En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

04.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

07.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 56 min 17 sec
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 2 heures 58 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 4 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 4 heures 43 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 5 heures 4 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 5 heures 21 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 5 heures 24 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 5 heures 25 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 5 heures 29 min
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 21 heures 7 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 2 heures 43 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 4 heures 18 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 4 heures 38 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 4 heures 50 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 5 heures 10 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 5 heures 23 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 5 heures 25 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 5 heures 25 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 5 heures 29 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 21 heures 27 min
© FRED DUFOUR / AFP
© FRED DUFOUR / AFP
Fierté

SNCF : pourquoi aucune réforme ne réussira en oubliant "l’identité cheminote" ?

Publié le 20 mars 2018
Le grand ressort de cette entreprise est l’identité cheminote, le sentiment d’appartenir à un Grand Corps de défenseurs du rail, le grand secteur public qui permet à la société française d’effectuer des déplacements en toute sécurité et selon un horaire respecté.
Loïk Le Floch-Prigent
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Loïk Le Floch-Prigent est ancien dirigeant de Elf Aquitaine et Gaz de France, et spécialiste des questions d'énergie.Ingénieur à l'Institut polytechnique de Grenoble, puis directeur de cabinet du ministre de l'Industrie Pierre Dreyfus (1981...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le grand ressort de cette entreprise est l’identité cheminote, le sentiment d’appartenir à un Grand Corps de défenseurs du rail, le grand secteur public qui permet à la société française d’effectuer des déplacements en toute sécurité et selon un horaire respecté.

Comme beaucoup de mes collègues, ingénieurs et industriels, il peut m’arriver de réfléchir et même de philosopher tout en lisant et en écoutant les grands professionnels qui avec un brio exceptionnel nous expliquent l’évolution des grands courants de pensée à travers les âges, comme par exemple Raphael Enthoven ou Luc Ferry en ce moment. Mais c’est à travers la lecture d’une interview (Le Figaro 17 Mars) d’un expert incontestable de la rencontre du service public avec le monde entrepreneurial, David Azema,  que j’ai fait le constat de mon laconisme et mes insuffisances dans mes propos récents sur l’évolution de la SNCF. David Azema a travaillé avec moi dans cette entreprise, c’est un péché national qu’il soit banquier, mais sa sincérité dans son affection pour la SNCF est totale et ses propos mesurés, délicats et pertinents. Je vais me hasarder à compléter son analyse en philosophant un peu.

Lors des transformations des entreprises, on doit s’attaquer à des réalités, et le plus souvent aussi à des symboles et il nous arrive d’hésiter. Peut-on conserver le symbole et effectuer les changements nécessaires, peut-on même utiliser le symbole pour aller plus loin dans les réformes, ou faut-il démolir la statue, le roman, le mythe, le fantasme car son existence même est un handicap définitif ? Lorsqu’en 1995 la grande grève des transports ferroviaires a paralysé le pays et que pouvoir politique et organisations syndicales m’appellent pour faire redémarrer la machine, je passe beaucoup de temps à observer et réfléchir malgré la pression du Bercy de l’époque à me faire prendre les décisions qu’ils ont déjà identifiées. L’aveuglement des financiers à ne considérer que leurs chiffres m’a toujours étonné et j’avais pris l’habitude de me méfier de leurs certitudes, si bien que ma première mesure a été de ne céder à aucune de leurs préconisations. J’ai décidé de ne fermer aucune ligne par exemple.

Le grand ressort de cette entreprise est l’identité cheminote, le sentiment d’appartenir à un Grand Corps de défenseurs du rail, le grand secteur public qui permet à la société française d’effectuer des déplacements en toute sécurité et selon un horaire respecté. On est cheminot de père en fils, on rentre dans une sorte de confrérie dédiée au rail et au bien commun. C’est cette identité qui a permis de réaliser des exploits incontestables de transformations technique et commerciale, la vitesse, la régularité, l’accueil, l’informatisation...

Les organisations syndicales ont eu tendance à estimer que cette identité reposait sur le statut des cheminots, statut hérité de la Libération(1945) sous l’influence conjointe du Conseil National de la Résistance et du Parti Communiste (et de la CGT de l’époque). Cependant la définition des métiers et l’organisation des évolutions de rémunération comme  du temps de travail n’a plus rien à voir avec ce « roman d’origine » et il a bien fallu accepter une polyvalence comme l’embauche de compétences extérieures face à ce conformisme élitiste qui obligeait de se décider à « rentrer » avant trente ans dans le saint des saints. Sur 160 000 agents de la SNCF il y en a 30 000 qui ne sont pas au « statut SNCF ». Le mythe d’une identité cheminote reposant sur le statut ne tient donc pas, mais il ne tenait pas plus en 1996 qu’aujourd’hui, simplement dans les premiers mois de ma Présidence je n’ai pas considéré que s’attaquer au symbole était prioritaire puisque la réalité nous permettait d’embaucher « hors statut » dans les postes qui nous étaient utiles. Qui sait ce que j’aurais fait si on m’en avait laissé le temps comme promis ? Mais en tous les cas mon engagement profond a toujours été de lever tous les carcans qui empêchent la mobilité et la flexibilité , j’avais trop souffert des chapelles de la science, des cloisons industrielles, des statuts divers qui empêchaient le développement, des formations professionnelles indigentes et des fameuses « branches industrielles «  désuètes pour ne pas rechercher la manière de détourner les rigidités. Tout le monde sait que devant un obstacle j’aime mieux ruser et braconner que m’indigner et j’ai donc pendant mon exercice présidentiel tempéré mes propos mais pas mes actions. Mes successeurs Louis Gallois, Anne-Marie Idrac et Guillaume Pepy n’ont pas eu le loisir de trop s’interroger, la frilosité de leur actionnaire à l’égard de la SNCF était telle que je ne sais pas comment ils ont eu la force de rester aux commandes tandis que par ailleurs la « grande politique «  les contraignait à TGVifier le pays jusqu’à imaginer des programmes Public-Privé à déficit structurel obligatoire.

Je continue à penser que l’identité cheminote est essentielle pour l’avenir du rail qui se retrouve désormais avec un « plus » redoutable, celui de représenter le développement durable, les économies d’énergie, le respect de la pureté de l’air, n’en déplaise à quelques remarques déplacées d’un rapport récent probablement pensées par des nostalgiques du Bercy qui voulait fermer toutes les lignes non rentables ! Comme si le Paris-Bordeaux qu’ils ont appelé de leurs vœux pouvait être un jour « rentable » ! Mais il faut arriver à convaincre les cheminots que cette identité n’a rien à voir avec le statut ! A force de dire partout que ce statut les « favorise » on installe un réflexe de peur, je préfèrerais que l’on dise qu’il est « daté », et qu’il faut le transformer, mais je reconnais que c’était déjà vrai en 1995 ! C’est sans doute le moment de le faire, les confédérations vont être vent debout contre, car elles défendent un bastion, pas la SNCF. Les fédérations cheminotes vont être attentives car l’opinion des français à leur égard a changé, mais ils ont besoin d’être convaincus de pouvoir conserver leur identité à laquelle ils tiennent à juste titre. Les réalités contre un symbole ! J’appelle mes amis philosophes à l’aide car ma tendance est incontestablement de préférer m’assurer de changer la réalité et de laisser vibrer le roman national. Mais dans ce cas le symbole lui-même n’est-il pas ce qui a empêché la transformation en ayant, en plus, stigmatisé un personnel comme des « nantis » alors que je peux témoigner que la réalité est bien différente, les salaires sont bas, les astreintes dures et les carrières trop courtes, faire fonctionner les trains est plus un sacerdoce qu’un lit de roses et un paradis ! Que les commentateurs âpres au gain et jaloux de nature aillent passer du temps dans les dépôts, là où les conducteurs et les agents commerciaux trains (act) attendent loin de chez eux la prochaine affectation, qu’ils aillent dans les ateliers de maintenance, qu’ils aillent ….et ils arrêteront de parler des « avantages ».

Les cheminots sont « fiers «  de « leurs » trains, et c’est cela qu’il faut à tout prix conserver, cet esprit, cette identité, et tous ceux qui ont travaillé dans cette entreprise et qui n’ont pas le « statut » le savent au fond de leur cœur. Il était sans doute temps d’attaquer de façon frontale le symbole, je l’aurais sans doute fait plus tôt, mais il faut maintenant  faire comprendre que c’est la condition de la survie avec l’hostilité de certains corps intermédiaires dont ce n’est clairement pas l’intérêt. Cela ne peut pas se faire, en tout cas, en prenant des prétextes à la mode Bercy, la concurrence, le déficit, la dette, les couts salariaux des statutaires, les comparaisons européennes tronquées. Tout cela est tellement stupide que ça en est risible, il n’y a pas de train sans recours au contribuable, la dette est celle des décisions du TGV pour tous, les couts salariaux tiennent en partie à l’organisation folle des EPICs en mille feuilles voulue et décidée par des irresponsables politiques… Revenons donc à l’essentiel le statu quo est impossible, et le symbole du statut était devenu un obstacle, mais il faut montrer comment on conserve le bien le plus précieux, l’identité cheminote, le rail devenu désormais, lui,  le symbole de l’écologie du futur, celle du développement durable .  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Guy Bernard
- 21/03/2018 - 06:04
Le risque de changement est surtout juridique
Le risque de changement est surtout juridique : l'entreprise passera d'une anecdote sans effet de la Cour des Comptes au Droit privé, avec audits, commissariat aux comptes, procureur de la republique et brigade financière, ce qui veut dire que l'ensemble des salaires, avantages et accessoires seront soumis à cotisations et à l’impôt entre les mains des bénéficiaires, et que la gestion ne pourra plus rester occulte.
ce sont donc les tolérances de la Cour des Comptes qui permettent des pratiques douteuses et qui bloquent, par leur permissivité et leurs différences de traitement, les privatisations.
le préalable est donc la reforme de la Cour des Comptes en alignant ses pratiques et ses pouvoirs sur le privé.
vangog
- 20/03/2018 - 10:14
Les privilèges cheminotes?...
Une identité gagnée à la sueur du front des Français, grâce à des privilèges syndicaux. Le peuple se rebelle, enfin, contre ces privilèges hors-d'âge...
2bout
- 20/03/2018 - 09:50
... que l'on y parviendra.
...