marché, non plus commun, mais unique, acte ratifié par la droite en 1987.

Rien que de naturel, dès lors, à ce que François Mitterrand signe le traité de Maastricht prévoyant la mise en place d’une monnaie commune européenne. Non sans mérite, il le soumit à référendum le 21 septembre 1992 et le traité ne fut approuvé que de justesse (51,04 %). On se souvient que la rumeur de sa maladie, répandue à dessein, et la compassion qu’elle suscita fit basculer in extremis le vote en faveur du oui.

Ce qui est en cause ici, ce n’est pas le projet de monnaie unique en tant que tel mais les conditions dans lesquelles il a été mis en place.

Pour préparer l’adoption de la monnaie unique par la France, le Premier ministre socialiste Bérégovoy décida, en 1992, sous l’influence de Jean-Claude Trichet, déjà en campagne auprès des Allemands pour devenir le gouverneur de la future Banque centrale européenne, qu’il fallait faire du franc une monnaie aussi forte que le mark. Il faut s’entendre sur ce que signifie forte. Cet adjectif peut signifier la monnaie d’un pays où la hausse des prix est strictement contrôlée. Mais il peut signifier aussi une monnaie qui, selon les critères habituellement employés en la matière : parité des pouvoirs d’achat, des prix de revient, équilibre des échanges extérieurs, est évaluée haut, éventuellement au-dessus de ce qu’elle devrait l’être. Cette surévaluation contribue certes à restreindre l’inflation mais freine la croissance et donc augmente le chômage. Augmentant le chômage, elle fait obstacle à la hausse des salaires.

C’est le choix qui a été fait en 1992. Il a eu des effets d’autant plus négatifs que l’Allemagne, ayant absorbé sur le principe d’1 mark Est = 1 mark Ouest l’énorme masse monétaire est-allemande, haussa considérablement ses taux d’intérêt pour empêcher l’inflation ; la France se sentant obligée de suivre, étrangla sa croissance. D’une certaine manière, elle partagea avec l’Allemagne, à son détriment, le poids de la réunification.

Ce choix fut confirmé en 1999, au moment de la conversion du franc en euro. Plus le taux de change de la monnaie est élevé, plus sa compétitivité se trouve handicapée. Alors que la plupart des pays s’efforcèrent de rentrer dans l’euro au plus bas taux pour être plus compétitifs, la France, désireuse d’égaler l’Allemagne, accepta une parité peu favorable à l’emploi et aux exportations. Avant l’entrée dans la zone euro, la France avait un taux de croissance supérieur à la moyenne européenne, il est devenu inférieur après.

La racine de ce que beaucoup appellent la "préférence française pour le chômage" se trouve là. Certes, ni entre 1993 et 1997, ni après 2002, la droite ne remit en cause cette politique, il était néanmoins important de noter que les décisions capitales ont été prises alors que la gauche se trouvait au pouvoir. Ces décisions furent fatales au niveau de vie populaire. Les trois millions de chômeurs plus ou moins permanents que compte notre pays peuvent dire merci au parti socialiste, principal responsable de leur situation de précarité.

À cela s’est ajoutée une politique qui, sous des apparences sociales, favorisa le grand capital. C’est ainsi que le gouvernement Bérégovoy s’efforça d’internationaliser la dette publique de la France, considérant que le recours traditionnel aux bons du trésor, souscrits par la "veuve de Carpentras" était une pratique archaïque, que le recours aux banques étrangères serait plus moderne. Cette politique fut poursuivie avec Strauss-Kahn et Fabius à partir de 1997.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Equilibre
- 18/04/2012 - 15:36
@golvan
Il y a un banquier (!) qui a écrit des choses là-dessus. Il est passé chez Zemmour et naulleau l y a deux semaines. Pas le temps de trouver le lien, désolé, mais il ne raconte pas autre choses sur le point le neuro nous affaibli.
Il est sous directeur de Lazard.
http://www.dailymotion.com/video/xq0cs5_zemmour-et-naulleau-le-30-03-2012-extrait-2-pigasse-sur-l-europe_news
Regarder les autres extraits, j'ai trouvé celui-là. Le un est celui qui nous intéresse, je n'ai pas eu le temps de le revoir.
Je suis plus du côté Zemmour, toi plus de l'autre côté.
Equilibre
- 18/04/2012 - 15:25
@golvan
http://i.imgur.com/4rfpk.png
Pour l'Irlande, j'ai ça
http://www.gecodia.fr/Deficit-Irlande--Dette-Publique-Irlande_a2095.html
Tout va bien en 2008. Je recherche les graphes parce qu'il me semble qu'ils les respectaient pas tous (La France aussi sur l'endettement?). Je les ressortirai un autre jour, pas là ces jours-ci.
La Grèce est un cas à part. Les comptes validés par GS étaient faux, mais tout le monde a accepté et le savaient ou presque, sauf nous.
De plus, je suis d'accord avec ce que tu écris mais en mon avantage: ils ont fait ce qu'ils ont voulu avec de l'argent qu'ils n'avaient pas ou n'auraient pas du avoir sans le neuro. Et cela, l'UE ne les a pas empêché, bien au contraire. Je ne défends pas les comportements irresponsables (et là, le mot est gentil), j'explique pourquoi ces comportements ont pu avoir lieu.
"Sans l'Europe la France n'est même plus une puissance moyenne". Suivant l'auteur, l'UE a bien aggravé le cas. Je préfère être seul que très très mal accompagné. De Gaulle est mort. Malheureusement oui. Sa politique serait presque en tout point dépassé, je te l'accorde. Mais les valeurs qu'il portait dont l'indépendance à tout prix, n'ont, pour moi, pas de prix.
golvan
- 18/04/2012 - 14:07
@equilibre
Strictement aucun des pays en grave difficulté en Europe n'a suivi les critères de Maastricht, ni même essayé. Les chiffres de la Grèce pour son entrée dans l'euro étaient faux, l'Italie est un pays où la fraude fiscale est un sport national, quant à l'Espagne il y a 5 ans les permis de construire y étaient supérieurs à ceux de la France, la GB et l'Allemagne réunies, annonçant évidemment une catastrophe imminente, quant à la France on sait que les dépenses publiques et sociales y sont délirantes et qu'aucun gouvernement depuis trente ans n'a cru bon de les réduire. Pourquoi défendre des comportements aussi irresponsables ? Sans l'Europe la France n'est même plus une puissance moyenne et n'a pas les moyens de peser de la moindre façon sur l'économie mondiale. L'impuissance politique de l'Europe est la cause principale des problèmes de l'euro. Or cette impuissance politique est entretenue par les politiciens nationaux qui ne veulent pas qu'on se mêlent de leurs (petites) affaires. De Gaulle est mort il y a 40 ans, il serait temps de se réveiller.