En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

02.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

03.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

04.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

05.

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

06.

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

07.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

ça vient d'être publié
Environnement
Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente
il y a 1 heure 4 min
pépites > Politique
Justice
Le Rassemblement National face à un ex-salarié devant le tribunal de Nanterre
il y a 2 heures 30 min
décryptage > Société
Impact pour les entreprises

Un congé paternité à côté de la plaque ?

il y a 3 heures 16 min
décryptage > Politique
Mesures concrètes ?

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

il y a 3 heures 41 min
décryptage > High-tech
Plaque tournante des trafics

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

il y a 4 heures 3 min
décryptage > Justice
Succession de Ruth Bader Ginsburg

Cour suprême : ce que la démocratie et l’état de droit américains doivent aussi aux juges conservateurs

il y a 4 heures 25 min
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 5 heures 33 min
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 19 heures 51 min
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 21 heures 54 min
pépites > Santé
Health Data Hub
Santé : l’Assurance maladie met son avis en suspens sur le mégafichier de données individuelles
il y a 22 heures 52 min
pépites > France
Onzième arrondissement
Paris : attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 1 heure 9 min
pépites > Santé
Politique
Le Premier ministre n'a pas téléchargé l'application «StopCovid» comme la quasi totalité des Français
il y a 2 heures 58 min
light > Economie
Economie
La Chine va lancer la version numérique de sa monnaie officielle le yuan
il y a 3 heures 32 min
décryptage > France
Faut voir

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

il y a 3 heures 52 min
pépites > Société
Politique
Louis Aliot maire RN de Perpignan protégé par trois gardes du corps
il y a 4 heures 7 min
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 4 heures 45 min
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 5 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 20 heures 37 min
light > Culture
Ministère de la Culture
Gabriel Matzneff est définitivement privé d'aide publique
il y a 22 heures 26 min
pépites > Europe
Vers de nouvelles sanctions de l'UE ?
Biélorussie : l'Union européenne refuse de reconnaître Alexandre Loukachenko comme président malgré sa "prestation de serment"
il y a 1 jour 12 min
© Reuters
© Reuters
Craintes

Faut-il vraiment avoir peur de la grève de la SNCF ?

Publié le 16 mars 2018
Selon les commentateurs, l’intersyndicale de la SNCF vient de décider une grève dure, organisée selon un rythme compliqué : 2 jours par semaine d’avril à juin. Les modalités de ce mouvement inédit seront fixées la semaine prochaine. Contrairement à l’avis général, nous pensons que ce mouvement est très loin de ce qui pouvait être redouté.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon les commentateurs, l’intersyndicale de la SNCF vient de décider une grève dure, organisée selon un rythme compliqué : 2 jours par semaine d’avril à juin. Les modalités de ce mouvement inédit seront fixées la semaine prochaine. Contrairement à l’avis général, nous pensons que ce mouvement est très loin de ce qui pouvait être redouté.

Il est loin le temps des grèves immédiates, générales et illimitées. Les anciens diront qu’à cette époque-là on savait vivre et mener un conflit contre son employeur. Depuis plusieurs semaines, on nous rebattait les oreilles avec cette histoire de grève générale à la SNCF, de blocage du pays comme sous Juppé, de résurgence du grand mouvement de 95.

Et puis finalement on hérite de cette grève bâtarde, à laquelle on ne comprendra rapidement plus rien (alors, demain, c’est grève SNCF ou pas?), et qui est tout sauf un mouvement collectif spontané. 
 
Une grève tactique plus qu’un mouvement social
 
Les cerveaux tordus qui ont inventé ce mouvement de 2 jours de grève tous les 5 jours n’avaient en tout cas pas l’idée qu’ils parviendraient à faire reculer le gouvernement en publiant leur décision baroque. Quand des salariés disent non à leur patron, ils ne disent pas non par intermittence, certains jours oui d’autres non. Leur détermination est sans faille jusqu’à ce qu’ils obtiennent ce qu’ils veulent.
 
Qu’une intersyndicale commence à tortiller dans les rangs et explique que le mouvement va durer au moins trois mois et qu’il donnera lieu à de nombreuses trêves est déjà un terrible aveu de faiblesse et de doute. En réalité, l’intersyndicale ne se met pas en ordre de bataille pour empêcher le gouvernement d’agir. Elle annonce seulement son intention de faire pression pour obtenir le maximum d’avantages du gouvernement. 
 
On n’est pas dans le cas de figure d’une grève dure, d’une grève de blocage. On est dans le cas d’une grève tactique qui vise à minimiser les pertes durant la retraite. 
 
Ce qu’il faut comprendre en creux, dans ce mouvement, c’est que les syndicats de cheminots ont intégré qu’il n’y aurait pas de reculade du gouvernement et que l’idée d’empêcher une remise en cause du statut était vaine. En revanche, leur choix est de négocier la moins mauvaise sortie possible. 
 
Des syndicats affaiblis sont-ils vraiment à craindre?
 
Au demeurant, on aurait bien tort de s’abandonner aux angoisses qu’on a pu lire çà et là. Il y a souvent loin de la coupe du gueulophone aux lèvres du gréviste. Dans le cas qui nous occupe, le mieux est même à anticiper. Lorsqu’une intersyndicale annonce un mouvement sur trois mois (autrement dit, elle annonce qu’elle n’est pas assez forte pour obtenir une victoire totale rapide, ni assez forte pour tenir plus de trois mois…), elle n’engage guère les personnels à la suivre. 
 
Ce n’est donc pas parce que le mouvement est annoncé qu’il sera très suivi. S’il l’était, le gouvernement aurait vraiment du souci à se faire. Cela signifierait en effet que les salariés seraient plus déterminés à en découdre que les syndicats qui pilotent le mouvement. 
 
D’ici là, il est urgent d’attendre et de compter exactement le nombre de trains qui ne rouleront pas durant les jours de conflit. Selon toute vraisemblance, les premiers jours mobiliseront de façon significative, puis le mouvement s’étiolera dans le temps. 
 
Ce phénomène d’attrition est probablement le pari des responsables syndicaux. Face à une attaque en règle contre le statut, il faut montrer qu’on ne reste pas les bras croisés. Mais point n’en trop faut quand même. Il ne s’agirait tout de même pas de manquer la rosette qu’on offre avant tout départ à la retraite. 
 
Le vrai combat aura lieu sur les retraites
 
En réalité, les cheminots ont déjà fait leur deuil de leur statut. Ils se livrent de façon assez convenue à un baroud d’honneur. Encore faut-il sans doute ici nuancer entre la base qui est probablement assez angoissée par la réforme, et les élites syndicales qui ont intégré une vraie résignation (parfois opportuniste) vis-à-vis de la macronie et cherchent surtout à faire bonne figure face à la troupe. Mais, sur le fond, personne n’imagine pouvoir vraiment faire barrage au gouvernement sur le dossier du statut. 
 
En revanche, la bagarre autour des régimes spéciaux et des retraites sera sans doute plus sanglante et plus compliquée à mener. Le gouvernement aura en effet face à lui un front de professions bénéficiant d’un régime spécial depuis 1945. Les résistances risquent d’être autrement plus fortes.
 
Macron s’est déjà montré conciliant avec les cheminots
 
Macron peut en tout cas se féliciter d’avoir amorti pas mal de chocs dans ce dossier. Sa méthode est payante. 
 
Il y a quelques jours, il faisait annoncer qu’il ne remettait pas en cause les billets gratuits pour les agents SNCF. Il ne menace pas (tout de suite) les petites lignes et il ne privatise pas l’entreprise. Autant de cadeaux expliquent en grande partie la mollesse des syndicats dans les semaines à venir. 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 16/03/2018 - 19:39
La chose prioritaire dont s'occuper
est le système désormais honteux des retraites de cheminots.
Guy Bernard
- 16/03/2018 - 19:03
finies,les recommandations bienveillantes de la Cour des Comptes
compte tenu de la gestion, la principale problématique me semble etre le changement de statut qui soumettra l'entreprise à des audits externes et à des commissariats aux comptes, avec procureur de la republique et brigade financière à la clé.
Ils regretteront rapidement les recommandations bienveillantes de la Cour des Comptes...
Dorine
- 16/03/2018 - 16:26
AMA
Mais non, ce n'est pas un tranquillisant, c'est la menace d'une moralisation de la loi syndicale. Il y aurait fort à faire en ce domaine et on pourrait alléger les dettes de l'état....