En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

05.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

06.

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

07.

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

01.

La Panthère rose jaune

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 2 heures 20 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 3 heures 3 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 5 heures 31 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 6 heures 15 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 7 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 8 heures 23 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 8 heures 46 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 8 heures 58 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 9 heures 21 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 9 heures 38 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 2 heures 44 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 4 heures 14 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 5 heures 46 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 6 heures 44 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 7 heures 41 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 8 heures 38 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 8 heures 51 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 9 heures 12 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 9 heures 31 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 9 heures 42 min
© ludovic MARIN / POOL / AFP
© ludovic MARIN / POOL / AFP
Atlantico Business

Heures sup, blocage des loyers, cagnotte: les gadgets de marketing politique ressortent avec le printemps

Publié le 14 mars 2018
De deux choses l’une, ou Emmanuel Macron retombe dans les vieilles habitudes du clientélisme ou alors, suprême habileté, il laisse le débat occuper le terrain pendant que lui et son gouvernement mettent en place les vraies réformes.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
De deux choses l’une, ou Emmanuel Macron retombe dans les vieilles habitudes du clientélisme ou alors, suprême habileté, il laisse le débat occuper le terrain pendant que lui et son gouvernement mettent en place les vraies réformes.

S’il n’y a jamais de hasard en politique, il y a des coïncidences bizarres. Au moment où le gouvernement précise un agenda de réformes importantes pour l’année, il laisse sortir un débat sur des mesures un peu démagogiques et dont les effets n’ont jamais été prouvés.

L’agenda des réformes n’a jamais été aussi rempli de projets aussi lourds : la réforme du travail, de l’assurance chômage, de la formation, de la SNCF, de l’entreprise, de son objet social, de l’intéressement, de sa gouvernance, réforme des institutions, réformes de l’Etat, privatisation, projet de réforme de l’Union européenne, projet de réforme de l’hôpital, de l’école, de la justice...

Ces réformes sont lourdes, structurantes et capables de transformer en profondeur le fonctionnement de la société française et de l’adapter à la modernité. Le climat socio-économique a d’ailleurs, en moins d’un an, déjà changé. L’environnement international s’est certes beaucoup amélioré, mais la France a su s’y adapter et se mettre en position d’en profiter. D’où le retour de l’activité, et des rentrées fiscales et sociales, ce qui donne un peu d’oxygène au budget et facilite surtout des créations d’emplois marchands. 

Au même moment, le gouvernement relance le projet de détaxer les heures supplémentaires, de bloquer les loyers et il laisse même naitre dans sa propre majorité l’idée que l'amélioration de la situation alimenterait une cagnotte qu’il faudra bien redistribuer. Curieuse façon que de retomber ainsi dans les vieilles recettes du marketing politique, parce que ces outils-là n’ont jamais engendré d’autres résultats que de mettre un peu d’huile dans le débat public et de détourner l’attention.

1° La détaxation des heures supplémentaires avait été initiée par Nicolas Sarkozy au début de son quinquennat. Les heures supplémentaires étaient exonérées de charges sociales et le produit des heures supplémentaires était exonéré d’impôts sur le revenu. Ça coutait très cher au budget. Les bénéficiaires des 900 millions d’heures supplémentaires étaient évidemment contents, mais le bilan macro économique était plus discutable. Au delà du cout fiscal, la mesure n’a pas crée d’emplois nouveaux (au contraire), elle n’a pas boosté la demande de consommation de façon notable.

François Hollande a supprimé cette mesure qui profitait aux cadres et aux classes moyennes supérieures. Politiquement, ça a été pour lui un désastre parce qu’il a perdu ces catégories sociales qui avaient sans doute voté pour lui.

Emmanuel Macron avait donc réinscrit ce projet à son programme  pour récupérer les mêmes classes moyennes, mais sans engagement de date ni de modalité. Beaucoup pensaient que la mesure serait oubliée et voilà que Bercy la ressort avec application avant 2020. Or, les inspecteurs des finances qui sponsorisent la mesure n’ont pas d’autre raison à avancer que la nécessité politique de tenir une promesse électorale.

Dans la conjoncture actuelle, la mesure aura assez peu d’impact.

Fiscalement, la mesure d’exonération des heures supplémentaires coute cher même si la version Macron se limite à l’exonération de charges sociales et laisse les revenus correspondants assujettis à l’impôt sur le revenu, contrairement à la version Sarko. Le gain en pouvoir d’achat sera donc très limité.

Socialement, la mesure ne profite qu’aux cadres moyens et supérieurs avec une difficulté de mesure de l’exactitude des heures supplémentaires éligibles à l’exonération. En clair, il y a forcément des effets d’aubaine.

Economiquement, le gain très relatif en pouvoir d’achat aura assez peu d’impact sur le niveau de la demande. De plus, personne n’a jamais apporté la preuve qu’une mesure aussi ciblée allait créer des emplois. Au contraire, les heures supplémentaires peuvent retarder la création d’emplois. C’est une mesure qui pourrait être utile en période de plein emploi pour encourager les salariés à travailler plus, quand on ne trouve pas à embaucher.

Par conséquent c’est une mesure qui n’a d’intérêt politique si toutefois il existe une véritable demande, ce qui reste à démontrer.

Le blocage des loyers sort de la même trousse à outils. Tous les gouvernements sont tentés face à une difficulté sur le marché du logement de réguler les loyers pour faciliter l’accès au logement à des catégories sociales qui, dans certaines zones, ne peuvent pas accéder au logement.

Socialement, c’est évidemment un problème qu’il faut traiter. Mais si les loyers sont élevés, c’est parce que l’offre de logement est insuffisante. Il faut donc s’attaquer à l’offre de logement locatif, ce qui n’est pas simple parce qu’accroitre l’offre de logements demande du temps, implique une politique foncière adaptée et des mesures d’attractivité des investisseurs. Toutes les politiques d’aide au logement créent en général autant de problème qu’elles en résolvent et notamment des distorsions de concurrence. D’où les zones de tension, suréquipement de logements neufs mais vides, avec des zones de pénuries où les loyers flambent.

La seule solution est évidemment de limiter au maximum les aides à la pierre en leur préférant les aides à la personne, c’était le but de l’ALP qui, mal gérée, provoque aussi des déséquilibres ou des effets d’aubaine multiples.

Le débat qui s’est ouvert sur une hypothétique cagnotte budgétaire appartient également à la catégorie des gadgets politiques. L’idée que l’Etat constituerait une cagnotte compte tenu de l’amélioration de la situation économique est évidemment la caricature de la fausse bonne idée.

La situation s’améliore, c’est vrai. Donc les rentrées fiscales et sociales sont meilleures que prévues et le déficit budgétaire se resserre légèrement à moins de 3%...  Mais ça n’est pas une raison pour penser que la France se désendette et dégage des surplus qu‘on va pouvoir distribuer. La France continue de s’endetter, moins vite certes, mais elle s’endette.

Ce concept de cagnotte avait été popularisé par Jacques Chirac et Lionel Jospin qui, profitant d’une conjoncture améliorée, avaient constaté des résultats meilleurs que prévus. Ils ont donc redistribué cette amélioration. Du coup, ils ont encore réduit leur marge de manœuvre. Lionel Jospin n’a pas gagné les élections pour autant.

L’idée de la cagnotte a la vie dure pour une raison très simple. Les politiques ont installé dans l’opinion publique, la conviction qu’un Etat pouvait s’endetter à condition que son déficit budgétaire ne dépasse pas les 3%. Tout s’est passé comme si la vertu commençait à 3%. Or, 3% de déficit budgétaire pour un pays l’oblige à s’endetter surtout si sa croissance économique est inférieure à 3%. Alors le mal est moins grave si les taux d’intérêt sont bas. Mais les taux bas ne sont pas éternels. Surtout si la situation économique continue de s’améliorer.

Le défi d’Emmanuel Macron est de redresser ce pays en modernisant ses structures politiques, institutionnelles et économiques de façon à affronter les contraintes de la modernité. Et nombreux sont ceux qui reconnaissent que sa méthode pour réformer le pays a changé le climat, notamment dans le monde des affaires. Reste à embarquer dans ce train tous ceux qui ne profitent pas des changements impactés par la mondialisation. Cette partie-là s’inquiète du changement parce qu‘ils n’en voient pas les résultats... ce qui pèse sur les indices d’adhésion à la politique d’Emmanuel Macron.

Or, Emmanuel Macron a besoin d’une adhésion politique. La pédagogie des réformes ou la redéfinition permanente du cap à suivre ne suffisent pas toujours. D’où la tentation de produire un discours et des promesses qui correspondent aux attentes immédiates. Le projet d’exonérer de charges les heures supplémentaires, l’idée de bloquer les loyers trop chers ou la promesse illusoire d’une cagnotte fiscale appartiennent surement à la pratique politique. Possible. Encore faut il que ça n’hypothèque pas les chances de réforme en profondeur.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 15/03/2018 - 07:06
Cagnotte ?
On se moque du monde, dans un pays endetté à hauteur de 2.300 € milliards sans compter le hors bilan on nous parle de cagnotte, un pays qui continue à emprunter chaque jour. Cette » cagnotte « les médias oublient aussi de dire qu’une bonne partie de cet argent provient des hausses d’impots qui augment encore en 2018 et que l’on aura encore malgré tout un déficit budgétaire de plus de 2% cette année, à quand l’équilibre voire l’excédent qui pourrait enfin commencer à rembouser une dette colossale que nous allons léguer aux générations à venir ?
OLYTTEUS
- 14/03/2018 - 18:19
heures supplémentaires
je connais bien des petits employés, ouvriers qui bénéficiaient de ce système et qui en ont voulu à Hollande pour cette raison.
cloette
- 14/03/2018 - 16:42
Les réformes de Macron
La remarque " Macron a besoin d'une adhésion politique", résume tout . Cela veut dire qu'on n'y croit pas, les limites de la Com permanente sont là .