En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
Atlantico Business
Italie, Allemagne, Royaume-Uni : les 3 maillons (faibles ?) sur lesquels l’Europe joue son avenir à partir de dimanche
Publié le 03 mars 2018
En Italie, Berlusconi revient. En Allemagne, Merkel vacille. Et en Grande-Bretagne, Theresa May déraille sur le Brexit. Décidément, c’est la semaine chaude pour l’avenir de l’Europe.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En Italie, Berlusconi revient. En Allemagne, Merkel vacille. Et en Grande-Bretagne, Theresa May déraille sur le Brexit. Décidément, c’est la semaine chaude pour l’avenir de l’Europe.

Il y a des semaines comme cela. Celle qui démarre ce dimanche va être très chaude pour l’Europe et son avenir. En Italie, on vote pour mettre en place une nouvelle majorité qui pourrait être dominée par des mouvements populistes plus ou moins téléguidés par Berlusconi.

En Allemagne, on consulte les militants pour savoir s’ils acceptent les modalités du compromis arraché par Angela Merkel pour asseoir sa coalition entre le SPD et la CDU et ça n‘est pas gagné.

Pendant ce temps-là, la Grande-Bretagne de Theresa May ne réussit pas à trouver une solution pour un Brexit qui ménagerait les intérêts des anglais. Résultat : Theresa May sombre dans la colère et l’impuissance.

Cette accumulation de catastrophes annoncées surgit au moment où le sentiment d’appartenance européenne a plutôt tendance à se renforcer, nous disent les sondages. L’activité économique et la détermination du président français ont crédibilisé les projets de réformes. Mais comment réformer l’Europe si, sur le terrain politique, trois des plus puissants pays d’Europe ont des états d’âme sérieux.

Ce qui va se jouer en Italie est extrêmement important. L‘Italie aura voté ce dimanche et les Italiens pourraient ramener Berlusconi aux portes du pouvoir.

Alors, Silvio Berlusconi, pour plein de raisons juridiques et fiscales, ne pourra sans doute pas prétendre à exercer ce pouvoir, mais il aura la majorité pour tirer les ficelles de la politique qui sera appliquée. Or, l‘Italie qui avait entrepris un redressement absolument spectaculaire pourrait se retrouver dans des courants populistes qui lui feraient abandonner les efforts consentis jusqu‘alors et qui commençaient à porter leurs fruits et à ramener l’Italie dans le club des pays leaders de l’Union européenne. Ce retournement de positionnement en Italie interviendrait à un moment charnière où les banques restent très fragiles et peuvent avoir besoin de la solidarité européenne. Cette solidarité est évidemment conditionnée par la détermination des italiens à respecter les règles de l’Union. En clair, si les amis de M. Berlusconi ont les moyens de prendre du recul par rapport à Bruxelles, on voit mal les banques italiennes s’en sortir indemnes. Or, l’Italie n’est pas la Grèce. L’Italie appartient à la zone euro et elle en est un des piliers incontournables et systémiques.

En Allemagne, les militants du SPD vont dire ce dimanche s’ils acceptent que leur parti participe au prochain gouvernement de Mme Merkel ou pas. Les vieux briscards du SPD ne sont pas enthousiastes, ils considèrent que leurs expériences passées leur ont couté très cher sur le terrain politique. Beaucoup de cadres du SPD auraient souhaité faire une cure d’opposition. Ils ont finalement accepté de négocier un compromis. Ce compromis leur est très favorable, à la fois en termes de postes obtenus dans le prochain gouvernement et dans l’orientation de la nouvelle politique économique. La consultation des membres du SPD devrait donc permettre à Mme Merkel de gouverner. Sauf que du côté de sa famille, les adhérents de la CDU sont eux aussi colère contre la chancelière qui aurait, selon eux, fait trop de concession. Mme Merkel pourra gouverner dans le cadre de l’accord de gouvernement qu‘elle a scellé avec le SPD, mais elle devra gérer la frustration de beaucoup de ses amis. La gouvernance promet d’être compliquée et la ligne politique assez peu lisible. La perspective d’un assouplissement de la politique économique attendu par l’ensemble de l’Europe n’est pas assurée.

L‘Allemagne va sans doute desserrer un peu les cordons de la rigueur et redistribuer une partie des fruits de sa compétitivité sous forme de demande interne et d’investissements nationaux. Cette inflexion va donner de l’oxygène aux autres économies de l’Union européenne, mais elle n’ira pas jusqu’à accepter une réforme de la gestion des dettes. Pas question de rentrer dans une logique de mutualisation des dettes. Les allemands, SPD compris, ne sont pas prêts à tirer des chèques pour des pays dont ils ne contrôleraient pas étroitement la politique économique. Du moins, pas avant que les pays de l’Union soient revenus dans les clous de Maastricht. C’est possible pour la plupart des pays de l’Europe du nord, c’est plus difficile pour l’Espagne et le Portugal, encore que ces deux pays sont sur la bonne voie. L‘Italie avait pris des engagements de rigueur certes, mais les amis de Mr Berlusconi ont fait campagne sur une autre ligne, d‘où les menaces qui pèsent sur l’équilibre de leurs banques. Quant à la France, elle aura du mal à respecter les critères de bonne conduite. En dépit des réformes, la France n’a encore rien fait du côté des dépenses publiques.

Du côté de la Grande Bretagne, la préparation du Brexit tourne véritablement à la foire d’empoigne. Les dernières moutures du projet d’accord qui présidera à la période de transition, et qui ont été présentées par Theresa May, n’ont marqué aucun progrès. Au contraire, la Première ministre complètement coincée entre les purs et durs du Brexit et ceux de plus en plus nombreux qui voudraient un Brexit qui ne change rien par rapport à l’appartenance à l’Union européenne, Theresa May a proposé un projet qui va dans le mur. Aucune solution en Irlande, sauf le retour à une frontière physique entre le nord et le sud, inacceptable pour les européens et même pour les irlandais qui craignent un retour au passé dramatique. Aucune proposition pour les résidents européens en Grande Bretagne ou ceux qui arriveraient pendant la période transitoire. Aucune avancée sur la modalité des échanges commerciaux, libre échange pour les uns, droits de douanes pour les autres.

Du coup, Michel Barnier a tout renvoyé et Theresa May s’est mise en colère avant de sombrer dans une profonde déprime et sollicitude.

La situation britannique est donc en train de pourrir et d'inquiéter toute la City qui prend conscience qu’il va lui falloir déménager.

Dans un tel nœud de complexités juridiques, fiscales, sociales et idéologiques, la réforme de l'Europe risque de tourner au chaos.

D’où l’embarras et la discrétion très diplomatique d’Emmanuel Macron qui se pensait un destin européen. Alors ce destin n’est pas barré. Parce qu’actuellement, la France paraît le pays en Europe le plus stable, le plus visible et le plus responsable.

Sauf que la France ne pourra pas faire l’Europe toute seule. Ses projets de réformes sont cohérents et plausibles, mais les grands pays ne peuvent ni les écouter, ni les lire.

Cela dit, la crise en Europe a toujours rendu les peuples intelligents. A partir du moment où il n’y a pas de solution alternative à la réforme, l’Union européenne peut renaitre du chaos, si ce chaos est inévitable. Il y a des précédents historiques

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Il agresse un agriculteur pendant que son épouse filme
02.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
03.
Mais pourquoi les Français épargnent-ils une part non négligeable du pouvoir d’achat gagné ces derniers mois ?
04.
Tensions grandissantes en Algérie : Bouteflika n’est plus là, mais les généraux, si
05.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
06.
"Les nationalistes stupides aiment leur pays… et n'aiment pas ceux qui viennent de loin" (Jean-Claude Juncker)
07.
Cannes : Abdellatif Kechiche s'emporte contre la question "imbécile" et "malsaine" d'un journaliste
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
05.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
03.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
04.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
05.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 03/03/2018 - 20:12
Les « nationaux » européens sont proches de la victoire!
Ne t’inquiète pas Sylvestre, car il y a plus de chances que la grande réforme européenne vienne d’une coalition patriote que du minet-à-cougars, déjà largué sur la scène française!...une Europe des Nations est proche de voir le jour, pour remplacer cette technocrature impuissante et moribonde que tous les peuples haïssent...et, oh joie! Les Englishs pourront même collaborer à cette Europe des Nations, rénovée, protégée par de vraies frontières, collaborative et juste dans ses échanges avec le reste du monde... Résolution de tous les problèmes créés par les partis archaïques, et naissance des vrais partis pour leur peuple (Ooooooh, populiste!)...elle est pas belle la vie de la semaine prochaine?...
assougoudrel
- 03/03/2018 - 19:52
Si ces trois là sont des
maillons faible, le maillon français est rompu depuis belle lurette. La France est comme les façades des bâtiments près de l'aéroport de Sarajevo: belle devant ( pour ne pas choquer) et derrière, les ravages de la guerre avec des trous d'obus et d'impacts partout.
gerint
- 03/03/2018 - 19:24
Le sentiment d’appartenance Européenne renforcé?
Cela me surprendrait beaucoup. Macron accroché à lUE comme un roquet à son os perd pied dans l’opinon en appliquant avec ferveur les GOPE de Bruxelles. Il s’en fout sans doute car il ne respecte pas les Français hors de sa caste mais cela contredit ce renforcement. Pareil pour les “maillons faibles” cités, pour la Pologne, pour la Hongrie...