En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
ça vient d'être publié
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 3 heures 18 min
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 5 heures 35 min
pépites > Politique
"Le changement, c’est maintenant"
François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste
il y a 7 heures 8 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 8 heures 50 min
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 11 heures 12 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 11 heures 33 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 11 heures 57 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 12 heures 20 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 12 heures 37 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 12 heures 58 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 4 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Madre" de Rodrigo Sorogoyen : un thriller bouleversant sur une mère en deuil de son fils…

il y a 6 heures 34 min
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 8 heures 20 min
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 9 heures 53 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 11 heures 23 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 11 heures 37 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 12 heures 1 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 12 heures 22 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 12 heures 55 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 13 heures 18 min
Atlantico Business

Facebook, Uber, Airbnb, Apple, Google : les grands du digital pris dans une tempête éthique, fiscale et boursière

Publié le 21 mars 2018
Les grands du digital américain sont désormais menacés sur tous les fronts : éthique, fiscal et commercial. La bourse sanctionne.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les grands du digital américain sont désormais menacés sur tous les fronts : éthique, fiscal et commercial. La bourse sanctionne.

Les monuments de l’industrie mondiale du digital ne sont pas tombés de leur piédestal mais ils sont entrés dans une zone de turbulences. La bourse américaine a, cette semaine, sanctionné très fortement tous les grands de la tech sur la foi d’informations qui font désordre, qui posent question et qui crédibilisent les risques de positions dominantes dans une grande part de l’économie internationale.

En clair, l’accumulation de turbulences préfigure une transformation d’un modèle qui a fait leur fortune historique et leur puissance.
Avec, tour à tour, Facebook soupçonné d’avoir cédé à une entreprise de communication politique proche de Donald Trump
une partie des données personnelles stockées sur son site. Personne ne sait à quelles conditions ces données ont été cédées. Toujours est-il que cette affaire a semé le trouble sur le modèle et sur l’indépendance de ces entreprises.

Uber, le numéro 1 mondial de l'auto partage, qui prépare l’autonomie de ses véhicules, vient de provoquer un accident mortel lors d’une expérimentation. C’est la première fois, qu’une voiture autonome percute un piéton lors d’une opération expérimentale. Personne ne sait les conditions exactes de l’accident. Est-ce que le piéton s’est jeté sur la voiture, est-ce que le système de radar a failli, est-ce que le conducteur qui aurait pu reprendre le contrôle du véhicule a été prévenu ou pas ? Toujours est-il qu’Uber, déjà malmené en terme d’image, a suspendu toutes les expérimentations.

Ne parlons pas d’Apple, considérée comme l’entreprise la plus chère du monde et dont le modèle fondé sur la vente de produits très haut de gamme est challengé par des modèles beaucoup moins chers (type Samsung ou Huawei) et qui offrent en gros les mêmes performances.

Ne revenons pas sur l’hyper puissance de Amazon en risque de position dominante sur le secteur du e-commerce, ou sur Google qui draine l’essentiel de la publicité digitale dans le monde.

Les grands du digital se retrouvent, de par leur taille, leur incroyable puissance et leur extraordinaire potentiel de développement dans une tempête qui les attaquent sur trois fronts. Ethique, commercial, et fiscal.

Sur le front éthique, il est évident que l’accumulation de données personnelles récupérées par les réseaux sociaux et les grands du e-commerce pose un problème lié à la protection de la vie privée et de la liberté individuelle pour des millions de personnes dans le monde. La vie privée et la liberté de chacun ne sont plus garanties. Si Amazon, Facebook, Google peuvent utiliser ces données à des fins commerciales ou politiques sans l’accord des individus, ces systèmes mettent en danger l’équilibre des sociétés.

Sur le front économique et commercial, le mode de fonctionnement de ces GAFA est fondé sur la gratuité. En bref, les Facebook, les Google, les Amazon et d’autres récupèrent des données personnelles sans les payer. Or, si elles font commerce et vendent ces données, ça va poser un problème grave.

Passons sur les risques de positions dominante. Quand Bruno Le Maire attaque en justice les grands du digital pour agissements non conformes avec les règles de la concurrence à l’encontre des producteurs de logiciels, il touche là ou ça fait mal, mais il a raison de vouloir ainsi protéger les chercheurs et les fondateurs de startup françaises.

Passons sur les positions dominantes acquises dans le secteur de la publicité et qui finiront par être sanctionnées par les autorités de la concurrence américaine qui sont en général très vigilantes sur ces questions.

Toutes ces affaires vont sans doute obliger les GAFA à faire évoluer leur modèle économique vers des modèles moins gratuits dans leur rapport avec la clientèle. Si les adhérents de Facebook, de Tinder, de Google doivent demain payer le service, ils seront peut-être moins nombreux et les GAFA seront obligés de transformer leurs modèles.

On peut aussi imaginer que le client s’oppose à l’utilisation lucrative de ses données personnelles, à moins de récupérer une partie de la valeur.

Sur le front fiscal, les GAFA se préparent à des offensives importantes. Donald Trump les a déjà obligées à rapatrier aux USA les bénéfices réalisés à l’étranger, ce qui représente plus de 1000 milliards de dollars qui ont été réinjectés dans le système économique américain. Mais ce n’est pas tout, les pays de l’Union européenne sont enfin en train de se mettre d’accord pour imposer les grands du digital pour l’activité qu’ils développent sur le marché européen. Pour l’heure, l’Union européenne appliquerait une taxe de 3% sur le chiffre d’affaires réalisé en Europe, ce qui représenterait entre 5 et 6 milliards de revenus pour l’ensemble des pays de l’Union.

Ceci dit, cette taxe serait provisoire en attendant l’établissement d’un impôt plus sophistiqué qui serait perçu non pas sur le chiffre d’affaires, mais sur la valeur crée et le profit dégagé en Europe.

Le gouvernement américain prend très mal ces initiatives qui peuvent apparaître comme une réponse directe aux menaces protectionnistes, mais ça va bien au delà. Il s’agit, pour les européens, de rétablir une taxation équitable sur des opérations qui se déroulent en Europe et dont la nature nouvelle des produits et des services faisait que les acteurs en étaient exonérés.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
PhloxxX
- 21/03/2018 - 21:39
Fiscalité
Entre le matraquage fiscal français et la totale exonération fiscale des GAFA au titre des opérations réalisées sur le marché européen, qui s'apparentent à un modèle néocolonialisme, il y a vraisemblablement un juste procédé de taxation à mettre en oeuvre.
Ex abrupto
- 21/03/2018 - 12:14
Facebook....
est le plus dangereux à cause de son patron-fondateur, Zuckerberg qui est très motivé par l'argent et le pouvoir.
UBER: accident mortel, on en aura encore mais on finira par maitriser!
APPLE: système fermé qui ne parle qu'à lui même. Très inspiré du modèle IBM, qui fut démantelé par les actions des lois anti-trust américaines, qui à l'èpoque étaient appliquées...
AMAZON: même danger d'hégémonie, mais les dirigeants semblent plus ouverts, mais pour combien de temps encore....
GOOGLE: le plus dangereux/ Tout repose sur l'éthique (sic) des dirigeants....
vangog
- 21/03/2018 - 11:13
Les gauchistes europeistes sont des inventeurs de taxes...
alors qu’ils auraient pu être les inventeurs des nouveaux GAFAs....manque de créativité par des cerveaux lobotomisés par le gauchisme? Sylvestre a tort d’annoncer que de nouvelles taxes et normes permettront l'éveil des start-Up européenns, car les normes et taxes paralyseront toute créativité européenne, déjà mal en pont, alors que les géants américains du digital, non inhibés par des normes et taxes américaines- ont réussi à prendre vingt ans d’avance sur l’UE gauchisante et bêtement immigrationniste...on a les priorités qu’on choisit!