En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien de contaminés par le Coronavirus, maintenant nommé : COVID-19 ? Des chiffres médicaux, politiques, économiques ou financiers ?

02.

Mutuelles de santé : l‘UFC-Que choisir alerte sur la hausse des tarifs mais se garde d’en donner la raison

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

Des soldats israéliens dupés par la ruse téléphonique des fausses femmes du Hamas

05.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

06.

Daniel Markovits : “L’élitisme managérial a tué les classes moyennes.”

07.

Selon le JDD, Pavlenski aurait poignardé deux personnes au Nouvel An de Juan Branco

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

04.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Mais d’où vient ce mystérieux signal radio émis des profondeurs de l’espace à destination de la Terre ?

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

Panorama 2070 : ce qu’on sait faire, ce qu’on pourrait apprendre à faire et ce qu’on ne pourra pas faire pour gérer les impacts du dérèglement climatique

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Les entrepreneurs parlent aux Français

La vertu française, un puritanisme venu d’ailleurs ? Liberté française ubérisée ?

il y a 12 heures 33 min
pépites > Société
Mobilisation
Appel des taxis parisiens à manifester vendredi devant la Gare de Lyon
il y a 13 heures 35 min
light > Sport
Solidarité
Racisme : le monde du football apporte son soutien à Moussa Marega
il y a 14 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Evguénie Sokolov, une pièce de théatre d'après le conte de Serge Gainsbourg

il y a 15 heures 17 min
pépites > International
Chevaux de Troie
Des soldats israéliens dupés par la ruse téléphonique des fausses femmes du Hamas
il y a 17 heures 2 min
décryptage > Environnement
Écologiste de plus en plus radicale

Écologie : vers un joli totalitarisme à visage humain

il y a 18 heures 9 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Signal, enfin une messagerie réellement cryptée pour protéger vos messages ?
il y a 19 heures 28 min
décryptage > Politique
Dure traversée de l'hiver ?

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

il y a 20 heures 5 min
décryptage > Politique
Discours présidentiel

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

il y a 20 heures 40 min
décryptage > Politique
Grève

Grève dans les transports : que reste-t-il vraiment sur la réforme des retraites ?

il y a 22 heures 3 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées
il y a 12 heures 58 min
pépites > International
Coronavirus
Le marathon de Tokyo annulé pour les amateurs
il y a 14 heures 2 min
Quel avenir pour la viande classique?
Steak in vitro, insectes,: quelle viande mangerons-nous demain?
il y a 14 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Minute antique", des excellentes courtes chroniques

il y a 15 heures 32 min
pépite vidéo > Politique
Affaire Griveaux
Juan Branco: "J'ai accompagné Piotr Pavlenski en tant qu'avocat et je continue à le faire"
il y a 17 heures 37 min
décryptage > International
Chiffre mensonger

Combien de contaminés par le Coronavirus, maintenant nommé : COVID-19 ? Des chiffres médicaux, politiques, économiques ou financiers ?

il y a 18 heures 38 min
décryptage > Politique
Rappel à l'ordre

Concurrence : quand Mario Monti rappelle sèchement aux Etats de l’UE leurs propres responsabilités dans l’absence de champions industriels européens

il y a 19 heures 49 min
décryptage > Economie
Disparition des classes moyennes ?

Daniel Markovits : “L’élitisme managérial a tué les classes moyennes.”

il y a 20 heures 31 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Mutuelles de santé : l‘UFC-Que choisir alerte sur la hausse des tarifs mais se garde d’en donner la raison

il y a 21 heures 40 min
pépites > Justice
Coupure de courant
Le PDG d'EDF annonce avoir déposé "entre 80 et 90" plaintes pour des coupures intempestives
il y a 1 jour 13 heures
Pamphlet

Les épines du rosier 2) La gauche, l'euro et la préférence française pour le chômage

Publié le 23 avril 2012
Dans un pamphlet qu'Atlantico publie en feuilleton et alors que François Hollande fait figure de favori des sondages, Roland Hureaux a souhaité faire le point sur les grandes lignes des politiques passées et à venir des socialistes. 2ème épisode : le PS et l'euro.
Roland Hureaux a été universitaire, diplomate, membre de plusieurs cabinets ministériels (dont celui de Philippe Séguin), élu local, et plus récemment à la Cour des comptes.Il est l'auteur de La grande démolition : La France cassée par les réformes...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Hureaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Hureaux a été universitaire, diplomate, membre de plusieurs cabinets ministériels (dont celui de Philippe Séguin), élu local, et plus récemment à la Cour des comptes.Il est l'auteur de La grande démolition : La France cassée par les réformes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans un pamphlet qu'Atlantico publie en feuilleton et alors que François Hollande fait figure de favori des sondages, Roland Hureaux a souhaité faire le point sur les grandes lignes des politiques passées et à venir des socialistes. 2ème épisode : le PS et l'euro.

Lire aussi :


Les erreurs de la gauche n’ont pas été seulement sectorielles ; elles ont touché aussi l’économie dans son ensemble. C’est le cas de la politique du franc fort, puis de l’euro fort, inaugurée par le gouvernement Bérégovoy en 1992.

Les socialistes français ont toujours été favorables à l’Europe : Monnet, Mollet, Pineau, qui figurent parmi les Pères de l’Europe étaient de sensibilité socialiste. Au moins autant que de la démocratie chrétienne, l’Europe de Bruxelles procède de l’impulsion social-démocrate. Inscrit dans cet héritage, Jacques Delors négocia l’Acte unique européen, en 1986, qui a ordonné l’uniformisation de toutes les normes de toutes sortes, techniques ou professionnelles de l’Europe, pour fonder le marché, non plus commun, mais unique, acte ratifié par la droite en 1987.

Rien que de naturel, dès lors, à ce que François Mitterrand signe le traité de Maastricht prévoyant la mise en place d’une monnaie commune européenne. Non sans mérite, il le soumit à référendum le 21 septembre 1992 et le traité ne fut approuvé que de justesse (51,04 %). On se souvient que la rumeur de sa maladie, répandue à dessein, et la compassion qu’elle suscita fit basculer in extremis le vote en faveur du oui.

Ce qui est en cause ici, ce n’est pas le projet de monnaie unique en tant que tel mais les conditions dans lesquelles il a été mis en place.

Pour préparer l’adoption de la monnaie unique par la France, le Premier ministre socialiste Bérégovoy décida, en 1992, sous l’influence de Jean-Claude Trichet, déjà en campagne auprès des Allemands pour devenir le gouverneur de la future Banque centrale européenne, qu’il fallait faire du franc une monnaie aussi forte que le mark. Il faut s’entendre sur ce que signifie forte. Cet adjectif peut signifier la monnaie d’un pays où la hausse des prix est strictement contrôlée. Mais il peut signifier aussi une monnaie qui, selon les critères habituellement employés en la matière : parité des pouvoirs d’achat, des prix de revient, équilibre des échanges extérieurs, est évaluée haut, éventuellement au-dessus de ce qu’elle devrait l’être. Cette surévaluation contribue certes à restreindre l’inflation mais freine la croissance et donc augmente le chômage. Augmentant le chômage, elle fait obstacle à la hausse des salaires.

C’est le choix qui a été fait en 1992. Il a eu des effets d’autant plus négatifs que l’Allemagne, ayant absorbé sur le principe d’1 mark Est = 1 mark Ouest l’énorme masse monétaire est-allemande, haussa considérablement ses taux d’intérêt pour empêcher l’inflation ; la France se sentant obligée de suivre, étrangla sa croissance. D’une certaine manière, elle partagea avec l’Allemagne, à son détriment, le poids de la réunification.

Ce choix fut confirmé en 1999, au moment de la conversion du franc en euro. Plus le taux de change de la monnaie est élevé, plus sa compétitivité se trouve handicapée. Alors que la plupart des pays s’efforcèrent de rentrer dans l’euro au plus bas taux pour être plus compétitifs, la France, désireuse d’égaler l’Allemagne, accepta une parité peu favorable à l’emploi et aux exportations. Avant l’entrée dans la zone euro, la France avait un taux de croissance supérieur à la moyenne européenne, il est devenu inférieur après.

La racine de ce que beaucoup appellent la "préférence française pour le chômage" se trouve là. Certes, ni entre 1993 et 1997, ni après 2002, la droite ne remit en cause cette politique, il était néanmoins important de noter que les décisions capitales ont été prises alors que la gauche se trouvait au pouvoir. Ces décisions furent fatales au niveau de vie populaire. Les trois millions de chômeurs plus ou moins permanents que compte notre pays peuvent dire merci au parti socialiste, principal responsable de leur situation de précarité.

À cela s’est ajoutée une politique qui, sous des apparences sociales, favorisa le grand capital. C’est ainsi que le gouvernement Bérégovoy s’efforça d’internationaliser la dette publique de la France, considérant que le recours traditionnel aux bons du trésor, souscrits par la "veuve de Carpentras" était une pratique archaïque, que le recours aux banques étrangères serait plus moderne. Cette politique fut poursuivie avec Strauss-Kahn et Fabius à partir de 1997.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien de contaminés par le Coronavirus, maintenant nommé : COVID-19 ? Des chiffres médicaux, politiques, économiques ou financiers ?

02.

Mutuelles de santé : l‘UFC-Que choisir alerte sur la hausse des tarifs mais se garde d’en donner la raison

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

Des soldats israéliens dupés par la ruse téléphonique des fausses femmes du Hamas

05.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

06.

Daniel Markovits : “L’élitisme managérial a tué les classes moyennes.”

07.

Selon le JDD, Pavlenski aurait poignardé deux personnes au Nouvel An de Juan Branco

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

04.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Mais d’où vient ce mystérieux signal radio émis des profondeurs de l’espace à destination de la Terre ?

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

Panorama 2070 : ce qu’on sait faire, ce qu’on pourrait apprendre à faire et ce qu’on ne pourra pas faire pour gérer les impacts du dérèglement climatique

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Equilibre
- 18/04/2012 - 15:36
@golvan
Il y a un banquier (!) qui a écrit des choses là-dessus. Il est passé chez Zemmour et naulleau l y a deux semaines. Pas le temps de trouver le lien, désolé, mais il ne raconte pas autre choses sur le point le neuro nous affaibli.
Il est sous directeur de Lazard.
http://www.dailymotion.com/video/xq0cs5_zemmour-et-naulleau-le-30-03-2012-extrait-2-pigasse-sur-l-europe_news
Regarder les autres extraits, j'ai trouvé celui-là. Le un est celui qui nous intéresse, je n'ai pas eu le temps de le revoir.
Je suis plus du côté Zemmour, toi plus de l'autre côté.
Equilibre
- 18/04/2012 - 15:25
@golvan
http://i.imgur.com/4rfpk.png
Pour l'Irlande, j'ai ça
http://www.gecodia.fr/Deficit-Irlande--Dette-Publique-Irlande_a2095.html
Tout va bien en 2008. Je recherche les graphes parce qu'il me semble qu'ils les respectaient pas tous (La France aussi sur l'endettement?). Je les ressortirai un autre jour, pas là ces jours-ci.
La Grèce est un cas à part. Les comptes validés par GS étaient faux, mais tout le monde a accepté et le savaient ou presque, sauf nous.
De plus, je suis d'accord avec ce que tu écris mais en mon avantage: ils ont fait ce qu'ils ont voulu avec de l'argent qu'ils n'avaient pas ou n'auraient pas du avoir sans le neuro. Et cela, l'UE ne les a pas empêché, bien au contraire. Je ne défends pas les comportements irresponsables (et là, le mot est gentil), j'explique pourquoi ces comportements ont pu avoir lieu.
"Sans l'Europe la France n'est même plus une puissance moyenne". Suivant l'auteur, l'UE a bien aggravé le cas. Je préfère être seul que très très mal accompagné. De Gaulle est mort. Malheureusement oui. Sa politique serait presque en tout point dépassé, je te l'accorde. Mais les valeurs qu'il portait dont l'indépendance à tout prix, n'ont, pour moi, pas de prix.
golvan
- 18/04/2012 - 14:07
@equilibre
Strictement aucun des pays en grave difficulté en Europe n'a suivi les critères de Maastricht, ni même essayé. Les chiffres de la Grèce pour son entrée dans l'euro étaient faux, l'Italie est un pays où la fraude fiscale est un sport national, quant à l'Espagne il y a 5 ans les permis de construire y étaient supérieurs à ceux de la France, la GB et l'Allemagne réunies, annonçant évidemment une catastrophe imminente, quant à la France on sait que les dépenses publiques et sociales y sont délirantes et qu'aucun gouvernement depuis trente ans n'a cru bon de les réduire. Pourquoi défendre des comportements aussi irresponsables ? Sans l'Europe la France n'est même plus une puissance moyenne et n'a pas les moyens de peser de la moindre façon sur l'économie mondiale. L'impuissance politique de l'Europe est la cause principale des problèmes de l'euro. Or cette impuissance politique est entretenue par les politiciens nationaux qui ne veulent pas qu'on se mêlent de leurs (petites) affaires. De Gaulle est mort il y a 40 ans, il serait temps de se réveiller.